03 novembre 2008

Chapitre 01: Le Tribunal - par Ludovika

 Deux ans après la réunification des mondes de Sylvarant et Tesséha’lla…
 Tesséha’lla, Meltokio, Tribunal…

 Les jurés fixaient leur futur condamné. L’Ange était attaché au sol par d’énormes chaînes métalliques liées à d’épais anneaux autour de ses mains et de ses chevilles. Un autre lien, plus lourd encore, passait entre les diverses menottes pour rejoindre son cou, entouré d’un collier qui le forçait à garder tête baissée. Ses cheveux aubruns cachaient son regard écarlate. Malgré cela, la tension était palpable dans le tribunal. Plus qu’une présence, l’être céleste était comme une ombre au-dessus d’eux. Il était le dernier membre de sa race et le monde serait bientôt débarrassé de toute trace du règne du Cruxis. Tous pourraient oublier.
- Kratos Aurion.
Le mercenaire ne broncha pas à l’appel de son nom. Il n’avait rien à ajouter aux faits qui lui étaient reprochés. Pourtant, alors qu’il attendait silencieusement la suite du procès, son attention était dirigée vers une toute autre direction que celle de son propre destin. Au premier rang se tenait la seule personne qui eut jamais compté pour lui.
- Papa…
Ce murmure inaudible n’avait fait que traverser les lèvres de son fils, mais il l’avait entendu avec une telle clarté que son cœur fit un bond dans sa poitrine. Lloyd… Il bénit ses sens d’Ange pour pouvoir être capable de sentir sa présence. Elle valait mieux que n’importe quel réconfort. Bien qu’il portait un cristal du Cruxis depuis seulement deux années, il avait beaucoup changé. Ses cheveux, plus longs, descendaient jusqu’à ses épaules, toujours aussi indomptables, encadrant son visage affiné par son sang angélique. Habillé plus sobrement, il portait une chemise blanche et un pantalon noir. Le médaillon était à sa place, contre son cœur, sur sa peau halée par son insatiable envie de voyages.
A ses côtés se trouvaient Sheena et Zélos qui étaient désormais mari et femme pour le meilleur comme pour le pire. L’élu était devenu un représentant important du nouveau monde. Il avait proposé d’user de son influence pour apaiser la colère à son égard, mais Kratos avait refusé, il était prêt à assumer le poids de sa trop longue vie. Le roux était passé derrière Lloyd et lui avait entouré les épaules de son bras pour le soutenir. Mais le jeune immortel n’accordait aucune importance aux attentions de ses amis, ses grands yeux carmin étaient rivés sur son père, emplis de doutes. L’Ange pouvait percevoir son déchirement à travers les battements irréguliers de son cœur. A droite de son fils se tenait son vieil ami, Yuan. Sa condition d’éternel n’avait pas été révélée. Une société secrète qui regroupait différents dirigeants et conseillés l’avait réclamé pour siéger à sa table. Bien qu’il y avait un roi, c’étaient eux qui prenaient les décisions. Malheureusement, un pion ne pouvait pas en reverser dix autres, c’est ainsi qu’il avait été décidé de rendre publique la véritable identité du mercenaire, sacrifié pour sauver les deux Anges restants. Il ne leur en voulait pas, c’était lui qui avait décidé de revenir. Et dire que c’était dans cet endroit qu’il revoyait son enfant après une si longue séparation.
L’humain leva la tête vers le juge.
- Avez-vous quelque chose à ajouter ?
L’assemblée retenait son souffle, après tout, un claquement de doigt aurait pu le libérer et tous les envoyer en Enfer.
- Non.
Sa voix profonde résonna dans l’esprit de Lloyd. Lentement, Ses doigts se crispèrent de plus en plus sur le bras de Zélos qui resserra son étreinte et, au prix d’un grand effort, il refoula ses larmes.
- Bien, la séance est levée jusqu’au verdict des jurés.
Tout le monde se leva mais le jeune immortel ne voulait pas bouger. Des gardes vinrent détacher son père pour l’emmener ailleurs. Avant de disparaître derrière une porte du fond, il se retourna vers son fils, ses yeux se firent plus doux, un sourire se dessina sur ses lèvres. « Ne t’inquiète pas… » Pensa-t-il. Le temps d’un dernier regard, il avait été emmené. Zélos et Sheena poussèrent en douceur le garçon pour quitter la pièce.
- Papa…

 Seul dans une pièce annexe au tribunal, mais toujours lourdement attaché et surveillé, Kratos se prit à méditer sur son propre sort. Des chaînes, des barreaux, des années,… Finalement, ce serait l’usure qui aurait raison de lui. Au moins, Lloyd serait en sécurité, entouré de ses amis. Et il savait que Yuan garderait constamment un œil sur lui. Fermant les paupières, il renversa la tête en arrière pour détendre sa nuque douloureuse. Le seul regret qui lui restait était de n’avoir pu passer plus de temps avec son fils…br>

 Lloyd était assis en tailleur dans un canapé, les yeux vides de toute émotion. Néanmoins, ses amis savaient qu’un rien le ferait craquer. Ils avaient trouvé une pièce à l’écart des autres personnes qui assistaient au procès, enfin en paix. Plusieurs mètres plus loin, Yuan méditait devant une âtre, le garçon ne savait pas que c’était lui qui avait envoyé son père à l’échafaud. L’Ange inspira profondément et se dirigea vers Lloyd. Il s’agenouilla devant le fils de son vieil ami.
- Lloyd, je te promets qu’ils ne le garderont pas enfermé pour l’éternité.
Le garçon leva les yeux vers lui.
- Ils vont le garder longtemps mais il finira par sortir.
-Longtemps ? Demanda le jeune immortel.
- Oui, il faudra que tu sois très patient.
- Dix ans ? Vingt ans ?
Yuan ne répondit pas et posa sa main sur la tête de Lloyd qui baissa les yeux.
- Je crains que nous ne devions attendre qu’un certain nombre de générations se soient écoulées…
Le garçon respira profondément pour chasser le futur qui l’attendait. Le Demi Elfe lui pressa alors l’épaule.
- Je sais que tu es courageux, tu ne feras pas de bêtise. Ne t’inquiète pas pour lui, il ne peuvent rien lui faire de mal.
- Ah ! Tu connais ton père ! Lança Zélos en ébouriffant joyeusement les cheveux de Lloyd. Ce type a de l’acier dans les veines !
L’élu lui fit un clin d’œil encourageant et le jeune immortel acquiesça.
- D’accord, articula-t-il, la gorge un peu nouée. J’attendrai.
- Le service nous est offert, on va bientôt nous apporter quelque chose à manger, annonça Sheena.
- Ne vaut-il pas mieux rentrer ? Les délibérations risquent de durer des jours, enchaîna son époux.
- On dirait pourtant qu’ils ont plutôt l’intention d’expédier ça en quelques heures, soupira la jeune femme.
Yuan fronça les sourcils, il avait un mauvais pressentiment.
- Je dois m’absenter, je serai de retour pour le jugement, dit-il en quittant précipitamment la pièce.
Lloyd amena ses genoux sous son menton et entoura ses jambes de ses bras.
- Je… je ne saurais rien avaler, bafouilla-t-il.
L’invocatrice s’assit à côté du garçon, dégageant des mèches couleur chocolat qui glissaient sur son visage.
- Lloyd…
- Je ne saurais pas, insista-t-il, sa voix montant dans les aigus.
Sheena se mordit la lèvre avant de reprendre d’un ton doux et compatissant.
- D’accord, mais essaye au moins de te reposer, capitula-t-elle.
Elle se leva et l’aida à s’allonger sur le fauteuil. Zélos lui lança une couverture qu’elle étendit délicatement sur lui.
- Ne t’inquiète pas, tout ira bien…

