30 mai 2010

Chapitre 06: Ma révolution porte ton nom - par Marina Ka-fai

Attention, cette scène contient un lemon. Malgré mes soins pour le rendre le plus léger possible, il existe bel et bien. Sensibles s'abstenir.

 XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Chapitre 6 : Ma révolution porte ton nom

Le temps des questions était venu pour les deux Anges. En automne, les feuilles chutent. Avec elles tombent les révélations. Chacun de leur côté, Yuan et Kratos réfléchissaient. Si Kratos avait eu la chance d'être aidé dans sa pensée par son fils, Yuan devait faire son chemin de croix mental seul. Il ne se passait pas un jour sans qu'il ne pense à cette fameuse journée de juillet. Et il ne se passait pas un jour sans qu'il ne rougisse de ce souvenir. Au début, il avait cru que cette aventure calmerait son désir mais ce ne fut pas le cas. Pire, il semblait grandir d'avantage. D'ailleurs, pourquoi Kratos lui avait fait l'amour ? Pour essayer de calmer l'envie dévorante du demi-elfe? Non, Yuan se doutait bien que Kratos savait lui aussi que la solution à son problème n'était pas dans la réalisation du plaisir de la chair.

 

Autre question, pourquoi rougissait-il ?

 

La réponse est assez complexe. Déjà, à peine eut-il le temps de se rendre compte de ce qu'il s'était passé qu'il regrettait déjà. Il avait trahi Martel . Avec son meilleur ami. Et puis, quelle idée que de tomber amoureux de son meilleur ami, surtout quand on est soi-même un homme ! Yuan avait l'impression d'être déchiré de l'intérieur. Le pire, dans cette affaire, c'était qu'il avait aimé. Il avait aimé sentir le corps de Kratos sur le sien, il avait aimé goûter sa langue, il avait aimé tout ce qui lui avait fait cet après-midi là. Et il voulait que cela recommence. Il voulait de nouveau ressentir ce qu'il avait éprouvé cette journée de juillet. Non seulement, il avait brisé sa promesse mais en plus, il y avait pris du plaisir. Il avait honte. Que dirait Martel si elle pouvait avoir vent, dans l'au-delà, de ce qu'il se passait sur Terre dans la vie de celui qu'elle aimait? Elle lui aurait pardoné, comme d'habitude, il le savait mais lui, il était incapable de se pardonner. Il aurait du résister, ne pas céder, dire non mais il en avait été incapable. Une voix au fond de lui l'en empêchait. Au contraire, elle l'incitait à se laisser au délice de ce moment unique.

 

Comment faire ?

 

Yuan voulait rester fidèle à Martel mais ses sentiments étaient incontrôlables et le demi-elfe savait que la fuite n'était pas la solution. Il ne voulait pas subir une nouvelle fois les horreurs du mois pendant lequel il était resté reclus chez lui. Il savait que fuir Kratos était impossible, il était attiré par lui comme les pôles opposés d'un aimant le font. De plus, le fuir signerait son arrêt de mort .

Yuan ne voulait pas mourir mais il ne voulait pas vivre non plus. Juste exister, être là, sans plus jamais rien ne l'atteigne.

Son coeur se serrait à cette pensée et il laissait ses larmes couler. Un jour quelqu'un a dit qu'il valait mieux aimer sans retour car au moins, c'était déjà de l'amour, cela prouvait que l'on était en vie, que son coeur n'était pas sec comme une pierre. Si Yuan pouvait parler à cette personne, il lui aurait dit :

 

- L'avantage à avoir un coeur aussi sec qu'une pierre, c'est l'absence de souffrance.

 

XXXXXXXXXXXXXXX

 

 

Kratos mettait en application les bons conseils de Lloyd. Il essayait de se rappeller les questions qu'ils s'étaient posés avec Anna et essayait d'y répondre.

 

Auprès de qui voulait-il être?

Yuan.

 

Qui voulait-il rendre heureux?

Yuan.

 

Pourquoi voulait-il le rendre heureux?

Car quand le demi-elfe souriait, l'humain souriait aussi.

 

Avait-il envie de Yuan?

Indéniablement.

 

Pourquoi?

Bonne question.

Si Yuan venait à disparaître, que ressentirait-il?

Cette idée lui était insupportable. Rien que d'y penser, il eut envie de vomir, sentant une part de lui se briser.

 

Kratos se rendit compte que les réponses qu'il avait eu avec Anna étaient les mêmes que celles avec Yuan. Et là, il réalisa. Il aimait Yuan. Pire, il était possible qu'il l'aimait depuis longtemps, peut-être même qu'il en était tombé amoureux peu après la mort d'Anna.

Il avait été attiré par lui étant adolescent et voilà que maintenant il l'aimait pour de bon. Quelle ironie.

Lloyd avait raison. Dire que c'était son fils unique qui lui avait éclairé le chemin mystérieux du sentiment amoureux...

Maintenant, tout était clair dans son esprit.

Mais Anna dans tout ça?

Il l'avait aimé, il l'aimerait sans doute jusqu'à sa mort mais Lloyd avait raison. Anna aurait voulu qu'il jouisse à nouveau du bonheur qu'offrait la vie. Martel aurait sans doute voulut cela de Yuan aussi.

Il se sentit bien mieux. Il lui fallait maintenant s'expliquer auprès du nouvel élu de son coeur.

 

 

XXXXXXXXXXXXXXX

 

 

Kratos ne prit même pas la peine de sonner chez Yuan. Il entra directement et monta. Il savait où le trouver. Son instinct ne le trompa pas. Yuan était bien dans sa chambre. Il pleurait silencieusement.

 

 

- Yuan, il faut que je te parle.

 

 

L'interpellé leva les yeux, surpris. Il ne s'attendait aps à cette visite. Le sérieux de Kratos le surprit.

 

 

- Yuan, réponds-moi franchement. Est-ce que tu m'aimes?

- Autant qu'un ami doit aimer son ami.

- Réponds-moi avec ton coeur, pas avec ta raison.

 

 

Le demi-elfe se retrouva étrangement muet. Kratos s'approcha et le prit par les épaules. Le méts se dégagea brusquement. Il voulait éviter le contact physique. il ne voulait plus craquer.

 

 

-Yuan, j'ai besoin d'une réponse. C'est oui ou c'est non, mais j'ai besoin de ta réponse.

- Et pourquoi cela?

- Parce que je suis amoureux de toi.

 

 

Yuan le regarda, n'en croyant pas ses oreilles.

 

 

- Ne joue pas avec moi. Mieux vaut être sourd que d'entendre ça.

- Et pourquoi ?

- Je n'ai pas le droit de t'aimer ! Je ne veux pas trahir Martel!

- Aimer quelqu'un ne signifie pas forcément trahir. Tu sais que Martel voudrait que tu profites à nouevau de la vie. Bon sang, si elle serait capable de te pardonner alors pourquoi ne te pardonnes-tu pas toi aussi ? Je sais que tu m'aimes Yuan. Pourquoi te refuses-tu ainsi le bonheur?

- Tais-toi, je t'en supplie !

-Yuan...

- Assez !

 

 

Le demi-elfe voulut quitter la pièce mais Kratos l'en empêcha, le retenant par le poignet. Il entendait des sanglots. Il fit en sorte que Yuan s'assoie sur le bord de son lit et attendeit patiemeent que les nerfs de son ange se remettent de leur émotion. Une fois assuré qu'ils étaient une nouvelle fois solidement accrochés, il planta son regard grenat dans celui océan du métis. Yuan ne put soutenir son regard, il le détourna assez vite.

 

 

- Bon sang, Yuan, dis moi pourquoi tu t'obstines à ce point ? Je t'aime, tu m'aimes, où est le problème?

- Je ne veux pas trahir la mémoire de Martel.

- Tu ne la trahis pas. Martel n'aurait pas supporté de te voir déchiré ainsi. Elle aurait voulu que tu vives. Je sais qu'Anna voudrait que moi aussi je vive, et t'aimer ne veut pas dire que je la trahis. Elle aura toujours sa place dans mon coeur tout comme Martel aura la sienne dans le tien.

- Et ton fils, lui qu'en dira t-il?

- Lloyd n'est plus l'enfant que tu as connu. Il s'est rendu compte de ce qu'il se passait. Il veut mon bonheur et il veut le tien, il me l'a dit lui-même.

 

 

Yuan ne répondit rien. Il était libre, il le savait, il savait bien que Kratos avait raison mais il y avait toujours un je-ne-sais-quoi qui le retenait. Kratos le remarqua. Il rapprocha le corps du demi-elfe contre le sien.

 

 

- Pourquoi sembles-tu si réticent au fait de faire de moi un homme heureux?

 

 

Yuan se brusqua aussitôt. Non, au contraire, plus que tout, il voulait le bonheur de l'humain ! Et le seul capable de faire son bonheur, c'était lui. Kratos venait implicitement de le lui avouer. Quel imbécile il avait été ! Des larmes à la fois de soulagement et d'émotion roulèrent le long de ses joues.

 

 

- Tu as raison Kratos, quel idiot j'ai été ! Alors que mon bonheur dépend entièrement du tien ... Je te le promets, désormais, il n'y aura plus de refus, ni de regret.

 

 

L'Ange aux cheveux acajou embrassa tendrement celui aux cheveux turquoise. Leurs langues se rencontrèrent. Chacun cherchait le contact de la peau de l'autre, au travers de caresses et de baisers, tantôt tendres tantôt passionnés. Ils retrouvèrent tous les deux les mêmes sensations que durant leur " première fois " du mois de juillet. Encore une fois, Yuan accueillit en lui Kratos. Enore une fois, ils devinrent un seul et même être, uni par leur amour et leur passion dévorante. Encore une fois, ils finirent par s'endormir dans les bras l'un de l'autre . Seulement, cette fois-ci, Kratos savait pourquoi il avait fait l'amour à Yuan et cette fois-ci, Yuan ne regretta pas de s'être donné à l'homme qu'il aimait.

 

 

A SUIVRE

 

 

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

 

Je ne sais pas pourquoi, je le sens bien.

 

 

<< précédent                                                               suivant>>

Posté par _martel_ à 15:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Chapitre 07: Effacer les derniers doutes - par Marina Ka-fai

Le dernier chapitre de cette fic

Merci à vous d'avoir lu ^^

 XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

 Chapitre final: Effacer les derniers doutes

 Le printemps renaissait sur Sylvaha'lla. Les fleurs sortaient de terre, les oiseaux revenaient alors que Kratos et Yuan vivaient leur amour tranquillement, sans faire attention au regard de tous. Lloyd avait eu un sourire qui respirait le bonheur quand le couple était venu lui avouer leur relation. Pour les mais des deux hommes, même si la récation n'était pas aussi franche que celle de Lloyd, tous réussirent à s'accomoder, ne voyant que la chose la plus importante: le bonheur de deux êtres.

Les amoureux vivaient désormais ensemble, ne pouvant supporter d'être séparé de l'autre trop longtemps. Ils continuaient à jouer aux cartes, à la manille bien sûr, vu que Kratos ne savait jouer qu'à cela mais désormais, même si la partie était silencieuse, c'était un silence paisible, serein et quand le regard de l'un croisait celui de l'autre, ils sentaient tous les deux à quel point ils s'aimaient. Ils n'avaient pas besoin de mots pour le dire.

Le regard est le miroir de l'âme, dixit Stendhal.

Leur bonheur était apparant. Il changeait ceux qui en jouissaient. Kratos souriait bien plus et Yuan semblait à des années lumières de la sorte de mélancolie qui l'avait pourtant habité pendant près de quatre millénaires. Son bonheur était tout simple et ne consistait pas à grand chose mais sans cela, il serait complètement mort de l'intérieur. Son bonheur résidait en un seul être: Kratos.

Se réveiller à ses côtés, partager ses repas, partager sa vie en fait. Voilà tout ce que voulait le demi-elfe.

Kratos, quand à lui, était ravi de voir à quel point le métis allait mieux. Et, ne soyons pas hypocrite, il se sentait mieux aussi. Pourtant, il avait toujours des doutes. Sur ses sentiments? Diantre non !

Sa vraie question était:

Suis-je capable de le rendre vraiment heureux ?

Kratos savait quel était le plus grand rêve de Yuan:

Fonder une famille

Rêve qui s'était brisé avec la mort de Martel. Quand Kratos y pensait, son coeur se brisait. Il était incapable de faire ce plaisir à Yuan. Il était un homme. Il était incapable de porter la vie en lui.

Yuan voyait bien que quelque chose ennuyait son amour. Mais il ne savait pas comment aborder le problème. Il n'eut pas à chercher trop longtemps le moyen de lui en parler, ce fut Kratos qui en parla.

- Yuan, es-tu heureux avec moi ?

- Bien sûr, quelle question !

- Même s'il y a une chose que je ne peux t'offrir ?

- Quoi donc ?

- Un enfant, né de notre amour.

Alors c'était donc ça ! Yuan ne put réprimer un sourire.

- Kratos, je n'ai pas besoin d'un enfant de toi pour être heureux avec toi.

- Je sais que tu voulais fonder une famille. Mais moi, je ne pourrais jamais t'offrir ce bonheur.

Yuan s'empara des lèvres de Kratos.

- Imbécile, tant que tu es avec moi, je serai le plus heureux des hommes.

