03 novembre 2008

Chapitre 04: Avertissements - par Alienor

Génis raccompagnait Lloyd, le soutenant du mieux qu’il pouvait grâce à son exphère qu’il avait reçu de Marble, une ancienne détenue de la ferme humaine abandonnée d’Isélia, qui était malheureusement morte, tuée par Lloyd et Génis sous la contrainte de Forcytcus, ancien chef de la ferme humaine proche d’Isélia et un des cardinaux désians qui n’étaient désormais plus. Sans elle, il ne pourrait pas escorter Lloyd, tombé soudainement tombé malade juste après le tremblement de terre qui avait secoué le village, et peut-être même les autres contrées.
« C’est pas ma faute ! gémit Lloyd, qui s’appuyait sur le jeune garçon, c’est seulement toi qui n’as pas assez de muscle !
-Mais je ne te permets pas… » commença Génis.
Que c’était bon de se retrouver et de se quereller à nouveau, après une séparation de quelques longs mois ! Jamais l’un sans l’autre ! Pensa le jeune demi-elfe, content malgré la situation qui avait affolé beaucoup d’habitants du village, et qu’on avait rassuré tant bien que mal.
« Faisons une pause, demanda Lloyd, je me sens lourd, je ne sais pas pourquoi… Alors qu’il y a quelques minutes seulement j’étais en pleine forme et prêt à courir dans tous les sens si je le voulais !
-Courage, on est presque arrivés ! »
Mais ils s’arrêtèrent quand même. En temps normal, ils auraient pu se retrouver en cinq minutes chez Dirk, mais à cause de l’état de Lloyd, ils étaient considérablement ralentis.
« Si Noïshe pouvait être là, lança le jeune homme, on n’aurait eu aucun problème ! Si j’avais su je l’aurais emmené avec moi !
-Tu sais très bien qu’il a peur de tout Lloyd ! lui dit le demi-elfe, S’il y avait eu un nouveau séisme, il aurait déserté les lieux en nous laissant là ! »
A ce moment là, un aboiement fusa.
« Qu’est-ce que c’est ? » s’exclama Génis, surpris.
Soudain, Noïshe bondit de derrière un buisson et alla vers son maître, qui était assis par terre.
« Noïshe ! » fit celui-ci, étonné.
Il regarda son ami avec un air de stupéfaction et de contentement à la fois.
« Mes vœux ont l’air de se réaliser on dirait ! »
Puis il pensa au ruban que lui avait offert Colette et qui était enroulé autour de son poignet. Finalement, la jeune fille avait raison, il portait réellement chance !
En pensée, il remercia son amie qui avait eu raison de lui donner son cadeau plus tôt que prévu et caressa le museau de son animal de compagnie qui, il l’avait désormais reconnu, n’était pas réellement un « chien » même s’il y ressemblait quelque peu.
« On monte ?, proposa t-il, se relevant tout en s’appuyant sur Noïshe.
- Attends… » fit Génis.
Il venait de sentir un mana familier dans l’air, qui semblait venir de tous les côtés, principalement de Lloyd et… de lui.
« Génis…Lloyd… » retentit une voix.
« Qu’est-ce que c’est ? demanda le jeune homme, surpris.
-Cette voix… souffla le jeune garçon.
« Génis… Lloyd… C’est moi… » répéta la voix.
-Ce ne serait pas… commença Lloyd.
-Mithos… finit Génis, aussi ému d’entendre de nouveau la voix de son ancien ami qu’étonné.
« Oui, c’est moi. » répondit Mithos.
-Que fais-tu là ? » demanda le jeune homme, en premier.
« Je ne suis pas réellement présent, en vérité. En fait, j’attendais que vous soyez ensemble pour que je puisse vous parler. »
-Pourquoi « qu’on soit ensemble » ?
« Vos exphères, en même temps que l’âme de leurs anciens porteurs, contiennent une partie de mon esprit. Il faut que ces deux exphères soient réunies pour que je puisse apparaître. »
Les deux amis ne dirent rien, et Mithos, où du moins son esprit, continua son discours :
« Je n’ai que quelques minutes pour vous parler, je dois faire vite ! »
-Qu’y a-t-il ?
« Le mana s’est réuni dans le ciel pour laisser passer une force étrangère à ce monde ! »
-Mais alors… fit Génis, effrayé, je l’ai bel et bien senti ! Donc… le tremblement de terre, ça avait un rapport avec cela !
« C’est exact, et la maladie de Lloyd et de Colette aussi. »
-Quoi ? s’exclama Lloyd, C’est à cause de ça que je me sens mal ?
« Oui, cette force étrangère que tu as sentie, Génis… était liée avec les gardiens de l’arbre géant ! »
-L’arbre géant a-t-il quelque chose à voir avec ça ? demanda le demi-elfe, inquiet à l’idée que la source du mana dans le monde ne périsse à nouveau.
« Je devine ce que tu penses Génis, reprit le héros de la guerre de Kharlan, Non, ne t’inquiètes pas, l’arbre géant est en bonne santé. Il n’a aucun rapport avec tout cela. C’est autre chose qui perturbe le mana… »
-Dis nous-en plus ! le pressa Lloyd.
« Je n’en sais pas plus pour le moment… Il va falloir que vous découvriez ce qui se trame vous-même… »
-Tu ne sais vraiment rien d’autre ? lui demanda Génis.
« Non, répondit leur interlocuteur, je m’en vois désolé… Au revoir… Mes amis... »
Aussitôt, le mana intense que ressentait Génis s’évapora.
« Il est parti ? interrogea Lloyd.
-Oui… fit simplement son ami.
-« Mes amis »… Il n’y a déjà pas si longtemps il était notre ennemi et voilà qu’il nous vient en aide en nous rapportant des informations qu’on aurait jamais pu recueillir sans lui !
-C’était un compagnon qu’on aurait aimé avoir dans son groupe, Lloyd… Un véritable ami… »
Lloyd devinait les pensées du jeune garçon.
« Il ne faut pas s’apitoyer sur le passé Génis. Tu as eu la chance d’entendre la voix de Mithos une dernière fois, maintenant, il faut profiter du présent sans se soucier de l’avenir.
-Je n’aurais jamais pensé que tu dirais une chose aussi intelligente Lloyd !
-Comment ça « tu n’aurais jamais pensé » ? » fit celui-ci, faussement en colère.
Ils rirent tous les deux, puis Lloyd dit :
-Il faudrait peut-être rentrer chez moi, il va bientôt faire nuit et Noïshe est en train d’attendre ! Demain nous ferons le point sur toutes ces révélations, d’accord ? proposa le jeune homme.
-Oui… » approuva Génis.

