« Comment ça elle n’est pas repassée ici ! »

Zélos, visiblement en rogne, s’adressait à Tiga d’un air menaçant.

Celui-ci, en tant que chef adjoint, se montra digne, et ne laissa pas libre place à ses sentiments. Il se contenta de hocher la tête :

« C’est exact. Nous l’avons envoyée en mission avec plusieurs de ses camarades, sur ordre d’un commanditaire anonyme. Elle tenait à se porter volontaire à cette mission…

-Et il ne vous est pas venu en tête de refuser ?!

-Elu, nous ne pouvions pas prévoir. Sheena est avant tout une ninja, et la nouvelle chef de notre village. Nous n’avions aucune raison de nous opposer à ses décisions. »

Tiga ne céda pas une seconde. L’hystérie du jeune homme était bel et bien visible, et il ne tenait pas à la cacher. Il était entré en trombe dans le village, désarmant les soldats qui gardaient l’entrée avec beaucoup de facilité, et l’avait traversé jusqu’à la maison du chef. Déjà, son manque de courtoisie et de respect pouvaient passer pour choquant aux yeux des habitants du village qui s’étaient rassemblés devant la maison du chef, non par curiosité, mais par inquiétude et solidarité pour le chef adjoint, qui devait affronter seul cet homme enragé.

 

Zélos bouillonnait sur place. Mais où s’était-elle fichue bon sang ?! Et puis c’était qui ce commanditaire « anonyme » ? Et pourquoi tenait-elle à y aller ? Des fois Sheena pouvait être une vraie tête de mule, mais alors là… La colère aveuglait ses yeux emplis de brume indéfinissable. On le sentirait prêt à frapper quelqu’un !

Tiga, toujours impassible, observa ce jeune homme. Connaissant Sheena, elle était réputée pour beaucoup de ces absences prolongées, mais au final, elle revenait toujours. Et c’était ainsi avec tous les guerriers du village, excepté un certain Kuchinawa… Bref, personne ici ne s’inquiétait vraiment.

Le rouquin avait du mal à comprendre la mentalité de ces gens-là. Et à vrai dire, il ne les avait jamais compris eux-mêmes. Ils semblaient si insouciants… Et ça Zélos détestait ce genre de choses, comme si c’était un évènement qui se produisait tous les jours. C’était un être humain quand même ! Mais alors là…

Puis, ses épaules se rabaissèrent. Bien que toujours en colère, le jeune homme essayait de se calmer un peu, et se montra plus respectueux vis-à-vis du chef adjoint.

« Et qui était ce « commanditaire anonyme » ?

-Nous n’en avons aucune idée. Un garde est venu ici et nous rapporté un simple billet. Il a patienté et est reparti avec notre accord. Enfin, l’accord du chef Igaguri, Sheena et moi-même. Une heure après notre groupe de meilleurs guerriers est parti vers l’Est. Mais ils reviendront vite, et nous le saurons. Nous n’avons fait que notre travail.

« Vous a-t-elle dit seulement quand elle reviendrait ?

-Non. Nous ne précisons jamais. Nous sommes libres de profiter du temps qu’il nous plaira… »

Puis le regard de Tiga s’assombrit.

« Veuillez vous en aller, à présent. Nous avons à faire. »

Sa hargne revenue, Zélos tapa du pied par terre et regagna la porte d’entrée, ouverte à la volée, et laissa tomber une poterie du style asiatique qui se brisa par terre. Les ninjas qui gardaient l’entrée de la maison se reculèrent sur son passage, le dévisageant d’un air accusateur et hostile. Il ne leur rendit pas un seul regard. Et c’est dès qu’il fut sorti du village qu’on renforça la protection de l’entrée. Il n’était plus le bienvenu pour un bon moment. Mais il n’en avait rien à fiche.

