29 décembre 2008

Chapitre 08: Craintes et relâchement - par Alienor

« Je vais y arriver, je vais y arriver… »

La jeune femme rampa. Une douleur atroce la tiraillait à chaque mouvement. Encore un effort, se forçait-elle à se dire. Mais à chaque fois, son objectif semblait s’éloigner de plus en plus. Elle s’arrêta, terrassée par la douleur. Le sang coulait de ses bras et de ses jambes meurtris. Quel supplice ! pensa t-elle. Faudrait-il qu’elle meurt ici, finalement ? « Hors de question ! se disait-elle, encore un effort ! Je dois prévenir les autres ! » Le sang commença à couler sur son front. La blessure à la tête s’était rouverte. Epuisée, elle dut s’accorder un instant de repos, et, renversant sa tête qui commençait à peser comme une masse, elle s’assoupit. A ce moment, un pied se posa devant elle. Elle rouvrit ses yeux fatigués.

« Eh bien ! entendit elle, Une rescapée ? »

Elle n’en entendit pas plus, elle s’évanouit.

 

________________________________

 

« Bonjour Sheena, bonne journée ? »

Akiko vint à la rencontre de son amie.

« Oui, ça pouvait aller… »

Observant la jeune femme, son amie sourit.

« Ca pouvait aller ? C’est tout ? Je parie que tu t’es fait disputée par ce crétin de Mr. Akashima !

-Franchement, on ne peut rien te cacher, Akiko !

-Rien qu’à voir ta mine, on devine tout de suite ! » fit la jeune fille.

Akiko était plus jeune d’un an que Sheena. Et elle possédait une sorte de don extraordinaire, l’art de deviner les pensées des gens. Bien sûr, ce n’était pas réellement un pouvoir magique, c’était un atout, et elle avait son petit secret derrière tout cela.

« On va manger, tu penses que tu as faim ?

-Oui, ça pourrait aller, je ne voudrais pas te vexer en disant que ta cuisine est infecte c’est tout le contraire ! »

Sa camarade rit. En cette période de crise, on trouvait encore le moyen de plaisanter.

Le repas était délicieux. Sheena aurait tant voulu qu’il y en ait d’autres comme celui-ci !

« Alors ? demanda son amie.

-C’est divin ! s’exclama le jeune femme.

Akiko sourit, puis elle jeta un regard au-dehors.

« Quelle averse ! Si ça continue, il va y avoir une inondation !

-Arrête d’être anxieuse, à chaque fois qu’il y a une grosse pluie tu redoutes toujours quelque chose ! Et à la fin, ça s’arrange toujours !

-Excuse-moi, mais je suis de nature plutôt craintive !

-Inutile de t’excuser ! Tu me rappelles désagréablement quelqu’un.

-Qui est-ce ?

-Aucune idée. »

Akiko fit la moue. En la regardant, il est vrai qu’elle rappelait quelqu’un à Sheena. La jeune fille était brune, les yeux noirs, les cheveux encadrant son visage ovale. Elle était mignonne ainsi, et sa façon de regarder les gens avec son regard noir faisait fondre quiconque aurait eu la malchance de la regarder dans les yeux. Sa voix était celle d’une toute jeune fille à peine sortie de l’adolescence.

Sheena était charmée par ce doux visage. Si sa camarade était une poupée, on aurait voulu la câliner !

L’après-midi, Sheena devait sortir pour régler quelques affaires. Un de ses « collègues » lui avait donné rendez-vous. Akiko la regarda s’éloigner de sa fenêtre. Puis elle partit vaquer à ses propres occupations.

Sur le chemin, Sheena marchait d’un pas ferme, mais quelque chose la tracassait. Elle ne savait pas quoi. Mais elle sentait qu’il y avait quelque chose qui clochait. Elle essaya de réfléchir tout le long de la route à ce pressentiment. Et lorsqu’elle arriva au point de rendez-vous que son « collègue » lui avait indiqué, c’est-à-dire un simple banc dans une allée de feuilles mortes, il n’y avait personne. Elle s’assit donc dessus et attendit. Au bout d’un moment, elle s’impatienta. Toujours personne. Enfin, alors qu’elle se baissait pour vérifier quelque chose, elle comprit subitement. D’un bond, elle se leva, et se précipita vers chez elle.

« AKIKO !!! hurla t-elle, en entrant dans leur petit appartement.

-Sheena ? Tu es déjà rentrée ? Qu’est-ce qui te prend de crier comme une malade ? Tu vas alerter le voisinage ! »

Akiko apparut à l’entrée. Sheena, soulagée, la prit dans ses bras et la serra contre elle.

« Mais qu’est-ce que tu fais ? fit son amie, surprise.

-J’avais si peur de te perdre !

-Hein ? Que racontes-tu ? Je suis là, en chair et en os ! Je n’allais pas mourir ! dit la jeune fille, en se dégageant. Au fait, qu’en a-t-il été de ton rendez-vous ?

-Tout s’est très bien passé. » mentit Sheena.

Mieux valait ne pas inquiéter Akiko au sujet du faux rendez-vous.

« En tout cas, ça a été rapide ! J’aurais cru qu’il y avait eu un meurtre ! »

La jeune femme sourit. Elle ferma la porte, rassurée. Un instant, elle avait cru qu’il était arrivé malheur à son amie.

 

______________________________

 

«Rébecca, ça fait plus d’une demi-heure que l’on tourne en rond ! »

Gilles s’assit à même le sol, fatigué. Sa sœur vint le rejoindre.

« Je n’y comprends rien, se plaignit-elle, je ne sais pas si c’est de la magie, mais tout ceci est totalement absurde ! On ne peut pas changer d’endroit en un instant !

-Cela s’appelle de la téléportation, et à ce que je sache, on ne pratique pas encore ce moyen.

-Bien sûr que non ! Non, franchement, je ne comprends pas… »

Il n’y avait rien alentour et le frère et la sœur se sentaient un peu minuscules.

« Attends, il y a des lumières, fit Gilles, en se relevant.

-Si seulement tu pouvais dire vrai… soupira Rébecca.

-Mais c’est vrai ! »

La jeune femme tourna la tête dans la direction que son frère indiquait pour voir s’il n’avait pas des hallucinations, mais non, il n’avait pas tort, il y avait bien des lumières venant de l’ouest.

« Eh bien, il semble que la chance veut bien nous sourire finalement… fit-elle remarquer.

-Tu vois ? Qu’est-ce que je disais ?

-Oui, bon, levons-nous, si ce n’est pas un mirage, on ferait mieux de rejoindre ce signal au plus vite !

