Lorsque Génis se réveilla, c’était pour se retrouver nez à museau avec un drôle d’animal. D’abord un peu surpris au début, il resta coi, enfin il se releva brusquement sur sa couche.

Ce mouvement fit reculer la petite bête qui recula en montrant les dents. Des dents aiguisées comme des couteaux.

« Mais que fais-tu là toi ? » demanda t-il, fixant l’animal avec des yeux ronds.

Il s’agissait en quelque sorte d’un petit fennec, vu la taille de ses oreilles, et il avait un petit corps, ainsi qu’un fin museau et une grande gueule édentée.

L’animal, méfiant mais curieux, hésita avant de s’approcher prudemment du jeune demi elfe. Génis ne réagit pas lorsqu’il lui renifla le bras, mais sursauta lorsque les petites dents s’enfoncèrent dans la chair.

« Aïe ! Doucement tu m’as fait mal ! Et puis je ne suis pas mangeable d’abord ! »

Il regarda son bras, hébété, où s’étalait une profonde morsure. Des petites gouttelettes de sang jaillirent des petites entailles et coulèrent le long de son bras. Le fennec, quant à lui, couinait.

« Et qu’est-ce que c’est censé dire ? lui demanda t-il.

-Il y a un problème Génis ? »

Le garçon sursauta et se retourna. Raine le scruta de ses yeux gris clairs. Ce fut lorsqu’elle vit la blessure sanglante au bras de son frère qu’elle s’exclama :

« Mais que t’es tu donc fait ? »

Elle prit le poignet de l’adolescent et se prépara à utiliser un sort de guérison, puis elle aperçut le petit animal qui couinait toujours.

« Peux-tu me dire ce que c’est que ça ?

-Je ne sais pas ! Il était là lorsque je me suis réveillé et il m’a mordu ! »

Comme pour approuver les paroles de Génis, le fennec sautilla puis se précipita vers le garçon. Il grimpa le long des jambes du jeune demi elfe et se percha sur son épaule gauche, où il mordilla l’oreille.

« Aïe ! Tu vois, il recommence !

-Attends un peu… murmura Raine.

Elle regarda l’animal, et dit :

« Je n’ai jamais vu ce genre de bête là dans le coin !

-Ah bon ? Ca ressemble à un fennec pourtant…

-Fais confiance à mon instinct. Je connais exactement chaque espèce et son mode de vie, mais cet animal ne fait partie d’aucune race que je connaisse.

-Ou bien c’est un bâtard ! Un croisement entre deux races !

-Rien à voir non plus.

-Ben alors c’est quoi ?

-Justement ! Je n’en ai aucune idée !

-Qu’y a-t-il ? »

Zélos les rejoint en baillant, et regarda l’animal. Son visage se crispa en une petite grimace.

« Ben tiens ! Et qui est-ce qui disait qu’on cherchait trop la petite bête ?

-Très drôle le jeu de mots Zélos ! railla Génis.

-Oui bon, c’est quoi ce truc ? »

Comme s’il avait compris le sens de ses paroles, le fennec grogna et montra les dents.

« Houla ! fit Zélos, en sursautant. Il en a des belles dites donc !

-La preuve, il m’a mordu. Approuva le jeune garçon.

-Je vais faire des recherches sur ce genre de race. C’est peut-être une race rare en voix de disparition ! »

Raine était excitée. Depuis des mois qu’elle voyageait dans le monde, elle avait tout vu, tout étudié. Maintenant, elle s’ennuyait ferme, car plus rien n’avait de secret pour elle. Ce genre de découverte lui remonta le moral. Elle avait de petites étoiles dans les yeux.

« Après la passion des ruines, c’est celle des animaux… soupira son frère.

-On abandonne les recherches alors ? »

Comme si une mouche l’avait piqué, le professeur se retourna brusquement vers l’ex-élu.

« Hors de question ! On se remet au travail et plus vite que ça ! »

Le petit animal poussa de nouveau un couinement, puis détala.

« Eh, il s’en va ! » cria Génis.