 Pour la dernière fois, Kratos se retrouvait enchaîné et tête baissée devant le juge. Les doigts de Lloyd serrèrent si fort la barrière de bois qui le séparait de son père que ses jointures blanchirent. Sa mâchoire se crispait alors que le silence se faisait, tous patientant pour le jugement final. Seul le mercenaire semblait détendu alors qu’il savait pourtant qu’il allait être privé de sa liberté pour des siècles, voire des millénaires.
Soudain, Lloyd sursauta alors qu’une porte du fond s’ouvrait pour laisser entrer d’autres personnes.
- Mais… ?
- Qu’est-ce que ceux de l’Institut de recherche fichent ici ? Le doubla Yuan, la voix empreinte de colère.
Le cœur du jeune immortel s’arrêta dans sa poitrine alors qu’il appréhendait ce qu’il allait arriver. Il se tourna vers le Demi Elfe en quête d’aide mais celui-ci fixait toujours les nouveaux venus. Même Kratos leva la tête vers eux pour les regarder avec méfiance.
- Bien… Fit le juge en tassant ses feuilles.
Lloyd lançait des regards affolés en tous sens, le pouls irrégulier et brutal. Quand il en revint au vieil homme en face de son père, ce dernier réajustait ses lunettes avant de prononcer le jugement.
- Kratos Aurion sera condamné à servir les expériences de l’Institut de recherche de Tesséha’lla. Selon son état, il sera ensuite emprisonné à perpétuité dans une prison créée par les chercheurs qui garantira sa passivité.
- Non ! Hurla Lloyd.
Le garçon voulu se jeter sur le vieillard mais ses amis le retinrent fermement.
- Lâchez-moi !
- Ce procès… n’est pas terminé, annonça le juge.
Les compagnons se figèrent.
- Vous ne pensez pas en avoir déjà fait assez comme ça ? Cracha Sheena avec une ironie féroce.
Le vieil homme ne se laissa pas impressionner.
- En ce qui concerne le fils unique de monsieur Aurion, il sera placé dans une famille désignée par ce tribunal et devra être coupé de ses relations actuelles pour que tous puissent être rassurés quant à son éducation éloignée de tout rapprochement avec le Cruxis.
Le juge frappa son bureau d’un marteau de bois et les personnes qui avaient assisté au procès se levèrent pour se diriger vers la sortie. Lloyd était blême. Ses yeux croisèrent un instant ceux de son père dans un mélange de peur et de détresse.
- Vous… vous n’avez pas le droit ! Cria l’élu, interloqué.
Le vieillard frappa plusieurs fois sur son bureau.
- Veuillez les faire sortir, dit-il à l’attention de plusieurs gardes postés dans un coin.
Yuan prit le jeune immortel par les épaules et le força à suivre le flux de la foule.

 Dans les couloirs, les gens se bousculaient pour laisser passer les gardes qui escortaient le condamné. Yuan guidait tant bien que mal les autres pour quitter le bâtiment, tenant fermement Lloyd par le poignet. L’Ange jura. Comment allait-il faire pour sortir son vieil ami de là ? Un homme corpulent le renversa presque et, pris par une vague de colère, le Demi Elfe riposta violemment. Profitant du relâchement de l’éternel, Lloyd se tordit le bras pour échapper à son emprise. Yuan se rendit compte trop tard de sa tentative d’évasion et le garçon lui glissa entre les doigts.
- Lloyd ! Cria-t-il dans la cohue générale.
Le jeune immortel, tenant son poignet douloureux contre lui, se faufila dans la foule jusqu’à une partie libre où passait Kratos. Malheureusement, c’était là qu’était massé la plupart des gens qui avaient assisté au procès. Il joua des coudes pour se rapprocher mais la dernière ligne ne voulait pas céder. Son père passa.
- Papa ! Hurla-t-il.
Plusieurs personnes le regardèrent avec des yeux ronds.
- Papa ! S’époumona-t-il.
Brusquement, une ouverture se fit et Lloyd se retrouva dans le sillon des gardes. Devant lui, le groupe qui encadrait son père s’était arrêté. Kratos jeta un regard au plus décoré d’entre eux puis s’avança vers son fils. Mais Lloyd n’attendit pas et il se précipita droit vers lui. Arrivé en face du garçon, le mercenaire, toujours menotté, s’agenouilla et lui prit la main. La foule eut un mouvement de recul quand la lumière du sort soigna le poignet tordu mais aucun des deux n’en tint compte.
- Papa… Dit Lloyd, la gorge nouée.
- Chut…
Kratos leva ses poignets entravés et les descendit autour de son fils. Lentement, le jeune immortel enroula ses bras autour de son cou et y enfouit son visage. Le mercenaire le serra plus fort contre lui quand des sanglots vinrent l’agiter.
- Je suis désolé, articula le garçon.
- Ne t’inquiète pas, ce n’est qu’une vieille étoile qui s’éteint pour laisser place à une autre.
- Je m’en fous, je veux rester avec toi. Je veux que tu restes avec moi…
- Lloyd, je dois payer pour ces millénaires de souffrance. Ne sois pas triste, murmura l’Ange à son oreille.
Le jeune immortel se taisant, il poursuivit.
- Et puis, je pars en sachant que j’ai laissé quelque chose de bien derrière moi...

Il écarta un peu le garçon pour le regarder droit dans le yeux.
- Quelqu’un de bien, sourit-il.
D’un mouvement de bras, il se rapprocha et déposa un baiser sur son front avant de le serrer encore plus fort contre lui. Il avait besoin de son courage pour ce qui allait suivre.
- T’as qu’à lancer un Jugement et puis on pourra partir, bouda Lloyd entre ses larmes.
Un cri d’effroi se propagea parmi les badaux et Kratos ne put retenir un sourire.
- Je suis certain qu’ils te trouveront une famille qui t’offrira enfin tout ce dont tu as besoin.
- C’est de toi que j’ai besoin !
Pour la deuxième fois, ils avaient légèrement relâché leur étreinte pour se parler en face.
- J’aimerais te demander une dernière chose, dit le mercenaire d’une voix posée.
- Hein ?
- Souris.
- Je… je ne saurais pas !
Son père eut une mimique amusée et, à la plus grande surpris de son fils, son visage s’approcha du sien pour venir embrasser sa joue, juste à la limite de son cou. Quand son père se retira, Lloyd resta interloqué. L’endroit où l’Ange avait posé ses lèvres était encore brûlant de tendresse. Kratos mis son front contre le sien et ferma les yeux.
- Je t’aime, papa, murmura le jeune immortel.
- Je t’aime, mon fils, répondit son aîné dans un souffle, ouvrant à demi les paupières. Tu es ce que j’ai de plus précieux au monde.
- Séparez-les, qu’on en finisse ! Beugla un homme.
Malheureusement pour l’importun, l’invocatrice que se tenait près de lui n’était pas vraiment du même avis.
- Efreet !
L’explosion qui suivit l’accès de colère de Sheena, quoique petite, fit fuir une grande partie de la foule. L’homme, quant à lui, noir de suie, était étendu sur le sol, trop effrayé par l’esprit originel planant au-dessus de lui pour se lever.
Lloyd avait vu toute la scène et quand il se tourna vers son père, un grand sourire fendait son visage. Mais sa joie s’effaça bien vite lorsque le mercenaire se redressa, brisant en même temps leur étreinte. Des gardes se postèrent de part et d’autre de lui et l’invitèrent à quitter la bâtisse. Le jeune garçon s’accrocha à son pourpoint.
- Papa, promets-moi que tu résisteras ! Promets-moi que ce n’est pas un adieu ! Supplia-t-il avec détermination.

- Lloyd…
- Promets-le moi !
L’Ange ne lui répondit que par un regard lourd de sens et se laissa entraîner. Yuan, Zélos et Sheena rejoignirent rapidement Lloyd, il allait avoir besoin de leur soutient.

                                                               suivant>>

Posté par _martel_ à 18:46 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


09 janvier 2009

[OS] Flocons - par Ludovika

 

 Au-dessus de Meltokio, des nuages cachés par l’ombre de la nuit offraient leur pluie immaculée à la capitale. Les toits étaient blancs et la rue glissante, mais, malgré la neige et le froid, la métropole restait très animée, même plus qu’à l’accoutumée. Elle était bondée d’habitants, de couples et de familles louvoyant gaiement dans les boutiques et autour des sapins. Partout les façades étaient décorées et illuminées par des guirlandes élémentales. C’était le premier Noël depuis la réunification des deux mondes et il promettait déjà d’être mémorable.

Mais, bien que ce soit une fête de joie et de générosité, certains n’arriveraient malheureusement jamais à s’entendre…

- Zélos ! Tu n’es qu’un… qu’un sale pervers ! Vociféra Sheena.

- Pervers, j’en convient, mais, personnellement, je me trouve plutôt propre. Tu veux venir vérifier ? Plaisanta le roux. Ma délicieuse petite madame Noël en sucre !

Un objet volant non identifié traversa la pièce pour aller s’écraser avec grand fracas contre un mur. Le manoir Wilder comptait désormais un vase de moins.

