16 octobre 2009

Contes parodiques de ToS - Chapitre 6: Les fées - par Marina Ka-fai

Hello les amis!

Me voici avec une jolie histoire de Charles Perrault: les fées

Lloyd: C'est quoi le couple ce coup-ci?

PronymaxMithos sous sa forme de chef du Cruxis

Mithos: QUOI?!

Pronyma: *aux anges*

Allez voilà le staff:

La gentille jeune fille: Pronyma ( Mithos : c'est juste parce que tu l'aimes bien )

Sa sœur ainée: Raine Sage ( désolée raine je compte sur toi )

Leur mère: Sheena Fujibayashi

La fée: Kratos

Kratos: Quoi?!

Je déconne ^^ Ne me lance pas un Jugement s'il te plait ^^'

La fée: Anna Aurion

Le prince: Mithos Yggdrasill

Le père mort: Kvar juste pour le fait de le voir mort ( sauf que le descriptif du père est ironique)

Kratos: Tu veux que j'en fasse un cadavre TRES réaliste? ^^

Vas-y je peux pas le saquer mais mollo, on en a besoin.

Enjoy

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Les Fées

Il était une fois une veuve qui se nommait Sheena Fujibayashi, elle avait deux filles; l'aînée, Raine, lui ressemblait si fort et d'humeur et de visage, que qui la voyait voyait la mère. Elles étaient toutes deux si désagréables et si orgueilleuses qu'on ne pouvait vivre avec elles. La cadette, Pronyma, qui était le vrai portrait de son père pour la douceur et pour l'honnêteté, était avec cela une des plus belles filles qu'on eût su voir. Comme on aime naturellement son semblable, cette mère était folle de sa fille aînée, et en même temps avait une aversion effroyable pour la cadette. Elle la faisait manger à la Cuisine et travailler sans cesse. Il fallait entre autres chose que cette pauvre enfant allât deux fois le jour puiser de l'eau à une grande demi-lieue du logis, et qu'elle en rapportât plein une grande cruche.

Un jour qu'elle était à cette fontaine, il vint à elle une pauvre femme qui la pria de lui donner à boire.

- Oui, ma bonne mère, dit cette belle fille.

Et rinçant aussitôt sa cruche, elle puisa de l'eau au plus bel endroit de la fontaine, et la lui présenta, soutenant toujours la cruche afin qu'elle bût plus aisément.

La bonne femme, ayant bu, lui donne pour don, qu'à chaque parole qu'elle dirait, il lui sortira de la bouche ou une Fleur, ou une Pierre précieuse. Lorsque cette belle fille arriva au logis, sa mère la gronda de revenir si tard de la fontaine.

-Je vous demande pardon, ma mère,d'avoir tardé si longtemps dit cette pauvre fille

Et en disant ces mots, il lui sortit de la bouche deux Roses, deux Perles, et deux gros Diamants.

-Que vois-je là! dit sa mère toute étonnée; je crois qu'il lui sort de la bouche des Perles et des Diamants; d'où vient cela, ma fille?

(ce fut là la première fois qu'elle l'appela sa fille).

La pauvre enfant lui raconta naïvement tout ce qui lui était arrivé, non sans jeter une infinité de Diamants.

-Vraiment, dit la mère, il faut que j'y envoie ma fille; tenez, Raine voyez ce qui sort de la bouche de votre sœur quand elle parle, ne seriez-vous pas bien aise d'avoir le même don? Vous n'avez qu'à aller puiser de l'eau à la fontaine, et quand une pauvre femme vous demandera à boire, lui en donner bien honnêtement.

– Il me ferait beau voir, répondit la brutale, aller à la fontaine.

– Je veux que vous y alliez, reprit la mère, et tout à l'heure.

Elle y alla, mais toujours en grondant. Elle prit le plus beau Flacon d'argent qui fût dans le logis.

Elle ne fut pas plus tôt arrivée à la fontaine qu'elle vit sortir du bois une Dame magnifiquement vêtue qui vint lui demander à boire: c'était la même Fée qui avait apparu à sa sœur, mais qui avait pris l'air et les habits d'une Princesse, pour voir jusqu'où irait la malhonnêteté de cette fille.