Mais c’était de toute façon inutile de rattraper le fennec, il courait vite et eut tôt fait de disparaître sous terre en creusant le sol de ses griffes.

Les trois compagnons regardèrent un long moment l’endroit où l’animal avait disparu.

Puis Zélos dit :

« Bah de toute façon ce n’était qu’une bête du désert. Elle est sauvage. Il fallait bien qu’elle parte d’un moment à l’autre !

-C’est dommage, j’aurais voulu étudier cette créature…

- Tu dis que c’est une espèce en voix de disparition et tu comptes disséquer un spécimen très rare ? Tu as parfois de ces idées…

-Je n’ai jamais dit cela idiot ! se rebiffa la jeune femme.

-Cela vous dérange peut-être mais tant qu’on y est il faudrait continuer les recherches ! »fit remarquer Zélos. 

Raine, qui se préparait à gifler son frère, se reprit et dit :

« Bien sûr, tu as raison ! Allons-y ! Au boulot ! »

Les deux garçons soupirèrent, mais ne tardèrent pas à se remettre à l’ouvrage.

 

-----------------------------------------------

Au même moment, Colette ouvrit un œil. Elle s’était endormie sans s’en rendre compte. Ses yeux étaient rouges, signe d’une crise de larmes passagère. C’était un bruit qui l’avait réveillé.

A ce moment, elle entendit un grattement au dessus de sa tête, et un petit morceau de plafond tomba. Une patte griffue apparut.

Elle écarquilla les yeux lorsqu’elle vit le corps d’un animal de petite taille sortir de la fissure laissée dans le plafond. La petite bête tomba sur le lit. Elle avait de grandes oreilles et un pelage qui devait être soyeux au toucher.

La bête en question la vit et grogna en montrant les dents, prêt à se jeter sur cette intruse qu’il n’avait jamais vue.

«Arden ! » cria soudain quelqu’un en entrant dans la chambre.

L’animal couina de plaisir en apercevant un visage familier. Il se précipita dans les bras d’Akim. Celui-ci lui souffla des mots doux.

« Ne t’en fais pas… Ce n’est pas une méchante. Qu’as-tu fais durant tout ce temps ? Où étais-tu passé ? »

Colette mit fin aux retrouvailles en demandant, timidement :

« Peux-tu me dire ce qui se passe ? »

Il leva les yeux vers elle, comme s’il venait à peine de la remarquer.

« Ah, tu étais là ? Ah c’est vrai que cette chambre est la préférée d’Arden. C’est toujours par là qu’il entre pour pénétrer dans le terrier. Il suffit de voir le nombre de trous qu’on a eu du mal à reboucher au plafond… »

Elle leva la tête. Effectivement, il y avait beaucoup de taches blanches et de petites fissures dans le plafond. Son regard revint vers le garçon et l’animal. L’animal, qui se faisait appeler Arden, mordillait l’oreille de son maître.

« Comment ? fit le garçon, tu as quelque chose à me dire ? Attends… »

Sans un regard pour Colette, il tourna le dos et s’en alla.

La jeune fille, un peu étonnée, se leva. Elle voulait faire un tour. Elle n’avait pas le cœur d’aller voir Anto et tout lui expliquer. Elle était trop fatiguée pour cela.

Elle sortit de sa chambre comme une somnambule, en défroissant sa toilette. Puis elle prit le chemin de la série de couloirs. La porte fermée, elle venait de s’en souvenir. Peut-être la vieille dame en saurait-elle quelque chose sur cette porte ? Elle haussa les épaules. Que de mystères pour une simple porte fermée !

Une main sur son épaule la fit sursauter. Elle se retourna. Lloyd lui faisait face.

« Ca va ? lui demanda t-il, c’est quoi cette mine d’enterrement ? Tu as les yeux rouges… »

Elle jeta un vague coup d’œil sur les habits de son ami. Lui aussi était habillé à la manière arabe, un pantalon bouffant et une sorte de petit gilet. Comme dans les contes des mille et une nuit.

« Ah, heu… » balbutia t-elle.