Il n’était pas plus avancé non plus avec les informations qu’il avait récoltées…

« Vers l’Est. Hum… voyons voir ça. »

C’était la seule indication qui le renforçait dans ses recherches. Alors autant aller voir…

 

Mais alors qu’il se dirigeait vers son ptéroplan, posé sans ménagement au beau milieu de la prairie avoisinant Mizuho, il entendit un bruit, lointain mais tout à fait accessible à ses oreilles. N’ayant pas perdu ses sens d’Ange, il pouvait même en avoir l’utilité à loisir quelquefois (du genre écouter les filles chanter sous la douche), mais c’était rare…

Méfiant, il ne se retourna pas, et le bruit reprit de plus belle, de plus en plus proche. Il porta la main à son épée pour avoir le temps de dégainer si c’était un ennemi.

Une forme sombre atterrit sur ses épaules, et il s’écroula à terre sous la lourdeur de la chose. Il se retrouva à mordre la poussière. Un ennemi ?! Ici ?!

« C’est drôle de surprendre les gens de cette manière, tu trouves pas, Link ? » fit une voix rigolarde et féminine, juste au dessus de lui.

Une autre forme atterrit en face de lui, où plutôt de sa tête, vu qu’il était plaqué au sol par une autre masse lourde, mais mince.

« Tu aurais pu attendre, Lucy, je n’ai même pas eu ma part encore ! » fit la forme, plutôt masculine cette fois.

Des rires se firent entendre, puis celui qui semblait être l’homme s’agenouilla en face de lui, et lui prit le menton entre son index et son pouce, relevant sa tête vers lui.

Le physique de cet homme était un peu étrange. Visage triangulaire, regard rouge et rusé et cheveux hérissés sur la tête. Il avait l’expression d’un renard.

« Depuis le temps qu’on te cherchait. Tu t’imagines pas combien tu nous en as donné, du fil à retordre ! On t’en veut un peu pour ça, mon pote. »

Le visage de la jeune femme qui le retenait prisonnier apparut à l’envers dans son champ de vision.

« Mais finalement, on t’a retrouvé, poursuivit-elle, d’un ton mielleux, et on te remercie bien gentiment de ne pas être allé plus loin.

-Il en a fallu du flair, pour retrouver ta trace, » termina son voisin, en tapotant son nez.

La tête de Zélos tournait. Il ne savait plus où il en était. Il tenta de se débattre. Mais la fille était forte. Elle continuait sa prise de judo sans céder.

« Mais vous êtes qui… enfin ? » parvint-il à demander.

Ses deux agresseurs rirent un bon coup avant de s’exclamer, en parfaite synchronisation et à tue-tête :

« Commence déjà par dormir et on verra après ! »

Il sentit quelque chose de piquant sur son bras et le sommeil le prit brusquement, l’entraînant dans des abîmes si profonds qu’il ne put pas résister et sombra.

 

Il se réveilla avec un violent mal de crâne. Sonné il se leva et vit qu’il était dans une grotte. Comment avait-il atterri là ? Il explora l’endroit, hébété. Où l’avait-on emmené ?

Instantanément les souvenirs lui revinrent. Alors ça c’était la meilleure ! Lui, le grand, le splendide, le chevalier servant de ces dames (enfin, bon) avait été kidnappé ? Quoique « kidnappé » eût été un mot difficile à avaler.

Il bafouilla quelque chose qu’il ne comprit pas lui-même, et se leva.

Une sorte d’objet tombant non identifié lui atterrit sur la figure, et il se retrouva de nouveau à terre, encore plus K.O. que jamais.

Il entendit alors des éclats de voix, et envoya la sorte de « truc » visqueux faire connaissance avec un mur, puis il se mit debout et commença à crier :

« S’il s’agit d’une blague, messieurs OU mesdames, cela ne me fait pas rire du tout ! »

Il y eut un silence, puis un bruit bref derrière lui. Il se retourna et aperçut les deux personnes qui s’étaient jetées sur lui, côte à côte, avec un air espiègle qui ne lui plût pas du tout.

« Barre le « mesdames », je suis seule et je ne suis pas mariée, rétorqua la femme, une grande blonde costaude.

