Deux mois plus tard- Hambourg, Allemagne

 

Zack Wilder longea les quais en soupirant en continu. Il traînait là depuis des heures. Son supérieur lui avait donné l’ordre de surveiller les environs, pour éviter à des curieux de pointer le bout de leur nez. Pourtant, il n’y avait personne à cette heure de la journée. Les gens étaient trop occupés à rester cloîtrés dans leurs maisons. Cela facilitait les choses au gouvernement. Du coup, Zack se sentait un peu inutile dans toute cette affaire. Lui, ce qu’il aurait voulu, c’était se retrouver dans les premières loges pour voir débarquer ces fameux soldats japonais. Après tout, il avait joué des bras et des jambes pour faire partie de la patrouille qui les recevraient. Il avait obtenu une réponse affirmative à se demande, mais c’était seulement pour se retrouver à l’arrière-garde. Ce n’était pas une place très convoitée…

Mais bon, c’était cela ou ne pas venir du tout. Et puis, c’était aussi l’occasion de voir son chef en personne.

Le port était en effervescence. Bien qu’il y ait eu quelques problèmes, les alliés étaient finalement arrivés à destination, tous sains et saufs. Effectivement, ils avaient rencontré pas mal de tempêtes lors de leur voyage en mer. Un vent contraire les avait détournés de leur but et ils s’étaient retrouvés en pleine mer méditerranée. Des feux de détresse envoyés par le capitaine du bateau avaient aussitôt arrangé les choses : la République Italienne avaient été alertés et ils avaient été invités à accoster dans un port de leur pays. Tout de suite après, un train les avait amené en Allemagne, en passant par l’Autriche, puis ils avaient traversé le Sud du pays et étaient finalement arrivés comme prévu à Hambourg, à la seule différence que ce n’était plus en bateau. Mais bon, le résultat était le même : tout était bien qui finissait bien.

 

Personne à arrêter. Cela commençait à devenir ennuyeux…

L’homme bailla, puis regarda autour de lui. Il y avait bien quelques officiers qui couraient çà et là pour préparer l’arrivée de leurs coéquipiers, mais à part ça, tout était silencieux. L’entrée du port était vide…

Zack exécuta un pas en arrière, en direction des quais. Même s’il désertait son poste quelques minutes, son supérieur n’en saurait rien. Et puisqu’il n’y avait personne…

Zack quitta sa place et courut derrière des caisses, le temps que deux officiers passent, puis repartit sur la pointe des pieds. Enfin, le quai principal était en vue… Et on pouvait dire qu’il y en avait, du monde. A vous en boucher la vue. Le jeune gardien ne voyait plus rien. Et pourtant, les fourgons étaient là, et les soldats aussi, en chair et en os. Ils s’adressaient des poignées de mains et prêtaient l’accolade de temps à autre. A ce moment là, Zack souhaitait presque être à la place des soldats en premières loges.

Il examina les visages des étrangers un moment. Leur teint était assez blafard, et leurs yeux tirés, normal pour des japonais. Vêtus de leur uniforme local, qui symbolisait leur pays du Soleil Levant, il restaient fiers malgré tout, prêts à défendre la gloire de leur patrie.

Enfin, Zack décida de regagner sa place. Il avait déserté son poste un peu trop longtemps maintenant. Il fallait vite la regagner s’il ne voulait pas que son absence soit remarquée et que son sergent ne lui remonte les bretelles.

Il s’arrêta de nouveau devant des caisses qu’on avait amassées et qui provenait des bagages des japonais. Certaines de ces caisses contenaient les vivres qui avaient servi pendant le voyage, d’autres des draps et des matières textiles, et d’autres encore des explosifs…

Il se cacha encore derrière lorsqu’un soldat passa devant lui. Au bout d’un moment il pensa qu’il devait sortir et il se releva… pour tomber nez à nez avec un patrouilleur.

Celui-ci resta bouche bée, et Zack devina qu’il était simple soldat, comme lui, et qu’il avait à peu près son âge. Il profita de cet avantage pour lui plaquer une main sur la bouche et lui dire :

« N’alerte pas les supérieurs sur ma présence ici, d’accord ? Je rejoins mon poste. »

Et il s’esquiva, ne laissant pas le temps à son camarade de répondre.

Un peu plus tard, il regagna sa place. Il était temps. Un peu plus et sa présence dans un lieu où il ne devrait pas être était signalée.