Soudain, elle fondit en larmes.

« Houla ! Ca ne va vraiment pas ! Il faut aller te coucher !

-Lloyd… dit-elle, entre deux sanglots.

-Quoi ? lui demanda t-il en la forçant à regagner sa chambre.

-Tu te souviens des paroles de cet homme, l’autre jour…

-Oui, et alors ?

-Eh bien… Je pense que ce qu’il a dit est vrai… »

Il la lâcha brusquement.

« Attends… Tu rigoles ? C’était un fou, rien de plus ! On ne peut pas…

-Anto m’a dit que nous nous trouvons actuellement dans le désert de Triet, dans un monde appelé Sylvah’alla ! Crois-tu que ce soit un nom connu en Angleterre ?

-Elle n’a raconté que des bobards ! Ou c’est un endroit reculé sur Terre, ou c’est un coup monté, on a le choix entre ces deux solutions !

-Mais…

-Tais-toi, tu m’énerves à croire n’importe quoi ! »

Elle baissa la tête, et Lloyd comprit qu’il l’avait blessée.

« Ecoute Colette, ce n’est pas que je ne crois pas ce que tu dis, mais tout ceci est réellement invraisemblable !

-J’ai parlé à Anto, tout à l’heure. Elle priait, mais pas n’importe qui. Elle a dit qu’elle priait une certaine déesse Martel…

-Et alors ? C’est peut-être une divinité arabe, rien de plus.

-C’est ce que j’ai demandé, et elle m’a regardé avec des yeux ronds, et elle m’a demandé d’où je venais. »

Lloyd soupira.

« Je ne comprends rien à ton charabia, va te reposer, tu as besoin de te remettre les idées en place. »

Il la raccompagna dans sa chambre et referma la porte derrière elle.

Une fois seule, Colette s’écroula sur le lit. Visiblement, son ami ne la croyait pas. Il ne restait plus qu’à aller voir Anto et tout lui dire. Elle donnerait son avis ensuite. Epuisée, elle ferma les yeux et s’endormit de nouveau.

-------------------------------------------------

Préséa atterrit à l’ombre d’un arbre, proche de sa maison, et sortit de son ptéroplan. Après avoir posé le pied à terre, elle marcha vers sa maison. Depuis quelques mois, elle vivait seule, mais faisait appel à des bénévoles pour restaurer le village. Mais elle avait aussi profité des travaux pour refaire sa maison. Maintenant, celle-ci était plus guillerette. Rien à voir avec le taudis qu’elle avait vu de ses propres yeux, il y a peu. Elle avait tout nettoyé de fond en comble durant les moments où elle ne travaillait pas. Aujourd’hui, les meubles étaient neufs, les murs étaient repeints et le sol tapissé. Elle était fière de son intérieur. « C’est père qui aurait été fier ! » se dit-elle, tout sourire. En y pensant, il faudrait qu’elle aille redéposer des fleurs sur la tombe de son géniteur, comme elle le faisait chaque mois.

Mais pour l’instant, elle avait d’autres pensées dans la tête. Elle déposa ses affaires en hâte dans sa chambre et sortit de sa maison pour se diriger vers le chantier. Curieusement, seule sa maison avait échappé à l’incendie qui avait ravagé le village. Elle sourit. Finalement, elle n’était pas la fille la plus malchanceuse du monde.

« Bonjour, dame Préséa ! » l’interpella une voix.

Elle se retourna dans la direction de l’appel, et vit un jeune homme qui lui faisait signe.

« Bonjour Hervé, combien de fois t’ai-je dit de ne pas m’appeler « dame » ? Ai-je l’air si âgée que cela ? »

Le jeune homme se frotta les doigts, manie qu’il avait quand il était embarrassé.

« Excusez moi dame… mademoiselle Préséa, mais étant donné que vous êtes la chef de chantier, il faut bien que je sois poli envers vous !

-Ca ira pour cette fois, et appelle moi Préséa, tout simplement, s’il te plaît, ah, et tutoie-moi, je déteste quand on me parle comme à une noble, je n’ai que douze ans, tu sais, à peine plus âgée que toi !

