Un millénaire plus tard, pendant l’hiver…

Tesséha’lla, Ozette, Musée National de la Réunification…

 

Le Demi Elfe s’arrêta devant un mur où s’étalait le descriptif des quatre Anges du Cruxis. Yuan…Un sourire s’étira sur ses lèvres. A ses côtés, Hellen, une jeune femme qui travaillait pour lui, jouait distraitement avec une mèche blonde ayant échappé à sa longue natte qui dépassait de son bonnet. Yuan n’avait pris que quatre hommes de plus avec lui, ce serait amplement suffisant. La première, Hellen, était habillée en étudiante : bonnet à pompon, collants noirs, jupe de laine courte, … Bien qu’elle ait dépassé la vingtaine, le costume lui allait comme un gant. Quand à Jonathan et Clev, ils observaient avec grande attention des débris d’exsphères appartenant autrefois à des Desians.

- Qu’est-ce qui te fais rire ? Demanda Hellen, sa voix sérieuse contrastant vivement avec la douceur qu’elle dégageait.

Yuan montra du doigt la représentation approximative que des artistes avaient faite de lui.

- Tu trouves que je ressemble à cette chose ?

La jeune femme braqua sur lui ses yeux céruléens puis eut une mimique amusée.

- Eh bien… Vu sous cet angle, j’avoue que la ressemblance n’est pas frappante. Mais d’un autre point de vue, les peintres t’ont imaginé terrifiant alors… Je suppose que c’est la cause de tous ces muscles disproportionnés… Et de ces étranges cornes qui te sortent du crâne.

- Et je ne suis pas chauve, ajouta-t-il à la liste.

Ils échangèrent un sourire complice.

- Chef ? Demanda quelqu’un dans leurs oreillettes.

C’était Ygra, le quatrième compagnon. Le jeune Elfe était devant la prison. Au centre de la pièce, il y avait un énorme cube de pierre noire, d’une hauteur de trois mètres et d’une largeur identique. Sur chaque face, sur chaque centimètre carré étaient inscrites d’anciennes runes destinées à retenir une puissance inhumaine… L’objet semblait absorber la lumière de la pièce et une aura étrange l’entourait. « C’est chose est une abomination… » Pensa Yuan.

- On t’écoute, confirma Hellen assez bas pour que les visiteurs ne les entendent pas.

- Bon, j’ai préparé le sort. L’explosion devrait être assez puissante pour détruire le bloc mais je ne peux pas garantir que l’Ange ne sera pas blessé, ni les autres personnes.

- On fera avec, il n’y a pas d’autre solution, dit Yuan.

- Tout le monde est prêt ? Demanda Hellen.

- Prêt, lança Jonathan.

- Prêt, confirma Clev.

- Prêt.

 A la base de son cou, le cristal du Cruxis de l’Ange se mit à briller et l’exsphère sur la main d’Hellen fit de même. Au centre de la pièce, des runes luirent sur la face de la prison sur laquelle Ygra se concentrait. Et soudain, la détonation retentit. Le sol trembla et les visiteurs courraient vers la sortie. Mais au milieu de ce tumulte de pierre et de poussière, Yuan et Clev, un humain d’une carrure impressionnante, se précipitaient vers le cube noir dans lequel se dessinait un énorme trou alors que Hellen et Jonathan, le frère de Clev, surveillaient l’entrée pendant qu’Ygra leur préparait une évasion par les sous-sols. A peine quelques secondes plus tard, Yuan sortit, suivit de Clev qui portait un corps inerte sur son dos.

- Ygra ! Hurla l’Ange.

- Explosion !

Quand les flammes du sort disparurent, ils se laissèrent tomber quelques niveaux plus bas.

- Allez, on y va ! Les exhorta Yuan alors qu’ils se mettaient à courir dans l’obscurité.

 

 

Base renégate de Flanoir…

Bip… Bip… Bip… Le son répétitif s’immisçait dans sa tête. Bip… Bip… Bip… Le bruit ne s’arrêtait pas. Il n’y avait rien d’autre. Bip... Bip… Bip… Ses paupières, il devait ouvrir ses paupières. Un peu de concentration lui permit seulement de remuer le bout des doigts. Où était-il ? Depuis combien de temps était-il… ? Est-ce que… ? Il inspira profondément, soulevant son torse, avant d’expirer en une sorte de gémissement. Fff… Clap, clap, clap, clap, clap… Fff… Deux personnes venaient d’entrer dans la pièce. Il tendit ses sens pour capter leurs murmures.

- On dirait que nous avons évité de gros ennuis, dit une voix féminine.