-D’accord. »

Ils se dirigèrent vers les faisceaux et arrivèrent bientôt en vue d’une grande ville aux contours impressionnants. Mais le plus époustouflant encore, c’était ce bâtiment gigantesque, offert à tous les regards. Les deux compagnons regardaient, admiratifs. De toute leur courte vie, ils n’avaient jamais vu pareil spectacle ! Ils marchèrent encore jusqu’à ce qu’ils arrivent aux portes de la grande cité. Vue de près, elle était d’autant plus magnifique !

A l’entrée, il n’y avait pas de gardes quelconques avec insigne nazi ou pas. Les gens étaient libres d’entrer et de sortir !

De deux choses l’une: soit ils avaient atterri dans le conte d’Alice au pays des merveilles, soit ils étaient en train de rêver les yeux ouverts. La première et la deuxième solution semblaient toutes les deux coïncider. Ils dépassèrent l’entrée, admiratifs. Il y avait des femmes en déguisement de lapin, des hommes au teint mat et qui criaient la bienvenue aux nouveaux arrivants. Quel rêve ! pensèrent ils. Il était quasiment impossible de tomber dans une ville de rêve comme celle-ci en cette période de guerre ! Ils en oublièrent toutes les aventures qu’ils leur étaient arrivés. L’un des hommes en uniforme bleu leur cria : « Bienvenue à Altamira, la cité balnéaire ! » Altamira. C’était donc comme cela qu’on appelait cette ville. Ce nom lui seyait vraiment bien. Ils s’enfoncèrent plus profondément dans la cité merveilleuse, où chaque instant semblait durer longtemps.

 

___________________________________

 

Dirk remonta dans la chambre de son fils adoptif.

« Lloyd, ça va ?

-Bien sûr, il y a encore eu un tremblement de terre !

-Cela, je l’ai senti, bien sûr.

-Papa, je commence à croire qu’il y quelque chose de pas normal là-dedans.

-Dis moi ce qui te tracasse dans toute cette affaire…

-Tout d’abord, le premier séisme, Génis qui ressent une réunion de mana en direction du désert de Triet, et tout de suite après, Colette et moi qui tombons soudainement malades, trouves-tu ça normal ?

-Tu sais, Lloyd, ce n’est peut-être pas lié après tout, tu te fais des idées. Soupira le nain.

-Et si c’était tout le contraire dis-moi ? S’il te plaît papa, je voudrais en parler avec Colette, laisse moi aller à Isélia !

-Tu n’es pas rétabli ! Et ne crois pas que c’est le prétexte idéal pour… »

Mais Dirk vit sur son visage que, pour une fois, Lloyd était sincère.

« Bon d’accord, soupira t-il de nouveau, mais ne vas pas te plaindre surtout !

-Merci papa. » sourit le jeune homme.

Lloyd fut prêt en quelques minutes, et se prépara à traverser la forêt qui le séparait du village. Il avait mal, mais il était déterminé après tout. Il partit donc chez son amie.

 

_____________________________________

 

Colette se réveilla dans un lit, dans une chambre qu’elle ne reconnut pas. Elle n’était pas chez elle, avec sa grand-mère. Et lorsqu’elle se leva, elle était toute habillée.

Encore un peu ensommeillée, elle s’extirpa du lit et sortit de la chambre. Alors qu’elle rentrait dans une sorte de cuisine arabe, elle tomba nez à nez avec une femme d’une cinquantaine d’années. Hébétée, la jeune fille se demanda qui c’était.

« Tiens, bonjour Colette ! Bien dormi ? » demanda la femme, en lui souriant.

« Elle connaît mon nom ? » s’interrogea l’adolescente. Elle se prépara à balbutier quelque chose lorsqu’un jeune garçon, à peine plus âgé qu’elle, entra dans la salle.

« Bonjour To. » fit celui-ci, en baillant.

To. Instantanément, tout lui revint. Leur fuite, ce garçon qui les avait sauvés, et enfin la rencontre avec cette femme, la grand-mère du garçon, Anto, c’était son nom.

« Bonjour Akim ! Tu as bien dormi cette nuit toi aussi ? »

Akim… C’était le nom du garçon. Le cerveau de Colette enregistrait toutes ces informations.

Elle se tourna vers Anto et sourit.

« Oui, oui, ne t’en fais pas je ne fais pas de crises d’insomnie ! répliqua l’adolescent.

-Dans ce cas, ça va. J’ai préparé le petit déjeuner. » fit la femme.

J’ai préparé le petit déjeuner… Cela faisait tellement longtemps que la jeune fille n’avait plus entendu cette phrase, depuis le dernier matin où elle avait vu sa propre grand-mère. Elle refoula ses larmes. Elle ne voulait pas pleurer devant ces deux personnes, elle ne voulait pas leur paraître ridicule.

Akim, enfin, sembla remarquer sa présence et lui adressa un bref sourire. Elle le lui rendit, il s’assit à sa place, et se prépara à manger. Un peu hésitante au début, l’adolescente l’imita. Pendant ce temps, Anto s’était éclipsée temporairement.

Les deux jeunes gens restèrent là à ne rien dire, pendant un moment. Enfin, Colette se décida à rompre ce silence gênant par n’importe quelle phrase peu importait. Mais elle n’en eut pas le temps, car Lloyd apparut dans la cuisine. Il était habillé lui aussi, et ses vêtements étaient froissés. Lorsqu’il vit Akim, il bougonna et fit mine de ne pas faire attention à celui-ci. D’ailleurs, le garçon semblait faire de même.

Colette était exaspérée. Elle détestait cette barrière qui semblait s’élever entre les deux hommes, et le pire, c’est qu’elle n’avait pas les outils nécessaires pour la détruire. Elle ne pouvait rien faire, c’était le combat de deux chats, et cela ne la concernait pas. Elle détestait cette idée. Il serait difficile d’établir des liens entre les deux garçons.

Anto pénétra de nouveau dans la pièce, perçut la gêne des trois jeunes gens, le silence des deux mâles et la tentative désespérée de Colette de briser ce calme trop profond, et fit un clin d’œil compatissant à la jeune fille. Sachant qu’elle avait trouvé là une précieuse alliée, la jeune fille lui accorda un sourire discret et entendu.

Après le déjeuner, les deux garçons partirent chacun dans leur coin et les deux femmes se retrouvèrent seule à seule. Après un long silence qui semblait interminable, la plus âgée prit la parole :

« Il est difficile de cerner la rivalité entre les hommes, n’est ce pas ?

-Oui, c’est vrai… répondit la jeune fille, après réflexion.

-Et c’est parfois frustrant pour les femmes, c’est vrai. »

Colette ne répondit pas tout de suite, et la femme poursuivit:

« Mais tu sais, ça finira par s’arranger, puisque toutes les choses ont une fin. Si cela se trouve, demain ce seront les meilleurs amis du monde. »

Colette n’en était pas si sûre, et elle trouvait qu’Anto exagérait un peu sur le temps que cela prendrait pour que les deux garçons s’acceptent enfin. Celle-ci, lui tournant le dos, se retourna enfin, un grand sourire aux lèvres.