-D’accord… Préséa ! fit le jeune homme, en rougissant violemment.

-Comment vont les travaux aujourd’hui ? demanda t-elle, amusée.

-Comme les autres jours, c’est-à-dire parfaitement bien.

-Je suis ravie de l’entendre, fit-elle.

-Il reste la toiture de la boutique d’armes, et l’intérieur de l’auberge. Ensuite, pour les bâtiments ce sera tout, il restera le sol du village à daller. Ce sera l’affaire de quelques mois si on s’y met tous ensemble !

-Bon courage alors ! » sourit la jeune fille.

Le jeune homme sourit, saisit un marteau et commença à taper sur une planche qui allait bientôt trouver sa place sur la devanture d’une des boutiques du village.

Préséa continua son chemin, regardant tour à tour les ouvriers qui s’affairaient. Finalement, elle se dit qu’elle pourrait se rendre utile. Elle se dirigea vers des bûcherons, qui la saluèrent en souriant. Elle prit une hache, et trancha le bois d’un seul coup. Elle s’attaqua à une deuxième bûche, mais elle sentit quelque chose de douloureux à la tête. Elle eut le souffle coupé, et sa gorge se serra. C’était comme si on essayait de l’étrangler. Sa vue devint floue, et elle eut juste le temps de voir des gens qui se rassemblaient autour d’elle. Elle tomba à terre, en lâchant la hache, qui se ficha dans la terre. 

« Préséa ! »

Elle ouvrit soudainement les yeux, et vit toutes les personnes qui la regardaient d’un air inquiet. Elle se releva brusquement. Elle était gênée d’avoir attiré l’attention.

« Tu vas bien ? » demanda un ouvrier.

Elle fit un signe apaisant de la main en guise de réponse.

« On a bien cru que tu allais t’évanouir ! Tu es tombée à terre, et peu après tu es debout ! Tu es sûre que tu ne veux pas te reposer ?

-Non, tout va bien, ce n’était qu’un malaise, ne vous inquiétez pas, ce n’est pas demain la veille que je vais mourir ! Pas tant que cette ville n’est pas reconstruite ! » souligna t-elle.

Les gens poussèrent un soupir de soulagement. Ils s’inquiétaient pour une si jeune fille. Il fallait dire qu’en ce moment, plus rien n’était surprenant. Le monde sortait d’un long chaos, et une bonne partie des villes était détruite. On comptait sur tout le monde, même les enfants, pour obtenir du soutien. Alors ici, personne ne contestait d’avoir une adolescente pour chef de chantier.

Chacun se remit à son ouvrage, et Préséa se tracassa. C’était la première fois que ce genre de chose lui arrivait. Mais ça paraissait si réel, comme si elle avait réellement l’impression qu’on lui avait donné un coup de tisonnier sur la tête, et elle avait senti des mains sur son cou. Non, se dit-elle, elle avait des hallucinations. Ou bien elle en parlerait à Régal. En dehors de sa profession de directeur, il était aussi un excellent psychologue, sourit t-elle. Elle aurait été sûre que cela lui aurait plu, si elle le lui avait dit. Toujours à ses pensées, elle se remit au travail.

---------------------------------------------

Sheena traînait des pieds sur le gravier. Il était six heures du matin. L’heure japonaise. Il faisait frais ce matin-là et Sheena tentait de se réchauffer du mieux qu’elle pouvait. Elle n’avait que sa robe de nuit et sa robe de chambre sur elle. Elle n’avait plus de toit, plus d’affaires et surtout, plus de famille! Elle était encore sous le choc de la trahison d’Akiko, et elle serra le poing à cette pensée. Un jour, celle qui s’était dite « son amie » l’entendrait. Depuis une année et demie qu’elles partageaient la même maison, toutes deux sans famille, morte dans quelques accidents, la jeune femme n’en revenait pas. Quelle mouche avait donc piquée son amie pour qu’elle se conduise ainsi ? Etait-ce pour l’argent ? Non, elle n’osait pas y croire. Juste pour de l’argent, son amie avait voulu se débarrasser d’elle ! Sheena avait du mal à envisager cette perspective.