L’autre soupira, c’était un homme. Il était certain de connaître son odeur si familière.

- Mais maintenant, nous avons l’autorisation du sénat pour le réhabiliter. De toute façon, l’histoire est devenue une légende et la légende est devenue un conte pour gamins. Tant qu’il ne cause pas de problèmes, il vivra.

Il fut soudainement assaillit de souvenirs : une guerre, deux mondes, une planète solitaire, … Lentement, sa mémoire se remettait en place, classant soigneusement les événements dans le bon ordre, lui rappelant les moindres détails. Un autre gémissement lui échappa et les deux autres cessèrent de chuchoter.

- Il se réveille déjà ? S’alarma la jeune femme.

- Vérifie les scans et appelle quelqu’un.

- Très bien.

La femme quitta la pièce.

- Laisse-moi deviner, dit-il à l’homme restant dont il se souvenait désormais, plus ou moins un mètre quatre-vingt, des yeux cyan, des cheveux bleus, et, à en juger par le bruit que font tes chaussures, tu es plus un chat de salon qu’autre chose. Mh… Yuan, pas vrai ?

L’Ange ne lui répondit que par un ricanement suivit un coup de pied sur le lit où il était allongé.

- Tu reviens d’entre les morts après un millénaire et c’est la seule chose que tu trouves à dire ? Charmant, ironisa le Demi Elfe.

- Mon vieil ami, pourrais-tu m’aider à ouvrir les yeux ? Demanda-t-il, étonné d’entendre sa voix si rauque.

- Bien sûr, mon vieil ami.

Il s’approcha et Kratos sentit des doigts se poser sur ses paupières. Lentement, la lumière atteignit ses yeux. Ils étaient dans une chambre. Les murs étaient métalliques et deux fauteuils étaient disposés autour d’une table devant une fenêtre aux rideaux tirés. A côté de lui, un moniteur contrôlait son rythme cardiaque avec des petits « bips » incessants. Yuan le regardait, une ride de scepticisme barrant son front. Mais un sourire moqueur remplaça vite son inquiétude.

- N’empêche, je préfère être un chat de salon, boire de bons alcools et rencontrer des femmes intéressantes que d’être un vieux loup décharné à l’humour dépassé.

Kratos leva les yeux au ciel, la bonne humeur planant sur son visage.

- Je n’aurais jamais pensé dire ça un jour mais je dois avouer que tu m’as manqué, lança-t-il dans l’humeur générale.

- Je t’en prie, ne me force pas à te rendre à la pareille, railla le Demi Elfe en dégageant une mèche bleue de son visage avec une élégance exagérée.

Ils laissèrent planer un silence léger. Prenant appui sur ses coudes, le mercenaire se redressa assez pour pouvoir parler face à Yuan. Il marqua une hésitation puis aborda enfin le sujet qui, sans qu’il ne le sache, tordait les entrailles de son ami.

- Yuan… Lors du procès, j’ai vu que tu avais donné un cristal à Lloyd. Où est-il ?...

Le concerné tiqua et un voile glacé remplaça la bonne humeur sur son visage. Lentement, il rapprocha un des fauteuils du lit et s’y assit presque douloureusement. La tête baissée, il respira à profondément avant de lever les yeux vers Kratos.

- Qu’est-ce qu’il s’est passé ?

- Tu as entendu, au procès, que Lloyd devait être placé dans une famille.

- Oui.

- Les premières personnes à avoir obtenu la garde ont été Zélos et Sheena, ils ont du se battre une année entière pour y arriver. Après, il y en a eu d’autres, tu sais, avoir un héros dans sa famille est devenu une sorte de marque de prestige. Enfin… Nous nous sommes toujours arrangés pour garder un œil sur lui. Ca fait quelques temps que nous n’avions plus eu aucune nouvelle alors j’ai contacté sa famille actuelle. Il avait été placé là en urgence parce que ses précédents parents pratiquaient la magie noire. Ils ne nous ont pas répondu et quand nous sommes allés sur place, ils étaient morts…

- Et Lloyd ?

- Pas une seule trace de lui. Mais vu l’état des cadavres, son ancienne famille est venue le récupérer…

- Tu veux dire qu’il est entre les mains de mages noirs ?! S’alarma le mercenaire.

- Oui, et…

Kratos arracha rageusement les fils accrochés à son corps et repoussa la couverture pour se lever.

- Kratos ! Tu n’es pas encore en état… Soupira Yuan.

Ignorant ses mises en garde, il posa les pieds sur le sol. Mais sitôt debout, il chancela dangereusement et sentit la pièce tournoyer. Le Demi Elfe lui bloqua les épaules sur le lit et il vit des étoiles danser devant ses yeux, trop faible pour lui résister.