« Et toi et ton ami, vous auriez bien besoin de vous laver, regardez comme vous êtes sales ! On croirait que vous êtes sortis des égouts il n’y a pas si longtemps !

Et effectivement, la jeune grand-mère avait exactement trouvé la vérité, car la jeune fille se souvint qu’elle et Lloyd avaient dormi le temps d’une nuit sur le sol dur et froid des égouts de Londres. Soudain, elle ressentit l’atroce besoin de se laver, ses vêtements étaient sales et collaient à sa peau, et ses cheveux étaient gras et la démangeait. Dans l’ensemble, elle n’était pas très jolie à voir.

Elle suivit avec empressement sa nouvelle amie dans un autre couloir qu’elle n’avait pas visité la veille. Elles marchèrent jusqu’à ce qu’elles tombent sur un petit escalier qui menait au sous-sol. Elles descendirent les marches jusqu’à arriver à une porte fermée à clé. Anto sortit ladite clé en question et déverrouilla la porte. Elles pénétrèrent enfin dans une vaste salle, à la chaleur étouffante mais relaxante.

« Nous voici dans les termes de la maison ! s’exclama la femme.

-Ca alors… murmura Colette.

-Surprise hein ? Mon gendre a bien choisi l’endroit ou construire son logis !

-Votre gendre ?

-C’est vrai, je ne te l’avais pas dit, c’est lui qui a construit cet endroit, c’était un architecte de talent, mais il n’a jamais fait de cet art son métier, il se considérait déjà suffisamment comblé, avec une femme et un enfant qu’il voulait rassurer de sa présence.

-C’est donc le père de…

-Le père d’Akim, c’est cela. Mon petit-fils l’adorait et l’admirait, et il a hérité de son caractère plutôt bien trempé, tu l’as sans doute remarqué. »

La jeune fille acquiesça.

« Quant à ma fille, quand elle l’a rencontré pour la première fois, ça a été le coup de foudre. Au début, je pensais que ce n’était pas sérieux, et que ça allait finir comme toutes les banales histoires d’amour, mais non, ça a duré, et lorsque je l’ai vu à mon tour, je suis tombée sous le charme. Inutile de te le décrire, Akim lui ressemble trait pour trait !

-Mais vous êtes jeune pour être grand-mère ! Cela veut dire que…

-Oh non ! Ca c’est moi, j’ai eu ma fille à seize ans, et je l’ai élevé seule, vu que son père est mort assassiné.

-Je suis désolée…

-Oh, il ne mérite pas d’hommage, c’était un nigaud, incapable de se rappeler qu’il avait une femme et un enfant. Il se soûlait chaque soir et il ne rentrait qu’après minuit. Puis, un soir, il a fini avec un couteau dans le dos, tué par un autre individu de son espèce ! Et dire que ce sont mes parents qui m’ont incité à l’épouser ! Qu’est-ce que je regrette !

-Ca n’a pas dû être facile…

-Oh non, j’étais soulagé quand il n’était pas là, à vrai dire il faisait peur à Tya, c’était ainsi que s’appelait ma fille. »

Soudain, Colette se rendit compte qu’il y avait quelque chose qui clochait dans ce qu’elle disait.

« Pourquoi parlez-vous au passé ?

-Ah, c’est vrai. Akim n’avait que quatre ans, et ses parents devaient partir à Palmacosta pour aller régler quelques affaires, ils ne m’avaient pas dit lesquels, et ils m’ont confié la garde du petit durant leur absence. Depuis, je ne les ai plus revu, jusqu’à ce qu’on vienne me dire que les désians de la ferme humaine la plus proche de la ville ont raflé toute la cité et emmené des prisonniers. J’en ai conclu qu’ils n’y avaient pas échappé… Et récemment, j’ai appris que la ferme humaine où ils étaient censés être avait explosé. Les prisonniers ont été sauvés à temps, et ils sont retournés chez eux, mais d’eux, pas de nouvelles ! J’en ai donc conclu qu’ils étaient morts.

-Je suis désolée.

-Je n’ai rien dit à mon petit-fils, et celui-ci a cru que ses parents l’avaient abandonné, il leur en veut terriblement. »

Colette resta accablée par ce qu’elle avait appris, finalement, c’était bien ce qu’elle pensait, Akim était comme elle, un orphelin. Mais quelque chose la tracassait, et elle demanda :

« Qu’est-ce que Palmacosta ? Et qui sont les désians ? »

Anto la regarda, surprise.

« Tu es une fillette bien singulière dis-moi… Je te le dirai après… Mais pour l’instant, opération décrassage ! Déshabille-toi, et relaxe-toi, ça se fera tout seul ! »

La jeune fille ne se le fit pas dire deux fois et obéit.

« Je te laisse seul, je dois aller vaquer à mes propres occupations, je te rapporterai des vêtements.

-D’accord. » acquiesça l’adolescente.

Sur ces mots, la femme partit.

Colette retira ses vêtements et s’assit sur le bord d’un grand bassin rempli d’eau chaude. Elle n’aimait pas être seule, et cet endroit l’inquiétait un peu. Mais elle se dit qu’elle s’y habituerait. Elle mit le bout de son pied dans l’eau et fut surprise par la température agréable qu’elle dégageait. Elle n’hésita plus et plongea les deux jambes dans l’eau, avant de s’immerger totalement. Elle laissa son corps se réchauffer, puis elle jeta sa tête en arrière avant de plonger ses cheveux dans l’eau. Elle se sentit mieux immédiatement, et se laissa envahir par une douce torpeur.

Lorsqu’elle sortit de l’eau chaude, elle était propre et ses cheveux mouillés brillaient. Elle vit avec contentement qu’Anto avait laissé des vêtements à son attention. Une sorte de tunique accompagnée d’un pantalon bouffant, avec des ballerines, à la mode arabe. Colette s’habilla, et se sentit un peu ridicule dans ce genre de tenue, mais se dit une fois de plus qu’elle s’y ferait. Et puis cela la changeait des sempiternelles jupes et vestes marron sales, accompagné de chaussettes, de chemises et de chaussures ternes et trop petits pour elle. Là-dedans, elle se sentait plus libre. Elle esquissa quelques pas de danse et sortit des termes en prenant soin de fermer la porte à clé.

Lorsqu’elle sortit du couloir qui menait aux eaux chaudes, elle croisa la route d’Akim. Celui-ci l’aperçut et, lorsqu’il vit les vêtements qu’elle portait, poussa un sifflement, à la fois ironique et admiratif. Un peu gênée, la jeune fille s’empressa de continuer son chemin.