Il fit mine de patrouiller comme s’il avait toujours été ici. Des hommes passèrent devant lui en transportant des caisses visiblement lourdes. Et puis bien sûr, aucun civile ne venait pointer son nez.

Un officier lui fit un signe de la main qui l’invitait à venir près de lui. Zack s’approcha et reçut l’ordre de garder les caisses en attendant que le soldat aille donner des ordres ailleurs.

Certaines caisses contenaient des explosifs, d’autres encore des matières textiles.

Depuis près de deux ans, le Japon entretenait une relation qui tenait la route avec l’Allemagne, aussi bien commerciale qu’amicale. En échange de soldats, le pays germanique envoyait des produits fabriqués dans la patrie, et vice versa.

Il resta debout en regardant à droite et à gauche comme tout garde expérimenté. Cela ne faisait que trois années qu’il avait intégré l’armée et côtoyé des supérieurs aussi irascibles les uns que les autres. Certains lui avaient même dit qu’il ne valait pas un clou, mais il avait tenu bon, et avait su leur tenir tête. Mais ils ne le portaient pas toujours dans leur cœur.

Soudain il entendit un bruit, comme un poing frapperait contre du bois. Etonné, il se tourna vers les caisses, car le bruit semblait venir de là. Un silence, il crut avoir rêvé, mais bientôt le bruit reprit, insistant. Le jeune soldat regarda tour à tour les caisses, cherchant laquelle faisait autant de bruit. Il l’aperçut. La boîte bougeait toute seule, comme si quelque chose essayait d’en sortir.

Ou quelqu’un…

Méfiant, il s’approcha, évitant les caisses contenant les explosifs, et s’approcha de l’objet de son intérêt.

Il s’accroupit pour l’examiner. Le bruit était de plus en plus fort, comme si la chose voulait absolument sortir.

Il décida d’ouvrir d’abord la caisse avant de sonner l’alerte, au cas où…

Il retint son souffle. Il n’y avait personne dans les parages. Il ouvrit alors la boîte.

Une chose noire en jaillit à l’instant même où il entrebâillait le battant, et il se retrouva propulsé vers l’arrière.

Il atterrit un mètre plus loin, sonné et surpris. Il se cogna la tête par la même occasion et il s’égratigna le bras en traînant contre le sol dur.

Il resta là un moment, trop sonné pour donner l’alerte. Il y avait quelque chose qui le bloquait. C’était lourd et… visqueux.

Il ouvrit les yeux, et son regard croisa celui, terrifié, d’une créature des plus sales. Les cheveux lui tombant sur le visage et le visage couvert de crasse, elle semblait presque perdue.

La première question qui passa dans la tête de Zack fut : que faisait-elle ici ?

Ses yeux bridés, bien qu’écarquillés, sa peau blanche, bien que crasseuse, et ses cheveux noirs ne laissaient aucun doute sur ses origines. Elle était japonaise, où du moins elle en était originaire. Mais que faisait-elle dans cette boîte ? Avait-elle… Zack secoua la tête. C’était complètement stupide, mais quand même…

Ils s’examinèrent un moment, l’un au dessus de l’autre, puis le jeune homme se leva brutalement, bousculant par la même occasion la jeune femme à terre.

« Mais qui es-tu et que fais-tu ici ? » lui cria t-il dessus.

La jeune fille, terrifiée, ne répondit rien, puis elle ouvrit la bouche et elle éclata en sanglots.

Là, Zack ne savait plus que faire. Voir des femmes pleurer, il n’avait pas l’habitude. La seule fois où il en avait vu une, c’était lors d’une dispute entre ses parents, il y a longtemps… Mais il n’était pas temps d’exposer les détails de sa jeunesse. Il se baissa à la hauteur de la pauvre créature et chuchota :

« Eh oh, ne pleure pas comme ça ! Si tu me dis ce que tu fais ici et comment tu as atterri là, je ne signalerai pas ta présence à mes congénères. »

A ces mots, la fille pâlit sous sa saleté. L’évocation des autres soldats devait lui faire peur.

Elle ouvrit la bouche et siffla quelque chose de presque inaudible :

« Oui, s’il vous plaît, appelez-les, faites n’importe quoi mais je veux rentrer chez moi… »

Son dernier mot fut ponctué d’un sanglot. Zack n’avait pas bien entendu la phrase prononcée et il décida de ne pas en tenir compte. Il tenta alors de la relever tant bien que mal. Ce n’était pas simple, elle était sale et repoussante. Elle sentait l’eau de cale et la sueur. Et elle arrivait à peine à se tenir debout.