-Personnellement on aurait bien aimé que ça soit une farce, mais on t’aurait pas emmené ici pour des histoires de gosses, fit l’homme à tête de renard, le seul des deux dont il avait reconnu le visage. En tout cas, content de voir que tu es enfin réveillé mon gars. Tu peux pas savoir comme tu nous as fait poireauter pendant des heures à ronfler comme un… enfin bref. »

Il s’approcha de Zélos pour lui poser une main sur l’épaule, mais celui fit mine de se dérober à son contact.

« Ca n’explique pas la façon dont vous m’avez attaqué ! Vous…

-Avouons qu’on aurait pu procéder de manière bien plus douce, mais de toute façon ç’aurait été l’un ou l’autre on savait que tu allais refuser. Et on n’avait pas vraiment le choix après tout…

-Pourquoi vous-en êtes vous pris à moi ? »

Un long silence répondit à sa question, méditatif, puis un raclement de gorge et la voix de la femme qui s’éleva, grave mais moqueuse :

-A l’origine on ne se serait pas intéressés à ta petite personne, mais il a fallu qu’on se fasse embaucher par un type de ta connaissance, selon nous, qui voudrait conclure un marché avec toi. On ne sait pas encore dans quel but, mais notre mission est de t’amener à lui. »

L’ex-élu fronça les sourcils, et parut réfléchir.

« Aussi, continua l’homme, si tu refuses, nous n’aurons aucune pitié. Ton rôle dans une histoire que nous ne comprenons pas, vois-tu, semble tenir très à cœur à notre patron, si on peut dire que c’est notre chef.

-Et qui est-il, ce chef ? »

Un sourire malicieux apparut sur le visage de ses deux interlocuteurs.

« Ce serait d’autant mieux que tu viennes avec nous. Tu aimes les surprises, n’est-ce-pas ? »

Zélos ne dit rien, et il songea au danger que cela représentait pour lui s’il suivait ces deux étrangers. Puis il se dit qu’il verrait bien le moment venu. Il n’avait pas prévu cette partie du voyage. Il devait avant tout retrouver Sheena. Et il devait faire vite. Puis, décision vite prise, il décida de suivre ces deux-là. Si ça se trouvait, il n’en récolterait que de meilleures informations.

« Bien, fit-il, finalement. Ma décision est prise.

-Alors ? demanda Link, sournois.

-Je vous suis, à la condition de connaître vos noms, et que vous me dites ce que votre patron attend de moi. »

Le sourire des deux inconnus s’élargit.

« Nous pouvons te délivrer la réponse à une seule question. La seconde, tu la sauras en temps voulu. »

Et, en parfait acteur de théâtre, il annonça, d’une voix gutturale :

« Je suis Link, et je te présente…

-Lucinda, termina la jeune femme.

-Voilà, maintenant rejoins-nous. Nous avons un moyen de transport tout particulier pour toi. »

Et Zélos, soucieux, suivit, le pas incertain, ses deux ex-ravisseurs, en ayant une pensée pour ses compagnons, puis en songeant à ce que l’avenir lui réservait, s’il arrivait à tenir la route jusqu’au bout.

 

------------------------------------------------

« Hé ! Elle est marrante ta bestiole ! »

En entendant ces mots, l’animal, une sorte de chat sauvage aux oreilles tombantes de lapins, ronronna et se cala contre le coup de sa nouvelle maîtresse.

Laya eut un petit sourire, qui se transforma en grimace lorsque la longue queue noire de la « chose » se serra autour de son cou.

« Plus tu dis ça, plus elle ronronne, donc moins je respire… Arrête de répéter ça s’il te plaît !

-Ah Ah ! »

Matthew fit un large sourire et frotta le sommet du crâne de l’animal entre les deux oreilles.

« Qu’il est beau ! Et il a la classe avec son petit truc blanc sur le front. Qu’est-ce que c’est ? »

Laya fronça le nez tandis que la bestiole se lovait un peu plus sur sa poitrine.

« Elio et moi, nous n’avons pas eu le temps de bien regarder, mais il a pensé qu’il s’agissait d’une pierre précieuse. Bizarre que ça se trouve sur le front de cette bête. Je ne sais pas comment elle a reçu ça. En ce moment on est en train de chercher.