Colette se réveilla dans une chambre luxueuse et bien meublée, sur un confortable lit à baldaquin. Elle leva la tête de l’oreiller et s’assit pour regarder le décor autour d’elle, qu’elle n’avait plus eu le loisir de connaître depuis le début de la guerre. Une vraie chambre princière ! fut la première pensée qui lui vint à l’esprit. Elle se rendit compte que la douleur à sa jambe avait disparu. Par contre, elle avait sacrément mal à la tête.
Lloyd était allongé sur un lit semblable à côté du sien, et ne dormait pas. Quand il la vit se lever, il fit aussitôt de même, ce qui lui valut une grimace de douleur.
« Ca va ? demanda la jeune fille, inquiète.
-Oui, oui, t’en fais pas ! J’ai juste un peu mal partout à cause du fait que j’ai marché pendant de longues heures derrière un type qui n’a même pas daigné m’expliquer la situation et qui marchait trop vite ! Mais c’est plutôt à toi que je devrais poser la question !
-Oui, je vais bien, fit-elle avec un sourire, Où sommes-nous ? Que s’est-il passé ?
-Ben en fait, tu t’es fait piquer par un scorpion, tu te souviens ? Tu t’es évanoui et le type dont je t’ai parlé est apparu comme par magie devant moi et il m’a proposé son aide… à sa façon ! Alors il m’a dit de le suivre et il nous a conduit à une petite base cachée derrière les rochers ! Ensuite il m’a emmené ici et il m’a dit de nous reposer ! Puis il s’est éclipsé ! Peu après des types sont venus et t’ont appliqué une pommade à la jambe ! Voilà toute l’histoire !
-Ils ne t’ont rien dit sur cet endroit ? le questionna Colette.
-Non. Et puis ils étaient habillé bizarrement je te jure ! »
A ce moment là, la porte automatique s’ouvrit en faisant un léger bruit et un homme entra.
Comme l’avait dit Lloyd, il était habillé étrangement.
«Comme je vois que vous êtes réveillés, lâcha t-il directement, vous allez pouvoir rencontrer notre chef ! »
Sans en dire plus, il leur fit signe de le suivre immédiatement sans leur donner le temps de s’extirper de leurs lits. Ils enfilèrent leurs chaussures et le suivirent.
Ils arrivèrent dans un bureau tout aussi bien rangé que la chambre d’amis (car c’en est peut-être une !^^), et s’arrêtèrent sous le signe que leur fit le personnage, qui lui-même se mit en poste dans un coin de la pièce. Aussitôt, un homme se leva de son bureau et se dirigea vers les deux jeunes gens, tout en restant dans l’ombre. Ils ne l’avaient même pas aperçu jusqu’à ce moment-là !
« Eh bien, je suis ravi de vous rencontrer ! » fit-il, un étrange sourire aux lèvres, presque sarcastique. « Je vois que notre pommade a fait effet. » rajouta t-il, en regardant Colette.
Ils restèrent là, à ne rien dire, et l’homme reprit, pour lui-même :
« Je n’imaginerais pas qu’il existait des mondes semblables au nôtre, mais de là à passer de l’un à l’autre ! Et il aura fallu que ce soit eux ! »
Ne comprenant rien à ce qu’il disait, Lloyd demanda :
« Ca veut dire quoi tout ça ? Et qui êtes-vous d’abord pour vous cacher le visage comme ça ? »
Son ton avait un peu viré vers l’ironie, mais il se tut, stupéfait, quand il vit leur hôte s’avancer vers eux, dévoilant son visage au grand jour.
« Mais… qu’est-ce que ça veut dire !?! Vous ne pouvez pas être…
-Non, ne t’en fais pas, l’interrompit l’homme, en souriant, je ne suis pas celui que tu crois ! »