En pensée, elle se disait que le garçon cachait bien ses sentiments, il avait l’air heureux et indifférent, en apparence. Sauf que maintenant, elle aurait cru déceler chez lui un esprit blessé et farouche. Un vrai félin, se dit-elle, et qui jouait bien son jeu.

En entrant dans la cuisine, elle vit Anto, qui lui tournait le dos. Celle-ci dit, sans se retourner :

« Alors ? Tu t’es bien nettoyée ? »

L’adolescente, souriante, fit oui de la tête.

« Je me suis dit que ces vêtements t’iraient bien, ils appartenaient à Tya. Tu as croisé Akim dans les couloirs ? Il a dit qu’il voulait se laver. Et puis, il a les clés en double, puisque je crois que tu as fermé la porte.

-Oui.

-Je ne doute pas une seconde de sa réaction, il est vrai que maintenant que l’on te voit tu me fais penser à ma fille. Elle était jolie, elle aussi, sauf qu’elle avait des cheveux plus sombres. »

Colette continua de sourire. Puis Anto dit :

« Tu devrais aller voir ce que fait ton ami, et lui dire qu’il devrait aller se laver lui aussi, et si Akim est assez aimable, il lui laissera quelques uns de ses habits, de toute façon, il doivent faire tous les deux la même taille, ça leur fait au moins un point commun. »

Elle rit, et la jeune fille, le cœur léger, se dirigea vers les chambres.

 

______________________________

 

« Je me sens un peu mieux, merci. »

Raine se releva sur son séant. Assise sur un lit de l’auberge, elle s’étira, comme pour prouver qu’elle allait bien.

« Tu es sûre ? Dans ce cas, je suis rassuré, parce que rester à veiller deux grands malades sans bouger de la nuit m’a épuisé ! ne put s’empêcher de lancer Zélos.

-Tu disais que tu n’avais pas sommeil, et puis ça ne te plairait pas toi que l’on grommelle parce que tu es malade et qu’on doit s’occuper de toi, si ? le tança Génis.

-Oui, c’est vrai, mais MOI, j’ai des droits ! »

Le jeune demi elfe soupira et mit un pied par terre.

« Ouais, et le droit, de préférence ! » fit l’ex-élu de Tésséh’alla, qui suivait chacun de ses mouvements.

Le garçon lui donna un coup de coude, et se sentit envahi d’une paix inconnue, comme de l’extase. Pourtant, il ne voyait pas ce qu’il y avait de plaisant, surtout en ce moment. C’était sûrement le fait d’embêter le rouquin qui lui offrait cette douce sensation d’amusement. Raine aussi semblait heureuse, et elle ferma les yeux pour se laisser bercer par cette petite musique qu’elle entendait, et il lui vint l’image d’un petit garçon en train de jouer de l’harmonica, entouré d’une foule de personnes dont certains lui lançaient des pièces.

La jeune femme rouvrit ses yeux. Cet endroit, là où jouait le petit garçon, elle le connaissait pour l’avoir déjà visité. C’était la zone d’attraction d’Altamira, la cité balnéaire, elle l’avait vu, en apercevant des gens déguisés avec des ballons dans les mains, et à la grande roue derrière le jeune musicien. Elle se demanda pourquoi elle avait eu cette vision. « Sûrement un souvenir ! » se dit-elle. Et elle se leva. Elle se sentait en pleine forme maintenant.

Après avoir payé pour la nuit passée à l’auberge, les trois compagnons s’empressèrent de continuer leurs recherches, même si pour l’instant, ils n’étaient pas très avancés sur le temps et les évènements. Après avoir cherché dans les quatre coins de l’oasis, et avoir recueilli les preuves qu’il y avait aussi eu deux séismes, le premier étant de faible envergure et le deuxième un peu plus fort, ils basèrent leurs recherches dans le désert de Triet. Mais Raine voulut à tout prix voir la voyante, qui était la seule personne qu’ils n’avaient pas interrogée. Après un long soupir, ses deux compagnons la suivirent jusqu’à la hutte qui trônait fièrement à l’ombre d’un palmier. Et lorsqu’ils pénétrèrent à l’intérieur de la tente, une femme apparut.

« Bienvenue dans la hutte de la voyante ! » s’exclama t-elle joyeusement, comme à chaque fois qu’elle disait ce slogan.

Elle les vit, et sourit d’un air radieux.

« Eh bien, j’en reçois de la visite ! Hier, c’était l’élue et son compagnon, aujourd’hui ce sont les autres héros qui viennent me rendre visite !

-De quoi ? s’exclamèrent les trois amis, en même temps.

-Que venez-vous de dire à l’instant ? demanda Raine.

-Eh bien qu’hier j’avais reçu la visite de l’élue et de son compagnon et qu’aujourd’hui c’était vous ! Je m’estime comblée, même si cela me fait de l’argent en moins ! » rajouta t-elle, tout en faisant quelques œillades à Zélos, n’étant pas insensible à son charme, comme toutes les femmes d’ailleurs. Zélos resta de marbre devant ses tentatives vaines d’attirer son attention, il semblait ailleurs. Après quelques regards entendus, le professeur dit :

« Nous ne sommes pas venus pour connaître notre avenir, seulement pour poser quelques questions.

-Mais allez-y ! La voyante répond à toutes vos questions, mêmes les plus mystérieuses !

-Bon voilà, je parie que comme tout le monde ici vous avez senti le tremblement de terre ?

-Bien sûr, quoi d’autre ?

-N’auriez-vous pas senti quelque chose de bizarre ?

-Non, en tout cas pas pour l’instant, pourquoi ?

-Nous sommes ici pour vérifier que tout va bien, au revoir.

-Bien, que la déesse Martel vous accompagne ! »fit la voyante, tout sourire, mais un peu déçue que cette visite soit si brève.

Raine la remercia et ils sortirent de la tente.

« Nous ne sommes pas très avancés là… dit Zélos, en se passant la main dans les cheveux.

-Ce qui est étrange, c’est qu’elle prétend avoir reçu la visite de Lloyd et Colette pas plus tard qu’hier… s’exclama Génis.

-Il y a deux solutions : soit elle ment, soit il y a un nouveau cas d’imposture, ce qui serait fort probable… réfléchit Raine.

-Nous verrons ça plus tard, pour l’instant revenons aux faits, on va fouiller le désert de long en large et on verra ensuite ! décida le rouquin.

-Et qui c’est qui donne des ordres maintenant… ironisa le demi elfe.

-Pour une fois, je suis d’accord avec Zélos, nous devons nous en prendre à la racine au lieu de nous emmêler les pinceaux. Fit sa sœur.

-Si tu le dis… soupira  Génis.

-Eh bien allons-y ! » tonna l’ex-élu.

Ils se dirigèrent vers l’entrée de la ville, espérant trouver la clé de tous ces mystères une fois pour toutes.