Encore bouillante, elle alla s’asseoir sur le banc le plus proche. Mais lorsqu’elle vit les matinaux et les nocturnes la regarder avec des yeux écarquillés en louchant sur la façon dont elle était habillée, elle rougit et se releva aussitôt pour partir dans un endroit plus discret, où personne ne la verrait. Là, elle ferait le point.

Premièrement, trouver des vêtements un peu plus corrects, c’était déjà un problème car elle n’avait pas d’argent pour s’en acheter, et pour s’en dénicher il allait falloir prendre du temps. Elle était déjà bien découragée, maintenant !

Le jour pointait un petit peu et le ciel passait du bleu sombre à l’orangé.

« Bon… Pour commencer, trouver à manger ! » soupira la jeune femme.

Ca n’allait pas être très simple.

Elle pointa le nez hors de l’endroit où elle était assise, et aperçut une vieille femme qui contemplait le soleil levant, installée sur un banc, sans prêter attention à ce qui l’entourait. Auprès d’elle, se trouvait un panier garni d’aliments. Sûrement le résultat de quelques courses nocturnes.

Elle avait faim, mais il lui répugnait de faire ce qu’elle allait exécuter. Profitant de l’inattention de la vieille dame, elle visa le panier et regarda dans tous les coins. Personne. Les gens avaient déserté les lieux plus vite qu’à l’accoutumée. Ca allait lui faciliter la tâche.

Elle s’approcha discrètement du banc, et s’arrêta. Sa victime ne bougeait pas. Ses yeux semblaient contempler le vide. « Une aveugle » comprit Sheena.

Un brusque sentiment de culpabilité s’empara d’elle. Elle allait profiter de la faiblesse de cette femme. Mais elle se reprit bien vite et s’empressa de subtiliser un peu de nourriture à l’insu de la vieille femme. Heureusement, sa bonté prenait le dessus, elle lui laissait presque tout le panier, et elle n’en prenait qu’une infime partie.

Elle regagna son repaire et dévora le fruit de ses courses. Elle était rassasiée. Puis elle regarda en direction de la dame. Elle se levait et s’en allait, le panier à la main, avec une orientation étonnante pour sa condition.

Sheena l’observa longuement jusqu’à ce qu’elle ne la vit plus, puis regarda le banc. Enfin elle se releva. Elle pria en pensée pour la femme aveugle, puis partit.

Elle erra longuement, tentant d’échapper aux regards peu amènes des gens qui la croisaient sur ses habits peu décents. Elle pesta. Si elle avait su !

Elle parvint à trouver des vêtements secs sur un fil à linge. Là encore, elle dut faire un effort pour prendre les habits déjà séchés par le soleil de ce mois d’octobre et à s’habiller avec. Décidément, elle détestait voler !

Quant à ses vêtements de nuit, elle décida de les laisser. Ils étaient un peu salis et mouillés par les gouttelettes de rosée du matin, mais elle se dit, un peu coupable, que cela remplacerait les habits volés aux propriétaires.

Désormais, elle était vêtue d’un kimono sombre et d’une longue jupe qui lui arrivait aux tibias, et elle avait remplacé ses pantoufles sales par des sandales. Elle avait froid aux pieds, mais elle se sentait mieux.

Après tous ces petits délits, Sheena songea à ce qui allait se passer ensuite. Elle n’était pas très optimiste à l’idée de recommencer du jour au lendemain à voler, mais elle n’avait pas le choix. Elle songea à Akiko. Que faisait-elle à cet instant ? Peut-être était-elle en train de dépenser l’argent qu’elle avait illégalement gagné en riant, et peut-être racontait-elle aux voisins des bobards sur sa soudaine disparition ? Ou bien regrettait-elle ce qu’elle avait fait ? Non, se dit la jeune femme, ce qui était fait est fait, Akiko l’avait trahi, rien ne changerait cela. A l’avenir, elle devrait se débrouiller seule.