- Voyons, ne te mets pas en colère, je croyais juste que ce joli costume était mon cadeau, rigola l’élu en évitant un deuxième projectile.

A la porte, Génis avait suspendu son mouvement, la main à quelques centimètres de la porte. Le jeune Demi Elfe soupira avant d’enfoncer son menton dans son écharpe. Derrière lui, les autres compagnons masquaient difficilement leur sourire, remontant leur col pour qu’on ne voie plus que leurs yeux brillant d’amusement.

 Finalement, il cala correctement son bonnet sur sa tête et prit son courage à deux mains.

- Génis ! Comme ça fait plaisir de te voir ! Oh ! Vous tous aussi !

Zélos l’avait doublé, sûrement en quête d’un quelconque espoir de fuite.

- Reviens ici ! S’époumona la jeune femme à l’intérieur.

Un sifflement au-dessus de la tête du jeune mage lui indiqua qu’il aurait été la victime innocent du jour s’il avait été un peu plus grand.

- T’as vu comme Sheena est de bonne humeur ? Une bataille de boules de neige s’impose, hé hé !

L’élu fit entrer toute la compagnie.

- Tiens, tu ne nous avait pas prévenus qu’ils seraient là, dit Raine en apercevant les deux autres invités.

Dans le salon, les deux derniers Anges du Cruxis, Yuan et Kratos, encore dans ses habits du Cruxis, étaient confortablement installés dans de grands fauteuils, immobiles. Ils relevèrent la tête à leur arrivée, le premier levant son verre en guise de salut.

- Ouais, j’ai voulu les accrocher au sapin mais ils n’étaient pas d’accords !

- Tss… Stupide élu, dit Yuan, visiblement vexé.

- On accroche des Anges aux sapins à Tesséha’lla ? Demanda candidement Colette.

- Mais oui ma petite chérie ! Après tout, c’est l’Ange Gabriel qui est venu annoncer la naissance de Mithos !

- Balivernes, maugréa le Demi Elfe aux cheveux bleus entre ses dents.

Zélos ne cacha pourtant pas sa joie d’avoir touché l’un des compères dans son orgueil et c’est avec un sourire comme une banane, jusqu’aux oreilles, qu’il fit amener à boire et les fit asseoir.

- Au fait, vous n’auriez pas vu Lloyd ? Je l’avais aussi invité mais je n’ai pas eu de réponse.

Les compagnons s’entreregardèrent silencieusement. Génis prit la parole.

- Quand Dirk est mort, il y a environ six mois, il a dit qu’il avait besoin de se changer les idées et… il est parti.

- Nous pensions le retrouver ici, poursuivit sa sœur. Mais visiblement…

Zélos haussa les épaules.

- S’il voyage, c’est normal qu’il n’ait rien reçu. Franchement, je pense qu’on n’a pas besoin de se faire du souci pour lui.

Les autres ne répondirent pas.

- Bref ! Fit l’élu en se levant d’un bond. C’est Noël et j’ai des cadeaux pour vous !

- Des cadeaux ? Dirent en cœur les habitants de Sylvarant.

La bonne humeur du roux s’affaissa comme s’il venait d’apprendre la mort de quelqu’un, les yeux scintillants, au bord des larmes.

- Nous ne faisons pas de cadeaux à Noël chez nous, expliqua Raine. Nous en faisons à la fête de Martel, c’est-à-dire quand…

- Vous voulez dire que… vous n’avez rien pour moi ? Les questionna Zélos de sa petite voix enrouée. Ce sera la première fois que je ne recevrai rien à Noël….

- Il y a un début à tout ! Lança Génis d’un rire gêné.

L’élu ne bougeait plus. Un à un, il regardait chacun de ses compagnons, la mine défaite.

- Personne ne m’aime ! Hurla-t-il de désespoir.

 

Assis sur un des plus hauts toits de la ville, Lloyd inspira profondément l’air glacé de la soirée et regarda un gros flocon blanc fondre dans sa paume. Frissonnant, il resserra sa cape autour de lui. C’était un grand tissu brun clair qui lui arrivait aux mollets avec un col qui remontait jusqu’à son nez, entourant tout son corps comme un poncho.

Il entendit des bruits de pas et n’eut pas besoin de tourner la tête pour reconnaître son amie. Ayumi prit une des longues mèches de cheveux du garçon et la fit glisser entre ses doigts.

- Ca te va bien le blond, dit-elle avec un sourire amical.

Elle enleva un peu de neige du toit et s’assit à ses côtés. Enfin, Lloyd se tourna vers elle.

Ayumi était une jeune fille du même âge que lui, plus petite et svelte que les autres filles de la bande. Elle avait des yeux splendides, étirés tel les natifs de Mizuho, et à l’iris tellement sombre qu’elle se confondait avec ses pupilles. Sa peau était comme de la porcelaine et on la devinait douce comme de la soie. Encadrant son visage ovale, ses cheveux noirs et brillants étaient aussi longs que ceux du garçon, atteignant sa taille. A l’instar de Lloyd, elle avait revêtu une des grandes capes habituelles des jeunes maraudeurs de Tesséha’lla, mais plus foncée que la sienne.

Après l’initiation de Lloyd, ils étaient devenus des coéquipiers inséparables. Ayumi était d’une compagnie agréable, elle avait toujours une histoire à raconter lorsqu’ils s’asseyaient autour d’un feu après une longue journée et, étrangement, sa présence semblait redonner de la bonne humeur à tout ceux qui la rencontraient. Au départ, Lloyd avait eu peur de la déranger avec son constant air maussade.

Depuis le départ de son père biologique sur Derris-Kharlan et encore plus à la mort de son père adoptif, Dirk, il s’était sentit abandonné et n’avait cessé de se refermer sur lui-même. Heureusement, Ayumi avait le don de réconfort et, sans jamais demander les raisons de son attitude, son sourire lui mettait du baume au cœur.

- Allez, debout, on va faire un tour en ville ! Y a encore plein de richards à qui ont peut faire les poches !

Les deux amis se levèrent et coururent vers le bord de la toiture, leur chaussures souples ne laissant que peu de traces dans sur la poudreuse. Une fois arrivés, sans ralentir leur course, ils bondirent jusqu’au bâtiment voisin. S’aidant de l’environnement urbain, ils filaient à tout allure dans la nuit sur les toits pourtant couverts de neige. Après une dizaine de minutes d’une course effrénée, ils s’arrêtèrent. L’air froid les faisait grelotter dans leurs capes, ils se regardèrent et, sans prononcer un mot, ils décidèrent mutuellement de redescendre dans la rue pour rejoindre les autres.

- Où vas-tu ? Demanda Zélos en apercevant Kratos près de la porte, enfilant un long manteau clair au capuchon de fourrure.

- Je vais prendre l’air, répondit sèchement le mercenaire.

Kratos sortit.

- Tsss, toujours aussi sympathique celui-là, marmonna l’élu.

 

 L’Ange referma la porte derrière lui. Il devait faire terriblement froid cette nuit, mais la température ne l’affectait pas. Il se promena dans les rues principales de la capitale, entrant finalement dans un bar moins bondé que les autres mais néanmoins plus tranquille. Détachant son long manteau, il le posa sur un siège à côté de lui et s’assit au bar. Le gérant vint prendre sa commande.

C’était un homme de bonne taille et d’une carrure assez large. Il portait une chemise blanche enserrée par un singlet noir et son visage calme arborait une petite moustache.

- Monsieur, que puis-je vous servir ? Demanda-t-il d’une voix posée tout en essuyant un verre.

- Whisky.

- De Meltokio, des montagnes de l’Est ou du Nord ?

- Du Nord.

Le plus fort.

Kratos passa une main sur son visage. La pièce rectangulaire était chauffée par une grande cheminée sur le côté gauche. Les murs étaient sans tapisserie mais les briques acajou, les meubles de bois brut et les fauteuils mitonnés offraient aux clients cette impression d’être ailleurs, d’avoir quitté les habitudes mondaines de la capitale. Le bar occupait les deux tiers du fond de la pièce. Devant le bar et près de la cheminée, il y avait en tout six tables, pas de quoi en faire un endroit surpeuplé. Mais l’Ange appréciait cet endroit, le calme, les alcools classiques, …

Le barman lui apporta son verre. Le Kratos but une gorgée qui manqua de lui brûler la gorge. Il savoura cette sensation. C’était Yuan, il y avait plusieurs milliers d’années, qui lui avait appris à apprécier l’alcool alors qu’il n’était qu’un jeune mercenaire concourant avec ses amis pour savoir lequel pouvait boire une bouteille entière sans tanguer après. Ces souvenirs lui auraient tiré un sourire mais ce dernier préféra se cacher derrière l’habituel masque d’acier de l’Ange. Il reposa son verre.