-Est-ce que je suis ici venue, lui dit cette brutale orgueilleuse, pour vous donner à boire? Justement j'ai apporté un Flacon d'argent tout exprès pour donner à boire à Madame!

J'en suis d'avis, buvez à même si vous voulez .

-Vous n'êtes guère honnête, reprit la Fée, sans se mettre en colère;

Hé bien! puisque vous êtes si peu obligeante, je vous donne pour don qu'à chaque parole que vous direz, il vous sortira de la bouche ou un serpent ou un crapaud.

D'abord que sa mère l'aperçut, elle lui cria:

- Hé bien, ma fille!

– Hé bien, ma mère! lui répondit la brutale, en jetant deux vipères, et deux crapauds.

– Ô ciel! s'écria la mère, que vois-je là? C'est sa sœur qui en est cause, elle me le paiera!

Et aussitôt elle courut pour la battre.

La pauvre enfant s'enfuit, et alla se sauver dans la Forêt prochaine. Le fils du Roi, Mithos Yggdrasill, qui revenait de la chasse la rencontra et la voyant si belle, lui demanda ce qu'elle faisait là toute seule et ce qu'elle avait à pleurer.

-Hélas! Monsieur, c'est ma mère qui m'a chassée du logis.

Mithos , qui vit sortir de sa bouche cinq ou six Perles, et autant de Diamants, la pria de lui dire d'où cela lui venait. Elle lui conta toute son aventure. Mithos en devint amoureux, et considérant qu'un tel don valait mieux que tout ce qu'on pouvait donner en mariage à un autre, l'emmena au Palais du Roi son père, où il l'épousa.

*Coupure *

Yuan: On est sûr que c'est pas pour la thune qu'il l'épouse?

Mithos: Non

Yuan: J'ai du mal à te croîre

Mithos: je m'en fous

Bon je peux reprendre?

* Reprise *

Pour sa sœur, elle se fit tant haïr, que sa propre mère la chassa de chez elle; et la malheureuse, après avoir bien couru sans trouver personne qui voulût la recevoir, alla mourir au coin d'un bois.

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Alors?

Pronyma: Je recommence quand vous voulez!

Mithos: Mouais, comparé à mes autres rôles, celui là est l'un des meilleurs

Yuan: Enfin casé le beau-frère il était temps!

Martel: Pronyma, Mithos, à quand le neveu ou la nièce?

Les concernés rougissent

Alors cher lecteur( ou lectrice ^^) reviews?

<< précédent                                                               suivant>>