Yuan avait raison, pensait Kratos. Tant qu'ils étaient ensemble, peu importait après tout. Ils s'aimaient, c'était le plus important.

 

FIN

 

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

 

Alors reviews?

<< précédent                                                               

Posté par _martel_ à 16:08 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 septembre 2010

Chapitre 11 - par Aurélyss

-Je suis inquiète pour Aurélyss..., fit Colette. Je me demande si tout va bien pour elle....

Cela allait faire plus d'une semaine qu'ils étaient sans nouvelle de la jeune fille. Une semaine et deux jours pour être plus précis où ils avaient réussi à rendre l'âme de Colette et de Préséa, battu Volt, rencontrer Mithos... Ils étaient de retour sur Sylvarant et venaient juste de battre Effreet quand un tremblement de terre les avait secoué. Quand il s'était calmé, Colette venait de faire part de son inquiétude vis-à-vis d'Aurélyss.

-C'est vrai que ça fait longtemps qu'on ne l'a pas vu..., dit Génis. Et dire qu'elle est en train de se faire disséquer par les savants du Cruxis... J'espère qu'on la reverra bientôt... Et en pleine forme surtout.

Lloyd remarqua que cet endroit était celui où ils avaient campé au tout début de la Régénération du Monde par Colette.

"La dernière fois que je suis venu ici" pensa-t-il en s'éloignant du campement "Colette venait juste d'entamé sa transformation en Ange et ses ailes avaient poussé...Et j'avais demandé à Kratos de me donner des cours d'escrime.... J'ai l'impression que ça fait une éternité... Et je n'aurais jamais imaginé qu'il avait accompagné le héro des temps anciens dans sa quête..."

Il y eut un bruit de pas derrière lui.

-Lloyd... dit une voix bien connue.

Surpris, il se tourna vers son adversaire, une main posée sur la garde de son épée mais il ne la dégaina pas en voyant son interlocuteur.

-Kratos! s'exclama-t-il. Qu'est-ce que tu viens faire ici?

-Je vois que vous passez des pactes avec les Esprits des deux mondes...., constata le mercenaire dans sa tenue du Cruxis.

-En quoi ça te regarde?!

-Si vous continuez comme ça, vous allez déclencher une catastrophe.

-Comment ça?!

-Tu dois annuler ces pactes immédiatement.....

-....Tu es notre ennemi...Pourquoi devrais-je te croire?

-Pfff....Je n'essaie pas de te piéger, si c'est ce que tu crois... Ce n'est pas en vous liant avec les Esprits Originels que vous pourrez réunifiez les deux mondes....

Cela fit un tilt dans la tête à Lloyd.

-Mais alors comment?! s'écria-t-il. Il y a un autre moyen?

Soudain, il repensa au parole de Zélos. L'Elu de Tethe'Alla avait parlé d'une certaine épée magique... Et d'Origin...

-Origin et.... L'épée magique? fit-il à Kratos après avoir réfléchi.

-Exactement. L'Epée Eternelle, confirma Kratos en se détournant de Lloyd. Lloyd, si tu veux accomplir ton objectif, tu devras te la procurer....

-Mais....Eh! Que veux-tu dire par là??

-Une dernière chose: Aurélyss est hors de danger. Tu la reverras.

-Kratos! Attends!

Le Séraphim ignora les cris de protestations de Lloyd et se téléporta dans la Tour du Salut, avant de prendre le téléporteur pour se rendre à Derris-Kharlan. Il parcourut les couloirs vides et ouvrit une porte qui donnait sur une chambre. Au premier coup d'oeil, on remarquait que la pièce était propre. Peut-être propre mais vide aussi. Il n'y avait qu'une commode, une armoire et au centre dela pièce, un lit. Il s'approcha. Une silhouette y était couchée, dormant d'un profond sommeil, la respiration sifflante.

-Aurélyss....

La jeune fille cligna des yeux mais ne se réveilla pas. Kratos passa sa main sur le front moite d'Aurélyss. Depuis qu'il l'avait sorti du laboratoire de recherche expérimentale il y a quatre jours, elle ne s'était toujours pas réveillée. Mais il était descendu sur Tethe'Alla pour aller chercher un antidote et passer en même temps sur Sylvarant pour prévenir Lloyd que ce n'était pas une bonne idée ce qu'il faisait... Le mercenaire sortit l'antidote d'une de ses poches et l'administra à la jeune fille, en espérant que ça marche. Sitôt qu'elle eut tout bu, Aurélyss reprit quelques couleurs et sa respiration se fit plus profonde. Kratos esquiça un léger sourire. Ca avait marché. Mais maintenant, il devait savoir pourquoi elle était ici. Il sortit de la chambre en prenant bien soin de la fermer à clé car si jamais Aurélyss tentait de s'enfuir, il n'aurait pas les réponses à ses questions. Et puis, il devait lui demander quelque chose....

 

-Seigneur Yuan, dit Botta en rentrant dans le bureau de son maitre. Cela va faire quatre jours que nous ne recevons plus aucunes informations sur l'exphère de la fille. Il semblerait qu'il se soit passé quelque chose à Welgaïa.

-Tu as raison Botta, répondit Yuan en croisant les bras sur sa poitrine. Il est arrivé quelque chose à Aurélyss... Les espions ont-ils des renseignements?

-Non aucun. Elle a disparut comme ça, d'un coup.

-Hum... Je crois que je vais retourner sur Welgaïa....

-Comme vous voulez.

-Je ne serais pas long.

-Bien.

Yuan se leva de son fauteuil et ferma les yeux, se concentrant. Quelques instants plus tard, il ne restait plus que Botta dans le bureau.

 

Aurélyss sortit enfin de son "coma" si on pouvait apouvait appeler ça comme ça. Elle avait l'impression que ça faisait une éternité qu'elle dormait et ne savait même plus combien de temps il s'était écoulé depuis qu'elle avait été amené à Welgaïa. La jeune fille tenta de se relever mais échoua lamentablement, trop faible.

-Tu es réveillée? demanda une voix près d'elle.

-Kra..tos? Tu fais quoi ici? Et je suis où?

Aurélyss n'avait même pas la force de tourner la tête pour regarder son interlocuteur.

-Je suis ici... parce qu'il se trouve que je suis un Séraphin et que j'obéis à Yggdrasill. Et là, tu es dans ma chambre, en train de dormir et tu es toujours sur Derris-Kharlan.

-Je suis plus dans le labo?

-Non. Je t'ai fait sortir de là-bas. De justesse. Qu'est-ce que tu faisais là?

-Va savoir...

-Tu n'es pas venue par plaisir je pense.

-Oui et alors? En quoi ça te regarde?

-Je veux juste savoir qui t'a envoyé ici.

-Comme si j'allais te le dire...

-Comme tu veux mais tu ne ressortiras pas d'ici tant que tu ne me l'auras pas dit.

-Si tu veux..., répondit vaguement Aurélyss. Si tu veux...

Elle commençait à se replonger dans un sommeil lourd et était incapable de garder les yeux ouverts plus longtemps... Ni même de résister à la torpeur.

-Désolée mais je suis fatiguée... Je retourne dormir... un peu... (elle bailla). Je t'expliquerais tout demain promis... Et merci...

La jeune fille s'endormit. Décontenancé, Kratos regarda Aurélyss dormir, puis, il haussa les épaules et se leva, quittant la pièce sans oublier de la fermer à clé.

 

Yuan arriva sur Derris-Kharlan, qui l'accueillit à bras ouverts (c'était pour rire un peu xD). Il se dirigea vers le laboratoire où était censé se trouver Aurélyss. Un savant s'agitait dans tout les sens, frustré.

-Dites-moi, qu'est devenu le cobaye qui vous servait pour vos expériences? Demanda Yuan à l'homme.

-Oh! Seigneur Yuan, vous m'avez fait peur! S'exclama Tera en sursautant. Le cobaye? Il nous a quitté il y a environ quatre jours, reprit-il furieusement. Et dire que nos recherches allaient presque aboutir! Mais le Seigneur Kratos est arrivé et nous a enlever le cobaye sous prétexte qu'elle n'allait pas tarder à mourir si on continuait comme ça! Balivernes oui!

Yuan se raidit. Comment Kratos avait eu vent du fait qu'Aurélyss était ici? Il devait absolument la retrouver avant que le mercenaire puisse lui arracher la vérité.

-Savez-vous où il l'a emmené?

-Non, grogna Tera. Et dire que l'Ange Eternel allait bientôt naître...

Yuan quitta le laboratoire et se dirigea vers les appartements de Kratos. Au bout d'un long moment, il trouva la porte de la chambre, fermée à clé. Sans plus attendre, il se téléporta à l'intérieur. Il n'y avait aucun signe de vie... Quoique... Yuan s'approcha du lit et y trouva Aurélyss endormie. Le demi elfe eut un pincement au cœur. Cela allait faire presque plus d'une semaine que la jeune fille était à Welgaïa... Et son corps avait légèrement maigri et son visage pâle l'était encore plus que d'habitude. Il ignorait le nombre de traces de blessures qu'Aurélyss avait mais ça devait être beaucoup. Il se pencha et la souleva dans ses bras. Elle ne réagit même pas. Yuan s'apprêta à se télé porter une nouvelle fois quand la porte de la chambre s'ouvrit, dévoilant Kratos.

-Yuan... J'aurais dû me douter que c'était toi..., fit-il en le voyant. Lâche Aurélyss.

-Non. J'ai besoin d'elle alors je pars avec elle. On se reverra Kratos.

Il se téléporta avec la jeune fille dans ses bras. Et le mercenaire ne put rien faire. Agacé, il fixa l'endroit où ils s'étaient tenu un peu plus tôt. Si seulement il avait compris plus vite...

 

Aurélyss se réveilla un peu plus tard, un peu plus en forme que la dernière fois. Elle remarqua immédiatement qu'elle n'était plus dans la chambre de Kratos mais dans celle qu'elle occupait lorsqu'elle était dans la base des Renégats. Elle se leva, s'habilla et chercha le demi elfe. Pestant à travers toute la base en disant que celle-ci était trop grande et qu'elle demandait à qui passait près d'elle où était ce petit... je vais pas dire la suite par pure politesse (me frappe pas Akina!). Après avoir parcourut tous les couloirs et les bureaux à la recherche de Yuan donc, elle finit par le trouver dans une salle de contrôle. Le demi elfe se tourna vers elle.

-Enfin réveillée? Fit-il avec sa raillerie habituelle.

-Ravi de voir que tu n'as pas changé..., répliqua Aurélyss. Sais-tu que j'ai failli mourir là-bas?

-Quelque chose m'a dit que oui.

-J'espère au moins que tu as eu les informations que tu voulais.

-Pas vraiment. Je n'ai eu que la moitié.

-Tu...comptes me renvoyer là-bas?

-Non, je viens de découvrir quelque chose d'autre. Nous avons repéré Lloyd et sa bande. Ils viennent juste d'utiliser le système de transfère de notre base pour se rendre à Tethe'Alla. Nous allons les suivre.

-Et après?

-Kratos ne libérera le Sceau d'Origin que si nous avons un moyen de pression.

-Non! Tu vas utiliser Lloyd pour...?

-Oui.

-Tu n'as pas intérêt à lui faire de mal...

Yuan haussa les épaules.

-Nous partons dans une heure. Toi Aurélyss, tu vas aller chercher Kratos.

Aurélyss grogna et retourna dans ses quartiers. Elle devait aller chercher Kratos hein? Elle soupira avant de fermer les yeux et de se concentrer. Quelques instants plus tard, elle réapparut dans le bureau de Kratos, qui leva la tête, légèrement surpris.

-Aurélyss... Tu vas mieux? Demanda-t-il sans intonation particulière dans la voix.

-Moui...

Elle alla s'asseoir dans le siège, faible d'un coup. Le « poison » n'avait pas encore totalement disparut de son sang.

-C'est donc Yuan qui t'a envoyé ici? Continua Kratos sans lever les yeux vers elle.

-...Oui... Tu l'as vu?

-C'est lui qui est venu te chercher.

-...Il voulait avoir des infos sur mon exphère...

-...Je vois...

 

-...Alors pourquoi es-tu revenue?

-Yuan... Yuan va enlever Lloyd...

-...

-Je sais où il est... Et Yuan t'attend...

-Conduis-moi.

-...Oui...

Il attrapa la main d'Aurélyss et ils se télèportèrent près de la maison d'Altessa où justement Yuan en sortait, deux renégats traînant Lloyd. Kratos tira son épée et Aurélyss se mit légèrement en retrait.

-Tu es arrivé plus tôt que prévu Kratos, fit Yuan. Toi aussi Aurélyss. Mais ça m'arrange que tu sois déjà là...

-Yuan...Je veux bien fermé les yeux pour cette fois alors relâchez Lloyd et partez.

-Aurélyss...Kratos...Pourquoi? S'exclama Lloyd à terre. Et toi Yuan! Tu disais faire parti des renégats mais tu appartiens au Cruxis!

-On va dire que nous avons tous nos raisons..., répondit le demi elfe. Kratos, libère le Sceau d'Origin!

-Tu sais que c'est impossible..., répondit le mercenaire.

-Si tu tiens à la vie de ton fils, tu ferais mieux d'obtempérer...

-Non Yuan! S'écria Aurélyss.