-Quand est-ce que tu l’as trouvé ?

-Il y a deux jours. Le soir pour tout te dire.

-Hum… »

Les deux amis étaient tous les deux seuls sur le banc, en cette fin d’après-midi. Le soleil déclinait sur l’horizon, et Laya racontait à son compagnon comment elle avait rencontré le petit animal qui se nichait contre elle au fur et à mesure qu’elle racontait son aventure.

 

****************

 

« J’ai senti qu’il y avait quelque chose, cachée dans un fourré, » répondit Laya, à la question d’Elio.

Elle se leva, tout en douceur, tandis que son tuteur fronçait les sourcils, comme il le faisait chaque fois que quelque chose le tracassait.

« Qu’est-ce que cela peut-il bien être ? demanda t-elle.

-Laisse-moi voir. »

Et il la laissa sur place, se dirigeant vers les buissons qui bordaient la maison. Puis, après quelques minutes de recherche, il revint bredouille.

« Il n’y a rien, tu as dû halluciner, lui fit-il remarquer.

-Mais j’étais pourtant sûre d’avoir aperçu quelque chose, juste ici… Tu dois me croir… »

Soudain, un buisson remua brusquement, et une chose toute noire en surgit comme une ombre, avant d’atterrir sur le toit et de dégringoler sur la façade. Les deux compagnons regardèrent ce spectacle avec stupéfaction, puis la chose noire tomba comme une pierre, et atterrit sur la terrasse de la maison, où ils étaient installés tous les deux.

D’abord stupéfaits, les deux compagnons virent une sorte de chat noir aux yeux rouges et oreilles tombantes tituber sur ses quatre courtes pattes. Puis elle poussa un couinement proche du miaulement et se mit en position d’attaque.

Laya comprit immédiatement qu’elle allait bondir sur eux, et elle se prépara à se défendre.

Mais la bestiole ne fit pas attention à elle. Son attention se reportait à Elio, qui sembla soudain mal à l’aise. Et elle bondit…

La jeune femme se prépara à contrer l’attaque de la bête…

… lorsque celle-ci atterrit sur la tête de son soigneur et s’y accrocha tandis que celui-ci se débattait pour la déloger. Mais elle tint bon.

Laya s’arrêta, stupéfaite. La bestiole s’était soudain accroupie et s’était penchée pour lécher la figure du vieil homme. Celui-ci ne savait plus que faire. Il était un peu perdu.

Et puis soudain, elle éclata de rire. Comme elle ne l’avait jamais fait.

 

****************

 

« Et ensuite ?

-Quoi ensuite ?

-Qu’est-ce que vous avez fait ? »

Laya eut un sourire qui en disait long.

« Eh bien… pour commencer, après une bonne crise de fou rire, nous nous sommes chargés de le détacher de la tête d’Elio et de l’emmener dans la maison, pour nous charger de lui…

-Permets-moi de t’interrompre… C’est un mâle ou une femelle ?

-Ah ça… Nous n’avons pas encore déterminé… Mais Elio dit qu’il se chargera de connaître le sexe de cet animal. »

Matthew fut pris d’un petit rire qui réussit à faire tirer un sourire en coin à Laya.

« Ah… les joies de l’adolescence…

-Qu’est-ce qui te fait dire ça ?

-Oh, c’est juste comme ça… »

Le jeune garçon fronça les sourcils, puis il tendit ses jambes pour s’étirer.

-Tu lui as trouvé un nom ?

-Pas encore… »

Sa bouche trembla un peu.

« Il faut que j’y réfléchisse. »

Puis elle sauta de leur banc et observa le crépuscule, au loin, qui disparaissait lentement.

« Il faudrait rentrer, tu ne crois pas ?

-Peut-être… »

Elle se tourna vers lui.

« Hum…

-Ah… euh, je te suis. »

Et il sauta du banc à son tour et atterrit dans une flaque de boue, ce qui le fit rire, puis il sautilla à la suite de la jeune femme, heureux d’avoir passé une aussi belle journée.