Posté par _martel_ à 16:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


[OS]: Je l'aimais et pourtant - par Marina Ka-fai

Hello les gens!
Bon là je me lance dans quelque chose de périlleux: un YggdrasillxPronyma!
Un couple que l'on voit pas souvent!
Disclamer: Malheureusement Pronyma n'est pas à moi TT
Couple: PronymaxYggdrasill
Résumé: Peu après sa défaite face à Lloyd le jour de la mort de Pronyma, Mithos, dans son cristal du Cruxis, réfléchit et se rend compte de la grosse connerie qu'il a faite.
Enjoy
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
Je l'aimais et pourtant
Il avait perdu. Perdu face au fils de Kratos, ce traître. Le grand Mithos Yggdrasill, chef du Cruxis et des Désians, était désormais juste une âme coincée dans son cristal. Pitoyable, vraiment pitoyable.
Si Pronyma avait été là, elle l'aurait aidé et ramené à Derris Kharlan. Pour la peine, elle aurait eu l'autorisation d'y habiter avec lui. Mais Pronyma n'était plus, elle avait rejoint les étoiles. Il était bien placé pour le savoir car c'est lui qui l'avait tué.
Pourtant elle lui avait était fidèle, si fidèle. Elle tuait pour lui, elle l'avait protégé, elle l'aidait et elle l'aimait. Il n'était pas aveugle, il l'avait remarqué.
C'était lui qui l'avait sorti de la misère dans laquelle elle vivait. Née à Flanoir, ses parents furent tués par un incendie. Elle avait alors quinze ans. On l'expulsa de la ville, condamnée à vivre dans les plaines enneigées. Son regard devint haineux dès qu'elle voyait un humain ou un elfe. Mithos l'avait repéré lors d'une virée afin de s'assurer de la limitation du développement de la magie-technologie. La première chose qu'il remarqua, c'était ses cheveux: verts comme Martel. Plus foncés certes mais comme Martel.
-Dis moi quel est ton rêve le plus cher? Lui avait-il demandé lorsqu'il l'aborda
- Un monde pour les gens entre deux races comme moi.
- Alors suis-moi et deviens un membre du Cruxis.
Il lui tendit la main, sans sourire, mais Pronyma avait ressenti à son contact une franchise et une sincérité fascinante.
Elle avait débuté en tant que désiane. Elle était ce qu'on pouvait appeler « une employée modèle », à tel point qu'il la promut au rang de Cardinale désiane. Là encore, elle fut parfaite. Alors il lui confia la direction des Cardinaux désians, au grand dam de Kvar et Rodyle.
A chaque promotion qu'il lui accordait, elle rayonnait, elle redoublait d'ardeur pour ne pas le décevoir. Sa loyauté était sans faille. Elle n'hésitait pas à se salir les mains pour son « sauveur ».
Son premier échec fut aux Monts Fooji, quand ce fichu bâtard né de l'union de Kratos et du projet Angelus A012 la battit afin de protéger Colette, celle qui devait devenir le corps de sa sœur. Il ne put lui en vouloir longtemps, elle semblait si triste de ne pas avoir pu l'aider.
Pronyma avait toujours était efficace et loyale, un échec pouvait arriver à tous.
Vint le jour où le groupe de l'Elue s'échappa de Welgaia. Génis lui avait lancé une attaque magique, Pronyma l'attaqua en retour afin de protéger son maître. Mithos protégea Génis en raison de l'amitié qu'il avait pour lui. Là non plus il ne put lui en vouloir. Elle voulait le protéger, encore une preuve de sa loyauté. Puis vint le jour où Martel aurait dû revenir. Là aussi, dans le but de gagner du temps afin que Dame Martel puisse ressusciter, elle combattit une seconde fois le bâtard de fils de Kratos. Il était encore plus fort qu'aux Monts Fooji, elle perdit. Blessée, elle se tourna alors vers lui en lui quémandant pour la toute première fois de l'aide. Elle l'appela par son prénom et là, pris de colère il la tua.
Pourtant, Mithos se rendit compte de sa cruauté, elle qui l'avait servi fidèlement pendant treize ans, de jour comme de nuit, présente chaque jour.
Plus jamais il ne reverrait son sourire quand il la félicitait. Plus jamais il ne la verrait rayonner comme elle le faisait quand il lui donnait un rang ou une responsabilité plus grande. Son cœur se serra et s'il avait pu pleurer, il l'aurait sans doute fait. Elle était morte, il l'avait tué.
Quelle bêtise! Il était sans doute tombée amoureux de cette demi-elfe dès qu'il l'avait rencontrée, sinon, pourquoi se sentait-il si bien quand il la voyait sourire, radieuse. Pourquoi avait-il tout fait pour la rendre heureuse au possible avec ses promotions? Cette chaleur quand elle était auprès de lui dans la même pièce.
Il l'avait tué. Il l'aimait et il l'avait tué. En la tuant, il s'était rendu compte de ce qu'il éprouvait pour elle.
- Ne t'inquiète pas Pronyma. Je vais retourner chez moi avec ma sœur, là je reprendrai possession de mon corps. Je combattrai Lloyd et il me tuera. Je vais te retrouver, il va m'aider à me suicider. Puisses-tu me pardonner un jour.....pardonne moi, je t'aime. Il n'y a des amours qui ne sont unis que dans la mort, je vais te retrouver bientôt.
Lloyd tua en effet Mithos et détruisit son cristal du Cruxis. Les mondes furent réunifiés et l'arbre de vie ramené à la vie avec sa sœur, gardienne de cette arbre.
-Je l'aimais et pourtant je l'ai tuée. Martel est revenue à la vie, je peux partir en paix.
Son âme atteignit les Cieux. Pronyma l'attendait, radieuse et souriante, sans une once de rancune envers lui. Il n'y a des amours qui ne sont unis que dans la mort mais ce sont les plus beaux car ils vivent pour l'éternité dans les nuages.
-Comme promis, Pronyma, je t'ai rejoins.
Elle lui sourit et, leurs deux âmes en paix, ils purent trouver le repos éternel.
FIN
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
J'espère ne pas avoir été trop guimauve ou OOC avec Mithos. Pour le passé de Pronyma j'ai inventé.
Reviews or not?