 

_________________________

 

Yuan savait que les deux demi elfes et l’ex-élu du monde prospère étaient ici, il l’avait senti. Mais il se dit qu’il valait mieux ne rien leur dire au sujet des Reflets. Ce serait beaucoup trop dangereux. Ses soldats renégats étaient en train d’inspecter toute la zone, car il était fort probable que ses fuyards cheminaient encore dans le désert. Mais en ce moment, ils s’étaient volatilisés. « Plus pour longtemps. » pensa t-il, avec un sourire.

Il se cala plus confortablement devant son bureau en attendant que les évènements s’enchaînent. En ce moment, un autre signal était parvenu d’Altamira, il avait envoyé une équipe là-bas, pour voir ce qui s’y passait. Cette histoire devenait de plus en plus intéressante, se plut-il à se dire. 

 

__________________________

 Conversation entre les personnages :

 

Zélos : Ma Sheenette a disparu… 

Génis : Sheenette ? C’est quoi ce truc ?

Voix off : C’est une manière de surnommer affectueusement Sheena je crois…

Génis : T’es quoi toi ?

Voix off : Je suis un envoyé de l’auteur, elle n’a pas voulu se produire en public. Vous savez c’est une grande timide… 

Génis : Ouah la lâche ! C’est parce qu’elle a peur qu’on la bute !

Voix off : Non ce n’est pas ça, et elle dit que de toute façon elle fait ce qu’elle veut.

Zélos : Ma Sheenette, tu me manques !

Raine : Je ne savais pas que tu tenais tant à elle Zélos !

Zélos : Heu, hein ? Mais attendez qu’allez-vous me chercher là ? Je ne suis pas inquiet du tout, arrêtez de raconter des bobards !

Raine : T’en fais pas, on va la retrouver ta Sheenette ! Attends, là en ce moment je suis sûre qu’elle est en train de s’éclater à donf’ !

Zélos : Nan, là je suis sûre qu’elle s’ennuie à donf’ et qu’elle a envie d’être avec nous. C’était écrit dans le scénario !

Voix off : Attends… Tu vas pas me dire que t’as lu TOUT le scénario !

Zélos : Bah si ! Même qu’il était marqué que… (se rend compte qu’il a fait une grosse bourde) Mince…

Voix off : Abruti ! Je vais le dire à l’auteur et elle va te faire frire et elle va te donner à bouffer à tes fans ! Je serai chargé de le faire à sa place ! On se débrouillera pour te trouver un remplaçant !

Zélos : Ouargh ! (se barre en courant)

Génis : Et bien voilà fin de la conversation ! Dans le prochain épisode, on saura si Zélos s’est sorti vivant de son jugement ou pas! Bon appétit d’avance aux fans !

Raine : Tu prévois d’avance sa mort ?

Génis : Bah ouais puisque la dernière fois il n’a pas réussi à mourir là il serait quand même temps !

Raine : Pauvre Sheena… 

 

<< précédent                                                               suivant>>

Posté par _martel_ à 12:11 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


15 février 2009

Chapitre 10: Solitude - par Alienor

Lorsque Génis se réveilla, c’était pour se retrouver nez à museau avec un drôle d’animal. D’abord un peu surpris au début, il resta coi, enfin il se releva brusquement sur sa couche.

Ce mouvement fit reculer la petite bête qui recula en montrant les dents. Des dents aiguisées comme des couteaux.

« Mais que fais-tu là toi ? » demanda t-il, fixant l’animal avec des yeux ronds.

Il s’agissait en quelque sorte d’un petit fennec, vu la taille de ses oreilles, et il avait un petit corps, ainsi qu’un fin museau et une grande gueule édentée.

L’animal, méfiant mais curieux, hésita avant de s’approcher prudemment du jeune demi elfe. Génis ne réagit pas lorsqu’il lui renifla le bras, mais sursauta lorsque les petites dents s’enfoncèrent dans la chair.

« Aïe ! Doucement tu m’as fait mal ! Et puis je ne suis pas mangeable d’abord ! »

Il regarda son bras, hébété, où s’étalait une profonde morsure. Des petites gouttelettes de sang jaillirent des petites entailles et coulèrent le long de son bras. Le fennec, quant à lui, couinait.

« Et qu’est-ce que c’est censé dire ? lui demanda t-il.

-Il y a un problème Génis ? »

Le garçon sursauta et se retourna. Raine le scruta de ses yeux gris clairs. Ce fut lorsqu’elle vit la blessure sanglante au bras de son frère qu’elle s’exclama :

« Mais que t’es tu donc fait ? »

Elle prit le poignet de l’adolescent et se prépara à utiliser un sort de guérison, puis elle aperçut le petit animal qui couinait toujours.

« Peux-tu me dire ce que c’est que ça ?

-Je ne sais pas ! Il était là lorsque je me suis réveillé et il m’a mordu ! »

Comme pour approuver les paroles de Génis, le fennec sautilla puis se précipita vers le garçon. Il grimpa le long des jambes du jeune demi elfe et se percha sur son épaule gauche, où il mordilla l’oreille.

« Aïe ! Tu vois, il recommence !

-Attends un peu… murmura Raine.

Elle regarda l’animal, et dit :

« Je n’ai jamais vu ce genre de bête là dans le coin !

-Ah bon ? Ca ressemble à un fennec pourtant…

-Fais confiance à mon instinct. Je connais exactement chaque espèce et son mode de vie, mais cet animal ne fait partie d’aucune race que je connaisse.

-Ou bien c’est un bâtard ! Un croisement entre deux races !

-Rien à voir non plus.

-Ben alors c’est quoi ?

-Justement ! Je n’en ai aucune idée !

-Qu’y a-t-il ? »

Zélos les rejoint en baillant, et regarda l’animal. Son visage se crispa en une petite grimace.

« Ben tiens ! Et qui est-ce qui disait qu’on cherchait trop la petite bête ?

-Très drôle le jeu de mots Zélos ! railla Génis.

-Oui bon, c’est quoi ce truc ? »

Comme s’il avait compris le sens de ses paroles, le fennec grogna et montra les dents.

« Houla ! fit Zélos, en sursautant. Il en a des belles dites donc !

-La preuve, il m’a mordu. Approuva le jeune garçon.

-Je vais faire des recherches sur ce genre de race. C’est peut-être une race rare en voix de disparition ! »

Raine était excitée. Depuis des mois qu’elle voyageait dans le monde, elle avait tout vu, tout étudié. Maintenant, elle s’ennuyait ferme, car plus rien n’avait de secret pour elle. Ce genre de découverte lui remonta le moral. Elle avait de petites étoiles dans les yeux.

« Après la passion des ruines, c’est celle des animaux… soupira son frère.