Des rires. Tournant la tête vers la cheminée, il remarqua un groupe de jeunes, tous vêtus de longues capes. Au nombre de six, l’un d’entre eux était à genoux sur sa chaise, penché sur la table, le bras tendu, essayant de prendre son verre à un autre qui rigolait. Mais le regard écarlate du mercenaire remarqua un autre enfant, un jeune garçon aux longs cheveux blonds et aux yeux semblables aux siens qui s’était recroquevillé derrière ses amis quand son regard c’était posé sur eux.

Mine de rien, Kratos se détourna et, après quelques secondes, fit un signe discret au barman.

- Qui sont ces jeunes ? Demanda-t-il à l’homme, très bas.

Le barman jeta un coup d’œil discret près de la cheminée.

- Ce sont des gosses qui viennent d’un peu partout, personne n’a l’air de savoir s’ils ont une famille ou non. Ce ne sont pas vraiment des voleurs comme certains le disent. Ils travaillent parfois pour les hauts dignitaires en transmettant des messages privés ou secrets. Un peu tapageurs, mais pas méchants.

Le barman retourna à sa vaisselle.

Le regard du mercenaire se perdit au fond de son verre. Alors c’était ça qu’il était devenu. Une vague douloureuse manqua de le submerger. Kratos finit son verre d’une traite. Rapidement, il enfila son manteau et sortit sans un regard pour les jeunes près de la cheminée. Après tout, c’était son choix. Il n’avait pas le droit d’intervenir. Peu importe le mal que ça lui faisait. Il ne pouvait pas.

Il marcha ainsi jusqu’à une grande place au deuxième niveau de Meltokio, se persuadant que c’était mieux ainsi. L’air était glacé et son souffle faisait des volutes blanches dans l’air qui s’évanouissaient presque aussitôt. Lentement, il bascula la tête en arrière, face aux cieux parsemés d’étoiles. Quoi qu’il arrive, les étoiles brilleraient toujours, c’était un moindre réconfort. Il ferma les yeux. Même ainsi, il pouvait les voir. Le ciel n’avait depuis longtemps plus de secrets pour lui. Demain, il rentrerait sur Derris-Kharlan, surveillerait à nouveau les Anges dépourvus d’âme, resterait silencieux. Avec une douloureuse appréhension, il se libéra quelques secondes, sentit le poids de son cœur dans sa poitrine, se rendit compte une fois de plus de l’étendue de ses cicatrices. Il s’avoua enfin que ce destin l’effrayait. A force d’être loin de toute vie, il finirait comme eux, le regard vide, agissant mécaniquement, comme une machine. Il perdrait tout ce qui faisait de lui un être humain, toute trace de son passé.

Kratos ne se tracassait pas de ce que les gens pensaient de lui, il n’y avait personne à cet endroit. Il agrippa son manteau à l’emplacement de son cœur. Lloyd… Une bouffée de réconfort l’envahit. Il avait choisi de vivre ainsi et ça ne le dérangeait pas. Tout ce qui comptait, c’était qu’il soit heureux. S’il était heureux, alors sa longue existence trouverait son sens, son…

Un bruit dans la neige, le léger craquement habituel de pas sur la poudreuse. Lentement, l’Ange se retourna. Il était là, à quelques mètres de lui, dans sa cape brune, avec ses longues mèches blondes parsemées de flocons. Leurs regard se croisèrent, reflets l’un de l’autre, identiques. Le visage du mercenaire s’adoucit. Lloyd, les joues rosies par le froid, le regardait, muet, ses grands yeux écarlates emplis d’un triste mélange de peine et de reproche.

Le garçon esquissa un geste, mais se retint. Après quelques secondes d’un silence interminable, il sembla vouloir revenir sur ses pas. Kratos fit un pas dans sa direction. Le garçon se réintéressa à son père.

Kratos fit un deuxième pas, puis un troisième. Reprenant contenance, ses idées se remettant en place, il avançait avec plus d’assurance. Lloyd le regarda arriver sans bouger. En face de son fils, le mercenaire s’accroupit pour être à sa hauteur. S’il y avait un remède contre son mal, c’était la vie, son fils, son enfant adoré. Il posa sa main sur la tête du garçon. Sa paume glissa jusqu’à sa joue. Sa peau était froide.

Les yeux de Lloyd se remplirent d’une soudaine tristesse, brillants, de petites larmes scintillantes sur le bord des paupières. Sans crier gare, il se jeta au cou de son père, éclatant en sanglots. L’instant de surprise passé, Kratos referma ses bras sur lui, le sera contre son cœur, de toutes ses forces. Il n’avait plus envie de repartir.

 

 

Dans le manoir Wilder, seul l’élu était encore éveillé, même la jeune Séles était rentrée de sa virée entre amies. Peu fatigué, il s’était proposé pour attendre le retour du mercenaire et ce dernier ne tarda pas à rentrer.

Zélos regarda avec des yeux ronds les deux énergumènes qui venaient d’arriver. Kratos portait sur son dos un jeune garçon aux longs cheveux blonds mais au visage familier, endormi et emmitouflé dans son manteau.

- Qu’est-ce que c’est ? Le questionna l’élu en voyant le mercenaire emporter son paquet vers les chambres.

- Mon cadeau de Noël, répondit l’Ange, imperturbable.

- Qui te l’a donné ?

- Le Père Noël.

 

Lloyd ouvrit lentement les paupières. Un mince rayon de soleil était passé entre les rideaux de tulle qui en filtraient la majeure partie. Prenant appui sur ses coudes, il se redressa. Avec la lumière, les souvenirs de la vieille ressurgirent. Son père… Il jeta un coup d’œil dans la chambre, notant que son manteau était posé sur le dossier d’une chaise. Il était chez Zélos et, vu la hauteur du soleil dans le ciel, il ne devait pas être très loin de midi. Il y eut des bruits de pas dans le couloir puis quelqu’un entra. Kratos.

Son père s’avança et s’assit sur le bord du lit. Sans rien dire, il prit un objet dans sa poche et le lui tendit. C’était une petite clé dorée. Lloyd comprit et n’esquissa pas un geste. Kratos lui prit la main et y déposa la petite clé.

- Qu’est-ce que c’est ? Demanda innocemment le garçon.

- La clé d’un coffre à la banque.

Lloyd se retint de fusiller l’Ange mais ne put s’empêcher de lui rendre un regard dur. Il laissa tomber la petite clé sur les draps.

- Je n’ai pas besoin d’argent.

- Maintenant, non. Mais plus tard peut-être.

Sous les yeux ébahis de son père, Lloyd, en enfant buté, prit la clé et la lança à l’autre bout de la pièce. Il se laissa retomber sur le lit et tourna fermement le dos à son protecteur.

Sans se démonter, Kratos tendit la main et lui caressa les cheveux. Le garçon ne broncha pas. Comme Ayumi le jour précédant, le mercenaire fit glisser une longue mèche blonde entre ses doigts, un sourire en coin.

- En blond, tu me fais penser à Yggdrasill. Je préférais ta vraie couleur, brun, comme ta mère.

Lloyd se releva vivement, rageur.

- Arrête ! Maman n’est plus là !

- Lloyd…

- Tu vis dans le passé et tu te caches tout le temps derrière ! J’aime maman, mais elle est toujours entre nous ! C’est impossible de parler ! Impossible d’essayer de se connaître ou de se comprendre !

Le jeune garçon se dégagea rageusement des couvertures et se leva. Sur le lit, son père semblait pétrifié. Autrefois, il aurait donné cher pour pouvoir admirer cette stupeur peinte sur son visage. Mais aujourd’hui, c’était différent.

Lloyd ouvrit la porte-fenêtre, faisant volte-face pour toiser l’Ange une dernière fois, hurlant sa tirade finale.

- Je suis son fils ! Pas son fantôme !

Et il bondit à l’extérieur.

 

 

- Lloyd ?