Posté par _martel_ à 17:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

[OS]: Cadeau d'anniversaire - par Marina Ka-fai

BONJOUR TOUT LE MONDE ! ^^
Oui j’ai la pêche (et des pommes et des poires et des scoubidou-bidous XD).

Me revoici avec mes histoires à la guimauve dont j’ai le secret ^^

Le couple c’est…..du MINA c'est-à-dire du Mithos YggdrasillxPronyma * toute fière *

Risque de OOC majeur que je vais essayer de contenir, pas de tomates s’il vous plait, la dernière fois ça a rendu Kratos et Lloyd malade.

Résumé : C’est l’anniversaire de Pronyma et personne, je DIS bien personne, ne s’en soucie. Sauf un blond qui se dit : « Merde, il y a quelque chose aujourd’hui mais quoi ? »Comme quoi, blond rime avec con XD * non oubliez ça ^^*

Enjoy ^^

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Cadeau d’anniversaire


14 février, jour de la Saint Valentin, vingt-huitième anniversaire de Pronyma.

Oui, c’était son anniversaire mais elle s’en fichait, personne ne lui souhaitait. Kvar ? Il lui envoyait des cartes de mort.
Kratos ? Plus sympa déjà, ce jour-là, il lui adressait un sourire discret qui signifiait dans un langage Kratosien développé pour les connaissances : « Joyeux anniversaire ».Puis il y avait Yggdrasill, de son vrai nom Mithos. Un peu comme Kratos en fait mais pour Pronyma c’était énorme. Il n’en avait pas l’air Mithos mais c’était un timide.
Seulement, ce jour-là rien, rien de rien. Il avait dû oublier. Après tout, elle était juste une employée.

Revenons sur cette fâcheuse aventure, voulez-vous ?

14 février, Saint Valentin, 8h00 a .m à Welgaia.

Mithos venait tout juste d’arriver à Welgaia, la tête encore dans le ….brouillard, restons polis.
Tout allait bien, les anges étaient toujours aussi dénués de sentiments mais Mithos avait l’impression que quelque chose de spécial avait lieu aujourd’hui.

-Merde, j’ai l’impression qu’un truc m’échappe…Il se passe un truc aujourd’hui mais quoi ?

Il vit Kvar avec une carte de mort à la main.

-Toujours aussi con ce mec, qu’est-ce qui m’a pris de l’engager ce nul ? Je sais, je vais demander à Kratos pourquoi, il sait toujours tout, lui.

Il le chercha et le trouva, pensif sur les hauteurs de la ville.

-Kratos !
-Seigneur Yggdrasill.
-Laisse tomber les formalités, je viens te parler en tant que Mithos pas Yggdrasill. Dis, comment ça se fait que j’ai engagé un con comme Kvar ?
-T’étais bourré ce jour-là, c’était le jour de mon anniversaire, tu te rappelles ?
-Anniversaire….MERDE ! C’est l’anniversaire de Pronyma et j’ai oublié ! Quel con !
-Yuan serait heureux de te l’entendre dire.
-Lui, je l’enquiquine. Faut que je trouve un cadeau…
-Va sur Tésséh’alla, achète une belle bague et demande-la en mariage.

Mithos fut aussi rouge qu’une tomate et Kratos mort de rire.

- Ecoute Mithos, ça crève les yeux que tu l’aimes, c’est la seule désian à qui tu témoignes autant d’affection.

Kratos marquait un point, Mithos faisait plus attention à Pronyma qu’aux autres. Elle était sympathique, elle était d’une loyauté sans failles, elle travaillait efficacement, elle n’embêtait jamais son monde.
Et puis il fallait dire aussi qu’elle était jolie, Pronyma. Mithos s’était toujours senti bien et à l’aise avec
elle. Quand elle souriait, il sentait son corps et son cœur se réchauffer. C’était un sentiment qu’il n’avait jamais ressenti avant. Et si Kratos avait raison ? Et si il aimait réellement Pronyma ? Jamais il ne s’était soucié des autres cardinaux ou anges, à part Yuan et Kratos, alors pourquoi elle en particulier ?