-On abandonne les recherches alors ? »

Comme si une mouche l’avait piqué, le professeur se retourna brusquement vers l’ex-élu.

« Hors de question ! On se remet au travail et plus vite que ça ! »

Le petit animal poussa de nouveau un couinement, puis détala.

« Eh, il s’en va ! » cria Génis.

Mais c’était de toute façon inutile de rattraper le fennec, il courait vite et eut tôt fait de disparaître sous terre en creusant le sol de ses griffes.

Les trois compagnons regardèrent un long moment l’endroit où l’animal avait disparu.

Puis Zélos dit :

« Bah de toute façon ce n’était qu’une bête du désert. Elle est sauvage. Il fallait bien qu’elle parte d’un moment à l’autre !

-C’est dommage, j’aurais voulu étudier cette créature…

- Tu dis que c’est une espèce en voix de disparition et tu comptes disséquer un spécimen très rare ? Tu as parfois de ces idées…

-Je n’ai jamais dit cela idiot ! se rebiffa la jeune femme.

-Cela vous dérange peut-être mais tant qu’on y est il faudrait continuer les recherches ! »fit remarquer Zélos. 

Raine, qui se préparait à gifler son frère, se reprit et dit :

« Bien sûr, tu as raison ! Allons-y ! Au boulot ! »

Les deux garçons soupirèrent, mais ne tardèrent pas à se remettre à l’ouvrage.

 

-----------------------------------------------

Au même moment, Colette ouvrit un œil. Elle s’était endormie sans s’en rendre compte. Ses yeux étaient rouges, signe d’une crise de larmes passagère. C’était un bruit qui l’avait réveillé.

A ce moment, elle entendit un grattement au dessus de sa tête, et un petit morceau de plafond tomba. Une patte griffue apparut.

Elle écarquilla les yeux lorsqu’elle vit le corps d’un animal de petite taille sortir de la fissure laissée dans le plafond. La petite bête tomba sur le lit. Elle avait de grandes oreilles et un pelage qui devait être soyeux au toucher.

La bête en question la vit et grogna en montrant les dents, prêt à se jeter sur cette intruse qu’il n’avait jamais vue.

«Arden ! » cria soudain quelqu’un en entrant dans la chambre.

L’animal couina de plaisir en apercevant un visage familier. Il se précipita dans les bras d’Akim. Celui-ci lui souffla des mots doux.

« Ne t’en fais pas… Ce n’est pas une méchante. Qu’as-tu fais durant tout ce temps ? Où étais-tu passé ? »

Colette mit fin aux retrouvailles en demandant, timidement :

« Peux-tu me dire ce qui se passe ? »

Il leva les yeux vers elle, comme s’il venait à peine de la remarquer.

« Ah, tu étais là ? Ah c’est vrai que cette chambre est la préférée d’Arden. C’est toujours par là qu’il entre pour pénétrer dans le terrier. Il suffit de voir le nombre de trous qu’on a eu du mal à reboucher au plafond… »

Elle leva la tête. Effectivement, il y avait beaucoup de taches blanches et de petites fissures dans le plafond. Son regard revint vers le garçon et l’animal. L’animal, qui se faisait appeler Arden, mordillait l’oreille de son maître.

« Comment ? fit le garçon, tu as quelque chose à me dire ? Attends… »

Sans un regard pour Colette, il tourna le dos et s’en alla.

La jeune fille, un peu étonnée, se leva. Elle voulait faire un tour. Elle n’avait pas le cœur d’aller voir Anto et tout lui expliquer. Elle était trop fatiguée pour cela.

Elle sortit de sa chambre comme une somnambule, en défroissant sa toilette. Puis elle prit le chemin de la série de couloirs. La porte fermée, elle venait de s’en souvenir. Peut-être la vieille dame en saurait-elle quelque chose sur cette porte ? Elle haussa les épaules. Que de mystères pour une simple porte fermée !

Une main sur son épaule la fit sursauter. Elle se retourna. Lloyd lui faisait face.

« Ca va ? lui demanda t-il, c’est quoi cette mine d’enterrement ? Tu as les yeux rouges… »

Elle jeta un vague coup d’œil sur les habits de son ami. Lui aussi était habillé à la manière arabe, un pantalon bouffant et une sorte de petit gilet. Comme dans les contes des mille et une nuit.

« Ah, heu… » balbutia t-elle.

Soudain, elle fondit en larmes.

« Houla ! Ca ne va vraiment pas ! Il faut aller te coucher !

-Lloyd… dit-elle, entre deux sanglots.

-Quoi ? lui demanda t-il en la forçant à regagner sa chambre.

-Tu te souviens des paroles de cet homme, l’autre jour…

-Oui, et alors ?

-Eh bien… Je pense que ce qu’il a dit est vrai… »

Il la lâcha brusquement.

« Attends… Tu rigoles ? C’était un fou, rien de plus ! On ne peut pas…

-Anto m’a dit que nous nous trouvons actuellement dans le désert de Triet, dans un monde appelé Sylvah’alla ! Crois-tu que ce soit un nom connu en Angleterre ?

-Elle n’a raconté que des bobards ! Ou c’est un endroit reculé sur Terre, ou c’est un coup monté, on a le choix entre ces deux solutions !

-Mais…

-Tais-toi, tu m’énerves à croire n’importe quoi ! »

Elle baissa la tête, et Lloyd comprit qu’il l’avait blessée.

« Ecoute Colette, ce n’est pas que je ne crois pas ce que tu dis, mais tout ceci est réellement invraisemblable !

-J’ai parlé à Anto, tout à l’heure. Elle priait, mais pas n’importe qui. Elle a dit qu’elle priait une certaine déesse Martel…

-Et alors ? C’est peut-être une divinité arabe, rien de plus.

-C’est ce que j’ai demandé, et elle m’a regardé avec des yeux ronds, et elle m’a demandé d’où je venais. »

Lloyd soupira.

« Je ne comprends rien à ton charabia, va te reposer, tu as besoin de te remettre les idées en place. »

Il la raccompagna dans sa chambre et referma la porte derrière elle.

Une fois seule, Colette s’écroula sur le lit. Visiblement, son ami ne la croyait pas. Il ne restait plus qu’à aller voir Anto et tout lui dire. Elle donnerait son avis ensuite. Epuisée, elle ferma les yeux et s’endormit de nouveau.

-------------------------------------------------

Préséa atterrit à l’ombre d’un arbre, proche de sa maison, et sortit de son ptéroplan. Après avoir posé le pied à terre, elle marcha vers sa maison. Depuis quelques mois, elle vivait seule, mais faisait appel à des bénévoles pour restaurer le village. Mais elle avait aussi profité des travaux pour refaire sa maison. Maintenant, celle-ci était plus guillerette. Rien à voir avec le taudis qu’elle avait vu de ses propres yeux, il y a peu. Elle avait tout nettoyé de fond en comble durant les moments où elle ne travaillait pas. Aujourd’hui, les meubles étaient neufs, les murs étaient repeints et le sol tapissé. Elle était fière de son intérieur. « C’est père qui aurait été fier ! » se dit-elle, tout sourire. En y pensant, il faudrait qu’elle aille redéposer des fleurs sur la tombe de son géniteur, comme elle le faisait chaque mois.