Soudain, une voix retentit :

« Ca va, soldat Zack ? Un problème ? »

Zack jura. C’était le type qui l’avait surpris tout à l’heure. Luke, qu’il s’appelait.

Il s’empressa de précipiter la femme, étonnée, dans la caisse et de refermer le couvercle brutalement. C’est ce moment que choisit Luke pour intervenir.

« Alors, on ne s’est pas fait remonter ses bretelles ou bien le sergent a décidé de te coller là ? »

Il vit la tête que faisait son camarade. Un mélange de soulagement et d’étonnement.

« Et bien, tu en fais une tête. Tu as vu un fantôme ? »

Il ne croit pas si bien dire, pensa Zack.

Un silence s’ensuivit, coupé par un petit coup donné dans le bois de la caisse.

Non, pas maintenant… supplia le soldat.

Heureusement, Luke n’entendit rien. Il continuait son babillage :

« Si cela t’ennuie que je sois là, tu peux toujours me dire de m’en aller… »

Ouais c’est ça barre toi ! aurait voulu lui lancer Zack.

Mais il ne le dit pas.

« Excuse-moi, j’avais juste une petite envie de…

-d’aller voir nos chers compatriotes. Ne t’en fais pas, j’avais eu la même idée…

-Cela veut dire que… demanda le jeune homme, surpris.

-Eh bien que j’avais envie d’aller voir ça de plus près moi aussi. A la seule différence que je n’ai pas déserté mon poste, moi, puisque j’ai obtenu le poste de patrouilleur. »

« Ah ok … »pensa Zack.

« Et pourquoi tu es assis par terre, d’abord ? Tu as envie de faire bronzette ? »

Luke rit de sa petite blague pendant que son camarade se relevait, sa main appuyée sur la caisse où il avait enfermé la jeune femme dans l’urgence. Il devait s’assurer qu’elle ne surgirait pas en plein milieu de leur conversation. Elle semblait d’ailleurs avoir compris, car elle ne se manifestait plus.

« Et pourquoi ne rejoins-tu pas ton propre poste en attendant, soldat Luke ? dit Zack. Si les supérieurs te voyaient en train de faire la conversation, tu passerais un mauvais quart d’heure… »

Il se hâta de plaisanter :

« Tiens, d’ailleurs, il y a un type qui veut entrer sans se faire voir là-bas… »

Luke se retourna soudain, à la plus grande hilarité du jeune homme. Il se retourna vers lui :

« Ah, ah, c’est très drôle. Mais il est vrai que tu as raison. J’y vais fissa !

-Ouais, c’est ça, » dit son camarade, en lui adressant un sourire des plus goguenards.

Le soldat s’éloigna, et lorsqu’il fut hors de vue, Zack poussa un soupir et rouvrit le couvercle de la boîte. La jeune fille en sortit, essoufflée.

Ils se regardèrent un moment, elle, agenouillée et couverte de crasse, lui, debout et en uniforme de soldat. Il plongea dans le regard exorbité de la jeune femme.

Elle était maigre et chétive, ses yeux lui mangeaient la moitié du visage, elle avait le teint gris et blafard, et ses cheveux étaient gras et ne semblaient pas avoir connu de rinçage depuis pas mal de temps.

Soudain, la vérité sauta aux yeux du jeune homme. Et si… avait-elle accompagné clandestinement l’élite envoyée du Japon jusqu’ici ? Non… si vraiment elle l’avait fait, elle serait morte depuis longtemps…

Mais il arrivait que l’on s’en sorte au moyen d’approvisionnement. Elle devait avoir survécu grâce à ça. Tant mieux pour elle…

Mais la question était : qu’allait-il faire d’elle ? Fallait-il signaler sa présence aux supérieurs ? Ou bien… Il écarquilla les yeux à la pensée furtive qui traversa son esprit. Non, sûrement pas… l’héberger clandestinement chez lui ? Hors de question ! Il était un soldat, il ne devait rien cacher à ses généraux.

Mais en même temps, devait-il tout dire à n’importe qui ? Après tout, ils pourraient bien vouloir l’exécuter ! A moins qu’ils ne la renvoient dans son pays d’origine, ce qui serait peut-être bien pour elle…

Il s’agenouilla près d’elle et lui dit :

«Je me demande ce que je peux faire de toi… »

Soudain, il réentendit du bruit qui se rapprochait. Il se retourna, et vit les patrouilleurs et son sergent qui se dirigeaient vers les caisses.