- T’as raison Kratos, je vais descendre sur Terre essayer de lui trouver un beau cadeau.

Il prit le téléporteur le menant à la terre ferme et entama sa croisade pour un beau cadeau.


14 février, Saint Valentin, 10h00 a.m Tésséh’alla.

-C’est bien beau, mais je peux lui offrir quoi ?

Le blond se remémora les paroles de Kratos avant de piquer un fard digne des personnes nobles du XVIII siècle qui en mettait à outrance. La demander en mariage…Déjà qu’il n’était pas sûr de ce qu’il ressentait.
Mithos fouilla toutes les villes de Tésséh’alla en vain. Il n’arrivait pas à trouver un cadeau digne de la jeune demi-elfe. Il essaya sa chance à Sylvarant, même résultat. Ce fut un Mithos dépité qui rentra dans la soirée à Welgaia.

14 février, Saint Valentin, 20h00 Welgaia.

Pronyma vit Mithos dépité. C’était rare qu’il soit si abattu. Elle se risqua timidement à s’enquir de son tracas :

-Seigneur Yggdrasill, vous vous sentez-mal ?
-Non tout va bien.
-Pardonnez-moi d’insister mais vous avez l’air si abattu !

Il la regarda, elle était si belle ! N’y tenant plus, il la prit contre lui et l’embrassa. Surprise, Pronyma se laissa ensuite aller. Et ce fut un Mithos aux joues pourpres qui lui souhaita :

-Joyeux anniversaire Pronyma.

Il s’éloigna et fut obligé de reconnaître que Kratos avait raison, il aimait Pronyma.
Quand à Pronyma, qui l’aimait depuis le premier jour, ce fut le plus beau cadeau d’anniversaire qu’elle eut de sa vie.

Fin

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Je le sens mal, je le sens très mal….Oui le OOC est de rigueur pardon TT
Reviews ou pas reviews ?

Posté par _martel_ à 18:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13 novembre 2009

Pronyma - par Marina Ka Fai

pronyma

Posté par _martel_ à 17:07 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 janvier 2010

[OS] Juste une petite histoire de cheveux - par Marina Ka-Fai

Hello les gens, me revoilà !

Eh non je ne suis pas morte !

Je vous propose une petite fic tapée sur Word et basé sur TOS et son aspect ludique jamais vu : les cheveux XD

 

Couples : Colloyd –Yuartel- PronymaxYggdrasill - Géséa et relations parentales/amicales

 

Merci à tous ceux qui me lisent et reviews, c’est adorable !

I do not own Tales of Symphonia , neither I do not own their characters.

Enjoy!

 

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

 Juste une petite histoire de cheveux

 

Yuan Ka-Fai avait toujours été fier de lui-même. Sans orgueil mal placé. Il est vrai que Yuan avait quasiment toujours réussi ce qu’il entreprenait. Et toujours sans orgueil mal placé, sans devenir un Narcisse en puissance, il était assez fier de son physique, surtout de ses cheveux. Longs, lisses et bleus azurés que Martel aimait tant caresser. C’est pourquoi Yuan prenait le plus grand soin pour sa chevelure, ainsi Martel restait présente encore une fois dans son cœur déjà plein de ses souvenirs. Une fois au Ciel après sa mort, elle aurait de nouveau le plaisir de les caresser comme elle les avait connus.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Si Zélos Wilder gardait ses cheveux longs, ce n’était ni par coquetterie ni parce que cela augmentait son charme. Zélos Wilder était un peu fainéant pour cette partie de son corps. Il les lavait et les entretenait bien entendu mais il les laissait toujours pendre dans son dos. Il ignorait tout de l’art de la queue de cheval ou de la natte. Aussi quand Lloyd lui proposait de les coiffer il disait toujours oui. Le fait d’ignorer tout de l’art de la coiffure avait un avantage, au moins Zélos et Lloyd passaient un moment agréable et drôle ensemble.