Le jeune garçon, l’Epée Eternelle en main, s’était arrêté depuis quelques secondes alors qu’il était en train d’envoyer son père sur Derris-Kharlan pour la seconde fois. Lloyd baissa le bras, l’épée pointée vers le sol. Il lança un regard indifférent au mercenaire et, sans le quitter des yeux, il lança l’arme à ses pieds. L’Ange ne bougea pas. Lloyd haussa les épaules.

- S’tu veux y aller, t’a qu’à le faire tout seul, t’es assez grand pour m’abandonner encore une fois.

Il tourna les talons. Kratos se précipita et posa une main sur son épaule. Mais Lloyd se dégagea brutalement et le poussa en arrière, les joues inondées de larmes.

- La seule chose que je voulais c’était rester avec toi ! Cria-t-il de tristesse et de rage.

- Ecoute…

- Non ! Toi, tu écoutes ! Je me fous pas mal de ce que t’as fait ou de l’âge que tu as ! Tu comprends pas ce que je ressens ! T’es mon père, tu trouves ça anormal que je veuille être avec toi après avoir été séparés pendant plus de dix ans ?! T’as pas le droit de me refaire ça !

Le jeune garçon tomba à genoux, couvrant son visage de ses mains, agité de sanglots. Rapidement, Kratos vint à son côté et le prit contre lui, le serrant dans ses bras, le consolant, sans cesser de répéter : « Je suis désolé, Lloyd. Je suis désolé. »

- Arrête de pleurer, tout va bien, je reste avec toi.

Lentement, Lloyd se calma. Toujours dans les bras de son père, il leva ses yeux fatigués vers lui.

- Tu vas vraiment rester ?

- Oui, je te le promets.

Le jeune garçon se blottit un peu plus contre lui.

- Même si je n’ai pas de foyer pour toi…

- On n’a pas besoin de maison. On est ensemble, c’est ça notre chez nous.

Kratos lui releva la tête et lui montra un objet brillant dans sa paume. Un Cristal du Cruxis. Le regard de son père se fit plus peiné.

- Est-ce que tu veux vraiment vivre pour l’éternité, voir tous tes amis vieillir et mourir, endurer la jalousie de ceux qui te sont chers à cause de cela, regarder le monde et regretter les moments passés ?

Lloyd enfouit son visage dans le torse du mercenaire.

- Je me fous de vivre jusqu’à la fin des temps sur cette planète, Lloyd. Je resterai, si tu le veux encore, mais ne me demande pas de rester à tes côtés pour te regarder périr à petit feu.

Son fils se redressa et prit le cristal.

- Je n’ai pas peur, je suis avec toi.

Kratos déposa un baiser sur son front.

- Euh… dis, il y avait toute ta fortune dans le coffre dont tu m’as donné la clé ?

Son père lui lança un regard amusé.

- Non, seulement une petite partie. J’avais demandé à Yuan de quand même surveiller ce que tu allais en faire et de remplir le coffre en cas de besoin… Pourquoi ?

- Bah, euh, j’ai refilé la clé à une amie de Meltokio. Ca… ne pose pas de problème ?

Kratos lui ébouriffa gentiment les cheveux en se relevant.

- Ca posera problème si tu refuses de raccourcir ça. C’est quand même un peu long, tu ne trouves pas ?

Lloyd lui rendit un immense sourire.

Posté par _martel_ à 16:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Chapitre 02: L'éveil - par Ludovika

 Un millénaire plus tard, pendant l’hiver…

Tesséha’lla, Ozette, Musée National de la Réunification…

 

Le Demi Elfe s’arrêta devant un mur où s’étalait le descriptif des quatre Anges du Cruxis. Yuan…Un sourire s’étira sur ses lèvres. A ses côtés, Hellen, une jeune femme qui travaillait pour lui, jouait distraitement avec une mèche blonde ayant échappé à sa longue natte qui dépassait de son bonnet. Yuan n’avait pris que quatre hommes de plus avec lui, ce serait amplement suffisant. La première, Hellen, était habillée en étudiante : bonnet à pompon, collants noirs, jupe de laine courte, … Bien qu’elle ait dépassé la vingtaine, le costume lui allait comme un gant. Quand à Jonathan et Clev, ils observaient avec grande attention des débris d’exsphères appartenant autrefois à des Desians.

- Qu’est-ce qui te fais rire ? Demanda Hellen, sa voix sérieuse contrastant vivement avec la douceur qu’elle dégageait.

Yuan montra du doigt la représentation approximative que des artistes avaient faite de lui.

- Tu trouves que je ressemble à cette chose ?

La jeune femme braqua sur lui ses yeux céruléens puis eut une mimique amusée.

- Eh bien… Vu sous cet angle, j’avoue que la ressemblance n’est pas frappante. Mais d’un autre point de vue, les peintres t’ont imaginé terrifiant alors… Je suppose que c’est la cause de tous ces muscles disproportionnés… Et de ces étranges cornes qui te sortent du crâne.

- Et je ne suis pas chauve, ajouta-t-il à la liste.

Ils échangèrent un sourire complice.

- Chef ? Demanda quelqu’un dans leurs oreillettes.

C’était Ygra, le quatrième compagnon. Le jeune Elfe était devant la prison. Au centre de la pièce, il y avait un énorme cube de pierre noire, d’une hauteur de trois mètres et d’une largeur identique. Sur chaque face, sur chaque centimètre carré étaient inscrites d’anciennes runes destinées à retenir une puissance inhumaine… L’objet semblait absorber la lumière de la pièce et une aura étrange l’entourait. « C’est chose est une abomination… » Pensa Yuan.

- On t’écoute, confirma Hellen assez bas pour que les visiteurs ne les entendent pas.

- Bon, j’ai préparé le sort. L’explosion devrait être assez puissante pour détruire le bloc mais je ne peux pas garantir que l’Ange ne sera pas blessé, ni les autres personnes.

- On fera avec, il n’y a pas d’autre solution, dit Yuan.

- Tout le monde est prêt ? Demanda Hellen.

- Prêt, lança Jonathan.

- Prêt, confirma Clev.

- Prêt.

 A la base de son cou, le cristal du Cruxis de l’Ange se mit à briller et l’exsphère sur la main d’Hellen fit de même. Au centre de la pièce, des runes luirent sur la face de la prison sur laquelle Ygra se concentrait. Et soudain, la détonation retentit. Le sol trembla et les visiteurs courraient vers la sortie. Mais au milieu de ce tumulte de pierre et de poussière, Yuan et Clev, un humain d’une carrure impressionnante, se précipitaient vers le cube noir dans lequel se dessinait un énorme trou alors que Hellen et Jonathan, le frère de Clev, surveillaient l’entrée pendant qu’Ygra leur préparait une évasion par les sous-sols. A peine quelques secondes plus tard, Yuan sortit, suivit de Clev qui portait un corps inerte sur son dos.

- Ygra ! Hurla l’Ange.

- Explosion !

Quand les flammes du sort disparurent, ils se laissèrent tomber quelques niveaux plus bas.

- Allez, on y va ! Les exhorta Yuan alors qu’ils se mettaient à courir dans l’obscurité.

 

 

Base renégate de Flanoir…

Bip… Bip… Bip… Le son répétitif s’immisçait dans sa tête. Bip… Bip… Bip… Le bruit ne s’arrêtait pas. Il n’y avait rien d’autre. Bip... Bip… Bip… Ses paupières, il devait ouvrir ses paupières. Un peu de concentration lui permit seulement de remuer le bout des doigts. Où était-il ? Depuis combien de temps était-il… ? Est-ce que… ? Il inspira profondément, soulevant son torse, avant d’expirer en une sorte de gémissement. Fff… Clap, clap, clap, clap, clap… Fff… Deux personnes venaient d’entrer dans la pièce. Il tendit ses sens pour capter leurs murmures.

- On dirait que nous avons évité de gros ennuis, dit une voix féminine.

L’autre soupira, c’était un homme. Il était certain de connaître son odeur si familière.

- Mais maintenant, nous avons l’autorisation du sénat pour le réhabiliter. De toute façon, l’histoire est devenue une légende et la légende est devenue un conte pour gamins. Tant qu’il ne cause pas de problèmes, il vivra.

Il fut soudainement assaillit de souvenirs : une guerre, deux mondes, une planète solitaire, … Lentement, sa mémoire se remettait en place, classant soigneusement les événements dans le bon ordre, lui rappelant les moindres détails. Un autre gémissement lui échappa et les deux autres cessèrent de chuchoter.