« Merde. » se jura t-il, pour lui-même…

Il se retourna vers la jeune fille, mais celle-ci, comprenant qu’il y avait danger, s’enfermait déjà dans la caisse.

« Super ! » sourit-il.

Il se releva et se tint au garde-à-vous.

Il se tint en rang avec ses camarades et attendit les ordres de son supérieur. Celui-ci expliqua les consignes. D’abord, il fallait laisser le temps aux soldats alliés de s’habituer au décalage horaire, ensuite, pour leur faciliter leur venue, il fallait transporter leurs bagages, et les caisses ci-présentes. Zack et d’autres soldats furent désignés pour transporter les caisses. Ensuite, sous l’œil du sergent, ils se mirent au travail. Le jeune homme s’arrangea pour s’attribuer la caisse où se cachait la jeune femme. Il fallait la mettre en sécurité le plus vite possible, et ensuite remettre le carton avec les autres comme si de rien n’était. Imaginé ainsi, cela paraissait simple, mais la réalité l’était moins. Déjà, pour commencer, la caisse était trop lourde. En plus de son occupante, il devait y avoir autre chose là-dedans. Un de ses camarades lui proposa de l’aider. Il refusa poliment. Il avait suffisamment de force pour transporter un bloc, aussi lourd soit-il.

On emmena les caisses dans un fourgon, où on les enferma. Ensuite, Zack se porta volontaire pour conduire la camionnette militaire en compagnie d’un autre jeune homme, un peu plus jeune que lui, vingt ans à tout péter ( ; p).

Sur la route qui menait à la prochaine ville après Hambourg, le jeune homme se tracassa. D’accord c’était bien de vouloir aider une fille, mais qu’allait-elle devenir par la suite ? Il ne la connaissait même pas, et il était pour elle un parfait inconnu. Et si c’était une espionne ?

Peut-être pas, elle n’avait pas vraiment le profil. Mais en même temps, il ne fallait pas se fier aux apparences, c’était bien connu.

Ils arrivèrent dans la petite bourgade voisine de la grande ville portuaire. Le camarade de Zack qui jusque là n’avait pas parlé sortit de la camionnette et ouvrit le coffre, où s’entassaient les caisses. Il désigna l’entrepôt du doigt et souleva un des cartons. Le jeune soldat fit de même.

La caisse de la vagabonde était au fond, et Zack ne tarda pas à la récupérer. Il attendit que son camarade quitte l’entrepôt et y entra à son tour. Une fois à l’abri des regards, il entrebâilla le couvercle de la boîte et chuchota :

« Ne sortez pas tant que vous ne serez pas dans un lieu sûr. Vous êtes en territoire ennemi, et le moindre coup d’œil jeté dehors vous coûtera sûrement très cher. »

Il ne reçut pas de réponse, et il referma le couvercle. Ensuite, il entreposa la caisse avec les autres et rejoignit son camarade. Il était temps de rejoindre les autres et de fêter l’arrivée de leurs alliés, ou alors tout simplement d’aller dormir !

Zack préférait opter pour le sommeil. Il était dit que souvent, la nuit porte conseil. Peut-être lui dirait-elle la marche à suivre avec cette fille ?

Il la plaignit en silence (la jeune fille, pas la nuit !). Elle allait passer la nuit dans un entrepôt, enfermée dans une caisse inconfortable et trop petite pour elle, tellement qu’elle était obligée de se recroqueviller sur elle-même.

« Mais demain, je veillerais à trouver une solution pour elle, »pensa le jeune soldat.

Et déjà, la meilleure chose de faite pour elle, ce serait un bon bain…

Zack poussa un soupir. Décidément, elles lui tombaient toutes dans les bras. Il parlait des femmes, bien sûr. Jeunes ou vieilles, riches ou pauvresses. Et on dirait qu’il n’avait jamais le choix avec elles… Tant pis.

 

---------------------------------------------

 

Deux mois s’étaient écoulés depuis que Génis et Raine étaient revenus bredouille au village d’Isélia. Deux mois durant lesquels l’inquiétude s’était propagée. Deux mois pendant lesquels Colette avait préparé son pèlerinage, et Lloyd son anniversaire.