 

Mais les deux compagnons avaient oublié un détail. Une anomalie se détachait dans le cadre de cette belle journée ensoleillée, qui se changeait peu à peu en décor nocturne.

 

La flaque d’eau boueuse à terre, qui disparaissait lentement mais sûrement…

 

-------------------------------------------

 

Emi et Karim avaient monté un campement pour la nuit, et se préparaient à se confier les tâches de la nuit. A commencer par les tours de garde.

La nuit était aussi fraîche que les autres sur le désert de Triet, et Emi fit mine de grelotter et de se plaindre d’une voix geignarde :

« C’est vraiment stupide de dormir en plein milieu d’un trou paumé ! On aura le temps d’attraper la crève avant demain si ça continue !

-Commence déjà par faire du sport, au lieu de te plaindre, » lança Karim.

Elle fusilla le jeune homme du regard. Bien qu’ils fassent équipe, les deux compagnons n’étaient pas faits pour s’entendre. Karim n’arrêtait pas de la vanner à chaque fois qu’elle faisait une réflexion, et il ne manquait pas non plus de lui clouer le bec lorsqu’elle voulait dire quelque chose (c’est ce qu’on appelle du « cassage » très chère^^). Aussi lui faisait-elle toujours la tête.

Elle n’avait pas été très enchantée lorsque les deux chefs du groupe, Link et Bastian, avaient soigneusement décidé de les caser tous les deux ensemble. Elle aurait encore préféré rester dans la base Renégate à supporter les sarcasmes du bleuet qui leur servait jusque là de « soi-disant » chef.

Mais voilà, le sort en avait décidé ainsi, et maintenant elle était obligée de se coltiner ce type. Est-ce que le monde entier lui en voulait à ce point ? Elle se le demandait.

« Je fais le premier tour de garde, tu prendras le temps de dormir, ensuite on échange, compris ?

-Et pourquoi ne le ferais-je pas en premier ce tour ? »

Le jeune homme eut un sourire sarcastique.

« Parce que les gamines comme toi ont plus de chances de s’endormir à la première minute. C’est pourquoi tu dois dormir d’abord. »

Il rata de peu un caillou qui lui frôla le visage. Et il répéta, amusé :

« Ouh là là, mademoiselle n’est pas contente ! A-t-elle besoin de sa poupée pour se consoler ? Ouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuh… ! »

Le dernier sifflement qu’il avait poussé ne fût pas dû au fait qu’il aimait taquiner l’adolescente, mais au deuxième caillou, de la taille de son poing, qu’elle venait de lui balancer et qui avait heurté sa tempe. Et c’était qu’elle avait bien visé la gamine !

Il se frotta un moment la tête, puis il soupira :

« D’accord… Tu le fais ce tour de garde… Mais ne viens pas te plaindre que le sommeil a été plus fort que toi…

-C’est ça, rétorqua t-elle, avec un rictus sardonique, et on verra bien lequel des deux est le plus efficace dans ce domaine.

-Pour toi c’est perdu d’avance, stupide paresseux… »

Ils se fusillèrent du regard, se lançant chacun un défi, et Karim se coucha, tandis que la jeune fille s’asseyait sur un rocher, prête à tout pour déraisonner son compagnon de voyage.

« Ah elle nous donne bien des complications cette fille. Col… Mol… Pol… Enfin qu’importe. J’espère qu’on va la retrouver vite fa it. Il faut vraiment qu’ils nous fassent mener la vie dure ces « Reflets ». Franchement… »

Elle continua de grommeler dans la nuit.

 

Karim, allongé dans sa couchette, ne dormait pas encore. Il guettait au contraire combien de temps tiendrait Emi. La jeune fille avait le dos tourné, et marmonnait la Déesse savait quoi.

Pour sa part le jeune homme n’était pas très croyant, mais rien ne l’empêchait d’utiliser cette expression de temps en temps, à son plus grand plaisir.