Colette ne disait rien, aussi éberluée que Lloyd, mais pas pour la même raison que lui. Non, cet homme n’était pas normal ! On aurait cru que c’était un fou déguisé pour Carnaval ! Il avait des cheveux longs attachés en queue de cheval… et bleus ! C’était une couleur surnaturelle, et elle n’aurait jamais pensé qu’on puisse naître avec ! Ses oreilles étaient un peu pointues, mais pas totalement rondes non plus, ce qui leur donnait un aspect bizarre. Mais ce qui était le plus étonnant chez lui, c’était ses yeux ! Un mélange vert émeraude et bleu océan, à la fois froids et déterminés, tendres et doux. C’était l’apparition la plus étonnante qu’elle n’avait jamais rencontré. Son corps étaient recouvert d’une longue cape noire qui lui arrivait jusqu’aux chevilles, avec des motifs cousus vers le bas. Elle le trouvait très étrange.
Lloyd, quant à lui, c’était tout autre chose qui le secouait chez cet homme. Outre les vêtements et la couleur des yeux et des cheveux, il ressemblait étrangement à quelqu’un qu’il connaissait ! Il reconnaissait trop ce visage pour rêver ! Cet homme avait une ressemblance frappante avec son chef ! Sauf que lui avais des cheveux bruns longs, attachés tout aussi pareillement que ceux de son double. Et le timbre de voix était le même.
L’homme sourit, et dit :
« Je ne me suis pas présenté, veuillez m’en excuser, je m’appelle Yuan et je suis le chef de cette base, bien que la régénération ait eu lieu je continue de diriger secrètement ce que j’ai appelé les renégats. Si nous vous avons amené ici, c’est pour une raison particulière ! »
Colette ne comprit pas la moitié de ce qu’il dit, les yeux écarquillés, tandis que Lloyd murmurait, comme immergé dans des souvenirs.
« Yuan… mon chef porte presque le même nom…
-C’est normal, c’est pourquoi je vais vous expliquer votre présence ici… Avez-vous senti le tremblement de terre ?
-Quel tremblement ? Il y en a eu un ici aussi ? demanda Colette, qui ne comprenait plus un traître mot de ce qu’il disait, comme s’il parlait une langue extra-terrestre.
-C’est bien ce que je pensais. » Fit leur interlocuteur, tout bas, puis il dit à voix haute cette fois :
« Qu’avez-vous ressenti lorsque vous avez atterri ici ? »
« Atterri ? » s’interrogea la jeune fille. Elle ne voyait pas où il voulait en venir.
« Eh bien… commença t-elle, se demandant si elle faisait le bon choix en répondant à sa question, je me suis sentie aspirée dans un grand vide blanc sans savoir ce qui m’arrivait. Je flottais, lorsque j’ai eu l’impression qu’une force m’entraînait sans me laisser le moyen de résister, et je me suis retrouvée en plein milieu du désert… »
Lloyd approuva ses paroles :
« C’est aussi ce qui m’est arrivé. »
L’homme resta silencieux un moment, puis il lança dans un soupir :
« Maintenant que les doutes ne sont plus permis, je vais vous expliquer ce qui vous est réellement arrivé. Ne m’interrompez pas surtout. »
« Il a exactement la même façon de parler que mon chef… » pensa Lloyd. S’il n’avait pas eu des cheveux bleus et des oreilles à demi pointues ainsi que des yeux d’une couleur aussi hypnotique, il aurait juré avoir affaire à la personne qu’il connaissait depuis le début de la guerre.
« Voyez-vous, commença Yuan, vous aviez dû remarquer certaines choses étranges à vos yeux… »
Les deux compagnons acquiescèrent. Comment pouvait-il savoir ?
« Je vais vous dire la vérité : en réalité, tout ce que vous aviez vu et entendu ne font pas partie de votre monde ! »
Colette écarquilla les yeux, et Lloyd pâlit.
« Vous voulez dire que…
-Oui, c’est cela. Vous avez basculé dans un autre monde. »