Mais pour l’instant, elle avait d’autres pensées dans la tête. Elle déposa ses affaires en hâte dans sa chambre et sortit de sa maison pour se diriger vers le chantier. Curieusement, seule sa maison avait échappé à l’incendie qui avait ravagé le village. Elle sourit. Finalement, elle n’était pas la fille la plus malchanceuse du monde.

« Bonjour, dame Préséa ! » l’interpella une voix.

Elle se retourna dans la direction de l’appel, et vit un jeune homme qui lui faisait signe.

« Bonjour Hervé, combien de fois t’ai-je dit de ne pas m’appeler « dame » ? Ai-je l’air si âgée que cela ? »

Le jeune homme se frotta les doigts, manie qu’il avait quand il était embarrassé.

« Excusez moi dame… mademoiselle Préséa, mais étant donné que vous êtes la chef de chantier, il faut bien que je sois poli envers vous !

-Ca ira pour cette fois, et appelle moi Préséa, tout simplement, s’il te plaît, ah, et tutoie-moi, je déteste quand on me parle comme à une noble, je n’ai que douze ans, tu sais, à peine plus âgée que toi !

-D’accord… Préséa ! fit le jeune homme, en rougissant violemment.

-Comment vont les travaux aujourd’hui ? demanda t-elle, amusée.

-Comme les autres jours, c’est-à-dire parfaitement bien.

-Je suis ravie de l’entendre, fit-elle.

-Il reste la toiture de la boutique d’armes, et l’intérieur de l’auberge. Ensuite, pour les bâtiments ce sera tout, il restera le sol du village à daller. Ce sera l’affaire de quelques mois si on s’y met tous ensemble !

-Bon courage alors ! » sourit la jeune fille.

Le jeune homme sourit, saisit un marteau et commença à taper sur une planche qui allait bientôt trouver sa place sur la devanture d’une des boutiques du village.

Préséa continua son chemin, regardant tour à tour les ouvriers qui s’affairaient. Finalement, elle se dit qu’elle pourrait se rendre utile. Elle se dirigea vers des bûcherons, qui la saluèrent en souriant. Elle prit une hache, et trancha le bois d’un seul coup. Elle s’attaqua à une deuxième bûche, mais elle sentit quelque chose de douloureux à la tête. Elle eut le souffle coupé, et sa gorge se serra. C’était comme si on essayait de l’étrangler. Sa vue devint floue, et elle eut juste le temps de voir des gens qui se rassemblaient autour d’elle. Elle tomba à terre, en lâchant la hache, qui se ficha dans la terre. 

« Préséa ! »

Elle ouvrit soudainement les yeux, et vit toutes les personnes qui la regardaient d’un air inquiet. Elle se releva brusquement. Elle était gênée d’avoir attiré l’attention.

« Tu vas bien ? » demanda un ouvrier.

Elle fit un signe apaisant de la main en guise de réponse.

« On a bien cru que tu allais t’évanouir ! Tu es tombée à terre, et peu après tu es debout ! Tu es sûre que tu ne veux pas te reposer ?

-Non, tout va bien, ce n’était qu’un malaise, ne vous inquiétez pas, ce n’est pas demain la veille que je vais mourir ! Pas tant que cette ville n’est pas reconstruite ! » souligna t-elle.

Les gens poussèrent un soupir de soulagement. Ils s’inquiétaient pour une si jeune fille. Il fallait dire qu’en ce moment, plus rien n’était surprenant. Le monde sortait d’un long chaos, et une bonne partie des villes était détruite. On comptait sur tout le monde, même les enfants, pour obtenir du soutien. Alors ici, personne ne contestait d’avoir une adolescente pour chef de chantier.

Chacun se remit à son ouvrage, et Préséa se tracassa. C’était la première fois que ce genre de chose lui arrivait. Mais ça paraissait si réel, comme si elle avait réellement l’impression qu’on lui avait donné un coup de tisonnier sur la tête, et elle avait senti des mains sur son cou. Non, se dit-elle, elle avait des hallucinations. Ou bien elle en parlerait à Régal. En dehors de sa profession de directeur, il était aussi un excellent psychologue, sourit t-elle. Elle aurait été sûre que cela lui aurait plu, si elle le lui avait dit. Toujours à ses pensées, elle se remit au travail.

---------------------------------------------

Sheena traînait des pieds sur le gravier. Il était six heures du matin. L’heure japonaise. Il faisait frais ce matin-là et Sheena tentait de se réchauffer du mieux qu’elle pouvait. Elle n’avait que sa robe de nuit et sa robe de chambre sur elle. Elle n’avait plus de toit, plus d’affaires et surtout, plus de famille! Elle était encore sous le choc de la trahison d’Akiko, et elle serra le poing à cette pensée. Un jour, celle qui s’était dite « son amie » l’entendrait. Depuis une année et demie qu’elles partageaient la même maison, toutes deux sans famille, morte dans quelques accidents, la jeune femme n’en revenait pas. Quelle mouche avait donc piquée son amie pour qu’elle se conduise ainsi ? Etait-ce pour l’argent ? Non, elle n’osait pas y croire. Juste pour de l’argent, son amie avait voulu se débarrasser d’elle ! Sheena avait du mal à envisager cette perspective.

Encore bouillante, elle alla s’asseoir sur le banc le plus proche. Mais lorsqu’elle vit les matinaux et les nocturnes la regarder avec des yeux écarquillés en louchant sur la façon dont elle était habillée, elle rougit et se releva aussitôt pour partir dans un endroit plus discret, où personne ne la verrait. Là, elle ferait le point.

Premièrement, trouver des vêtements un peu plus corrects, c’était déjà un problème car elle n’avait pas d’argent pour s’en acheter, et pour s’en dénicher il allait falloir prendre du temps. Elle était déjà bien découragée, maintenant !

Le jour pointait un petit peu et le ciel passait du bleu sombre à l’orangé.

« Bon… Pour commencer, trouver à manger ! » soupira la jeune femme.

Ca n’allait pas être très simple.

Elle pointa le nez hors de l’endroit où elle était assise, et aperçut une vieille femme qui contemplait le soleil levant, installée sur un banc, sans prêter attention à ce qui l’entourait. Auprès d’elle, se trouvait un panier garni d’aliments. Sûrement le résultat de quelques courses nocturnes.