- Il se réveille déjà ? S’alarma la jeune femme.

- Vérifie les scans et appelle quelqu’un.

- Très bien.

La femme quitta la pièce.

- Laisse-moi deviner, dit-il à l’homme restant dont il se souvenait désormais, plus ou moins un mètre quatre-vingt, des yeux cyan, des cheveux bleus, et, à en juger par le bruit que font tes chaussures, tu es plus un chat de salon qu’autre chose. Mh… Yuan, pas vrai ?

L’Ange ne lui répondit que par un ricanement suivit un coup de pied sur le lit où il était allongé.

- Tu reviens d’entre les morts après un millénaire et c’est la seule chose que tu trouves à dire ? Charmant, ironisa le Demi Elfe.

- Mon vieil ami, pourrais-tu m’aider à ouvrir les yeux ? Demanda-t-il, étonné d’entendre sa voix si rauque.

- Bien sûr, mon vieil ami.

Il s’approcha et Kratos sentit des doigts se poser sur ses paupières. Lentement, la lumière atteignit ses yeux. Ils étaient dans une chambre. Les murs étaient métalliques et deux fauteuils étaient disposés autour d’une table devant une fenêtre aux rideaux tirés. A côté de lui, un moniteur contrôlait son rythme cardiaque avec des petits « bips » incessants. Yuan le regardait, une ride de scepticisme barrant son front. Mais un sourire moqueur remplaça vite son inquiétude.

- N’empêche, je préfère être un chat de salon, boire de bons alcools et rencontrer des femmes intéressantes que d’être un vieux loup décharné à l’humour dépassé.

Kratos leva les yeux au ciel, la bonne humeur planant sur son visage.

- Je n’aurais jamais pensé dire ça un jour mais je dois avouer que tu m’as manqué, lança-t-il dans l’humeur générale.

- Je t’en prie, ne me force pas à te rendre à la pareille, railla le Demi Elfe en dégageant une mèche bleue de son visage avec une élégance exagérée.

Ils laissèrent planer un silence léger. Prenant appui sur ses coudes, le mercenaire se redressa assez pour pouvoir parler face à Yuan. Il marqua une hésitation puis aborda enfin le sujet qui, sans qu’il ne le sache, tordait les entrailles de son ami.

- Yuan… Lors du procès, j’ai vu que tu avais donné un cristal à Lloyd. Où est-il ?...

Le concerné tiqua et un voile glacé remplaça la bonne humeur sur son visage. Lentement, il rapprocha un des fauteuils du lit et s’y assit presque douloureusement. La tête baissée, il respira à profondément avant de lever les yeux vers Kratos.

- Qu’est-ce qu’il s’est passé ?

- Tu as entendu, au procès, que Lloyd devait être placé dans une famille.

- Oui.

- Les premières personnes à avoir obtenu la garde ont été Zélos et Sheena, ils ont du se battre une année entière pour y arriver. Après, il y en a eu d’autres, tu sais, avoir un héros dans sa famille est devenu une sorte de marque de prestige. Enfin… Nous nous sommes toujours arrangés pour garder un œil sur lui. Ca fait quelques temps que nous n’avions plus eu aucune nouvelle alors j’ai contacté sa famille actuelle. Il avait été placé là en urgence parce que ses précédents parents pratiquaient la magie noire. Ils ne nous ont pas répondu et quand nous sommes allés sur place, ils étaient morts…

- Et Lloyd ?

- Pas une seule trace de lui. Mais vu l’état des cadavres, son ancienne famille est venue le récupérer…

- Tu veux dire qu’il est entre les mains de mages noirs ?! S’alarma le mercenaire.

- Oui, et…

Kratos arracha rageusement les fils accrochés à son corps et repoussa la couverture pour se lever.

- Kratos ! Tu n’es pas encore en état… Soupira Yuan.

Ignorant ses mises en garde, il posa les pieds sur le sol. Mais sitôt debout, il chancela dangereusement et sentit la pièce tournoyer. Le Demi Elfe lui bloqua les épaules sur le lit et il vit des étoiles danser devant ses yeux, trop faible pour lui résister.

- Laisse-moi, grommela-t-il avec peine, Lloyd est un Ange, tu sais tout ce que ces ordures sont capables de lui faire…

- Je sais, mais de toute façon, nous ne savons pas où ils sont en ce moment et te tuer ne l’aidera pas.

La porte coulissa et la jeune femme qu’il avait entendue entra dans la pièce. Elle portait une chemise blanche et un pantalon gris poussé dans de fines bottes noires laquées. A son bras, elle tenait une veste sombre d’aspect militaire. Son visage était fin et harmonieux, encadré de quelques mèches blondes échappées d’une longue natte. Elle étudia Kratos de ses yeux céruléens.

- Kratos, je te présente Hellen, mon assistante. Elle a aussi participé à ta libération.

Le mercenaire la salua d’un hochement de tête, elle-même lui rendant la pareille.

Yuan saisit une ceinture de cuir pendant au lit et entreprit d’entraver les poignets de son ami alors que la jeune femme s’occupait de ses chevilles.

- Ce n’est que par pure précaution, expliqua le Demi Elfe, même si tu as été légalement réhabilité, le pays est encore en état d’alerte. L’Etat a affirmé qu’il n’y avait jamais rien eu dans la prison et qu’un groupe anti-réunification l’avait fait explosé pour son symbolisme. De plus, je suis certain que si je te demandais de ne pas partir à la recherche de Lloyd, tu ne m’écouterais pas.

Kratos ne dit rien mais approuva, quoique rageur de ne pouvoir se lancer à la poursuite des mages noirs. Le Demi Elfe et la jeune femme quittèrent la pièce. Mais avant même que l’autre Ange ait pu soupirer, celui aux cheveux bleus passa sa tête par la porte.

- Pas bouger, gronda-t-il, pointant sévèrement son index vers lui.

Puis il repartit, laissant Kratos seul face à mille ans d’un noir absolu.

 

Kratos prit un poignard et le mit dans sa botte. Devant lui, plusieurs armes étaient disposées sur une table métallique. Jaugeant une épée qui lui semblait de bonne facture, il la glissa dans le fourreau qui pendait à sa ceinture.

- Je crois que celle-ci sera plus efficace, dit Yuan en lui présentant une arme dans un étui de soie noir.

Le mercenaire plissa légèrement les yeux pour tenter de décrypter le regard de son ami puis, il défit le tissu et se saisit de sa vieille épée.

- Flamberge… Lâcha-t-il dans un souffle.

- Lloyd nous l’avait confiée, ainsi que la Vorpal. Les laisser dans la nature était trop dangereux.

L’humain contempla l’arme. Des flammes semblaient danser à l’intérieur du métal, courant le long de la lame en lui offrant la beauté du feu. Sa poigne se raffermit sur la garde de Flamberge et il se débarrassa de l’autre épée.

 Ensuite, Kratos se tourna vers un grand miroir. Il portait des vêtements noirs renforcés de cuir par endroits et une cape épaisse recouvrait son dos et son épaule gauche. Alors qu’il enfilait distraitement des mitaines, il s’étonna lui-même de l’expression sinistre rendue par son visage émacié.

- Tu devrais peut-être te couper les cheveux, ironisa Yuan.

Le mercenaire jeta un coup d’œil à la longue chevelure carmin qui atteignait ses cuisses. Un soupir d’exaspération lui échappa.

- Dans le fond, ça te va plutôt bien.

L’humain ne répondit rien et tourna les talons vers la sortie. Le Demi Elfe leva les bras au ciel.

- Même après cinq mille ans, j’ai toujours l’impression de parler à mur !

Kratos fit volte-face, fusillant Yuan de son regard rouge.

- Dépêches-toi et dis-moi où étaient les mages noirs avant de disparaître !

 

Yuan le fit monter dans un engin qui avançait grâce au même principe que les ptéroplans, mais en beaucoup plus grand. Ils survolèrent plusieurs villes, éclatantes de blancheur et d’activité. Son ami lui expliqua que l’Arbre de Kharlan produisait énormément de mana, ce qui permettait non seulement à la nature de se développer, mais aussi à la technologie de fonctionner sans toucher l’environnement. Le monde et les hommes vivaient ainsi en équilibre parfait.

Après une petite heure, ils dépassèrent Meltokio, en direction du Temple de l’Obscurité. L’engin se posa dans une clairière, près des montagnes. Quand Kratos descendit, il dégaina son épée et saisit sa longue chevelure. De longues mèches rouges glissèrent au sol.