C’est pourquoi à ce jour Zélos Wilder n’a toujours pas appris à se nouer les cheveux.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Quand Lloyd était enfant, Kratos lui brossait souvent les cheveux. Une activité réservée aux femmes, direz-vous ? Selon Kratos non. Il aimait brosser les cheveux de son petit car à chaque fois petit Lloyd jouait sagement sur ses genoux, lui racontant ce à quoi il jouait avec Maman ou Noïshe. Séparé de son fils pendant quatorze ans, la femme de sa vie morte, ce rituel manquait horriblement au Séraphin, priant lorsqu’il se couchait de ne pas voir le soleil se lever le lendemain.

Peu après leurs retrouvailles, Lloyd avait confié qu’il avait quelques souvenirs de son enfance mais il semblait qu’il avait oublié ce moment. Un matin, il rejoignit son père, ses cheveux étant lâchés. Là oui, la ressemblance avec Kratos était encore plus troublante. Il avait à la main deux élastiques et une brosse. Lloyd demanda donc à son père s’il pouvait l’aider à se coiffer.

-Comme quand j’étais petit ! Ajouta t-il

Pour la première fois depuis qu’il coiffait son fils, Kratos le faisait non pas en souriant comme il en avait l’habitude, mais en pleurant d’émotion. Comment avait t-il put souhaiter ne plus voir le soleil se lever ?!

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Aussi loin qu’il se souvenait, Mithos Yggdrasill avait toujours connu Pronyma avec ses beaux cheveux vert forêt attachés.

-C’est plus pratique pour travailler. Lui avait-elle dit.

Faux prétexte pensait Mithos

Et pourtant, il rêvait de voir sa Pronyma d’amour avec ses cheveux lâchés. Aussi, il s’arrangea et fit en sorte qu’elle ne retrouve pas ses élastiques. Ce fut donc une Pronyma aux cheveux longs lui tombant au bas des reins qu’il vit le lendemain de son forfait. Elle était encore plus belle ainsi si c’était possible, plus sexy…

Et Mithos ne put s’empêcher de l’embrasser.

- Tu vois Mithos, c’est pour cette raison que j’attache mes cheveux. Si je ne le fais pas, tu me sautes dessus.

Et apparemment, ça ne la gênait pas tant que ça Pronyma !

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Depuis qu’elle était toute petite, Colette Brunel laissait pousser ses cheveux blonds. Pas pour elle non. Elle pouvait les avoir longs ou courts, peu lui importait jusqu’à ce qu’un petit Lloyd énamouré et âgé de dix ans lui dise un jour :

- Tes cheveux sont si beaux ! Ils ont la couleur du soleil, alors même s’il pleut, il me suffit de les voir pour que ma journée s’illumine !

Depuis ce jour, elle les laissait pousser, devenir plus longs afin que « le soleil » soit toujours plus grand, afin que les journées de Lloyd soient toujours lumineuses tout au long de sa vie.

Le concerné lui en était gré. A ce jour, le nombre de bijoux et de barrettes fabriquées par Lloyd pour Colette s’élève à trois cents douze, sans compter les autres cadeaux qu’il lui a offert, dont un petit être portant leur sang et qui allait naître de leur amour bientôt.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Un jour, Préséa se cassa le bras en tombant d’un ptéroplan. Et évidemment elle se cassa le bras avec lequel elle écrivait. Comment allait-elle faire pour faire ses couettes, celles qu’Alicia lui avait apprit à faire et qu’elle faisait tous les jours ad aeternam ?

La question lui trotta longtemps dans la tête, elle ne voulait déranger personne avec des choses aussi futiles.

Le lendemain de son accident, Génis vint la voir avec une brosse et des élastiques.

- Je me disais juste que tu aurais besoin d’aide pour faire tes couettes… lui dit-il rougissant

Elle accepta. Pendant deux mois « son petit chevalier servant » comme l’appelait Régal, l’aidait à se coiffer et autres choses en tout genre.

Depuis, quand Préséa se coiffait avec ses couettes, ce n’était plus seulement parce qu’Alicia le lui avait apprit, c’était aussi parce que Génis l’aimait et réciproquement.

 The End ?

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Voilà mes petites rubriques cheveux de TOS ^^

Si vous avez des idées sur ce sujet, faîtes m’en part ^^

Reviews ?

 

                                                               suivant>>

Posté par _martel_ à 12:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

20 janvier 2013

[OS] L'amour est un poison - par Marina Ka-Fai

Coucou les gens !