La jeune ex-élue avait quitté le village avec sa grand-mère le mois dernier. Personne, à part Génis, Raine, quelques autres demi-elfes et eux étaient au courant pour le problème de mana anormal réuni dans l’air. Le jour de son dix-huitième printemps, Lloyd avait soufflé ses bougies devant seulement quelques personnes : Dirk, Génis, sa sœur, Préséa et Régal qui avaient accepté de venir de bon cœur. Quant aux autres, Colette était partie, Sheena avait disparu et Zélos n’avait plus redonné signe de vie depuis la dernière fois à Triet. Et Kratos… Il n’était plus là pour lui, maintenant. Ils ne pouvaient plus que se regarder à travers le ciel, désormais… sans se voir.

 

Des cris et des chants se firent entendre de la cabane du nain Dirk, et des ovations par la suite.

Les bougies désormais fumantes du gâteau d’anniversaire de Lloyd se dressaient fièrement au centre de la petite table qui servait d’habitude de support pour forger les armes de Dirk.

Le gâteau avait magnifiquement été préparé et décoré par Génis, aidé par Raine qui avait proposé fièrement sa participation (entre nous, on peut imaginer qu’elle n’a rien fait hein, surtout si le gâteau est prétendument délicieux, comme il est dit dans le texte !^^). Avec le temps, elle avait pris des cours de cuisine et s’était beaucoup améliorée (ah !^^). Ses plats étaient meilleurs, quoi qu’un peu trop salés pour certains d’entre eux.

Enfin, au lieu de parler cuisine, revenir à l’essentiel : les chants de bon anniversaire cessèrent lorsque Lloyd ouvrit ses cadeaux. Le premier était celui de Génis. Il s’agissait en fait de bracelets, que le jeune garçon qualifiait « de liens ». Il y en avait huit, un pour chaque membre du groupe. L’un d’eux était pour Lloyd, les autres étaient attribués aux camarades. Il s’agissait en fait surtout d’un cadeau de groupe.

« Ces bracelets nous permettent de rester en contact malgré la distance. Ainsi, lorsqu’on voudra se communiquer des informations utiles, nous pourrons le faire par l’intermédiaire de ces bracelets. Pratique non ? »

Le demi-elfe était tout fier de sa surprise.

« Et ils viennent d’où ? » demanda son ami, curieux.

Génis sifflota en agitant l’index.

« Il ne faut jamais demander la provenance ou le prix d’un cadeau, Lloyd. A l’avenir, tu t’en souviendras. »

Le jeune homme baissa la tête, un peu honteux, à la grande hilarité de tous les invités.

Le second cadeau était de Raine. A la grande surprise du jeune adulte qu’il était devenu désormais, qui croyait qu’il allait sûrement recevoir des manuels de vacances de maths, il s’agissait en fait… d’un livre de mythologie, de la guerre de Kharlan jusqu’aux légendes les moins connues.

« Bon, pensa Lloyd, elle a sûrement déniché ça chez un antiquaire, mais du moment que ce n’est pas ce que je redoutais… »

Il remercia chaleureusement son professeur préféré (Lloyd : hé !  Moi : Bah quoi ? XD), et passa au cadeau suivant, celui de Préséa.

Enfin, quand tous les cadeaux furent ouverts, on put examiner celui de Colette. Lloyd le gardait toujours attaché à son poignet gauche, à l’emplacement précis de son exphère.

Génis lui fit remarquer qu’il allait le froisser s’il continuait ainsi et détacha le ruban mauve. Les grelots tintèrent, produisant un son cristallin. Le demi-elfe l’étudia un instant et secoua encore les grelots. Le même son se produisit.

« C’est dommage qu’il ne vente presque jamais ici, soupira t-il.

-Que veux-tu dire ? demanda son ami.

-J’ai lu quelque part que ces bijoux étaient assez rares et qu’on ne les trouvait qu’à Asgard, dans une petite boutique gérée par une famille d’apparence modeste. Leurs objets se vendent chers, et personne ne rentrent jamais chez eux, car ils sont trop pauvres pour acheter des bibelots qui coûtent les yeux de la tête. Mais ils sont incroyablement riches, paraît-il, depuis la réunification des deux mondes, car les nobles de Meltokio viennent en masse dans la cité du vent, qui est très touristique…

-Oui, bon, maintenant viens-en au fait, s’impatienta le jeune homme.