-Son fils? Répéta Lloyd qui semblait avoir mal entendu.

-Yuan..., reprit Kratos.

-S'il te plaît Yuan, ne dis rien! Protesta la jeune fille.

-C'est le moment où jamais de lui dire la vérité, continua Yuan sans tenir compte des protestations d'Aurélyss. Lloyd, écoute-moi bien: Kratos est ton véritable père.

Lloyd se figea, les yeux sortant presque de leurs orbites tant il était surpris. Et choqué (je peux le comprendre n'empêche u_u. « Kratos est ton père » « Nooooon! » c'est ça en fait XD).

-Non! Vous mentez...Lui? Mon père? Alors qu'il nous a trahis?cria Lloyd. Qu'il a fait souffrir Colette?! Qu'il a essayé de me tuer? Je refuse de vous croire!

Aurélyss détourna la tête et Kratos resta impassible.

-Quel effet ça fait d'être rejeté à ce point par son propre fils Kratos? Dit Yuan.

-Yuan! S'exclama Aurélyss. Pourquoi tu as fait ça?! Pourquoi tu lui a dit?!

Kratos fit un pas mais les renégats posèrent leurs épées sur la gorge de Lloyd, près à la lui trancher si nécessaire.

-Ne bouge pas! Au moindre geste de ta part, prévinrent les renégats, on lui tranche la gorge!

-Si tu refuses de briser le Sceau d'Origin, Lloyd mourra! Qu'est-ce que tu choisis?

-...

-Je n'ai pas l'impression que tu sois résolu à lever ce sceau. Dans ce cas... Tu vas mourir...

Une étincelle apparut dans la main tendue de Yuan. Kratos ne dit rien.

-Tu as radicalement changé depuis que tu as perdu ta famille, continua Yuan les sourcils froncés. Il y a quinze ans quand Anna s'est transformée en monstre, tu n'as même pas tenter de résister. Si elle ne t'avait pas suivi, elle n'aurait pas fini sous cette forme affligeante. La pauvre...

-Yuan ça suffit! Kratos n'y est pour rien! Même Anna! Ce n'était pas de leur faute! C'était celle de Kvar et tu le sais! Cria Aurélyss.

Lloyd tremblait de rage en entendant ce que disait Yuan.

-Tais-toi... Ferme-la! fit rageusement Lloyd en se dégageant des deux renégats. Arrête de parler... (il se précipita vers le demi elfe qui lui tournait le dos) de ma mère comme ça!!

Yuan se tourna vers lui et lui balança son sort.

-Imbécile!

-Lloyd! Non Kratos! Hurla la voix d'Aurélyss tandis que le jeune épéiste fermait les yeux en attende du choc.

Il ne se passa rien. Surpris, il rouvrit les yeux. Kratos laissa tomber son épée et posa un genou à terre.

-Kratos...?

-Tu n'as rien? Demanda le mercenaire.

-N...non...

-Tant mieux... fit Kratos avant de s'effondrer, inconscient.

Lloyd hurla et Aurélyss se précipita vers eux. Elle retourna le mercenaire.

-Je vais l'emmener en sécurité, murmura la jeune fille en le soulevant.

L'instant d'après, elle disparut mais elle revient très vite, découvrant cette fois-ci une scène digne d'un champs de bataille. Un jeune garçon blond était en train de frapper Yuan avec un rire sadique et les deux renégats étaient dans un état pitoyable... Un petit tas de cendre en fait. Sans attendre plus, Aurélyss se jeta sur le garçon.

-Ne te mêle pas de ça! Cria-t-il.

Il lui lança une attaque magique qu'elle para sans effort.

-Tu es Mithos c'est ça? Demanda Aurélyss en laissant ses mains s'illuminer de magie. Le héros de la Guerre Antique... Et celui qui a séparé les deux mondes... Yggdrasill!

Lloyd se tourna vers la jeune fille, très surpris une nouvelle fois.

-Je vois qu'on m'a démasqué.. Tu vas mourir!

-Essaye un peu!

Aurélyss se jeta sur Mithos et un combat s'ensuivit. La porte de la maison d'Altessa s'ouvrit.

-Qui est là? Demanda Colette.

Ils comprirent immédiatement que quelque chose de grave s'était produit pendant qu'ils étaient inconscients. Mithos se battait avec Aurélyss mais c'était interrompu quand ils avaient ouvert la porte, Lloyd était toujours agenouillé par terre et Yuan étalé par terre (

-Lloyd?! Qu'est-ce qui t'es arrivé? Pourquoi Aurélyss et Yuan sont là?

-Mithos..., commença Génis en regardant le demi elfe blond.

-Je vois..., fit Yuan en se relevant. Tu a caché ta véritable identité pour mieux les approché Yggdrasill!

-Yggdrasill? Répéta Génis choqué. Vous voulez dire que Mithos... C'est un mensonge! Vous n'avez rien en commun! Et puis on est amis tous les deux!

-Amis? Ricana Mithos comme s'il s'agissait d'une bonne blague. Tu m'as vraiment cru? Comme tu es naïf mon pauvre Génis...

Mithos lança une attaque mortelle sur Altessa, qui partit en arrière sous le choc. Aurélyss se jeta de nouveau sur le blond et ils se remirent à se battre pendant que Tabatha se précipitait au chevet de son maître. Elle fixa ensuite Mithos.

-Mithos...Pourquoi faîtes-vous ça? Demanda l'androïde.

-Parce qu'il est bien trop bavard pour un simple artisan... répondit-il. En plus, c'est un déserteur. Je lui ai infligé le châtiment qu'il méritait.

Génis serra les poings.

-Pourquoi...Je ne comprends pas... Tu t'entendais si bien avec Altessa et Tabatha!! S'exclama-t-il les larmes aux yeux. Comment peux-tu leur faire de mal?! Tu as même sauvé Tabatha de l'éboulement au risque d'être blessé à sa place!

Mithos attrapa le bandage qui lui entourait la tête et tira dessus, l'enlevant.

-Tout ça faisait partie de mon plan pour gagner votre confiance.

-Tu mens! S'écria Aurélyss. Je suis sûre que tu étais le vrai Mithos!

Tout le monde se tourna vers la jeune fille, surpris.

-Il est vrai que je n'ai pas pu voir comment tu te comportais avec eux mais quand tu parlais avec Génis -car tu devais parler avec lui si vous étiez amis- tu devais être le vrai Mithos, pas Yggdrasill!

-Aurélyss a raison, dit Tabatha en s'approchant de Mithos. Vous êtes quelqu'un de bon. Je sais parfaitement que c'est par pure gentillesse que vous m'avez protégé ce jour-là...

-Silence! Fit le demi efe.

-Mithos...

-TAIS-TOI! Hurla Mithos en lâchant son sort sur Tabatha.

La jeune fille alla s'encastrer dans le mur.

-Mi..thos...Vous... m'avez...sau...vé... Mi...tho...s

-Tais-toi! Je ne veux plus entendre le son de ta voix!! Tu n'es qu'un vulgaire pantin!! Une pâle copie de ma sœur! Je n'ai jamais pu te supporter!! Pauvre androïde raté! Tu n'as pas réussi à saisir l'essence de Martel!! Tu me dégoûtes!

-Non...gémit Génis.

-Bon débarrras!

Mithos fit un geste circulaire et sa magie l'enveloppa.

-Mithos!

-Génis! Fit Raine en l'attrapant.

-Gh...Reviens Yggdrasill... marmonna Yuan en se relevant à demi.

-Mithos! Attends! Cria Génis. Tu es mon ami non? Réponds moi Mithos!

Le changement s'opéra sous leurs yeux à tous. Du jeune garçon, Mithos se transforma en l'homme qu'ils avaient croisé une fois. C'était le jour où Colette s'était transformée en Ange et la trahison de Kratos. Yggdrasill s'éleva dans les airs et disparut, ignorant royalement les supplications de Génis.

 

 

 

A suivre

<< précédent                                                               suivant>>

Posté par _martel_ à 15:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Chapitre 12: Flanoir - par Aurélyss

Petit à petit, tout le monde se remettait du choc sauf Yuan et Aurélyss qui savaient déjà la vérité. Celle-ci se dirigea vers Yuan.

-Je te rejoins à la base.

Lloyd voulut lui dire quelque chose mais la jeune fille disparut. Elle se transféra près d'une vieille maison abandonnée au milieu des bois. Aurélyss vacilla et se rattrapa de justesse à un arbre.

-Bordel de mer..., jura-t-elle. Maudit truc à la con!

Elle râla tout le long du chemin contre l'anesthésiant qui était toujours dans son sang.

-Je ne dois plus me téléporter... En plus, si j'utilise ce moyen, je peux même pas profiter du paysage...

Elle soupira et entra dans la maisonnette en ruine. Kratos était allongé sur un vieux matelas crasseux (la claaaasse 8D *sbaf*) et semblait dormir. Faisait semblant plutôt. Aurélyss alluma un feu puis s'agenouilla près de lui et le fixa.

-Tu dors? Demanda-t-elle. Ou tu réfléchis?

-...

-Que vas-tu faire maintenant que Lloyd sait que tu es son père?

-...

-Tu y réfléchis c'est ça?

-...

-T'es pas marrant! Tu réponds même pas!

-...

Aurélyss fit la moue et finit par s'asseoir dos à lui. Elle soupira.

-Si j'avais vraiment su ce que Yuan préparait, je crois que je l'aurais empêché de faire ça..., dit-elle mélancolique. Je me demande comment ça va se terminer tout ça... Surtout qu'il paraît que tu es le Sceau d'Origin.

Elle laissa passer quelques secondes avant de reprendre.

-C'est quoi en fait le Sceau d'Origin?

-Ce Sceau est basé sur ma vie, répondit Kratos sans ouvrir les yeux. Pour le libérer, il faut que je libère tout mon mana... Et je mourrais.

-Tu mourras?!

-Oui.

-Attends, attends, attends... Tu veux dire que tu gardes un Sceau sur ta vie depuis quatre mille ans... Et que t'as réussi à te tirer de toutes sortes de situations sans mourir? Si tu étais mort, le Sceau d'Origin aurait été libéré...C'est ça?

-Très mal expliqué mais c'est ça.

-...

-Et tu as tort. J'ai failli mourir une fois.

-Ah? Quand?

-...Il y a quinze ans. Quand Anna s'est transformée en monstre.

-...Désolée.

-Tu n'as pas à l'être.

Il se releva en grimaçant. Aurélyss se précipita immédiatement à son chevet, le soutenant.

-Tu ne devrais pas te lever tout de suite, prévint-elle. Tes blessures ne sont pas encore guéries. L'aube ne va pas tarder à se lever, fit-elle ensuite en regardant par la fenêtre.

-...

-Tu veux aller le voir? Je crois qu'ils vont se rendre à Flanoir.

-Comment peux-tu en être sûre?

-Les rêves mon coco, les rêves...

-Tu n'as même pas dormi.

Aurélyss haussa les épaules avec un sourire insolent.

-Je suppose que tu m'accompagnes là-bas?

-Je ne sais pas à quoi ressemble Flanoir. Je vais soigner tes blessures...

La jeune fille se pencha vers le dos de Kratos et le frappa de toutes ses forces. Celui-ci ne put s'empêcher de pousser un cri de douleur et de surprise. Il se tourna ensuite vers Aurélyss, un peu en colère. Celle-ci le regarda sans comprendre.

-Qu'est-ce qui t'as pris de faire ça?! Ca fait mal!

-Oups...Désolée, s'excusa Aurélyss avec un grand sourire. Je voulais voir si tu étais vraiment insensible à la douleur...

-...

-Bon, je te jure de ne pas recommencer. Tu peux t'allonger sur le ventre? Et enlever ta tenue?

-...Pourquoi?

-Pour que je puisse te soigner pardi. Si mes mains n'ont pas de contact avec la peau, ça ne marche pas.

-Tu rigoles?

Aurélyss leva sa main, prête à frapper de nouveau les blessures du mercenaire.

-Bon, bon d'accord..., céda Kratos en voyant qu'elle ne plaisantait pas.

La jeune « tortionnaire » détourna les yeux pendant que l'homme enlevait son haut (je suis pas sûre qu'il y arrive vraiment...D'ailleurs, sur sa tenue du Cruxis, il peut? Bonne question). Kratos s'allongea sur le ventre et Aurélyss se tourna de nouveau vers lui. Elle siffla.

-Quoi?

-Il ne t'a pas raté..., fit-elle en observant la blessure. Un peu plus, et t'étais mort...

-....

-Bon, voyons voir ce que je peux faire...

Kratos frémit au contact des mains d'Aurélyss et se tendit lorsqu'il sentit qu'elle touchait sa blessure.

-Si tu ne te détends pas, comment veux-tu que je te soigne? Remarqua-t-elle.

-Plus facile à dire qu'à faire..., grogna le Séraphin.

Il s'efforça de se détendre mais peine perdu. Aurélyss poussa un gros soupir. Doucement, ses doigts coururent le long de la colonne vertébrale du mercenaire. Elle siffla une nouvelle fois et se mit à marmonner quelque chose qui arracha un ricanement de la part de Kratos. Quelques secondes plus tard, il se mordait les lèvres car la jeune fille avait appuyé -par vengeance pour son ricanement- son doigt sur le point le plus sensible de sa blessure.