Il regarda la jeune fille sous tous les angles. Elle avait beau aller jusqu’à le détester, du moins le pensait-il, lui tout ce qu’il faisait c’était l’embêter, pour son plus grand bonheur. En fait, il l’aimait beaucoup, cette fille, et c’était même lui qui était allé jusqu’à demander à l’avoir dans son groupe, pour « s’assurer  qu’elle ne fasse pas de bêtises » avait-il assuré.

Bien qu’elle ne soit âgée que de quinze ans, la jeune fille avait déjà beaucoup d’expérience dans le groupe. Elle l’avait inclus alors qu’elle n’avait que dix ans et même avant elle était douée pour le combat. Tandis que lui ne l’avait rejoint que beaucoup plus tard, alors qu’il faisait partie d’un gang des rues d’Asgard. Il devait infiltrer le groupe et rapporter ce qu’il avait vu à ses camarades. Mais il avait été pris au dernier moment et pourtant, le chef du groupe de l’époque, Tigre qu’il se faisait appeler, avait décidé de le garder. Incrédule au début, le jeune bandit avait eu du mal à rentrer dans la bande, et comme par hasard c’était Emi qui l’avait aidé dans cette confrontation. Et maintenant, il était membre à part entière du groupe. Quant à ses amis d’avant, qu’il avait abandonné à son grand dépit, il ne les avait pas revus, et il avait même fini par les oublier. C’est à peine q’il se souvenait de leurs noms ou de leurs visages.

Tiens, voilà qu’il se surprenait à penser à eux. Il gigota dans sa couche et passa à autre chose.

Emi, il se souvenait, était à l’époque âgée de seulement douze ans et connaissait déjà l’art du combat et des arts martiaux. A première vue on se doutait bien que cette fillette parmi d’autres n’avait pas eu une enfance normale.

Ses parents, dont elle ne se rappelait plus, l’avaient abandonné à Izoold, le village des pêcheurs. Elle y avait vécu en tant que coureuse des rues et mendiante. Et puis, un jour, accusée d’un vol à l’étalage, elle avait été expédiée à Palmacosta où on l’avait jeté dans les geôles du sous-sol de la maison du gouverneur-général. Par un moyen qu’elle n’avait pas voulu dévoiler elle avait réussi à s’enfuir, et c’était à cette époque là qu’elle avait rencontré Link et sa bande. Evidemment, Tigre, le chef de l’époque, l’avait mise sous sa protection, et elle avait vécu chez sa nouvelle famille jusqu’à maintenant.

Elle avait toujours été un peu garçon manqué, mais on ne le lui reprochait pas ses manières.

Jusqu’à la mort de Tigre… Là, tout avait changé dans leur manière de vivre. Link, à cette époque lieutenant du chef, avait pris sa place et avait commencé à vendre leurs services à des organisations très louches. Non que Karim lui reprochait sa manière de gouverner et de décider des choses par lui-même, mais avant, ils avaient été toujours indépendants. Ce changement subit dans leur charte quotidienne les avait un peu marqués, mais ils avaient fini par s’en accommoder.

Tigre était mort dans la grande catastrophe de Palmacosta, lorsque cet arbre géant fou avait tout détruit sur son passage. Pour on ne sait quelle raison, il était parti pour « une affaire importante », et quelques jours, c’était arrivé…

Après une semaine de deuil, Link avait repris les choses en main, et ils étaient repartis pour une nouvelle vie…

Au fur et à mesure qu’il remettait sur le plateau tous ces souvenirs, Karim sentit ses paupières se fermer et il sombra petit à petit dans le sommeil, jusqu’à dormir profondément.

 

Emi entendit la respiration de son compagnon se réguler au fur et à mesure, et elle sourit. Finalement, il s’était abandonné aux songes. Il ne se réveillerait pas avant l’aube, en tout cas…

Elle le voyait d’ici, à lui crier dessus pour ne pas l’avoir réveillé. Elle s’en régalait d’avance.

Soudain, le vent autour d’elle se froissa. Etonnée, elle mit son odorat en action et renifla l’air. Il y avait une odeur, là… Et elle prenait une direction précise.

Elle regarda quel chemin suivait l’odeur, qui était à coup sûr d’origine humaine. Et son visage s’éclaira.