Cet OS m'a été commandé par une amie allemande. Je l'ai d'abord écrit en anglais pour elle et là, je vous le traduis.

Résumé: Pronyma ne peut que se demander pourquoi après la trahison de Yuan. Elle savait que la douleur qu'elle éprouvait était due à sa stupidité. Elle avait été suffisamment bête pour tomber amoureuse de lui.

Disclaimer: TOS appartient à Namco et les personnages du jeu en bénissent le ciel.

 

L'amour est un poison

 

- Lord Yggdrasill. Vos blessures ne sont pas encore guéries. Dit elle à son maître

La jeune métisse regarda autour d'elle. Elle avait tout entendu, tout vu. Kratos gisait inconscient sur le sol car il avait pris une attaque de Yuan pour sauver la vie de son bâtard. Le bâtard avait appris la nature de sa relation avec Kratos et cela l'avait laissé comme détruit. Les Elus étaient là aussi. Le nain qui s'était caché avait payé pour sa trahison. Il était blessé et vu son état, il était très peu probable qu'il survive. Tout cela ne l'avait pas surprise. Elle le savait. Elle savait que Kratos les aurait trahi en faveur de son fils. Les lois du sang sont plus fortes que n'importe quelles autres lois. Et puis, Kratos était humain. Et l'on ne devait pas faire confiance aux humains. Son cœur lui faisait mal pour une toute autre raison. Et cette raison gisait au sol également. Yggdrasill l'avait bien blessé, sa main était sur son flanc gauche, le serrant. Il avait très certainement quelques côtes cassées et les coups de pied d'Yggdrasill ne l'avait certainement pas aidé à avoir moins mal. Elle le regardait et elle ressentait différentes émotions.

D'abord, elle ressentait de l'incompréhension. De toutes les personnes sur Terre, elle pensait que Yuan Ka-Fai était celui qui souhaitait le plus la résurrection de Martel. Il était son fiancé. Il l'aimait tellement qu'il avait toujours à son annulaire gauche sa bague de fiançailles. Il n'avait pas d'amants, pas d'enfants illégitimes. Il était resté fidèle à Martel. Même si elle était morte quatre mille ans plus tôt. Alors pourquoi trahirait-il Yggdrasill ? Yggdrasill lui avait donné une chance de pouvoir être de nouveau aux côtés de sa bien-aimée Martel !

Puis, elle ressentit de la colère. Cet homme avait osé trahir Lord Yggdrasill ! Il était le chef de ces maudits renégats ! Il se battait contre l'avènement de l'âge des demi-elfes ! Elle avait envie de le tuer. Pour les traîtres, le seul châtiment possible était la mort.

Mais après sa vague de fureur, elle ressentit une peine profonde et une grande tristesse. Elle aussi, elle avait fait confiance à Yuan. Contrairement aux autres, il n'avait jamais insinué qu'elle avait obtenu sa place en couchant avec Yggdrasill. De toute façon, cela était faux. Mais Yuan avait été le tout premier à prendre sa défense quand elle était devenue le chef des cardinaux désians. Quand Kvar avait insinué qu'elle n'avait obtenu sa place qu'en écartant les jambes, Yuan la défendit.

- Ton opinion à propos de tes supérieurs et à propos des femmes est tout bonnement inacceptable.  Cette accusation est du niveau des humains. Tu ne devrais pas t'abaisser à cela Kvar. Si j'entends   une nouvelle insinuation de ce genre, je ferai en sorte d'avoir ta tête coupée sur mon bureau le lendemain du jour où tu auras ouvert la bouche.

Voyant que Yuan était sérieux, Kvar s'en alla. Pronyma regardait Yuan, très surprise. Mais au plus profond d'elle, elle était heureuse qu'un de ses supérieurs l'avait défendue. Elle parvint à le remercier en bégayant un peu.

- Pas besoin de me remercier.