-Je ne veux rien entendre le malade, prévint Aurélyss avec une légère ironie dans la voix.

De nouveau, elle fit courir ses doigts sur le dos nu du mercenaire (comme j'aime ça 8D *sbaf* surtout le dos nu... Même le devant... *sbam*), murmurant quelques paroles incompréhensibles même pour l'oreille du mercenaire qui se laissa bercer et sombra petit à petit dans une douce somnolence, qui lui faisait remonter à sa période heureuse avec Lloyd et Anna ou il y a quatre mille ans quand Martel n'était pas morte...

-Détends-toi Kratos..., souffla Aurélyss (la voix de la jeune fille lui parvenait de loin). Repense à ces jours heureux, les bons moments que tu as passé... Et qui ne pourront jamais s'oublier... Laisse-toi aller...

Le Séraphin se laissa faire et se plongea dans un sommeil -le premier depuis quatre mille ans!- où il se remémora les meilleurs moments de sa vie... Quand il se réveilla beaucoup plus tard, le soleil n'allait pas tarder à se lever....Ou à se coucher? Kratos se rendit compte avec stupeur qu'il avait dormi une journée entière. Il se releva et remarqua immédiatement qu'il n'avait plus mal à son dos. Mieux, il n'y avait plus rien. Aurélyss avait fait son travail parfaitement et l'avait même rhabillé (juste le haut hein parce qu'il avait pas enlevé le bas...Dommage *se prend une armoire dans la figure*). Il chercha la jeune fille du regard et la trouva, endormie près de l'âtre où le feu s'était éteint depuis longtemps. Il s'apprêtait à partir quand une voix, même pas ensommeillée, le surpris.

-Tu croyais que tu allais partir sans moi c'est ça? Dit Aurélyss.

-Je croyais que tu dormais.

-Se plonger dans un rêve, rêver, somnoler et dormir profondément sont des choses différentes, répliqua-t-elle en s'étirant, dépliant ses membres engourdis. Toi en revanche, t'étais dans la catégorie: sommeil plus que profond.

-C'est toi qui m'a endormi?

-Oui mais je ne savais pas que tu dormirais autant. La preuve, je t'ai frappé plusieurs fois dans le dos alors que je ne t'avais pas soigné et tu n'as pas réagi... Quand tu dors, tu dors. Comme Lloyd. Je vois de quel côté ça vient maintenant...

Kratos ne répliqua pas.

-Au fait, j'ai dormi combien de temps? Demanda-t-il en changeant de conversation.

-On est le soir et le soleil, comme tu peux le voir, est sur le point de se coucher.

-C'est bien ce que je pensais. J'ai dormi presque une journée...

-C'est pas de ma faute!

-Que s'est-il passé après que je me sois interposé entre Lloyd et Yuan?

-Ah ça... Et bien figure-toi que ton copain Yggdrasill avait rajeuni et avait rejoint Lloyd...

-Quoi? Il s'est infiltré parmi eux?

-Oui, sous le nom de Mithos. Si j'ai bien retenu, Mithos et Yggdrasill ne font qu'une seule et même personne et Yggdrasill est capable de changer de corps... Ou de rajeunir?

-De rajeunir. Et ensuite?

-J'ai combattu Yggdrasill... Et ce con s'est enfui...

-Je vois...

-Bon, si tu te sens d'attaque, va voir Lloyd. Je suis sûr qu'il aimerait avoir de tes nouvelles.

-Tu crois?

-Sincèrement? Oui.

-Tu ne m'accompagnes pas finalement?

Aurélyss prit un air épouvanté.

-Quoi? dit Kratos qui ne comprenait pas sa réaction.

-Rien. Allons-y.

-C'était quoi ce regard?

-Rien je te dis. Allons-y.

Kratos laissa tomber et sortit de la maison.

-Tu veux utiliser quel moyen pour t'y rendre, à Flanoir? demanda la jeune fille curieuse.

-Téléportation.

-Encore?!

-Quoi?

-Rien... C'est bien la dernière fois que je me téléporte..., grogna-t-elle ensuite dans sa barbe.

Mais elle s'exécuta et ils se téléportèrent à Flanoir. J'ai la flemme de vous décrire Flanoir mais je suis suppose que vous voyez comment c'est. *se mange un mur de brique* x_x

-Wouhou! s'exclama Aurélyss en découvrant la ville enneigée. C'est ça Flanoir?! C'est super beau!

-Tu sais où il est?

-Qui? Ah Lloyd... Il est au belvédère mais Colette est pour le moment avec lui alors il va falloir patienter un peu... Rhôôôô, roucoula-t-elle ensuite. C'est vraiment joli...

Kratos la regarda sans rien dire. Aurélyss dévorait la ville de ses yeux remplis d'étoiles, un grand sourire béat sur les lèvres. Soudain, son regard se voila de mélancolie et son sourire disparut. Elle poussa un profond soupir.

-Un problème? s'enquit le mercenaire en voyant son changement d'expression.

-Non, rien.

Aurélyss se tourna vers lui, le sourire retrouvé.

-Tu peux aller le voir. Il sera seul quand tu arriveras. Je t'attends là moi.

-....

Le mercenaire la regarda une dernière fois avant de la quitter. Quand il eut disparut, Aurélyss perdit de nouveau son sourire. Une douleur violente la prit et elle s'effondra, les mains recroquevillées sur l'endroit où était son coeur.

-Qu'est-ce...Qu'est-ce qui m'arrive? gémit-elle. Ca fait... mal...

Elle se recroquevilla sur elle-même, attendant que la douleur passe tandis que la neige tombait doucement. Quand elle fut calmée, Aurélyss se releva. Que lui arrivait-il? Si subitement? Elle resta longtemps plongée dans ses pensées. Si longtemps que lorsque Kratos revint, elle y était toujours.

-Tu n'as pas froid? demanda le mercenaire en la voyant couverte de neige. Tu n'as pas bougé d'ici depuis tout à l'heure?

-Hmm? Oh, je n'avais pas vu que tu étais de retour... Pardon. J'avais même pas remarqué qu'il faisait froid hahaha.... Maintenant que tu le dis, oui. Que comptes-tu faire maintenant?

-Rentrer à Welgaïa avant que Mithos se lance à ma recherche.

-Je ne vais pas t'accompagner là-bas désolée.

-Ce n'est pas grave. On se reverra de toute façon.

-Ooh que oui. Porte-toi bien surtout! A plus tard!

Aurélyss déploya ses ailes bleues et s'envola, laissant derrière elle Kratos. Sans perdre de temps, elle traversa la faille spatio-temporelle et elle se retrouva à Sylvarant où elle rejoint la base des Renégats. Ceux-là l'accueillirent assez précipitament. La jeune fille trouva donc facilement Yuan, assit derrière son bureau encore une fois.

-Tu fais évacuer les Renégats? fit-elle en fermant la porte.

-Oui. Maintenant qu'Yggdrasill sait que je suis le chef des Renégats, il va tout faire pour les tuer, répondit le demi elfe en fermant les yeux. J'aurais dû me renseigner bien avant...

-Au lieu de m'envoyer à Welgaïa, tu aurais mieux fait de me confier cette mission.

-...

-Enfin bon, le passé, c'est le passé. Que dois-je faire maintenant?

-Rien.

-Quoi?

-Tu es libre de faire ce que tu veux pour le moment. Mais ne te réjouis pas si vite, j'aurais encore besoin de toi. Je te recontacterais.

-...Comme tu veux.

Aurélyss sortit de nouveau de la base. Elle s'arrêta et ferma les yeux.

-Dites-moi où sont Lloyd et ses amis, chuchota-t-elle en elle-même. Où sont-ils?

Les rêves lui répondirent par image, d'abord flous puis de plus en plus nettes. Un endroit haut. Des cercueils en lévitations. Une épée figée dans quelque chose inconnu... Une... trahison? Non! Aurélyss plissa les yeux. Zélos avait roulé tout le monde! Et à cause de lui, Colette se faisait enlever! Les rêves commencèrent à se dissiper face aux troubles de la jeune fille mais elle se reprit bien vite. Une bagarre.... Des Anges qui attaquent Lloyd et ses amis... Lloyd contraint de les abandonner... Aurélyss rouvrit les yeux et s'envola précipitament, direction la Tour du Salut de Sylvarant. Elle devait aller les aider! Quelqu'un lui murmura quelque chose à l'oreille... Une voix féminine qu'elle ne connaissait pas... Elle se laissa guider par ce guide inattendu et entra dans la Tour...

 

 

A suivre.....

 

Voilà encore un chapitre de terminé ^^".... Pfiouf... C'est pas donné ça.... Bon, je suppose que je dois quelques explications.

Aurélyss peut voir ce qui se passe grâce aux chemins des rêves. Elle arpente en fait les rêves qui lui fournissent la réponse qu'elle cherche.

Par exemple: elle veut savoir où est le groupe de Lloyd. Au lieu de chercher partout ce qui prendra trop de temps, elle rentre dans une dimension -pas l'Imagination non- qui s'appelle les Rêves. Un peu comme les rêves que nous faisons quand nous dormons. Sauf que les rêves que fait Aurélyss sont un peu différent des nôtres parce qu'elle peut savoir ce qu'elle veut... Comme quand elle a sut où se trouvait Lloyd au début. Les rêves lui envoient donc les images de ce qui se passe en ce moment pour savoir où est Lloyd. Ca fait parti de ses pouvoirs même si c'est compliqué je l'avoue u_u" enfin bref, rendez-vous au chapitre 13!! =D

<< précédent                                                               suivant>>

Posté par _martel_ à 15:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Chapitre 13: Combats - par Aurélyss

Lloyd surgit dans la salle où Colette était enfermée, balançant au passage l'Ange qui lui barrait la route. Le jeune homme avait été forcé d'abandonner ses amis, et il comptait bien repartir vivant, avec Colette. La jeune fille était enfermée dans un sarcophage en verre et au-dessus d'elle, il y avait une sorte de fleur contenant Martel.

-Redonne-moi Colette Yggdrasill, ordonna Lloyd en s'adressant à l'Ange blond.

-Lloyd, tu... Pourquoi es-tu ici? Demanda celui-là surpris. Comment as-tu pu éviter les Anges et venir ici?

-Le comment j'ai fait n'est pas tes oignons! Je vais réduire ton plan de l'Age des Demi elfes au néant! Prépare-toi! S'exclama-t-il ensuite en s'élançant sur Mithos.

Mais Pronyma s'interposa et lui lança une attaque.

-Je ne te laisserais pas faire! Dit-elle en lui balançant le sort.

Lloyd n'eut pas le temps d'esquiver qu'il s'écrasait déjà contre le mur, tout près de l'endroit où Colette était enfermée. A moitié assommé, il se releva quand même et s'apprêta à repartir à l'attaque quand la scène qu'il vit le figea. Mithos avait pris par la gorge Pronyma et l'avait soulevé. Et le chef du Cruxis avait l'air très en colère.

-Lord... Yggdrasill, gémit la femme en tentant de se soustraire à la poigne de celui-ci.

-Si ma sœur avait été blessée, qu'aurais-tu fais? Demanda-t-il avec une voix mauvaise.

Lloyd regarda la scène, ébahi.

-Lord....Mithos! Souffla Pronyma. J'étais juste en train de....

-Seuls mes compagnons ont le droit de m'appeler comme ça..., reprit Mithos. Disparais!

-Ah...AAAAAAAAAAAAAAAAH!!!

De sa seule main, Mithos réduisit en quelques secondes Pronyma en petit tas de cendres, qui se dispersa au sol.

-Tu es le suivant, fit-il ensuite en se tournant vers Lloyd.

-Tu....Comment as-tu pu faire une chose pareille?! S'écria l'épéiste horrifié.

Soudain, à côté de lui, le sarcophage s'illumina.

-Quoi?! Colette!

-Grande sœur... Ma sœur... s'est réveillée!

Le cocon s'ouvrit et Colette se leva.

-Grande sœur... Tu t'es finalement réveillée...

-Mithos..., dit Martel à travers la bouche de Colette.

-Ca ne peut pas être..., avança Lloyd choqué. COLETTE!!

-Qu'est-ce que tu as fais? Demanda Martel.

-Grande sœur? Oh, tu parles de ce corps, répondit Mithos. Dans l'ordre des choses, je suis le chef du Cruxis et cette forme est mieux pour les diriger... Mais attends s'il te plaît. Je vais reprendre mon ancien corps...

Yggdrasill redevint le jeune garçon blond qui avait dupé Lloyd et les autres.

-Tu vois?

-Ce n'est pas ça Mithos, reprit Martel. Je t'ai tout le temps observé. J'ai vu les actions folles que tu as fait dans ce corps immobile. As-tu oublié? Nous avons arrêté l'Ancienne Guerre parce que les Humains, les Elfes et tous les autres avaient le droit de vivre en harmonie entre eux.

-Que dis-tu grande sœur? Dit Mithos qui ne comprenait pas. J'ai fait tout ça pour te trouver un nouveau corps... Je vois. Peut-être que celui-ci ne te plaît pas...

-Mithos s'il te plaît... Ecoute ce que je vais dire, continua-t-elle. Ce que tu fais est mal. La dernière fois, ce n'est pas ce qu'on avait décidé (désolée, j'ai pas compris ce passage é_è)

-Mal...? Est-ce que tu me rejettes...?