-…Il paraît que les jours de grand vent, quand on fait tinter ces grelots, ils produisent une mélodie douce et très belle à entendre. C’est pour ça qu’on les fabrique à Asgard. Colette a vraiment eu une idée très originale, en t’offrant ceci. C’est un porte-bonheur. »

Lloyd regarda le tissu. Colette avait donc poussé son affection jusque là, pour lui offrir ça ! Mais comment avait-elle pu se procurer quelque chose d’aussi difficile à avoir ?

Il eut soudain un sourire subit. Mais évidemment, considérée en tant qu’Elue de la Régénération, Colette n’avait eu aucun mal à s’attirer les faveurs des vendeurs.

Puis il rougit. En même temps, ce n’était pas bien de vouloir connaître la provenance des cadeaux, Génis le lui avait dit.

Le jeune garçon lui lança un regard malicieux.

« Il paraît que c’est un cadeau très recherché à offrir à son amoureux le jour d’une Saint-Valentin… »

Lloyd rougit jusqu’aux oreilles, tandis que les rires de ses camarades se faisaient entendre.

 

Le gâteau fut ingurgité en un rien de temps, et les amis se rendirent dehors, où ils retrouvèrent Noïshe. Le ciel était bleu, et les effets de la condensation de mana ne se faisaient pas trop ressentir. Mais il fallait rester prudent.

Le soir arriva vite, et, l’un après l’autre, les invités s’en allèrent. Régal d’abord, car il avait sa société à gérer, et beaucoup de travail. Il dit avoir été heureux de partager cette journée avec le jeune homme. Raine ensuite, car elle avait des choses à faire. Elle autorisa Génis à rester encore un peu, au grand bonheur de celui-ci. Préséa parla un moment avec les deux amis, un sourire charmant sur ses lèvres, ce qui avait le don de faire fondre Génis, qui rougissait de temps en temps. Elle avait des choses à leur dire, à propos de son malaise passager à Ozette. Mais elle préféra taire ce détail. Elle leur confia juste que les travaux de reconstruction avançaient bien, et que bientôt la ville en ruine ne serait plus qu’un souvenir.

Puis elle s’en alla, promettant de donner de ses nouvelles dès que possible.

Il ne resta que Génis, qui partit s’asseoir sur le petit banc en bois de la maison de Dirk, où de là, on pouvait apercevoir le couchant. Une lueur passa dans son regard.

Dirk repartit travailler, et Lloyd rejoignit son ami.

« Qu’est-ce que tu as, tu as l’air triste… »

Le demi-elfe leva un peu plus la tête, mais ne répondit pas, puis il détourna son regard du ciel pour observer le jeune homme.

« Je m’inquiète un peu, c’est tout. Pour Colette, Préséa et… tout le monde. »

Lloyd observa son ami :

« Tu sais, Génis, si ça se trouve, c’est la nature qui veut ça…

-Pour un humain, c’est sûr, mais les demi-elfes comme moi ont par contre décelé une anormalité. L’autre jour, on est revenus les poches vides de Triet, et toutes les informations qu’on a récoltées, c’est cette histoire d’imposteurs… On ne nous laissera donc jamais en paix ?

-Tu parles de cette histoire avec cette visite chez la voyante ? Voyons ! Tu sais bien que Colette et moi ne poserions jamais les pieds chez cette folle. La dernière fois qu’on est allés la voir, on avait allégé nos portes-monnaies… 

-Effectivement, je me souviens de ce coup-là… »

Les deux amis pouffèrent, puis le garçon aux cheveux argentés reprit, l’air grave :

« J’ai aussi repéré quelque chose qui n’allait pas chez Préséa. Il m’a semblé qu’elle voulait nous dire quelque chose, mais elle s’est abstenue. Et Zélos… Plus de nouvelles depuis deux mois ! Autrement dit la dernière fois qu’on l’a vu…

-La disparition… de Sheena lui a porté un coup, sûrement… Il doit avoir envie de disparaître de notre quotidien pour un moment.

-Espérons qu’il n’aurait pas une idée derrière la tête…

-Pour l’instant, oublions ça. En tant que héros, on a nous aussi besoin de repos, qu’en dis-tu ? »

Génis se contenta de sourire à son ami, puis il se leva, salua son camarade et s’en alla chez lui.