Colette resta bouche bée , et s’ils n’avaient pas vu autant de choses bizarres en une journée, Lloyd lui aurait ri au nez à coup sûr et traité de fou échappé de la clinique psychiatrique la plus proche. Sauf que là, ils n’avaient réellement pas affaire à un fou, à voir la mine trop sérieuse qu’il avait.
« Ce monde-ci, reprit leur hôte, ressemble au vôtre, mais il s’agit surtout des personnes. Une personne née dans votre monde ressemble à une personne née en même temps que lui dans l’autre, et ces deux personnes meurent en même temps et dans les mêmes circonstances, un peu comme un miroir… En fait, tout ceci est plus compliqué que je ne le pense, je crains de ne pas pouvoir tout vous expliquer, je vais donc passer à l’essentiel… Vous êtes donc passés dans notre monde par une porte qui relie votre Terre à Sylva’alla, c’est le nom que nous donnons désormais à ce monde-ci.
-Quelle porte ? Pourquoi a-t-il fallu qu’on passe par cette porte en question ?
-C’est une bonne question, mon cher Lloyd.
-Vous… vous connaissez mon nom ? » balbutia Lloyd.
Il ne se souvenait s’être présenté à quiconque.
« Je le sais parce que ton reflet s’appelle ainsi, expliqua Yuan, avec un sourire.
-Mon reflet ? fit le jeune homme, en ouvrant de grands yeux.
-Oui, comme tout le monde, nous avons un « double », et s’il nous arrive quoi que ce soit, il arrive la même chose à notre « jumeau », nous pouvons l’appeler comme nous voulons, de la même façon.
« Je n’y comprends rien ! jeta Lloyd, soudain frustré.
-Cela vaudrait peut-être mieux ainsi, car quand vous êtes passés par la porte d’outre-monde, vous avez rendu vos vies en danger, ainsi que votre destin.
-La porte d’outre-monde ? Nos vies et notre destin en danger ? Qu’est-ce que cela veut dire ?
-Que vous avez rendu vos reflets très malades, et qu’ils risquent ainsi de mourir, et s’ils meurent, vous mourrez aussi. »
Colette pâlit, et l’adolescent se sentit soudain très mal, ébranlé par toutes ces révélations.
« Mais… si vous voulez, nous pourrions vous ramener dans votre monde, nous en avions le pouvoir.
-C’est vrai ? demanda Colette, une lueur d’espoir traversant alors ses yeux, mais Lloyd posa une main sur son épaule, signe que, malgré ce que l’homme leur avait expliqué avec grand sérieux, il ne faisait toujours pas confiance à ce type.
-Oui, mais nous devons pour l’instant vérifier quelque chose, fit soudain Yuan, avec un sourire, comme s’il leur préparait un mauvais coup.
-Quoi ? demanda Lloyd, qui avait peur de comprendre.
-Encerclez-les ! » ordonna soudain l’homme, à ses soldats.
Aussitôt les gardes s’exécutèrent et entourèrent les deux jeunes gens.
-Qu’est-ce que cela veut dire ? s’exclama le jeune homme, stupéfait.
-Je voulais juste voir votre réaction à tous les deux ! » répondit Yuan.
Il s’avança vers Lloyd, sans réelle intention de lui faire quoi que ce soit dans le regard.
Lloyd recula, effrayé, et percuta Colette, qui flancha sur ses jambes. L’homme s’avança encore, et quand il fut arrivé au niveau de Lloyd, celui-ci ne sut que faire. Yuan se pencha et le jeune homme, apeuré, balança son pied au hasard, et percuta le genou de son agresseur. Celui-ci recula et s’agenouilla, tenant son genou blessé entre les mains. Lloyd prit alors la main de Colette et l’entraîna vers la porte. Elle s’ouvrit et ils disparurent par l’ouverture.
« Seigneur Yuan ! Allez-vous bien ? demanda un de ses hommes.
-Oui, ça va, il se passe exactement la même chose qu’auparavant, il faut éviter qu’ils se rencontrent, rattrapez-les, je compte sur vous » ordonna Yuan.
Il se releva et laissa partir ses soldats, plongé dans de sombres pensées.