Presque à regret, elle quitta son rocher et parvint à tâtons jusqu’à Karim, puis le secoua. Il se réveilla, et aussitôt une grimace moqueuse se dessina sur son visage.

« Déjà fini le tour de garde ma puce ? T’as fait vite…

-Tu te trompes mon cher. En fait j’ai découvert une piste intéressante, direction le Nord-Ouest. Rassemble tes bagages et fais confiance à mon flair. »

Dépité d’avoir quasiment perdu son pari, il se leva, prit toutes leurs affaires et les rassembla sur son dos, et il lança un sourire à Emi, qui pour une fois le lui rendit.

« Bon alors, ne traînons pas, où les traces si précieuses que tu as détecté vont s’effacer…

-Dans ce cas grouille-toi. »

Et elle se mit à courir. Il la rattrapa peu après et ils allèrent, très sûrs d’eux, direction la ville de Triet, car c’était là qu’ils allaient à coup sûr trouver leur bonheur.

 

---------------------------------------

Conversation entre les personnages :

 

Ali: Et voilà, encore une fois chapitre bouclé !

Génis : Hem, où est passée la voix off ?

Zélos : et c’est qui celle-là ?

Colette : Attends, ne me dis pas que c’est…

Ali : Oh mince… *part se cacher*

Lloyd : Non mais c’est trop tard on t’a reconnu là.

Ali : Et mince… *réapparaît*

Colette : Enfin un mystère résolu ! Le visage de l’auteur nous a été enfin révélé ! *lève le poing vers le ciel en signe de victoire*

Ali : Oui bon… Comment vous l’avez trouvé ce chapitre ?

 

*silence pendant un moment*

 

 Colette *soudain* : Super !

Génis : Très bien. Sans plus.

Zélos : Pas trop mal…

Lloyd : Mouais bof… *il dit ça parce qu’il aime pas lire*

Akim *entre* : Complètement raté ! Pourquoi je suis pas là-dedans d’abord ?

Yuan *entre à la suite d’Akim* : J’ai insisté pour qu’il reste dans sa loge. Il est têtu, désolé…

Génis : Tiens il entre enfin lui (il parle d’Akim)? Depuis le temps…

Colette *lève de nouveau le poing vers le ciel* : ça fait deux nouvelles arrivées dans cette édition de la conversation !

Akim : Et alors, pourquoi je suis pas présent dans ce chapitre ?!

Ali *soupire* : parce qu’il fallait bien laisser la place pour évoquer les autres personnages aussi…

 

*Link et sa bande font le V de la victoire aux lecteurs*

 

Akim : Je m’en fous ! Est-ce que j’apparais au moins dans le prochain chapitre ?

Ali: Hum… Laisse-moi le temps de réfléchir.

Akim : Grmbll… *s’en va casser des meubles et autres trucs de valeur et fragiles*

Yuan : Hé, attention !

Lloyd : tu joues le rôle de la maquilleuse maintenant Yuan ?

Yuan : Qu’est-ce qui te fait dire ça sale mioche ?

Ali : On t’a barbouillé le visage de peinture à l’huile pendant ton sommeil…

Génis : Verte.

Yuan *se regarde dans un miroir qu’Akim n’a pas encore cassé* : Ah… Ah ça, nan c’est un masque pour raffermir la peau et la rendre plus belle. C’est pour plaire un peu plus aux filles dans ce chapitre *joue les beaux gosses en s’imaginant toutes les filles qui ramperaient à ses pieds*

Zélos : Hé ! C’est moi le grand dragueur du jeu normalement !

Lloyd : C’est pas pour les vieilles ton truc là ?

 

*on entend un SBAF retentissant dans toute la pièce*

 

Yuan : Fils d’abruti !

Lloyd : N’insulte pas Kratos !

Yuan : Euh… Face de chaussette alors !

 

Ali : Bon bah on a terminé ! Allez au prochain chapitre !

 

*musique de générique de fin.*

 

Génis : Mais n’importe quoi c’est la musique de MacGyver ça !

 

TERMINE^^

<< précédent                                                               suivant>>