Après quelques aux revoirs, le jeune homme se rassit sur le banc et ferma les yeux. Et, tout au fond de son âme, il pensa à Colette…

 

------------------------------------------------

 

La caravane qui transportait les pèlerins s’arrêta pour la nuit, et chacun prépara couvertures et s’approvisionnèrent en nourriture. Phaidra Brunel, allongée sur un petit matelas, s’assoupit peu après. Colette resta seule éveillée. Sur le chemin qui les menait à Triet, elle commençait à se sentir de plus en plus mal, comme si la douleur venait de là. Elle se demandait si ce n’était pas à cause du comportement bizarre du mana. Mais Génis avait assuré qu’étrangement, il s’était déplacé, il ne savait pas exactement où. Mais cela n’arrangeait pas le fait qu’elle était malade, et le pèlerinage qu’elle avait mis tant de soins à préparer ne lui était pas d’un grand secours, finalement. Mais on n’était qu’au début du voyage, c’était tout à fait normal. Mais Martel aurait bien pitié des protecteurs de l’arbre de Kharlan, ainsi que de leurs descendants, à qui reviendrait la charge d’accomplir les actes de leurs aînés.

Une silhouette furtive s’assit à côté d’elle. Etonnée, elle se détourna de ses pensées, et regarda le nouvel arrivant. C’était un jeune garçon. La jeune fille ne se souvenait pas l’avoir vu parmi le groupe de pèlerins. Il n’en faisait pas partie. Que faisait-il ici alors ?

« Qui es-tu ? »demanda t-elle.

Le garçon ne se retourna pas vers elle, mais répondit d’une manière un peu étrange à sa question.

« Je pensais que ton reflet te le dirait… Mais à ce que je vois, vous n’êtes liés que par la distance… »

Puis il se leva et s’en alla, laissant Colette perplexe. C’était qui ce type ? Qu’avait-il voulu dire ?

Il avait disparu. Elle en conclut que c’était un jeune fou.

 

Dans la soirée, elle repensa à l’étrange garçon. Il lui rappelait soudain quelque chose, elle ne savait plus quoi, ou bien quelqu’un… mais qui ?

Dans l’obscurité de la nuit tombante, elle n’avait pas vraiment aperçu son visage, mais elle était persuadée qu’elle avait déjà rencontré quelqu’un qui lui ressemblait, mais elle ne savait plus qui exactement.

C’était l’évidence, en plus. La vérité lui sautait aux yeux, mais elle ne la voyait pas.

 

Ce soir-là, elle pensa très fort à Lloyd. Rien que son image lui donnait l’envie de continuer. Car elle savait que la régénération du monde ne se tenait pas uniquement à la résurrection de l’arbre sacré, mais aussi à aider les gens à retrouver leur chemin dans cette nouveauté qui s’offrait à eux…

 

La nuit s’écoula lentement, et de là où elle était, Colette pouvait distinguer les constellations. Elles prédisaient que quelque chose de nouveau allait bientôt arriver, bientôt…

 

---------------------------------------

 

« Et c’est parti ! »

Akim, un grand sourire qui en disait long sur le visage, mit ses poings sur ses hanches.

« Cette fois papa, je tiens le secret ! »

Ses yeux emplis d’une joie étrange, il s’assit sur le sable du désert, Arden sur ses genoux, et regarda lui aussi les constellations, qui lui faisait la promesse s’une victoire proche.

 

----------------------------------------

« On devrait bouger un peu, j’en ai marre d’attendre ! » se plaignit Bastian.

Il ne se reçut qu’un vent de la part de ses camarades.

« Je me demande pourquoi on m’a flanqué avec des moulins à paroles comme vous… grommela t-il.

-Peut-être parce que tu en dis trop à chaque fois, dit Thorû, les bras croisés.

-Pour une fois que tu dis quelque chose toi… »

Maléagon fit un grand signe de la main, qu’on traduisit par «nous ne sommes pas là pour bavarder. »

-C’est bien le cas de le dire avec toi. »

Bastian se leva de sa chaise et alla bouder du côté de la fenêtre, tandis que ses deux camarades se lançaient des regards un peu amers.

« Bon moi, je sors, et vous savez où me trouver, si vous me cherchez… »fit-il, finalement, en ouvrant la porte et en la claquant derrière lui.

Les deux compagnons restants se regardèrent un moment, puis soupirèrent et vaquèrent à leurs occupations chacun de leur côté.

 

-------------------------------------

Yuan resta pensif un moment, assis devant son bureau. Les bras croisés, il attendait. Quoi exactement ? Il l’ignorait lui-même. Mais depuis quelques temps, il ressentait au plus profond de lui une sorte d’étau. Quelque chose d’indéfinissable, qui lui donnait la nausée depuis quelques temps. Même s’il n’avait pas le temps de s’en soucier, cela le mettait en rogne depuis un bout de temps.