<< précédent                                                               suivant>>

Posté par _martel_ à 17:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

20 avril 2009

Chapitre 03: Une lueur dans le noir - par Ludovika

Sud-est de Tesséha’lla, à quelques kilomètres du Temple de l’Obscurité…

- C’est là, chez les Baïdjen.

Yuan lui indiqua une immense et sombre bâtisse adossée à la montagne. Le manoir ressemblait plus à une cathédrale gothique qu’à un lieu de vie. Des tours comme des flèches noires s’attaquaient au ciel orageux et des gargouilles, toutes plus monstrueuses les unes que les autres bien que couvertes de poudreuse, surveillaient les visiteurs d’un œil malsain. Kratos fronça les sourcils. L’endroit respirait la mort, mais l’odeur la plus prenant était sans nul doute celle du sang. Ses sens d’Ange étaient pris d’assaut.

Kratos s’avança dans l’allée principale, bordée de statues grimaçantes. Sans y accorder la moindre attention, il marcha jusqu’à l’entrée, un lourde porte à double battants, entrouverte : les Renégats étaient déjà sur les lieux.

La pièce sur laquelle elle donnait avait des dimensions hors normes, même au savoir de la fortune des Baïdjen. La ressemblance avec la nef d’une église était frappante. Un bas-côté séparé de la salle par des arcades en ogive bordait la gauche et la droite alors qu’un chemin de pavés de marbre blanc allait jusqu’à l’extrême de la pièce, vers un endroit surélevé comme une abside où était posé un autel, comme les pavés, de marbre blanc. Au-dessus du couloir, tout autour de la nef, il y avait un balcon qui se renfonçait plus profondément au niveau de l’autel.

Kratos descendit une poignée de marches et s’avança au milieu de la nef. En face de lui, presque au niveau du plafond, une rosace vitrée représentait un homme en feu paré d’ailes de chauve-souris. Un démon…

Avant qu’il n’ait pu quitter le vitrail des yeux, Yuan le dépassa.

- Bienvenue en Enfer ! Annonça-t-il comme s’il s’adressait à une assemblée, jusqu’à ce qu’il se tourne vers Kratos, prenant un air plus sérieux.

Le mercenaire le dévisagea.

- En apparences, c’est lugubre mais normal : des chambres, des salons,… Tout le reste est au sous-sol : bureaux, bibliothèques, salles de torture, cachots,…

Kratos tressaillit à ses derniers mots.

- On n’a pas encore découvert où ils le retenaient prisonnier, ça ne fait que quelques jours que nous cherchons.

- Tu as une idée de ce qu’ils veulent ? Demanda l’autre Séraphin en marchant à son tour vers le centre de la pièce.

- Ils ont brûlé une grande partie de leur paperasse en partant, mais selon ce qu’on a retrouvé, ils voudraient réveiller une sorte d’ancien démon.

Le mercenaire ne répondit pas. Peu lui importait ce que cherchaient ces deux mages, il les laissait aux Renégats ainsi que leurs suivants démoniaques. Ce qu’il voulait, c’était sortir Lloyd de là. Malheureusement, il ne put empêcher des images d’horreur de le submerger, des cris retentirent dans son esprit, déchirant le peu d’espoir qu’il lui restait, mettant son âme en lambeaux comme si un fauve niché dans ses entrailles tentait de se libérer par la force des griffes et des crocs. Même s’il n’en montra rien, ce fut Yuan qui lui porta l’estocade finale.

Le Renégat croisa les bras sur son torse et baissa la tête, comme il faisait toujours quand il avait quelque chose de difficile à annoncer, prenant garde à ne pas croiser son regard.

- Certains de leurs livres parlent des vertus qu’a le sang d’Ange sur les démons.

Le Séraphin aux cheveux azur soupira douloureusement avant de poursuivre.

- Tu sais, il y a trop peu de chances pour lui… d’avoir survécu. Selon ma propre expérience, par pure sécurité… ils en ont fini avant de partir.

Le ton n’avait cessé de diminuer depuis le début de ses paroles.

Ca avait fait mal, mais Kratos ne lui en voulait pas. Fou aurait été celui qui chercherait l’espoir en Enfer. Il ne se leurrait plus, la seule lumière de son sombre univers s’était éteinte. Maintenant, il était temps de dégainer son épée pour livrer son ultime combat. Il n’y aurait aucune grâce à en tirer, ni aucun enjeux à sauver. Mais il jurait sur sa vie éternelle qu’il détruirait toute trace d’obscur. C’était la seule chose qu’il pouvait faire, sauver ce monde que son fils avait tant aimé. Après, il pourrait repartir pour toujours, chérir ses tendres souvenirs jusqu’à la fin des temps et souffrir de sa culpabilité et de ses regrets jusqu’à la dernière seconde de l’univers, la fin de toute chose pour unique tombeau, la mort pour unique repos.

Son regard dénué de toute émotion se fixa sur Yuan qui avait repris contenance. Il semblait embarrassé mais savait que son vieil ami en avait trop enduré, que son système émotionnel s’était sans aucun doute brisé à force de fonctionner à cent à l’heure. Aussi il ne chercha pas à déceler le moindre soupçon de réaction sur son visage. Kratos réagissait toujours, mais à sa façon.

Ils déambulèrent ainsi dans tout le rez-de-chaussée jusqu’à ce que Kratos choisisse de continuer seul. Le manoir était peu éclairé, les quelques fenêtres qui n’avaient pas été condamnées étaient voilées de lourds et épais rideaux. L’atmosphère, elle, était emplie d’une odeur d’humidité en partie cachée par des relents de magie noire qui assaillaient leurs sens affinés.

Aux murs, de vieilles tapisseries à moitié mangées par les mites côtoyaient des peintures délavées et écaillées. Quelquefois, au détour d’un couloir, ils découvraient des bustes de marbre ébréchés ou des statues acéphales, érodées par le temps et le manque d’entretient. Les quelques sculptures encore debout n’étaient que caricatures grimaçantes.

Personne n’aurait eut envie de vivre ici. L’endroit était trop lugubre, surtout pour un garçon de dix-sept ans.

Avec un pincement au cœur, Kratos imaginait son fils arpenter ces couloirs, ses grands yeux pétillants et son sourire, soudain couverts d’un voile d’inquiétude et de malaise profonds. Tout espoir avait-il vraiment disparu ? Ne le retrouverait-il pas, un jour, par hasard, comme mille ans plus tôt ?

C’est alors qu’il empruntait un nouveau couloir qu’une odeur capta son attention. Sans ses sens d’Ange, il n’aurait rien remarqué. C’était une odeur de mana, mais pas n’importe laquelle. Il fit un pas de plus. L’odeur disparut. Revenant en arrière, il étudia les lieux. Vieux, poussiéreux, … Une statue, étrangement bien conservée, représentait une élue antérieure à Colette. Quand il s’approcha, il remarqua une lueur par-dessus l’épaule de l’élue. Il s’accroupit et ramassa l’objet. Une plume de man ! A en juger par la couleur, elle appartenait à Lloyd. La plume brillait faiblement et n’émettait que très peu de chaleur, son propriétaire devait être épuisé.

Kratos se redressa et se retrouva nez à nez avec un tableau reproduisant la forêt de Gaoracchia. La peinture était ancienne et d’assez mauvais goût, mais, sur le cadre doré couvert de poussière, on voyait encore des traces de doits. Le Séraphin fronça les sourcils. Il prit le cadre en positionnant méticuleusement ses doigts de la même manière… et le retira.

La peinture tomba au sol, brisant le silence religieux. Sur le mur, derrière la toile, des traces de mana cyan brillaient, éclatantes d’espoir. Kratos passa sa main sur le mana et une onde de chaleur caressa sa paume. C’était le mana de Lloyd. Il l’avait utilisé pour faire un plan.