- Laisse-moi, grommela-t-il avec peine, Lloyd est un Ange, tu sais tout ce que ces ordures sont capables de lui faire…

- Je sais, mais de toute façon, nous ne savons pas où ils sont en ce moment et te tuer ne l’aidera pas.

La porte coulissa et la jeune femme qu’il avait entendue entra dans la pièce. Elle portait une chemise blanche et un pantalon gris poussé dans de fines bottes noires laquées. A son bras, elle tenait une veste sombre d’aspect militaire. Son visage était fin et harmonieux, encadré de quelques mèches blondes échappées d’une longue natte. Elle étudia Kratos de ses yeux céruléens.

- Kratos, je te présente Hellen, mon assistante. Elle a aussi participé à ta libération.

Le mercenaire la salua d’un hochement de tête, elle-même lui rendant la pareille.

Yuan saisit une ceinture de cuir pendant au lit et entreprit d’entraver les poignets de son ami alors que la jeune femme s’occupait de ses chevilles.

- Ce n’est que par pure précaution, expliqua le Demi Elfe, même si tu as été légalement réhabilité, le pays est encore en état d’alerte. L’Etat a affirmé qu’il n’y avait jamais rien eu dans la prison et qu’un groupe anti-réunification l’avait fait explosé pour son symbolisme. De plus, je suis certain que si je te demandais de ne pas partir à la recherche de Lloyd, tu ne m’écouterais pas.

Kratos ne dit rien mais approuva, quoique rageur de ne pouvoir se lancer à la poursuite des mages noirs. Le Demi Elfe et la jeune femme quittèrent la pièce. Mais avant même que l’autre Ange ait pu soupirer, celui aux cheveux bleus passa sa tête par la porte.

- Pas bouger, gronda-t-il, pointant sévèrement son index vers lui.

Puis il repartit, laissant Kratos seul face à mille ans d’un noir absolu.

 

Kratos prit un poignard et le mit dans sa botte. Devant lui, plusieurs armes étaient disposées sur une table métallique. Jaugeant une épée qui lui semblait de bonne facture, il la glissa dans le fourreau qui pendait à sa ceinture.

- Je crois que celle-ci sera plus efficace, dit Yuan en lui présentant une arme dans un étui de soie noir.

Le mercenaire plissa légèrement les yeux pour tenter de décrypter le regard de son ami puis, il défit le tissu et se saisit de sa vieille épée.

- Flamberge… Lâcha-t-il dans un souffle.

- Lloyd nous l’avait confiée, ainsi que la Vorpal. Les laisser dans la nature était trop dangereux.

L’humain contempla l’arme. Des flammes semblaient danser à l’intérieur du métal, courant le long de la lame en lui offrant la beauté du feu. Sa poigne se raffermit sur la garde de Flamberge et il se débarrassa de l’autre épée.

 Ensuite, Kratos se tourna vers un grand miroir. Il portait des vêtements noirs renforcés de cuir par endroits et une cape épaisse recouvrait son dos et son épaule gauche. Alors qu’il enfilait distraitement des mitaines, il s’étonna lui-même de l’expression sinistre rendue par son visage émacié.

- Tu devrais peut-être te couper les cheveux, ironisa Yuan.

Le mercenaire jeta un coup d’œil à la longue chevelure carmin qui atteignait ses cuisses. Un soupir d’exaspération lui échappa.

- Dans le fond, ça te va plutôt bien.

L’humain ne répondit rien et tourna les talons vers la sortie. Le Demi Elfe leva les bras au ciel.

- Même après cinq mille ans, j’ai toujours l’impression de parler à mur !

Kratos fit volte-face, fusillant Yuan de son regard rouge.

- Dépêches-toi et dis-moi où étaient les mages noirs avant de disparaître !

 

Yuan le fit monter dans un engin qui avançait grâce au même principe que les ptéroplans, mais en beaucoup plus grand. Ils survolèrent plusieurs villes, éclatantes de blancheur et d’activité. Son ami lui expliqua que l’Arbre de Kharlan produisait énormément de mana, ce qui permettait non seulement à la nature de se développer, mais aussi à la technologie de fonctionner sans toucher l’environnement. Le monde et les hommes vivaient ainsi en équilibre parfait.

Après une petite heure, ils dépassèrent Meltokio, en direction du Temple de l’Obscurité. L’engin se posa dans une clairière, près des montagnes. Quand Kratos descendit, il dégaina son épée et saisit sa longue chevelure. De longues mèches rouges glissèrent au sol.

<< précédent                                                               suivant>>