Elle avait faim, mais il lui répugnait de faire ce qu’elle allait exécuter. Profitant de l’inattention de la vieille dame, elle visa le panier et regarda dans tous les coins. Personne. Les gens avaient déserté les lieux plus vite qu’à l’accoutumée. Ca allait lui faciliter la tâche.

Elle s’approcha discrètement du banc, et s’arrêta. Sa victime ne bougeait pas. Ses yeux semblaient contempler le vide. « Une aveugle » comprit Sheena.

Un brusque sentiment de culpabilité s’empara d’elle. Elle allait profiter de la faiblesse de cette femme. Mais elle se reprit bien vite et s’empressa de subtiliser un peu de nourriture à l’insu de la vieille femme. Heureusement, sa bonté prenait le dessus, elle lui laissait presque tout le panier, et elle n’en prenait qu’une infime partie.

Elle regagna son repaire et dévora le fruit de ses courses. Elle était rassasiée. Puis elle regarda en direction de la dame. Elle se levait et s’en allait, le panier à la main, avec une orientation étonnante pour sa condition.

Sheena l’observa longuement jusqu’à ce qu’elle ne la vit plus, puis regarda le banc. Enfin elle se releva. Elle pria en pensée pour la femme aveugle, puis partit.

Elle erra longuement, tentant d’échapper aux regards peu amènes des gens qui la croisaient sur ses habits peu décents. Elle pesta. Si elle avait su !

Elle parvint à trouver des vêtements secs sur un fil à linge. Là encore, elle dut faire un effort pour prendre les habits déjà séchés par le soleil de ce mois d’octobre et à s’habiller avec. Décidément, elle détestait voler !

Quant à ses vêtements de nuit, elle décida de les laisser. Ils étaient un peu salis et mouillés par les gouttelettes de rosée du matin, mais elle se dit, un peu coupable, que cela remplacerait les habits volés aux propriétaires.

Désormais, elle était vêtue d’un kimono sombre et d’une longue jupe qui lui arrivait aux tibias, et elle avait remplacé ses pantoufles sales par des sandales. Elle avait froid aux pieds, mais elle se sentait mieux.

Après tous ces petits délits, Sheena songea à ce qui allait se passer ensuite. Elle n’était pas très optimiste à l’idée de recommencer du jour au lendemain à voler, mais elle n’avait pas le choix. Elle songea à Akiko. Que faisait-elle à cet instant ? Peut-être était-elle en train de dépenser l’argent qu’elle avait illégalement gagné en riant, et peut-être racontait-elle aux voisins des bobards sur sa soudaine disparition ? Ou bien regrettait-elle ce qu’elle avait fait ? Non, se dit la jeune femme, ce qui était fait est fait, Akiko l’avait trahi, rien ne changerait cela. A l’avenir, elle devrait se débrouiller seule.

Elle marchait dans la rue, sans but précis, se demandant ce qu’elle allait bien pouvoir faire.

----------------------------------------

La pendule sonnait dix heures.

Dans sa chambre, en Angleterre, la grand-mère de Colette priait.

« Seigneur, fais que ma petite-fille s’en sorte… »  se disait elle.

A ce moment, Chloé entra.

« Bonjour Philipa, ça va bien aujourd’hui ? »

La vieille femme acquiesça.

« Je me sens même en pleine forme, la rassura t-elle.

-A la bonne heure », sourit la jeune femme.

Puis le regard de Philipa s’assombrit. Chloé perçut son trouble.

« Vous pensez à elle, n’est-ce pas ? »

La grand-mère acquiesça.

« Ne vous inquiétez pas, dites-vous que le Seigneur veille sur elle…

-Je le crois…

-Je regrette de l’avoir laissé partir sans passeport et sans argent, elle pourrait se faire arrêter, je suis bête.

-Colette est courageuse, sa bonne étoile veille toujours sur elle, j’en suis consciente.

-Mais nous aurions pu l’accompagner jusqu’à Bristol, que fait-elle, en ce moment, sur les routes ? Il y a beaucoup de bandits ces derniers temps ! »

Elle reprit, hésitante :

« Je ne veux pas vous blesser mais… je pense que vous êtes inconsciente de laisser partir le seul membre de votre famille encore en vie à une mort peut-être certaine… »

« Voilà, c’est dit. » pensa t-elle.

« Au contraire, j’ai bonne conscience, je sais que Colette survivra, c’est sa volonté à elle aussi. »dit posément la vieille dame.

La jeune femme se tut. Les deux femmes qu’elle avait rencontré quelques jours plus tôt étaient aussi têtues l’une que l’autre. Mais au fond, elle les admirait pour leur détermination à l’une et à l’autre, même si elles le cachaient derrière un doux visage.

« J’y retourne, reposez-vous encore un peu, avec un peu de chance, dans une semaine, vous serez rétablie, dit-elle, finalement, en se levant.

-D’accord… »

Chloé retourna vers la porte, jeta un dernier regard derrière elle, sourit et sortit. La porte se ferma.

Redevenue seule dans la chambre, Philipa ferma les yeux, et sourit.

« Elle va bien mamie Philipa ? »

Andréa sautillait autour de sa tante. La petite avait désormais l’habitude d’appeler la grand-mère de Colette « mamie » car la vieille dame lui avait témoigné une affection dont elle manquait, l’affection des grands-parents, qu’elle n’avait d’ailleurs jamais connu.

« Oui, dans une semaine elle sera debout et elle pourra venir jouer avec toi. »

La fillette eut une moue de satisfaction, puis elle demanda :

« Et Colette, c’est quand qu’elle revient ? »

La question avait beau demeuré innocente, une lueur de tristesse passa dans le regard de Chloé. Elle s’agenouilla face à sa nièce. Celle-ci comprit qu’elle allait peut-être lui annoncer une mauvaise nouvelle, car quand sa tante se mettait à sa hauteur, c’est un signe de mauvais présage.

« Andréa… commença la jeune femme. Vois-tu, ton oncle et moi-même ne sommes pas sûrs qu’elle rentrera un jour, cela fait plusieurs jours qu’elle est partie maintenant chez une de ses tantes et je crains le pire… »

La petite fille ne semblait pas comprendre. Chloé soupira. Elle était encore trop jeune.

« Mais je suis sûre qu’elle va bien, tenta t-elle de lui faire comprendre, avec un petit sourire, et puis, qui sait, peut-être qu’un jour, elle reviendra nous voir ! Elle ne nous oublie pas tu sais ! »

La fillette se contenta de cette nouvelle, et, un sourire sur ses petites lèvres, elle repartit jouer dans la pièce voisine.

Restée seule, Chloé serra les poings. Elle avait beau s’encourager à se dire que tout s’arrangerait, au fond d’elle-même, elle désespérait.

<< précédent                                                               suivant>>

Posté par _martel_ à 11:50 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,