Il la laissa et pendant toute la journée, elle ne pouvait s'empêcher de penser à ce qu'il s'était passé. C'était la toute première fois dans sa vie que quelqu'un prenait sa défense. Très souvent, elle devait travailler avec lui. Et c'était à chaque fois un vrai plaisir. Yuan savait comment organiser des dossiers, de ce fait, ils ne perdaient jamais trop de temps à chercher une note en particulier. Il était toujours poli avec elle. Il était intelligent. Certes, il ne lui avait jamais montré une quelconque envie de devenir son ami. Mais elle se sentait respectée. Quand ils devaient travailler ensemble, quand elle arrivait, il avait toujours un très léger sourire en lui disant bonjour. Et avec le temps, elle devenait de plus en plus excitée à l'idée qu'elle allait travailler avec lui. Elle se surprit à compter les jours la séparant de ce moment.

Un jour, elle surprit un bout de conversation entre lui et Kratos. Elle se cacha. Elle savait que cela n'était pas bien mais après tout, c'était d'elle dont ils parlaient. Elle avait toujours vécu avec cet adage : « Surveille tes arrières sinon tu vas te faire poignarder ! ». Et s'ils complotaient contre le Cruxis, elle pourrait prévenir son cher Lord Yggdrasill. Cela semblait hautement improbable une telle situation mais bon... Au final, la conversation s'avéra très banale, avec des questions du genre «  Comment s'est passée ta journée ? » etc.

- Donc, tu travailles avec Pronyma aujourd'hui ? Demanda Kratos

- La Déesse en soit louée. J'aime vraiment travailler avec elle. Elle est comme un rayon de soleil. Elle est organisée, elle n'a pas peur de travailler dur, elle n'oublie pas quel est son rang mais la chose la plus importante est qu'elle sourit. Je pense que tu sais à quel point un sourire sincère peut illuminer une journée. Mithos a très bien choisi quand il l'a nommé Chef des Cardinaux.

Yuan faisait son éloge. Il avait du respect pour elle. Il avait de la considération pour elle. Et il aimait sa compagnie. Elle ignorait pourquoi mais son cœur lui semblait très très léger. Yuan Ka-Fai, Séraphin du Cruxis, fiancé de Lady Martel et futur beau-frère de Lord Yggdrasill, avait du respect pour elle. Mais quelques heures après, elle réalisa que son comportement était stupide. Ce n'était pas comme si il avait déclaré qu'il était amoureux d'elle. Et elle devait se contrôler. Elle agissait comme une adolescente énamourée du garçon le plus populaire de son bahut. Cela la dégoutait. C'était tellement contraire à ce qu'elle était ! Mais elle devait admettre que Yuan était différent de tous les autres. Et il était le seul à pouvoir la faire réagir ainsi. Au final, elle n'avait d'aure choix que d’accepter la vérité. Elle était attirée par lui.

Non.

Elle était amoureuse de lui.

Et elle sut immédiatement que cela était une très mauvaise chose. Tout d'abord, il allait se marier à Martel une fois celle-ci ramenée à la vie. Et combiner travail et amour était toujours très dangereux. C'était comme si on mettait une bûche dans un feu pour l'alimenter. Laissez le vivre trop longtemps et il vous brûlera.

Et ce jour-là, alors qu'elle regardait l'homme qu'elle avait aimé en secret pendant quatre ans, elle savait que, même si elle n'avait pas alimenté cet amour, qu'elle n'avait rien fait pour le maintenir en vie, elle avait été la victime des feux dévorants de l'amour. Ils avaient brûlé son cœur. Entre amour et loyauté, elle choisirait toujours la loyauté. Elle était un membre du Cruxis. Yuan était un renégat. Et maintenant, il était avéré qu'il était un ennemi. Elle savait que les jours où elle travaillerait en sa compagnie étaient finis. Elle aurait un jour à se battre contre lui. Mais quand Yggdrasill l'avait blessé, quand il l'avait frappé, elle dut regarder ailleurs. Et se contrôler pour ne pas courir vers Yuan pour l'aider. Cela était juste insupportable.

Il était un traître.

Elle le savait.

Mais elle ne pouvait pas s'empêcher de l'aimer.

Tout comme elle savait que seule la Mort pouvait la libérer de cette passion ardente.

 

 

FIN

 

Depuis le temps que je voulais écrire sur ce pairing ! Le pire, c'est que c'est à cause d'une des vidéos de mon amie allemande que j'ai commencé à les imaginer ensemble ! Elle m'a avoué avoir adoré.

En tout cas, je vous souhaite à tous et à toutes une très bonne rentrée.

Posté par _martel_ à 17:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,