Les jours avaient passé, puis les semaines. Pour écarter les soupçons que Mithos nourrissait à son égard à propos de ses trop longues escapades, il fut d'un zèle irréprochable. Il ne passa que deux ou trois heures sur Terre en deux mois, uniquement pour accomplir les missions que lui donnait Mithos. Lorsque finalement...

-Tu travailles bien en ce moment Kratos...

-Je ne vis que pour te servir Mithos. répondit-il d'un ton neutre au chef du Cruxis. Lorsqu'il était sous sa véritable apparence enfantine, il le considérait encore comme un ancien ami qu'il pouvait tutoyer. Même si l'amitié s'était glacée depuis longtemps...

-Je croyais que tu aimais passer du temps sur Terre ? Que dirais-tu d'une inspection des fermes ?

Kratos serra les dents. Il n'aimait pas les fermes humaines, symboles de la dégénérescence de Mithos.

-Oui Monseigneur. Et il s'inclina.

 

C'est ainsi que Kratos revint près de la forêt d'Isélia. Il n'alla pas directement à la ferme, il préféra errer un peu sur les chemins tortueux de cette belle forêt que la sombre silhouette de la ferme ne réussissait pas à gâcher.

-Elle a dit qu'elle n'habitait pas à Isélia... Est-ce qu'elle vit dans la forêt ? songea-t-il tout haut. Il se surpris lui-même de déjà penser à elle. Mais ce n'était pas si étonnant. Pendant cette longue période où il s'était soigneusement tenu éloigné d'elle, pas un seul jour ne s'était écoulé sans qu'il n'eut pensé à elle. Et s'il avait commencé par la ferme d'Isélia, et se retrouvait maintenant à errer dans la forêt, n'était-ce pas pour la même raison ? Et vérité, ne souhaitait-il pas de tout son cœur la revoir, cette apparition étrange avec laquelle il n'avait passé en réalité que quelques minutes de sa vie ?

-Anna... murmura-t-il

-Monsieur Kratos ?

Il leva brusquement la tête. Ca ne pouvait pas être... ?

Si. Le hasard avait voulu qu'ils se rencontrent à nouveau ce jour-là.

-A... Anna ?!

-Monsieur Kratos, vous vous êtes encore perdu ?!

L'aplomb d'Anna désarçonna Kratos de nouveau. Mais devant sa mine inquiète, il senti son regard fondre et devenir extrêmement doux.

-Pas vraiment mais... je suis très heureux d'avoir pu vous rencontrer à nouveau.

-Moi aussi. répondit-elle à la fois ingénue et tout simplement heureuse.

-Où allez-vous ? demanda-t-il en s'approchant d'elle.

-Chez un ami qui habite de l'autre côté de la forêt.

*Cela signifie de l'autre côté de la ferme* déduisit-il.

-Vous voulez m'accompagner ?

-J'en serais ravi.

-Je suis vraiment heureuse d'avoir de la compagnie, parce que je me suis perdue !

*Encore ?!*

-Dites, dites ! dit-elle soudain en s'approchant très près de lui. Il eut un mouvement de recul.

-Euh... ?

-Vous avez des ailes non ?

-Euh... oui.

-Vous pourriez peut-être m'aider à rentrer en regardant d'en haut !

-Euh... oui, bien sûr.

Un peu décontenancé mais pas spécialement contrarié par cette demande, il avait accepté. Mais réalisa soudain que cela représentait tout de même un obstacle. Il allait encore devoir la prendre dans ses bras. Et lui qui voulait à tout prix éviter qu'elle ne s'attache à lui ! Mais pouvait-il décemment la laisser perdue au beau milieu de la forêt, pas très loin d'une ferme de surcroît ?

-... Dans ce cas, vous permettez ?

Il s'accroupit et, délicatement, passa un bras sous les genoux de la jeune femme. Maintenant son buste de l'autre main, il la souleva avec une douceur infinie dans ses bras.

-Merci beaucoup. dit tendrement Anna en passant ses bras autour de son cou.

-Il, Il n'y a pas de quoi, répondit-il en s'empourprant.

Il sorti ses ailes, et en quelques battements s'éleva au-dessus de la cime des arbres.

-KYAAAAA !!!

*Ce cri n'est pas sans me rappeler quelque chose...*

-Tout va bien, je vous tiens... vous n'avez pas besoin d'avoir peur.

Elle desserra un peu ses bras qui menaçaient de l'étouffer, et plongea son regard dans le sien.

-Ca, ca ressemble...

-...aux mots que vous avez prononcés pour moi.

Ils se regardèrent silencieusement, dans les bras l'un de l'autre, comme surpris par leur situation. Kratos aurait voulu partir très loin, surtout ne jamais la revoir, ne surtout pas l'embarquer dans tout ça, ne pas faire prendre le moindre risque à cette jeune femme qui semblait si fragile et si étourdie. Il voulait la protéger, il ne voulait pas la perdre... Il voulait à tout prix... rester avec elle !

-Monsieur Kratos... chuchota Anna en se blottissant contre son torse.

-Je suis vraiment heureuse de vous avoir rencontré aujourd'hui. Je n'ai fait que penser à vous depuis la dernière fois...

La dernière fois... Ils se mirent à rougir au même instant. La dernière fois, alors qu'ils étaient dans la même position, leurs visages s'étaient tant rapprochés l'un de l'autre. Et à présent, Kratos réalisa que son visage n'était pas très loin de celui d'Anna...

Non, mais à quoi il pensait ? Cela faisait bien 4000 ans que son cœur s'était glacé, et à présent ses appréhensions fondaient comme neige au soleil au contact de cette femme. -Anna...

-Oui ?

Zut, il avait pensé tout haut ?

-Non, rien... Où... Où est la maison de ton ami ?

-Par là... dit-elle en indiquant la direction de la ferme humaine.

-Un peu plus loin derrière la ferme. précisa-t-elle.

Kratos commença à battre des ailes, serrant précieusement Anna dans ses bras. Il contourna la ferme, il avait bien trop peur qu'on le voit avec une femme dans les bras.

-Voilà, c'est là-bas... dit-elle en indiquant un petit toit de tuiles rouges qui dépassait de la forêt. Kratos commença à descendre doucement...

 

Ils atterrirent au couvert des arbres, juste derrière la petite maison. Kratos déposa délicatement Anna à terre. Mais lorsqu'il la lâcha et fit mine de repartir, elle le retint par la main.

-Monsieur Kratos, vous... vous ne voulez pas rester un peu ? Prendre une tasse de thé, par exemple. Je pourrais vous présenter à mon ami...

-Je regrette, mais... Je me suis déjà mis en retard.

Pourtant, il ne lâcha pas cette main qui le retenait.

-Monsieur Kratos ?

-Je... Il se mordit les lèvres. Il aurait tellement aimé rester, mais c'était impossible. Anna sembla comprendre le duel intérieur auquel il se livrait. Elle se rapprocha de lui, caressa ses cheveux et déposa un baiser fugitif sur sa joue.

-Alors, à une prochaine fois...

Elle lui sourit, et s'en alla. Kratos leva la main pour la retenir, voulu la prendre par le bras pour la serrer contre lui, lui dire combien il regrettait de devoir la quitter à nouveau... Mais il ne termina pas son geste, et sa main retomba lentement contre sa cuisse. Une prochaine fois ? Il espérait sincèrement qu'il y en ait une.

Il la regarda disparaître, une main contre la joue qu'elle avait embrassée, et s'envola.

<< précédent                                                               suivant>>