-Non! Je veux juste que tu te souviennes! Arrête ce que tu fais et redeviens celui que tu étais avant!

-Même ma soeur....Hahahahaha! Ma soeur ne dirais pas des choses comme ça.... Ma soeur qui me rejette?

Lloyd attrapa le bras de Colette et l'attira à lui.

-Colette! cria-t-il. Merde! Le serti-clé a été enlevé!

-Tu es..., commença Martel.

-Toi! hurla Mithos, très en colère.

Le jeune demi elfe fou blond s'apprêta à lancer une attaque sur Lloyd mais une autre attaque, venant d'on ne sait où, atterit juste devant lui et Mithos fut forcé de reculer.

-Désolés de vous avoir fait attendre vous deux!

Tous les amis de Lloyd et Colette se rassemblèrent autour d'eux, les protégeant. Ils étaient certes, tous dans un mauvais état mais ils étaient vivants.

-Les amis..., fit Lloyd surpris mais heureux. Comment...?

-Deux personnes nous ont aidé, répondit Sheena avec un sourire.

-Est-ce que j'ai pensé ce que j'ai dit à cet ange? (très abstrait aussi é_è) intervint une voix connue pour sortir des choses perverses (8D). Désolé Lloyd pour ce que je t'ai fait. Tout va bien?

-Zélos! s'exclama l'épéiste en le reconnaissant. Tu es revenu avec nous?!

-Tu pensais vraiment que je vous trahissais tout à l'heure? J'ai juste donné un coup de main à cet ange.

Zélos indiqua derrière lui et Kratos s'avança.

-Kra..Kratos?!

-Tiens, dit le Séraphin en lui tendant un collier. Le serti-clé de l'Elue. Je te le redonne.

-Pou...Pourquoi?!

-Qu'est-ce que tu fais..., fit Mithos, de plus en plus en colère. Tu me trahis Zélos?! Toi qui voulais être libre de ta condition d'Elu du Mana!!

-Ah oui... A propos de ça..., dit Zélos en se grattant la tête. Si je te bats, tout le monde n'aura plus à souffrir de cette condition et ça ne me déplait pas entièrement. Alors pour l'instant, je vais du côté de Lloyd.

-Ma soeur! Rendez-moi ma soeur!

-Au revoir Mithos, reprit Martel. C'est mon dernier voeu: redonne à ces deux mondes leur forme originelle.

-Non..., gémit Mithos. S'il te plait, ne pars pas!

-Si les choses ne changent pas, peut-être que les Elfes n'auraient jamais dû quitter Derris-Kharlan....

Colette s'effondra et Martel retrouva sa place dans la Germe.

-Colette! cria Lloyd en la rattrapant.

-Elle va bien, dit Raine quelques secondes plus tard. Elle est juste inconsciente.

-Alors c'est ça...? Maitenant, je comprends..., fit Mithos. Tu veux laisser ce monde et retourner à Derris-Kharlan c'est ça? reprit-il plus haut, en s'adressant à la Germe. Ca doit être parce que cette planète est la maison de tout ceux qui ont le même sang...

-Mi...Mithos..., commença Génis.

-Alors je vais le faire grande soeur. Allons-y ensemble... Sur Derris-Kharlan...

Il y eut un tremblement qui secoua tout le monde.

-Qu'est-ce que c'est?! demanda Lloyd.

-Ce n'est pas bon..., dit Kratos. Lloyd! Ce que tu as là, c'est le Great Seed!

-Ca?!

Il regarda avec surprise l'espèce de fleur suspendue dans les airs, contenant le corps de Martel.

-C'est ici qu'est né le mana, continua Kratos. Si elle part, les mondes seront détruits.

-Merde! jura Lloyd en se jetant sur Mithos. Arrête ça Mithos!

-N'interfère pas! répondit le blond en lui balançant une attaque.

Lloyd l'évita de justesse et s'apprêta à se jeter de nouveau sur Mithos quand il y eut un éclair de lumière.

-Tu n'iras nulle part avec la Great Seed, dit une voix inconnue mais aux accents familiers.

-Qui est là? hurla Yggdrasill.

Une colonne de lumière se dressa devant la fleur. Quand elle disparut, tous reconnurent celle qui était intervenue.

-Aurélyss! s'exclama Génis.

La jeune fille ouvrit les yeux et contempla Mithos d'un regard froid, encore inconnu des compagnons.

-Je suis l'Ange Eternel, un Esprit Originel, se présenta-t-elle. Je suis celle qui veille sur la Paix et l'Harmonie sur les mondes. Depuis quatre mille ans, je dormais. Mais Martel m'a réveillé il y a peu et j'ai vu les dégâts que tu as fais sur les mondes. Comment le héros de la Guerre Antique a-t-il pu déformer les paroles de sa soeur et se laisser aller au désespoir, au risque de perdre la confiance de tous les Esprits Originels?

-L'Ange Eternel...? répéta Lloyd surpris.

-N'importe quoi! répliqua Génis. Tu es Aurélyss!

-....Je ne suis pas Aurélyss. Alors? Réponds-moi Mithos.

-Je ne sais pas qui tu es mais dégage! cria Mithos. Je dois accomplir le voeu de ma soeur!!

-Quel voeu?! Elle t'a demandé de remettre les deux mondes dans leur forme originelle! Pas de partir comme un couard sur Derris-Kharlan!

-Je ne suis pas un couard!

-Alors dis-moi qui tu es vraiment.

-Je suis le Héros de la Guerre Antique et le chef du Cruxis.

-Il est beau le Héros de la Guerre Antique depuis que sa soeur est morte (Aurélyss se retourna et observa la Great Seed). Comme c'est pathétique... Les êtres vivants changent du tout au tout quand une personne chère meurt...

-Comment oses-tu dire ça?!

Aurélyss se tourna de nouveau vers eux et les regarda avec supériorité.

-N'ais-je pas raison? demanda-t-elle.

-Ecarte-toi de mon chemin! hurla Mithos. Je ne te le redirais pas deux fois.

-....

-Qu'attends-tu?

-Tu es un imbécile, Mithos Yggdrasill.

-Là, tu vas me le payer cher!

Il lança une attaque sur Aurélyss qui se protégea avec un bouclier.

-Ah.., fit Génis. Aurélyss! Thunder Blade!

Il lança son sort sur Mithos, qui le regarda.

-Génis...

La lame de tonnerre transperça de part et autre le blond, qui ne chercha même pas à esquiver. Son exphère tomba au sol. Génis, prit de remord, la prit dans ses mains, en murmurant le nom de son ancien ami.

-Le Great Seed est..., commença Lloyd.

-C'est fini? demanda Sheena surprise.

-Non. Vous avez arrêté Mithos avant qu'il ne commette l'irréparable mais ce n'est pas fini, répondit Aurélyss.

-Elle a raison, dit Lloyd. Nous avons besoin de l'Epée Eternelle.

-Si nous utilisons ça, intervint Zélos en s'approchant de l'épeiste.

-Zélos?

-C'est l'Aionis, purifis-la par les instruments d'un nain. Si tu le fais, un humain pourra utiliser l'Epée Eternelle, continua l'Elu de Tethe'Alla. Si tu ne le fais pas, tu ne pourras pas poser tes mains sur cette épée.

-Merci, remercia Lloyd en prenant la pierre rouge. Tu nous a délibérement trahis pour ça?

-Si ça n'avait pas été à cause de ça, tu ne m'aurais jamais pardonné.

-Zélos, tu...

-J'avais déjà plannifier mes excuses et tout.

-A propos de mes blessures..., je devrais de donner un coup de pied dans le cul pour ça (désolée mais c'est une traduction 8D). Avec ça, je vais pouvoir utliser l'Epée Eternelle. Encore un petit moment et les deux mondes seront réunis!

-Je ne pense pas, intervint Kratos. Le Sceau d'Origin n'a pas été relâché et la germination du l'Arbre Géant n'a pas commencé. Qu'appelles-tu par "un petit moment"?

-Kratos!

-Si tu veux relâcher le Sceau d'Origin, continua le mercenaire, tu devras me battre. Le Sceau dort à Heimdall, dans la forêt du Torent (je sais pas la traduc' moi! ><)

-Kratos! Attends! Merci pour nous avoir aidé...!

-Il n'y a rien à dire. J'attendrais au Sceau d'Origin.

-Kratos....

Le mercenaire partit sans jeter un regard en arrière.

<< précédent                                                               suivant>>

Posté par _martel_ à 15:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Chapitre 15: The End oh a Touhght