Le dessin ressemblait à la « nef » du manoir. Une étoile gribouillée à la hâte indiquait l’autel. Se courbant pour mieux observer le plan, il remarqua, en bordure de la place qu’avait offerte la peinture, une flèche vers la droite. Kratos recula et regarda dans la direction indiquée. Ce n’était que le couloir mais, accroché au mur quelques mètres plus loin, il y avait un autre tableau. Serait-ce possible que… ? Le Séraphin se hâta de décrocher le tableau qui cachait en effet un deuxième plan. Mais cette fois, il eut beau se remémorer chaque pièce visitée, le dessin luminescent ne lui évoquait rien. Il représentait une salle de dimensions comparables à la précédente et un trait de mana traversait la pièce dans toute sa longueur. Finalement, Kratos vérifia qu’il n’y avait pas d’autres indications vers un autre indice puis, se saisissant de la peinture de la forêt, il en déchira la toile et fit apparaître une plume de mana entre ses doigts. Rapidement, mais sans oublier le moindre détail, il reproduit les deux dessins et partit à toute allure vers l’entrée. Le premier indiquait cette pièce et, avec un peu de chance, Yuan aurait en sa possession les plans du manoir et serait à même de reconnaître la deuxième salle.

- Qu’est-ce que tu fais ?

Yuan regardait avec étonnement son vieil ami tourner autour de l’autel.

- Tu vois le tissu à terre ? Dis-moi si tu reconnais la deuxième salle.

Le Renégat s’empara des plans.

- C’était dessiné sur un mur d’un couloir avec une plume d’Ange.

Kratos tenta de déplacer l’autel par sa seule force physique.

- Lloyd ?

- Oui, répondit le mercenaire en renonçant à faire bouger le bloc de pierre.

Yuan rendit les toiles au mercenaire qui les mit dans sa poche, et examina les inscriptions sur la pierre. Le Séraphin secoua la tête.

- Ca ne bougera qu’avec de la magie noire, expliqua-t-il.

Kratos serra les dents.

- Mais… Tu veux savoir ce que j’en pense ?

- Pourquoi pas ? Soupira le mercenaire.

- Au vu de la description et des dimensions identiques des deux plans, la pièce ne pourrait se trouver qu’en haut ou en bas de celle-ci. En haut ? Impossible ! Et puisque le plan indique cet autel, je dirais qu’il y a, juste en dessous, un escalier qui débouche sur la salle suivante.

- Et comment en être certain ?

- Recule, lui recommanda le Demi Elfe.

Son ami s’exécuta. Faisant une dizaine de pas en arrière, Yuan leva un bras en direction du bloc de marbre blanc. Sous ses pieds, un sceau angélique était apparu alors que des plumes lumineuses tournoyaient autour de lui. Kratos s’abrita de justesse quand l’autel explosa, des débris de pierre percutant les murs en un fracas infernal. Yuan avait vu juste.

Lorsque la poussière retomba, là où le bloc de marbre se tenait vaillamment quelques secondes plutôt s’ouvrait maintenant une bouche de ténèbres où s’enfonçait une volée de marches. Les deux Séraphins s’approchèrent.

- Je suppose que la suite de l’énigme nous attend en bas, dit le Demi Elfe pour lui-même.

Kratos le contourna et descendit l’escalier, faisant apparaître une sphère de lumière au creux de sa paume, Yuan sur ses talons. La descente fut assez longue, au moins une quinzaine de mètres de profondeur, par un escalier en colimaçon, sur des marches polies par les ages et glissantes d’humidité. Finalement, les Séraphins arrivèrent à destination sans encombres.

Une fois en bas, Kratos put faire disparaître sa lumière : la pièce était éclairée par un sort. C’était presque la même salle que celles qu’ils avaient quittée un peu plus tôt, mais les murs bruts avaient été taillés à même la pierre et d’épaisses colonnes s’élevaient à gauche et à droite pour soutenir le lourd plafond. Pourtant, le mercenaire ne s’intéressait déjà plus à l’architecture.

Au fond de la pièce, sur une partie surélevée, était dressé un autel, parfaitement identique à celui dont Yuan les avait débarrassés, à ceci près qu’il était de marbre noir. Kratos sortit précipitamment le plan de Lloyd de sa poche. On distinguait clairement les colonnes et l’autel mais le trait de mana indiquait quelque chose plus loin. Les deux Anges s’avancèrent jusque là. Selon le plan de Lloyd, le troisième indice se trouvait sur le mur du fond. Kratos posa sa main sur la pierre froide et ruisselante. Rien. Il concentra son mana.

- Là.

Yuan pointait l’index vers le pied du mur. Une flèche ! La flèche semblait montrer l’autel. Réitérant son geste, le mercenaire toucha le marbre.

- Kratos ?

Nouvel indice. Une inscription lumineuse apparut :

 

« Pour soumettre les Ténèbres,

Le Porteur de Lumière devra atteindre le Ciel

Et faire face au Prophète

De ses péchés ».

 

- Hé oh ! Kratos ! S’énerva Yuan alors que ce dernier se hâtait de quitter la salle.

Le mercenaire fit volte face.

- Quoi encore ?

- C’est un piège, affirma le Demi Elfe, les poings sur les hanches.

- Qu’est-ce qui te fais dire ça.

- Il y a du sang au sol.

Evitant le regard de Yuan, Kratos se concentra sur une colonne.

- Ce n’est pas ce que j’ai voulu dire… Ecoute, je sais que ça va te paraître étrange mais… ce n’est pas son écriture.

Le mercenaire serra les dents. Pour une fois, son ami avait l’air sérieux.

- Pendant des années, avant que les ordinateurs ne soient commercialisés, je lui demandais de m’écrire régulièrement pour savoir comment les choses se passaient avec ses familles adoptives…

Le Demi Elfe marqua une pause.

- Ils ont dû remarquer que Lloyd était capable de laisser des traces avec son mana.

- Et ils auraient tendu un piège en pensant que tu t’inquiéterais de ne pas avoir des nouvelles de lui.

- Exactement !

- C’est peut-être un piège, mais ça reste notre seule piste pour continuer.

Yuan entreprit de se masser les tempes.

- Mes hommes vont retrouver les deux mages, sois en certain. Kratos, c’est fini, ne remue pas les souvenirs. Savoir ce qui s’est passé ici ne changera rien, ne servira à rien sinon à te faire encore plus de mal.

Kratos resta de marbre quand le chef des Renégats le rejoint et posa une main compatissante sur son épaule.

- On va leur régler leur compte, je te le promets. Mais arrête de te détruire. Ni Anna, ni Lloyd, n’auraient voulu ça.

- Même si… Je veux juste retrouver sa trace, avoua le mercenaire, la gorge nouée. Suivre sa vie, c’est tout ce que je peux faire pour me rapprocher de lui. C’est tout ce que je veux faire, Yuan, ne jamais l’oublier…

Le Demi Elfe s’était tu et un silence presque religieux envahissait lentement la pièce. Sans mot dire, Yuan remonta à la surface, suivit quelques minutes plus tard par Kratos. Ce dernier retrouva son ami dans la pièce centrale.

- Ne dis rien, lui intima Yuan en soupirant. Le Porteur de lumière doit sûrement désigner un Ange, autrement dit, l’un de nous deux. Le Ciel… la plus haute tour ? « Il devra faire face au prophète de ses péchés »… Ces deux cinglés doivent se prendre pour des rédempteurs de l’humanité, ils nous ont sûrement concocté une épreuve de leur cru.

Yuan vrilla ses yeux céruléens dans ceux de son ami.

- C’est sans doute ça, mais je te le répète, ce n’est plus Lloyd qui nous guide. Là, ce sont eux qui nous tendent un piège. Après, nous ne sommes même pas certains de savoir où est le gamin.

Kratos acquiesça.

- Merci, Yuan et… pardonne-moi. Tu as raison, c’est sûrement un piège. Mais c’est aussi le seul indice que nous avons et je ne peux pas me permettre de laisser passer la moindre chance que j’ai de le retrouver.

En face de lui, le Demi Elfe posa ses poings sur ses hanches.

- N’aie pas trop d’espoir, Kratos. Lloyd est…

- Non ! Le coupa abruptement le mercenaire. J’irai là-bas, je retrouverai Lloyd et tu ne m’en empêcheras pas.

Lui lançant un regard furibond, Kratos fit volte-face, mais Yuan le retint d’une main sur son épaule. Il reprit d’une voix calme.

- Il y a mille ans, je ne t’ai pas aidé alors que tu fuyais avec Anna et Lloyd. C’était… une mauvaise décision, qu’aujourd’hui encore je regrette amèrement. Je ne referai pas cette erreur.

Doucement, il mit Kratos face à lui et lui pressa l’épaule.

- C’est moi qui irai affronter l’épreuve.

<< précédent                                                               

Posté par _martel_ à 14:45 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,