Elle marchait dans la rue, sans but précis, se demandant ce qu’elle allait bien pouvoir faire.

----------------------------------------

La pendule sonnait dix heures.

Dans sa chambre, en Angleterre, la grand-mère de Colette priait.

« Seigneur, fais que ma petite-fille s’en sorte… »  se disait elle.

A ce moment, Chloé entra.

« Bonjour Philipa, ça va bien aujourd’hui ? »

La vieille femme acquiesça.

« Je me sens même en pleine forme, la rassura t-elle.

-A la bonne heure », sourit la jeune femme.

Puis le regard de Philipa s’assombrit. Chloé perçut son trouble.

« Vous pensez à elle, n’est-ce pas ? »

La grand-mère acquiesça.

« Ne vous inquiétez pas, dites-vous que le Seigneur veille sur elle…

-Je le crois…

-Je regrette de l’avoir laissé partir sans passeport et sans argent, elle pourrait se faire arrêter, je suis bête.

-Colette est courageuse, sa bonne étoile veille toujours sur elle, j’en suis consciente.

-Mais nous aurions pu l’accompagner jusqu’à Bristol, que fait-elle, en ce moment, sur les routes ? Il y a beaucoup de bandits ces derniers temps ! »

Elle reprit, hésitante :

« Je ne veux pas vous blesser mais… je pense que vous êtes inconsciente de laisser partir le seul membre de votre famille encore en vie à une mort peut-être certaine… »

« Voilà, c’est dit. » pensa t-elle.

« Au contraire, j’ai bonne conscience, je sais que Colette survivra, c’est sa volonté à elle aussi. »dit posément la vieille dame.

La jeune femme se tut. Les deux femmes qu’elle avait rencontré quelques jours plus tôt étaient aussi têtues l’une que l’autre. Mais au fond, elle les admirait pour leur détermination à l’une et à l’autre, même si elles le cachaient derrière un doux visage.

« J’y retourne, reposez-vous encore un peu, avec un peu de chance, dans une semaine, vous serez rétablie, dit-elle, finalement, en se levant.

-D’accord… »

Chloé retourna vers la porte, jeta un dernier regard derrière elle, sourit et sortit. La porte se ferma.

Redevenue seule dans la chambre, Philipa ferma les yeux, et sourit.

« Elle va bien mamie Philipa ? »

Andréa sautillait autour de sa tante. La petite avait désormais l’habitude d’appeler la grand-mère de Colette « mamie » car la vieille dame lui avait témoigné une affection dont elle manquait, l’affection des grands-parents, qu’elle n’avait d’ailleurs jamais connu.

« Oui, dans une semaine elle sera debout et elle pourra venir jouer avec toi. »

La fillette eut une moue de satisfaction, puis elle demanda :

« Et Colette, c’est quand qu’elle revient ? »

La question avait beau demeuré innocente, une lueur de tristesse passa dans le regard de Chloé. Elle s’agenouilla face à sa nièce. Celle-ci comprit qu’elle allait peut-être lui annoncer une mauvaise nouvelle, car quand sa tante se mettait à sa hauteur, c’est un signe de mauvais présage.

« Andréa… commença la jeune femme. Vois-tu, ton oncle et moi-même ne sommes pas sûrs qu’elle rentrera un jour, cela fait plusieurs jours qu’elle est partie maintenant chez une de ses tantes et je crains le pire… »

La petite fille ne semblait pas comprendre. Chloé soupira. Elle était encore trop jeune.

« Mais je suis sûre qu’elle va bien, tenta t-elle de lui faire comprendre, avec un petit sourire, et puis, qui sait, peut-être qu’un jour, elle reviendra nous voir ! Elle ne nous oublie pas tu sais ! »

La fillette se contenta de cette nouvelle, et, un sourire sur ses petites lèvres, elle repartit jouer dans la pièce voisine.

Restée seule, Chloé serra les poings. Elle avait beau s’encourager à se dire que tout s’arrangerait, au fond d’elle-même, elle désespérait.

<< précédent                                                               suivant>>