-Hé! Vous tous! cria Lloyd en se battant contre les Anges. Reprenez-vous bon sang!
Lloyd avait enfin brandi l'Epée Eternelle et lui avait demandé de les conduire sur Derris-Kharlan, là où se trouvait Colette et Aurélyss. Mais sitôt arrivé, tout le monde sauf Lloyd s'était retrouvé en face d'une connaissance. Raine devant sa mère, Génis devant le maire d'Isélia, Zélos devant sa soeur Sélès et Régal et Préséa devant Alicia. Lloyd était le seul épargner car il avait l'anneau du pacte. Pendant que les autres étaient pris dans l'illusion, Lloyd combattait des Anges. Soudain, l'illusion disparut comme elle était venue et les compagnons reprirent leurs esprits.
-Qu'est-ce...? balbutia Préséa, surprise de ce changement soudain.
-Alors c'était bien une illusion, fit Régal.
-Mithos a placé des pièges dans cette salle. Vous ne pourrez pas avancé sans cet emblème, dit une voix. On dirait que nous sommes arrivés à temps.
-Kratos! Et même... Yuan! s'exclama Lloyd en reconnaissant les deux hommes. Qu'est-ce que vous faites tous les deux ici?
Yuan envoya un indignation sur les Anges qui s'approchèrent trop près d'eux.
-Quelqu'un m'a dit que je devais prendre mes responsabilités auprès de toi, répondit Kratos. Alors finalement, j'ai pris ma décision. Je viens me battre à tes côtés.
-Kratos...Merci.
Quelqu'un frappa dans ses mains et les Anges disparurent. Ils levèrent la tête. Mithos, toujours dans le corps de Colette, les surplombait, les regardant avec une ironie sadique.
-Vous avez donc réussi à venir ici..., constata-t-il. Félicitations.
-Mithos! Sors du corps de Colette et laisse-la, ainsi qu'Aurélyss! cria Lloyd.
-Si tu veux les revoir, tu dois franchir cette porte.
-Y'a rien de plus facile, dit Zélos.
-Je suis pas sûre que..., commença Préséa.
Mais Zélos se dirigea vers la porte. Au moment où il allait poser la main dessus, un courant électrique passa et il fut projeté en arrière, sur Génis. Ils s'effondrèrent.
-Oh, j'avais oublié de préciser que la porte était piégée, ricana Mithos. Tue-les! cria-t-il ensuite en s'en allant.
Quelqu'un apparut devant la porte. Aurélyss leur adressa un sourire joyeux.
-Tu as réussi à t'en sortir? demanda Régal à Aurélyss.
-Je m'en sort toujours, répondit la jeune fille sans quitter son sourire.
-Tu sais comment franchir la porte?
-Oui. Il faut que tout le monde soit près de moi par contre.
-Bien, fit Lloyd. Allons-y les amis.
Tous s'approchèrent d'Aurélyss dont le sourire ne cessait de s'élargir. Ce fut Yuan qui trouva que quelque chose ne tournait pas rond.
-N'approchez pas d'Aurélyss! cria-t-il. Ce n'est pas la vraie!
-Quoi?
Aurélyss profita du fait que tout le monde se retournait pour attaquer. Elle se précipita sur Lloyd qui eut à peine le temps de réagir. Il évita de justesse l'épée de la jeune fille mais pas le coup de pied qu'elle lui balança dans le ventre, l'envoyant à terre. Tout le monde s'écarta précipitamment d'Aurélyss et Lloyd se releva.
-Gh.... Aurélyss..., s'écria le jeune homme en se relevant. Pourquoi?!
-Votre amie n'est pas, répondit-elle en dégainant son épée. Je suis la servante d'Yggdrasill... Et pour passer, vous devez me battre.
-Je vois, fit Yuan. Mithos a implanté en Aurélyss une exphère noire...
-Ne me dis pas que..., commença Kratos horrifié.
-Une exphère noire? répéta Raine surprise. Qu'est-ce que c'est?
-C'est une exphère qui est noire comme l'indique son nom, répondit Yuan en fixant Aurélyss qui n'avait pas bougé. Ces exphères sont les fruits des nouvelles expériences de Mithos. Si les exphères normales contiennent la vie d'une personne, les exphères noires, elles, contiennent des personnes très mal intentionnées. En l'occurence, une infime partie des ténèbres de Mithos.
-Et?
-L'exphère s'implante donc sur la victime et les ténèbres prennent possession du corps.
-Comment fait-on pour enlever cette exphère? demanda Génis.
-Ca dépend où l'exphère est posée. Sinon, il suffit de la briser, répondit Kratos. Mais pour le cas d'Aurélyss, ça ne va pas être une mince affaire...
-Il faut d'abord savoir où est son exphère...., soupira Zélos. Hé! Aurélyss, elle est où ton exphère?
La jeune fille se tourna vers eux, légèrement surprise. A ce moment-là, tous virent la différence. Les yeux d'Aurélyss étaient noirs comme la nuit.
-Ah, on vous a expliqué..., fit-elle avec un sourire cruel. Soit, je vais vous montrer où est mon exphère...
Aurélyss tira sur sa tunique. La où se trouvait son coeur, il y avait une exphère noire. Yuan eut un hoquet.
-Vous avez compris ce que ça voulait dire n'est-ce pas? ricana la jeune fille.
-Quoi? s'exclama Génis. Qu'est-ce que tu veux dire?
-Tss..., siffla Kratos. Mithos avait tout prévu en lui implantant l'exphère...
-Quoi?! Où voulez-vous en venir à la fin?!
-Allez-y, expliquez leur..., reprit Aurélyss en lâchant un petit rire.
-Je vous ai dit que pour enlever une exphère noire, il fallait la briser..., dit Yuan. Et là...
-Vu que l'exphère est sur mon coeur, acheva Aurélyss, il va falloir la briser. Hors, si vous le faites, vous tuerez votre amie...
-NON! hurla Lloyd.
-Eh oui. Si vous le faites, vous pourrez sauver votre amie qui se trouve derrière la porte... Mais en tuant celle-ci. Ou vous le faites..... Ou c'est moi qui vous tue. Préparez-vous!!
-Non, on ne veut pas se battre contre toi! cria Sheena.
Mais Aurélyss attaquait déjà. En un coup, Raine, Sheena et Génis étaient déjà à terre.
-Non seulement elle est possedée par une putain d'exphère, résuma Zélos en parant une attaque, mais elle est vachement forte.. Woups..
L'Elu fut coupé dans sa phrase par une attaque d'Aurélyss. Kratos se jeta sur elle et abattit son épée? Celle-ci para sans aucune difficulté son attaque et, après lui avoir lancé un sourire sadique, elle fit une rotation sur elle-même et lui lança son pied dans le ventre. Il s'effondra plus loin (*o*). Aurélyss se releva et les regarda avec ironie.
-Il semblerait que personne ne veuille m'affronter correctement, constata-t-elle. Il faut donc que je vous tue?
-On ne veut pas se battre contre toi! dit Lloyd. Rends-nous la vraie Aurélyss!
-Pfff.... Votre Aurélyss n'est plus là. Elle a disparu quand on m'a implanté sur elle. Mais assez discuté, mourrez tous! Indignation! invoqua-t-elle.
La foudre s'abattit sur les compagnons avant même qu'ils ne puissent réagir. Quand la poussière fut dissipée, tout le monde était à terre, plus ou moins blessé. Aurélyss éclata de rire.
-Vous êtes pathétique! Vous ne combattez pas juste pour sauver votre amie! rigola-t-elle. Et vous allez mourir pour ça! Cyclone!
Un cyclone se déclencha. Aurélyss enchaina les attaques magiques sans avoir besoin de reprendre son souffle. Et à chaque fois, elle éclatait de rire.
-Hé bien? Vous ne réagissez plus?
Complétement assomés, personne ne répondit quelque chose.
-J'en ai assez de jouer sans qu'il y ait de répliques... Mourrez! Divine Judgement!
Aurélyss s'apprêtait à lancer son attaque quand elle s'arrêta et hoqueta.
-Qu'est-ce que....? hoqueta-t-elle.
-Va-t-en de mon corps et laisse mes amis tranquille!
-Tu étais censée avoir disparu!
-Pas du tout! Vire de là!
-Non!
-Si!
-Au... Aurélyss....? demanda Lloyd en se relevant difficilement. C'est toi?
Aurélyss ne bougea pas. Quelques instants plus tard, elle tomba sur les genoux. Les compagnons se relevèrent lentement, sans doute à cause de leurs blessures.
-Désolée pur vos blessures..., s'excusa Aurélyss.
-Tu es redevenue toi-même? dit Génis.
-Temporairemment. Il ne va pas tarder à reprendre le contrôle. Pendant que je suis toujours moi-même, brisez l'exphère avant qu'il ne soit trop tard...
-Mais... Si on fait ça, intervint Sheena. Tu vas...
-Je sais et je m'en fous, répliqua calmement Aurélyss sans ciller. Je préfère être tuée plutôt que vous le soyez.
-Quelle belle preuve de courage, ricana Yuan.
-Allez-y! continua la jeune fille sans se soucier de la remarque du demi elfe. Je ne vais pas le contenir très longtemps!
-...
Lloyd s'approcha d'Aurélyss assez prudemment quand même puis s'accroupit. La Aurélyss qui obéissait aux ordres de Mithos avait les yeux noirs. Celle-ci avait les yeux saphirs. C'était celle qu'ils connaissaient. Aurélyss leva son regard vers lui.
-Vas-y..., murmura-t-elle. Tue-moi avant qu'il ne reprenne le contrôle de mon corps... Tu as un objectif à accomplir alors ne te fais pas tuer bêtement simplement parce que tu tiens à ce que je vive...
-Mais si je le fais....
-Tu n'as pas à hésiter! Ou tu accomplis ton rêve de réunir les mondes ou tu meurs. Tu DOIS sauver les mondes. Même si ça exige mon sacrifice!
Lloyd hésita.
-Lloyd.... S'il te plaît...
Lloyd ne bougea pas.
-LLOYD! FAIS-LE! MAINTENANT!
Aurélyss se recroquevilla sur elle-même, en proie à des tremblements.
-L'autre revient! s'exclama Zélos.
-Lloyd! cria Régal. Il faut que tu décides avant qu'Aurélyss n'ait plus la maitrise d'elle-même!
-Facile à dire, grinça Lloyd.
-Tu aurais mieux fait d'obéir à ton amie..., dit Aurélyss d'une voix glaciale.
-Lloyd! cria Kratos. Ecarte-toi!
Mais le jeune homme était déjà dans les airs. Aurélyss se releva lentement, en se léchant les lèvres.
-Vous ne voulez toujours pas nous tuer? reprit-elle en reprenant son épée. Dommage, vous avez perdu votre seule chance de vous en sortir vivant... Et vous allez la regretter.

Ce qui suit est un peu violent pour les âmes sensible (j'ai juste la flemme de décrire les combats *sbaf*) donc nous allons passer à la suite.

Kratos se précipita vers Aurélyss, l'épée pointée devant lui. Celle-ci le vit se diriger vers elle.
-Tu ne m'auras pas! s'écria-t-elle en s'apprêtant à lui balancer une attaque magique.
Aurélyss se retourna mais soudain, le spectre d'Aurélyss, la vraie, serra son corps contre elle, l'empêchant de bouger.
-NON!
-Je...ne peux plus bouger...
Kratos arrivait sur elle quand Aurélyss se tourna brusquement vers lui.
-NON! Kratos! hurla Lloyd en voyant ce qui allait se passer.
Trop tard. Kratos avait trop d'élan pour s'arrêter. Son épée s'enfonça dans le ventre de la jeune fille, ressortant dans dos, ruisselante de sang. Aurélyss eut un hoquet de douleur et cracha un peu de sang. Déjà, sa tunique s'imbibait de sang écarlate. Un grand silence tomba. Lentement, Kratos retira son épée et Aurélyss tomba au sol.
-AURELYSS!!
Kratos la releva tandis que les autres les rejoignaient. Raine lança un sort de soin sur Aurélyss mais peine perdue. La blessure ne se referma qu'à moitié et l'hémorragie était trop important.
-Je.. Je n'arrive pas à la soigner, s'exclama Raine après quelques minutes.
-Ca doit être à cause de l'esphère, répondit Yuan en tirant sur la tunique d'Aurélyss, dévoilant l'exphère noire posée sur le coeur de la jeune fille.
Soudain, l'exphère en trop se fractura avant de se briser et de tomber du corps. Aurélyss ouvrit les yeux, qui étaient légèrement plongés dans le vague.
-Je ne peux toujours pas la soigner!
-C'est normal..., fit Aurélyss d'une voix faible.
-Non ça ne l'est pas! cria Lloyd. Pourquoi tu t'es mise devant Kratos?!
-La seule issue possible était de me tuer.... Comme vous ne sembliez pas comprendre, j'ai devancé les choses (Aurélyss ferma les yeux). Même en utilisant la magie, vous ne pourrez pas me sauver...
-Et pourquoi?
-....Laissez-moi ici... Vous devez aller battre Mithos et sauver Colette. Partez maintenant.
-....
-Je vais rester avec elle, dit Yuan. Allez-y.
-Okay. Mais Aurélyss, à notre retour, tu seras toujours en vie, s'écria Lloyd en se levant. Si tu meurs, je ne te le pardonnerais pas.
-Hmf...., souffla la jeune fille. Je crois que je n'ai pas le choix... Une dernière chose avant que vous partiez...
-?
Un cercle blanc apparut sous chaque compagnon et toutes les blessures disparurent.
-Efficace, siffla Zélos en regardant son bras qui ne portait plus une seule égratignure.
-C'est tout ce que je peux faire, reprit Aurélyss. Barrez-vous maintenant et allez battre cet espèce de crétin blond.
-Ok, allons-y, s'exclama Lloyd.
Kratos se releva et confia Aurélyss à Yuan. Tout le monde sauf les deux autres s'apprètèrent à livrer leur dernier combat. La porte se referma derrière eux.
-Tu n'avais pas envie de les suivre? demanda Aurélyss au bout d'un moment.
-Je préfère veiller à ce que tu tiennes ta promesse, répondit Yuan avec un petit rire.
-Tu resteras toujours fidèle à toi-même pas vrai?
-Tu es encore pire que moi.
-Je demande à voir. Toi ce serait pour les paroles mais moi pour les actes.
-Je pense aussi.
-Ah là là..., soupira Aurélyss. Je suis épuisée... J'aimerais bien me laisser aller mais on m'en a pas donner l'autorisation...
-.....
Le corps d'Aurélyss se détendit.
-Hé! Ne lâche pas! s'exclama Yuan.
-Je me repose juste.
Le souffle d'Aurélyss se fit plus profond. Un long moment s'écoula. Soudain, sans même savoir comment, Yuan et Aurélyss se retrouvèrent à Tethe'Alla, près de l'ancienne Tour du Salut.
-Ils ont réussi, dit Yuan.
Il prit Aurélyss, toujours inconsciente, dans ses bras et alla retrouver les autres. Raine se précipita sur Aurélyss et cette fois-ci, sa magie marcha et l'hémorragie cessa et la blessure se referma. Ce ne fut pas pour autant que la jeune fille se réveilla. Quand elle sortit de son inconscience, tout était fini. Les mondes n'étaient plus qu'un et la Graine Suprême avait germé.
-Yuan..., chuchota Aurélyss, laisse-moi descendre...
Le demi elfe la reposa au sol et la soutint le temps qu'elle ne cesse de vaciller.
-Kratos veut repartir sur Derris-Kharlan? demanda-t-elle en voyant le mercenaire parler avec Lloyd.
-Oui. Tu vas aller avec lui?
-Yup. Je sens qu'il aura besoin de mon aide là-bas...
-Aurélyss, ta dette a été entièrement remboursée. Tu es libre.
-Merci Yuan.
Elle se dirigea en claupitant vers le père et le fils.
-Lloyd, dit Kratos. Utilise cette épée pour m'emmener à Derris-Kharlan.
-...Je sais...
Il s'apprêtait à lever l'Epée Eternelle quand Aurélyss arriva.
-Hé! Tu ne m'oublies pas j'espère! s'exclama-t-elle en se tenant le ventre. Je pars avec Kratos!
Les deux hommes se tournèrent vers elle, surpris.
-Tu en es sûre Aurélyss? demanda Kratos. Il sera impossible de revenir ici...
-Que tu crois, répliqua-t-elle. Je suis capable de me téléporter où je veux, quelque soit la distance, je pense. Et même, il te faut quelqu'un pour te rappeler que tu es Humain!
Aurélyss se plaça près de Kratos.
-Au fait, merci, reprit-elle. Merci à vous tous. Merci et au revoir....
-Epée Eternelle! cria Lloyd. Emmène Kratos, Aurélyss et les autres sur Derris-Kharlan!
-Accordé
-Au revoir... papa..., fit-il tandis qu'une lumière enveloppait les deux personnes.
-Lloyd, prends ça, dit Kratos en lui tendant un médaillon. Lloyd, ne meurs pas avant que j'ai fini..., continua-t-il en posant sa main sur la tête du jeune homme et en souriant. Mon fils...
-Papa...
Puis, Aurélyss et Kratos disparurent, emportés sur Derris-Kharlan. Lentement, la planète s'éloigna du monde réunifié......


Fin de l'Ange venue d'Ailleurs.....

Voilà. J'ai fini d'écrire l'Ange venue d'Ailleurs et les aventures d'Aurélyss. En espérant que ça vous a plu! :D Merci pour tout et à bientôt!!
(La fin est peut-être un peu rapide.. mais vous inquiètez pas, on se retrouve dans la deuxième partie de l'Ange venue d'Ailleurs =D)

<< précédent                                                               

Posté par _martel_ à 15:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 novembre 2011

[OS] - Comment Kratos entra réellement dans l'Histoire - par Marina Ka Fai

Dans le genre OS débile qui sert à rien, je vais faire très fort ce coup-ci....
Merci à tous ceux qui me lisent et reviews, c’est adorable !
I do not own Tales of Symphonia , neither I do not own their characters.

