Disclamer: Tales of Symphonia ne m'appartient pas.

 

 Chapitre 5: Peurs pré-natales

 

L'été faisait doucement place à l'automne alors que Yuan et Kratos devaient attendre encore quatre mois. Même si physiquement, le demi-elfe se portait plutôt bien, le moral n'y était pas et Kratos l'avait bien senti. Il se demandait bien pourquoi mais il savait que son Ange ne se confiait pas facilement. Il avait bien envie de lui demander ce qu'il se passait mais il ne voulait pas le brusquer non plus car même si l'incident du « matin sanglant » ne s'était jamais reproduit, il n'en restait pas moins que Yuan était fragile et qu'un rien pouvait lui faire du mal. Cependant, si l'on partait de ce principe, Kratos devait lui parler car là, il souffrait. Il prit son courage à deux mains. Le métis faisait sa vaisselle, l'odeur ne le gênant plus puisqu'il avait enfin trouvé un produit dont l'odeur ne le faisait pas vomir. L'humain attendit qu'il finisse ses petites affaires avant de l'aborder.

-Yuan, puis-je te parler?

Yuan le regarda droit dans les yeux, lui faisant comprendre qu'il pouvait lui parler quand il avait besoin de parler. Il avait toute son attention.

-Tu as l'air déprimé ces temps-ci.

-Absolument pas. Démentit l'interpellé

-Yuan, cela fait des millénaires que je te connais. Je le sais quand tu ne vas pas bien.

-Je vais très bien.

-Yuan...

-Tu veux la vérité? Je meurs de trouille, voilà ce qui se passe! Lâcha le demi-elfe à bout de nerfs.

Il prit une chaise et s'assit. Il laissa tomber le masque qu'il avait crée pour ne pas inquiéter son amant. C'était vrai, il était terrifié. Plus les mois passaient, plus il avait peur. Comment leur enfant allait naître? Et lui, allait-il être à la hauteur? Il n'avait jamais eu d'enfants, il ne savait pas si prendre avec eux, il n'avait pas une patience et des nerfs à toutes épreuves. Et si jamais le petit était malheureux avec lui? Et si il se révélait être un père incompétent et mauvais?

Au fur et à mesure de l'explication, Kratos eut un sourire avant de finalement rire devant un demi-elfe outré.

-Pourquoi rigoles-tu?! Je suis très sérieux!

-Je ris parce que je me revois quand Anna attendait Lloyd. Elle et moi avions les mêmes craintes. Tu ne peux pas être un père parfait, c'est vrai et d'ailleurs tant mieux, sinon le petit se sentirait mal. Je suis certain que tu seras un père génial.

-T'as des preuves de ce que tu avances?

-Oui. Une seule. Le fait que tu t'inquiètes autant. Tu as peur qu'il soit malheureux avec toi. Tu veux son bonheur et tu l'aimes. Si tu étais le père affreux que tu prétends être bientôt, tu t'en ficherais pas mal de tout ça. Tu ne m'aurais jamais dit pour lui. Qui sait? Tu l'aurais peut-être tué à la naissance.

-Pitié, ne dis pas des choses pareilles, c'est affreux!

-Tu vois? C'est exactement ce que je te disais. Tu aimes ce petit. Tu assumes le fait qu'il soit là. Ne t'inquiètes pas tant. Tu seras très bien.

Kratos lui prit les mains et les serra doucement. Yuan lâcha un « tu aurais dû devenir psychologue » avant de sourire doucement. Il n'était cependant pas rassuré pour autant. Son amant le remarqua.

-Tu sais que tu peux tout me dire. Dit simplement Kratos

-...

-Yuan?

-Je veux que que tu me fasses une promesse. Finit il par lâcher

-Laquelle?

-Si jamais il venait à m'arriver quelque chose...Si jamais tu devais choisir entre lui et moi...Si jamais tu ne pouvais sauver que l'un de nous deux...Laisse moi partir et prends soin de lui...

-Si cela peut te rassurer...Je te le promets mais il ne t'arrivera rien.

-Comment peux-tu en être aussi sûr?

-Pourquoi veux-tu qu'il t'arrive un malheur? Tu as les idées bien noires Yuan.

-Ne plaisante pas avec ça s'il te plait, c'est plus fort que moi.

-Je ne plaisante pas et je sais que tu ne le fais pas exprès mais à force de te faire du soucis, tu risques de te faire du mal. Change toi les idées un peu.

-Plus facile à dire qu'à faire. L'avenir me fait peur.

-Qu'est-ce qui te fait peur?

-L'inconnu. Et sa naissance. Je te rappelle que je ne suis pas équipé comme une femme, comment va t-il naître? Et où? Je ne me vois pas aller aux urgences, on me prendra ensuite pour un monstre de foire et notre enfant pour un cobaye.

-Il est vrai que l'hôpital est à éviter. Mieux vaut rester ici.

-Tu vas devoir jouer les gynécologues mon pauvre Kratos.

Kratos eut un léger sourire.

-Évite de penser à tout ça. Tu as raison de le faire mais essaye de ne pas trop y réfléchir. Nous ferons des recherches si tu veux.

Yuan acquiesça avant de se raidir aussitôt. Il avait senti quelque chose d'étrange, comme un coup invisible dans l'estomac. Cela recommença. Kratos, inquiet de sa réaction, s'enquit de son état.

-Me permets-tu d'être grossier?

-Yuan, tu es chez toi je te rappelle.

-Putain le con! Il me tape, l'enflure!

L'humain éclata d'un rire sonore devant cette réaction.

-Mais tu ris en plus! Rah!

Reprenant son sérieux, Kratos lui demanda quel effet cela faisait.

-Mal.

-Non, je veux dire...Sentir un enfant en toi alors que, techniquement, parlant, cela n'est pas notre apanache.

-Je n'arrive pas à le définir moi-même. C'est étrange. Je n'arrive pas à poser de mots là-dessus.

-Il tape fort?

-Comme son père. Lui répondit Yuan en souriant

-Lequel? Demanda Kratos

-Le normal.

-Tu es normal.

-Tu trouves cela normal toi, un homme qui va accoucher dans quatre mois alors qu'il n'est pas une transsexuelle?!

-Cela fait partie de toi, alors où est le problème?

-Tu es trop zen. Lança de le demi-elfe

-Et toi, trop stressé ça compense. Rétorqua l'humain

-Alors, trouve comment me détendre. Répliqua Yuan avec une voix pleine de sous-entendus

 

A suivre

<< précédent                                                               suivant>>