Pour un Ange qui n’était pas censé réagir à la douleur, il était un cas plutôt particulier, et ce n’était pas qu’il en souffrait, au contraire il s’en accommodait fort bien, mais il trouvait cela anormal.

On frappa à sa porte et il cria, quoi qu’avec énervement, qui était là.

Un garde entra, droit comme un I.

« Chef, je suis là pour vous apporter des nouvelles.

-Bonnes ou mauvaises ? » s’impatienta le chef des Renégats.

Ignorant sa question comme si on ne la lui avait jamais posé, son subordonné répondit :

« Nous avons repéré une piste pour le Reflet de l’Elu de Sylvarant. Bien entendu il nous reste encore à la confirmer. Et les prisonniers ne tiennent plus en place. Ils ont manqué d’assommer un des nôtres… »

Yuan soupira.

« Qu’on les fasse venir. »

Le garde, même sous son casque, ne cacha pas sa surprise.

« Mais… chef, ne pensez-vous pas que…

-J’ai dit : faites-les venir. C’est un ordre. Oseriez-vous contester mes ordres, soldat ? »

La soldat s’inclina en marmonnant un vague : « ainsi sera fait », et s’en alla dans le couloir.

 

Quelques minutes plus tard, ses trois captifs étaient dans son bureau, et étaient tendus, méfiants.

Lloyd était le plus tendu, car ce n’était pas la première fois qu’il était venu ici. Il pensa à Colette, et pria pour qu’elle s’en sorte au plus vite. Cela ne lui ressemblait pas de prier. Après tout il n’était pas très croyant… Peut-être la jeune fille lui avait-elle refilé ses manières pieuses.

Rébecca et Gilles, eux, détaillaient soigneusement les lieux, sur la défensive comme leur compagnon. Jamais ils n’avaient vu pareille technologie, pas de leur connaissance en tout cas. C’en était effarant. Sur Terre, on fonctionnait encore à la vapeur, mais ici, tout marchait à l’électricité. Ils n’avaient jamais vu ça.

Yuan sourit en les voyant aussi agités, et se racla la gorge pour attirer l’attention. Son regard et celui de Lloyd se croisèrent un moment. Celui-ci le regardait avec hargne. Il lui renvoya une grimace ironique, se souvenant bien du coup de pied qu’il lui avait balancé. Il se vengerait un bon coup de ce coup dur, mais pas maintenant. Ils avaient des choses plus importantes à faire.

« Bien, je suppose que l’un de vous me connaît déjà, sourit le chef des Renégats, en faisant allusion à Lloyd.

Le frère et la sœur jetèrent un regard en coin au jeune homme, qui serrait le poing comme s’il voulait l’envoyer dans la face de ce type. Puis ils le détournèrent de nouveau en direction de Yuan.

« …Bien, nous allons pouvoir commencer… » fit-il, sans manquer d’humour pour une fois.

 

--------------------------------------------------------

 

Pourquoi les réactions d’Akim au fil de l’histoire sont-elles si étranges ? Que sait-il au sujet des Reflets ? Cache t-il un secret ?

 

Ces questions sans réponse seront dévoilées dans les chapitres qui vont suivre. Si jamais  on les élucide…

 

Akim : enfin ça devient intéressant ! Depuis le temps que je rêvais d’être le centre de l’attention !

 

Colette bis : je m’excuse mais tu l’es depuis un bon moment déjà…

 

Akim : n’a fout !

 

Petit gag- Extrait de texte :

 

Yuan sourit en les voyant aussi agités, et se racla la gorge pour attirer l’attention. Son regard et celui de Lloyd se croisèrent un moment. Celui-ci le regardait avec hargne. Le frère et la sœur jetèrent un regard en coin au jeune homme, qui serrait le poing comme s’il voulait l’envoyer dans la face de ce type.

 

Lloyd bis : j’vais t’buter ! 

 

Yuan : bah essaie toujours je suis entouré de gardes là ! Donc si tu veux finir en carburant pour ptéroplans… (note : expression dérivée de « pâtée pour protozoaire »)

 

Lloyd bis : Gros lâche…

 

Voix off : bah dans ce sens là c’est pas compliqué de savoir qui va remporter la partie…

 

Et yeap ! Vivement le prochain chapitre !

<< précédent                                                               suivant>>