 

Basé et inspiré par un sketch d'Horrible Histories.

Enjoy!







Comment Kratos entra réellement dans l'Histoire

Tésséha'lla, pendant la guerre de Kharlan.

Kratos Aurion a vingt-deux ans. Son cœur bat assez vite, dans quelques minutes, il sera présenté à la princesse Soleille.

- Votre Altesse, un jeune homme désire vous voir. Dit le ministre

- Alors, faites le entrer. Déclare t'elle d'un ton blasé

- Entrez! Crie le ministre

Kratos entre donc, fait une profonde révérence.

- Mes hommages, Votre Altesse.

- Gardes! Arrêtez cet homme! S'écrie la princesse

- Sous quelles accusations? Demande Kratos qui ne comprend pas

- Vous portez une cape! Répond Soleille

- Vous portez une cape. Répète le ministre

Kratos regarde son habit et ne comprend pas en quoi cela gêne.

- Eh bien oui, je porte une cape, il fait froid dehors.

- J'ai passé une loi selon laquelle les capes sont bannies, comme cela, si jamais on vient à m'attaquer, les gentilshommes peuvent me protéger et prendre leurs épées sans être gênés.

Kratos regarde sa cape, qui ne le gêne pas puisqu'elle laisse ses bras libres. Néanmoins, on ne fait pas la leçon à une princesse, il la retire et la confie à un garde.

- Je recommence. Mes hommages, Votre Altesse.

- Gardes! Arrêtez cet homme!

- Pourquoi?

- Vous portez du violet.

- Vous portez du violet. Répète encore le ministre

Kratos regarde sa tenue.

- Oui, je porte du violet... Et je trouve que cela me va plutôt bien au teint.

- J'ai passé une loi selon laquelle seuls les hauts membres de la noblesse peuvent porter cette couleur. Et vous n'êtes qu'un simple chevalier.

Kratos n'a pas le choix, s'il veut parler à la princesse sans risques, il doit être en sous-vêtements. Heureusement pour lui, son dessous est blanc. Il se retrouve donc dénudé ou presque devant la jeune femme. Il a vraiment honte, on ne l'appellera pas le Chevalier à la Charrette mais le Chevalier en boxer à ce train là.

- Ministre, il y a un homme à moitié nu dans la salle du trône, est-ce normal?

- Oui, Votre Altesse, il a du se dépenailler pour respecter la loi.

- N'y a t-il pas une loi contre son état?

- En effet.

La princesse le regarde, subjuguée par son corps d'Apollon.

- Nous allons mettre un amendement.

Et c'est ainsi que Kratos rentra dans l'Histoire pour la première fois, connu comme étant le seul homme de la cour de Tésséha'lla ayant le droit de se présenter en boxer voire même encore moins habillé devant la princesse Soleille. Et quand Lloyd l'apprend par hasard dans un livre, à Sybak alors qu'il fait des recherches pour sauver Colette, il ne sait pas s'il doit éclater de rire ou prendre pitié de cet homme qui est pour l'instant son ami/ennemi.

Posté par _martel_ à 18:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

[OS] - Le coeur de Kratos - par Marina Ka Fai

Disclamer: TOS ne m'appartient pas et les persos remercient Martel pour ça.

Résumé: « Le cœur de Kratos est d'ores et déjà mort ». Et cela tuait Yuan de dire cela. Basé sur la réplique de l'OAV 4 de l'arc Sylvarant.

Message de l'auteur: Ça fait très longtemps que je n'ai rien fait de sérieux pour la section TOS, il est temps que je m'y remette.

 

Le cœur de Kratos

- Ne gaspille pas ta salive. Le cœur de Kratos est d'ores et déjà mort. Dit Yuan à Lloyd qui tentait de raisonner le Séraphin tout juste identifié comme tel

Le cœur de Kratos était mort. Et cela tuait Yuan de se l'avouer. Il était mort avec Anna. Il était mort avec la disparition de Lloyd. Kratos n'était plus qu'un cadavre ambulant. Quand Yuan avait appris que Lloyd vivait, il avait été heureux. Car il s'était dit que, peut-être, Kratos allait revivre, redevenir en partie celui qu'il avait été auparavant. Mais le destin le voulait autrement. Kratos était condamné à mourir des milliers de fois avant son véritable départ. Et cela tuait Yuan de se l'avouer. A la mort d'Anna, l'humain avait été une véritable loque. Yuan comprenait en partie, il avait été dans le même état à la mort de Martel. Il n'en voulait pas à Kratos de ne pas avoir su rebondir. Tout le monde n'en a pas forcément le courage ou la force. Il l'avait fait mais il était une exception. Il se souvenait de l'homme qui pleurait et qu'il serrait dans ses bras sans rien dire, se contentant juste d'être là. Il se souvenait avoir plaidé la cause de Kratos à Yggdrasill, et non Mithos, car pour Yuan, Mithos était mort depuis longtemps. Il l'avait convaincu de laisser Kratos tranquille pour le moment, de le laisser à son veuvage, de lui laisser simplement du temps. Pour une fois, Yggdrasill l'avait écouté. Mais pas pour lui, pour Kratos mais cela, Yuan s'en fichait pas mal, au moins, Kratos pouvait pleurer à son aise sans crainte. Le cœur de Kratos était mort. Et cela tuait Yuan de se l'avouer. Car Kratos était devenu un être froid, distant, diamétralement opposé à l'ami qu'il avait connu. Il était comme ça avec tous. Même avec lui. Et cela le tuait de se l'avouer. Avait-il tout oublié de leur passé, de leur amitié? Avait-il oublié qu'il l'avait sauvé de lui-même à plusieurs reprises? Sans lui, Yuan savait qu'il se serait suicidé il y a très longtemps. On aurait lu l'âge de dix-huit ans sur sa tombe, enfin, si on aurait daigné en donner une à un demi-elfe. Kratos l'avait sauvé de tout. Des autres, de lui, de ses démons, il avait redécouvert la Vie. Yuan n'était pas ingrat, il n'avait jamais oublié, c'est pourquoi malgré toutes les fois où il ne comprenait plus Kratos, il ne l'avait jamais jugé ou blâmé. Avait-il vraiment tout oublié? Le cœur de Kratos était mort. Et cela tuait Yuan de se l'avouer. Car il avait été incapable de le sauver de sa détresse. Car aujourd'hui, il devait se battre contre lui. Car bientôt, il devra s'en prendre à son fils. Car bientôt, il agira en parfait connard. Car il devra intenter à la vie de Kratos, même s'il le sauvera en lui donnant son mana par la suite. Car tout cela détruira tout ce qu'ils ont été l'un pour l'autre. Car tout cela détruira leur amitié si chère à son cœur. Le cœur de Kratos était mort. Et cela tuait Yuan de se l'avouer. Car il sentait alors sa faiblesse et son impuissance. Il n'était pas arrivé à le sauver comme lui l'avait sauvé.

Le cœur de Kratos était mort. Et cela tuait Yuan de se l'avouer. Mais au fond de lui, il y avait une petit lueur d'espoir. L'espoir de revoir Kratos vivre et sourire. L'espoir de pouvoir avoir une toute petite place dans son cœur.

Comme autrefois.

Posté par _martel_ à 19:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 août 2012

[OS] - Bref, je viens de mourir - par Marina Ka-Fai

Disclamer: TOS ne m'appartient pas et les persos remercient Martel pour ça.
 

Résumé: Bref. Ce matin, je me suis réveille, j'avais super bien dormi.



Je tiens à dire que je ne moque en rien du personnage et de ce qui lui arrive, cela me tue toujours autant, mais je pense qu'il vaut mieux s'en souvenir en riant qu'en pleurant.

 

 

 

Bref, je viens de mourir

 

Bref .

Ce matin, je me suis réveillé, j'avais super bien dormi, j'étais de bonne humeur. Je me suis levé, j'ai fait ce que j'avais à faire, dans le couloir j'ai croisé Eric. Eric, c'est mon neveu, le fils unique de ma sœur. C'est grâce à moi qu'il est chez les Renégats, il y a de sacrés bons retours sur lui. Il travaille bien et les gens l'apprécient. Normal, c'est mon neveu. On était seuls. Je l'ai regardé, il m'a regardé, je lui ai souri, il m'a souri. Je lui ai dit :

 - Bonjour Eric.

 Il m'a répondu, content de me voir :

 - Bonjour Tonton !

 J'adore ce gosse. Il est comme le troisième fils que je n'ai pas eu.

 Je suis allé voir Yuan. Yuan, c'est mon patron. Un gars très gentil quand on le connaît bien mais qui a pour défaut de sortir des phrases que tu ne peux lire que dans les livres que ton arrière grand-mère lisait quand elle était adolescente. Je l'ai regardé, il m'a regardé, ça n'avait pas l'air d'aller, je lui ai demandé si ça allait. Il a dit oui.

 - Nous allons devoir former une alliance diplomatique avec le groupe de l'Elue.

 J'ai traduit cela mentalement par :

 - Putain de chiasse, va falloir que je m'allie et demande de l'aide à ce petit con attardé et insolent habillé en rouge !

J'ai acquiescé. Il m'a donné les ordres pour la journée. J'ai écouté. J'ai retenu. J'avais juste envie de me retrouver au soir pour retourner me coucher.

Avec Yuan, nous sommes allés les attendre aux ruines de la ferme humaine de Palmacosta. C'était moche, ça puait encore le cadavre cramé, je me suis demandé pourquoi on a pas fait ça ailleurs, à moins que l'Elue ait des goûts pour le morbide et la nécrophilie.

L'Elue est arrivée, le gosse en rouge a fait chier son monde. Yuan l'a remis à sa place. Le gosse l'a regardé, Yuan l'a regardé, le gosse s'est calmé et a écouté.

 

Avec deux renégats, nous sommes allés infiltrer l'espèce de base insulaire du dingue qui vit avec des dragons. On a bien précisé au gamin de ne pas activer le système d'auto-destruction, on en avait besoin, il a promis. Je l'ai regardé, je l'ai cru. Le gamin est chiant mais quand il promet quelque chose, il s'y tient. Ils ont libéré les prisonniers, on les a menés vers la sortie, on est pas des chiens sans cœur quand même, la noyade, c'est pas top comme moyen de mourir. On a entendu le système d'auto-destruction se déclencher. C'était pas bon signe. Plusieurs raisons s'offraient à moi :

- Le gosse nous a trahi.

- Le gosse n'étant pas très futé, il l'a activé par accident.

- Le malade aux dragons l'a activé avant de claquer.

La troisième solution s'est vite imposée comme étant la plus probable. Nous les avons rejoint, on les a mis au sec et on a arrêté le système, on l'a bidouillé pour qu'il soit opérationnel pour le projet de Yuan. On a verrouillé la porte. Ca a sauvé la vie des gamins. Le gosse m'a regardé, je l'ai regardé, je lui ai parlé, il a compris, il a essayé de nous sauver. Il n'y est pas arrivé. Je lui ai dit mes dernières volontés, il est resté dans le déni de ma mort prochaine, on a baissé le rideau de fer, on s'est retrouvés en train de nous noyer. J'ai vu ma vie défiler devant mes yeux. J'ai adoré. J'aurais pas pu demander mieux. L'amour, la paternité, l'action, les valeurs, l’enrichissement culturel permanent. J'étais content, j'ai souri.

Bref.

Je suis Botta le Renégat et je viens de mourir.

Posté par _martel_ à 16:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 janvier 2013

[OS] Desians - par Kratos_traitre

Désians

 

« Garde à vous! » Hurlait l’énorme capitaine désian, en se rendant presque sourd à cause de son heaume fermé. Kyle s’exécuta, comme tous les fantassins de sa rangée, ce que firent également tous les désians des rangées face à lui, et derrière lui. Sur ça droite, à l’extrémité de la haie d’honneur que formaient tous les soldats de la ferme, campé sur ses jambes écartées, poings sur les hanches, les épaules redressées, le torse bombé, ses cheveux flamboyants rassemblés dans une haute queue de cheval, le Cardinal Magnius était prêt à recevoir ses invités. Sur la gauche de Kyle, derrière la porte blindée de l’entrée, apparurent deux hommes de haute stature, l’un arborant des vêtements d’un blanc éclatant, l’épée au côté, le second était enveloppé dans une longue cape noire fendue sur le côté. Lorsqu’ils arrivèrent en face du cardinal désian, celui-ci posa un genou à terre, baissa les yeux et dit: « Seigneur Kratos; Seigneur Yuan, bienvenue. C’est un honneur de vous recevoir. »

Kyle fut surpris par le ton de sa voix. Le seigneur Magnius avait pour habitude de parler d’une voix sèche et brutale, arrogante et toujours tonitruante. Cependant, personne ne remarqua l’étonnement de Kyle du fait du heaume qu’il portait.

« Salutations, Cardinal Magnius. Répondit l’individu à la cape, avec une pointe d’agacement dans la voix.

-Salutations Cardinal Magnius. Dit à son tour l’homme portant une épée. Pourrions-nous aller traiter notre affaire dans un endroit plus tranquille, et avec mille oreilles de moins?

-Bien entendu, seigneur Kratos. » concéda Magnius avant de se retourner et d’ouvrir d’un seul geste la porte derrière ils disparurent tous les trois.

« Rompez les rangs! » Hurla l’énorme capitaine, lorsque la porte fut refermée.

