Chapitre 17:Retrouvailles

 

 Le ton affirmé et la mine sérieuse de son fils avaient surpris Reyson, tout autant que sa phrase.

« Je veux faire renaître notre royaume. »

Faire renaître sa patrie, faire renaître Minaria? Reyson y avait pensé mais il n'en avait jamais eu le courage, sans sa femme et sans son fils. Apparemment, Kratos n'était pas au courant. Il n'avait pas l'air de comprendre. Il y avait comme quelque chose de triste dans son regard.

-Tu...veux partir?

-Pas sans toi, Kratos, tu t'en doutes bien non?

Kratos eut soudain l'air soulagé. Reyson planta son regard bleu dans celui turquoise de Yuan.

-Faire renaître notre pays? Puis-je savoir pourquoi?

-Pour plusieurs raisons. En le rebâtissant, nous pourrions donc en changer plus facilement les lois et les mœurs. Les gens ne verront rien de gênant en un roi homosexuel si c'est un roi qui a fait renaître le pays de ses cendres. Ils accepteront plus facilement.

-Kratos serait donc ton compagnon et le petit Lloyd, l'héritier de la couronne, si je suis ton raisonnement.

-C'est cela. Mais je n'agirai pas sans ton consentement et celui de Kratos.

Kratos se plongea dans une réflexion intense. S'il acceptait, Altamira se verrait ainsi mise en valeur. Il serait toujours avec Yuan. On ne le pousserait pas à se marier par raison. Et Lloyd aurait un grand destin. Certes, être roi, ce n'était pas très drôle tous les jours mais avait-on jamais vu un fils cadet d'un duché vassal devenir une si grande personne? Il accepta la proposition de Yuan.

-N'y a t-il pas, dans ce vœu, également une part d'envie de vengeance Yuan?

L'interpellé regarda son père, surpris. C'était comme si il avait lu ses pensées les plus profondes. Autant jouer la carte de la franchise.

-Il y a également un peu de ça. Ceux qui m'ont piétinés seront obligés de reconnaître le fait que je leur étais supérieur depuis le début malgré ma situation malheureuse. Ils seront blâmés pour ce qu'ils m'ont fait et la Justice fera son œuvre. Domestique ou non, j'étais et j'avais toujours été le prince héritier de Minaria. Et puis, Madame Mils avait écrit dans sa dernière lettre avant votre arrivée que notre peuple avait été vengé et que le nouveau roi regrettait ce qui nous était arrivé. Sans pour autant parler de pardon, il est temps pour eux et pour nous de tourner la page. Je veux également pouvoir récupérer ce qui était à moi. Cela me semble normal.

 

<< précédent