Tous les désians s’exécutèrent, et chacun d’entre eux retourna à son poste. Pour Kyle, c’était un jour de repos, et il retourna dans la chambre qu’il partageait avec trois autres désians: Dalta, qui était également en congé, ainsi que Rupert et Rick, qui étaient affectés à la surveillance des êtres inférieurs. Lorsque Kyle entra, Dalta était déjà assis sur sa couchette.

« Tu est déjà revenu? S’étonna Kyle.

-Oui, je ne supporte pas ces types du Haut Cruxis, qui viennent ici et qui se foutent royalement de nous. Dit-il, avant de cracher par terre.

-Tu fais suer, c’est moi qui ai lavé ce matin!

-Foutre la saleté sous les couchettes, c’est ça que t’appelles laver?

-La ferme.

-En tout cas, si ça ne tenait qu’a moi, je les enverrais paître, les angelots. Qu’ils retournent au ciel et nous fichent la paix.

-Kratos et Yuan, hein? On ne sait même pas pourquoi ils sont venus. C’est rare que ceux du haut se déplacent non?

-Ouaip, la dernière fois, c’était il y a cinquante ans on m’a dit.

-Maintenant que j’y repense, tu as vu la tête de Magnius face aux deux clowns? demanda Kyle en éclatant de rire.

-Ah ouais, il se serait fait dessus! répondit l’autre en riant.

-On rigole, mais quand c’est lui qui donne les ordres…

-La première fois… J’ai failli mouiller mes chaussettes…

-Oui… affirma Kyle en remémorant ce moment désagréable. Où est-on affectés demain?

-Je ne sais pas encore. Répondit Dalta. On ne devrait pas tarder à le savoir

-Pas à la maintenance des drones j’espère! s’exclama Kyle.

-Tu rigoles, on a fait ça il y a deux cycles à peine! » S’indigna son compagnon de chambre.

Quelques coups furent frappés à la porte, et furent suivis de l’entrée d’un fantassin mage dans la pièce.

« Hé, vous deux, j’ai vos affectations pour les trois prochains cycles. lança le nouveau venu.

-Merci Rupert. répondit Kyle.

-Bon, j’y retourne, je suis sensé être au secteur B-3, vous ne m’avez pas vu ici, okay?

-Ne t’en fais pas! le rassura Dalta alors qu’il quittait la pièce.

-Voyons voir ça… marmonna Kyle en consultant le message électronique contenu par la planchette magitechnologique apportée par le mage. Deux cycles de surveillance, et le dernier dans la zone d’extraction. Déclara Kyle. Pas mal, hein!

-Pareil pour moi. Et… on a un ordre de mission spéciale demain… on est convoqué par Magnius!

-Nous? demanda le fantassin médusé à son collègue.

-Ben ouaip Mais je ne vois pas pourquoi.

-Je doute qu’on aie d’autre choix que d’y aller… Ca nous changera un peu de la routine. » ajouta Kyle avec un optimisme peu convaincant.

Dalta répondit par un grognement incompréhensible et sortit de la pièce. Kyle quand à lui se laissa tomber sur sa couchette. Il ôta son heaume laissant apparaître son visage aux yeux mauve clair, ses cheveux blonds coiffés en natte, ses oreilles pointues de demi-elfe découvertes. Kyle se déshabilla et se doucha. Il n’était que 15h30 et il comptait bien finir son jour de congé à l’extérieur de la ferme. Il savait qu’il ne se ferait pas bien voir de ses supérieurs en agissant de la sorte, mais cela lui importait peu. Il enfila des habits civils, un simple pantalon de toile et un maillot de corps. Il sortit, signalant au passage sa promenade aux gardiens de la porte.

Kyle éprouva un vif plaisir à traverser les bois et a gravir les collines derrière la ferme humaine. Au hasard de sa promenade, il finit par retrouver l’endroit où, il y a si longtemps, il s’était juré de se venger des elfes et des humains, si faibles qu’ils ne pouvaient assumer leur progéniture. Il se l’était juré ici même, sur ce rocher qui émergeait de la mer d’arbres et d’où l’on voyait la ferme. Kyle resta assis longtemps, se remémorant de douloureux souvenirs. Son père elfe qui le battait, il en porte encore les cicatrices, gravées dans la chair de son dos, et sa mère, qui se lamentait de ses enfants bâtards, tant qu’elle finit par mettre fin à ses jours, entraînant son mari dans la mort, et laissant Kyle et sa sœur jumelle. Pourquoi une telle réaction? Kyle n’en sut jamais rien. Il ne savait pas non plus ce qu’il était advenu de sa sœur, et c’est ce pourquoi il en voulait le plus à ses parents, et aux races auxquelles ils appartenaient, ceux qui avaient séparé des jumeaux. Puis il pensa à ce qui l’avait convaincu de rejoindre les rangs des désians, l’âge des demi-elfes, pour lequel il se battait, pour le jour où les humains et les elfes disparaîtront.

Kyle rentra à la ferme plus tard qu’il ne pensait le faire en partant. Il se dépêcha de rejoindre le dortoir car il ne faisait pas bon de traîner en vêtements civils dans les couloirs de la ferme. Il retrouva Dalta, Rick et Rupert.

« Tu est encore allé vagabonder? Lui demanda Rick.

-Comment ça encore? Mon dernier jour de repos remonte à 12 cycles!

-Tu aurais mieux fait en allant t’entraîner à la salle d’armes. lui reprocha Dalta.

-Oh, désolé de ne pas t ‘avoir tenu compagnie! Ironisa Kyle. J’aurais dû te suivre? Toi, le désian modèle? Laisse-moi rire!

-Cessez de vous disputer! Kyle, remet ton uniforme, nous allons au réfectoire. dit Rupert d’une voix autoritaire, ce qui mit fin à la discussion.

-Ça va, ne m’attendez pas. »

Les trois autres ne se firent pas prier. Kyle enfila donc son uniforme violet, caractéristique de la ferme de Palmacosta, puis il rejoignit ses camarades.

Le lendemain, Kyle et Dalta furent réveillés de bonne heure pour répondre à la convocation du seigneur Magnius. Une autorisation spéciale d’utilisation des téléporteurs avait été accordée pour l’occasion, ce qui permettait de se rendre directement dans la salle de contrôle, car les simples fantassins ne devaient pas connaître le chemin du labyrinthe des téléporteurs, mis en place pour contrer les intrusions. Ainsi, même sous la torture, ils ne risquaient pas de révéler ce qu’ils ne savaient pas.

Le Cardinal désian était assis sur son siège, flottant à quelques centimètres du sol. Il observait la trentaine de désians rassemblés sur son ordre. Puis, il lança sans crier gare:

« J’espère que chacun d’entre vous à été assez intelligent pour deviner la raison de cette convocation. »

Un silence des plus total suivit cette entrée en matière, qui mettait mal a l’aise ceux qui n’avaient pas deviné, c’est-à-dire la plus grande partie des hommes présents en fait.

« Ne ramenez pas plus de 10 êtres inférieurs. Et n’en tuez pas plus de 5 sur place. Il paraît que l’on a été trop excessifs lors des rafles des mois précédents. » A ces mots, une lueur de rage illumina quelques instants le regard dur du Cardinal. Kyle crut alors deviner la raison de la visite des émissaires du Cruxis.

Magnius leur conseilla vivement d’être de retour avant le crépuscule, et de ne pas s’inquiéter de la milice minable de Palmacosta, laquelle serait attirée hors de la ville. Puis il les libéra, et un quart d’heure plus tard, les désians étaient en route vers Palmacosta, emmenant avec eux des chariots pour transporter les prisonniers.

Le capitaine Hurley, lance en main, pris la tête de la procession et les mena à une allure forcée. En chemin, ils croisèrent deux humains, qui détalèrent dans la forêt lorsqu’ils les aperçurent. Hurley insulta les désians sur leur lenteur à réagir, et sur le fait qu’ils ne valaient « pas mieux que ces raclures d’humains qui n’auraient qu’a finir dans l’estomac des sauterelles géantes ».

Il était presque midi lorsque les désians parvinrent a l’entrée de la ville portuaire. Ils se scindèrent en deux groupes, provoquant la panique dans toute la ville. Kyle et Dalta prirent la direction du marché et du port, renversant des tonneaux, poussant des cris, et menaçant la population avec leurs fouets. La confusion régnait partout, les étals se renversaient, des gens se jetaient à l’eau. Kyle se dirigea vers une grand’mère et sa petite fille, devant un étal d’épices dont le propriétaire avait déguerpi.

« Chocolat, saute! Cria la vieille femme.

-Mais grand’mère… protesta en vain la gamine, car l’aïeule l’avait poussée à l’eau. Kyle saisit brutalement le poignet de la vieille femme, qui se débattait vainement sous les cris mêlés de pleurs de sa petite fille. Un homme s’interposa, armé d’une épée ramassée au stand de l’armurier, arme dont il ne savait visiblement pas se servir.

« Papa! hurla Chocolat.

-Imbécile de beau-fils, sauvez-vous avec votre fille! cria la vieille femme.

-Jamais, Marble! répondit l’homme, en criant, mais sa voix tremblait.

-Dégage, humain. » Lança Kyle, tout e n fouettant l’homme au visage. Le désian avait une exsphère, l’homme n’en avait pas. Il succomba sous les coups, devant sa fille et sa belle mère. Kyle trouvait qu’il ressemblait à un homme qu’il avait particulièrement détesté. Kyle emmena sa prise en la tirant par le bras, car des marins accouraient, prêts à en découdre. Il ramena la prisonnière à un des chariots qui attendaient à l’extérieur de la ville. Là, il mit des menottes à la vieille femme et la mit dans un chariot où étaient déjà attachés trois hommes.

Dalta de son côté avait quitté le port pour rejoindre le capitaine Hurley sur la place. Il trébucha sur un enfant. Il lui fila une taloche, et après tout, les enfants humains pouvaient aussi nourrir les exsphères. Le capitaine était plus occupé à surveiller ses hommes qu’à terroriser ou capturer le peuple. Les désians ne devaient surtout pas dépasser les quotas fixés par le Cardinal. Ils avaient déjà capturé cinq personnes, Hurley leur ordonna de se replier. Il rappela au passage ceux qui étaient encore au marché.

De retour aux chariots, Dalta posa les fers à l’enfant, qui pleurait toutes les larmes de son petit corps. Puis il le jeta dans un chariot où se trouvaient déjà trois hommes et une vieille femme.

« Brute! Lui lança Marble.

-Fais le plutôt taire! » ordonna le demi-elfe.

Il rejoignit Kyle et le reste de la troupe, afin de s’octroyer sa part de ce qu’avaient rapporté certains: potion de palma et autres qu’il fallait de toute façon faire disparaître avant le retour à la ferme humaine. C’était la première rafle à laquelle Kyle participait, et cette activité ne lui déplaisait pas. Bien au contraire, cela concrétisait un peu la vengeance qu’il s’était promis d’accomplir contre les humains et les elfes.

Lorsque le convoi reprit la route, le soleil tapait sur les casques et la majorité des désians avaient choisi de le retirer, tout comme Kyle et Dalta. Ils marchaient en queue du convoi, au niveau des chariots tirés par des animaux à poils longs, robustes et courts sur pattes. Il faisait de plus en plus chaud, si bien que l’un des prisonniers finit par gémir:

« J’ai soif! Par pitié, donnez-moi à boire!

-Tais toi et bois, sale chien! » Cracha Dalta en jetant une gourde à moitié vide au prisonnier. Il est vrai qu’il lui en voulait pour avoir interrompu la conversation qu’il tenait avec Kyle sur la rafle. Il se sentit exaspéré lorsque ce fut la vieille qui les interrompit pour dire:

« Comment pouvez-vous prendre plaisir à tant de cruauté?

- Tais-toi. ordonna Kyle.

-Ce ne sont que des bâtards, ils sont comme les chiens, prêts à mordre leur chienne de mère! »

Kyle aurait immédiatement tué l’homme qui venait de proférer ces insultes, si cela n’avait pas été synonyme de désobéissance aux ordres du Cardinal. Mais il n’y avait rien de mal à les maltraiter un peu. Le semi-elfe tira sur la chaîne pour ramener l’homme vers lui. Il l’attrapa au col et lui envoya un regard meurtrier, avant de dire:

« Demande-toi qui a mordu l’autre en premier! » cracha-t-il, avant de renvoyer l’homme a sa place avec un coup de boule rageur.

« Bordel, j’me suis fait mal à cause de ce connard!

-T’auras l’occasion de te venger, pendant nos deux cycles de surveillance… Lui souffla Dalta.

-Ouais… » Kyle commençait à entrevoir ce qu’il ferait subir aux prisonniers qui ne le respecteraient pas…

Exaspérés par cet incident diplomatique, les deux désians remontèrent le convoi vers l’avant, délaissant leur charge aux premiers rencontrés. Vers la fin de l’après midi, les lourdes portes de la ferme s’ouvrirent, et accueillirent tristement les nouveaux arrivants avec un de leurs grincements les plus sinistres. Kyle eut un sourire carnassier caché par son heaume, alors qu’il regardait les chariots de détenus engloutis dans le hangar sombre de la ferme, qui menait au site d’implantation.

« On se reverra …» murmura-t-il.

Posté par _martel_ à 17:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,