Raine remmenait Colette chez elle, quand celle-ci, épuisée, s’affala.
« Colette, tiens bon ! lui dit la jeune femme, incapable de lui communiquer ne serait-ce qu’un sort de premier soin.
-Je ne sais pas ce que j’ai… Je suis fatiguée… J’ai mal partout, surtout à la jambe…
-Ca doit être normal quand on est malade… Tu dois être grippée.
-Ca ne ressemble en rien à une grippe… murmura la jeune fille blonde.
-Pardon ? lui demanda Raine.
-Non rien… »
Elle se releva et, soutenue par la demie-elfe, poursuivit son chemin jusqu’à sa maison.

<< précédent                                                               suivant>>

Posté par _martel_ à 17:56 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


Chapitre 01: Le Tribunal - par Ludovika

 Deux ans après la réunification des mondes de Sylvarant et Tesséha’lla…
 Tesséha’lla, Meltokio, Tribunal…

 Les jurés fixaient leur futur condamné. L’Ange était attaché au sol par d’énormes chaînes métalliques liées à d’épais anneaux autour de ses mains et de ses chevilles. Un autre lien, plus lourd encore, passait entre les diverses menottes pour rejoindre son cou, entouré d’un collier qui le forçait à garder tête baissée. Ses cheveux aubruns cachaient son regard écarlate. Malgré cela, la tension était palpable dans le tribunal. Plus qu’une présence, l’être céleste était comme une ombre au-dessus d’eux. Il était le dernier membre de sa race et le monde serait bientôt débarrassé de toute trace du règne du Cruxis. Tous pourraient oublier.
- Kratos Aurion.
Le mercenaire ne broncha pas à l’appel de son nom. Il n’avait rien à ajouter aux faits qui lui étaient reprochés. Pourtant, alors qu’il attendait silencieusement la suite du procès, son attention était dirigée vers une toute autre direction que celle de son propre destin. Au premier rang se tenait la seule personne qui eut jamais compté pour lui.
- Papa…
Ce murmure inaudible n’avait fait que traverser les lèvres de son fils, mais il l’avait entendu avec une telle clarté que son cœur fit un bond dans sa poitrine. Lloyd… Il bénit ses sens d’Ange pour pouvoir être capable de sentir sa présence. Elle valait mieux que n’importe quel réconfort. Bien qu’il portait un cristal du Cruxis depuis seulement deux années, il avait beaucoup changé. Ses cheveux, plus longs, descendaient jusqu’à ses épaules, toujours aussi indomptables, encadrant son visage affiné par son sang angélique. Habillé plus sobrement, il portait une chemise blanche et un pantalon noir. Le médaillon était à sa place, contre son cœur, sur sa peau halée par son insatiable envie de voyages.
A ses côtés se trouvaient Sheena et Zélos qui étaient désormais mari et femme pour le meilleur comme pour le pire. L’élu était devenu un représentant important du nouveau monde. Il avait proposé d’user de son influence pour apaiser la colère à son égard, mais Kratos avait refusé, il était prêt à assumer le poids de sa trop longue vie. Le roux était passé derrière Lloyd et lui avait entouré les épaules de son bras pour le soutenir. Mais le jeune immortel n’accordait aucune importance aux attentions de ses amis, ses grands yeux carmin étaient rivés sur son père, emplis de doutes. L’Ange pouvait percevoir son déchirement à travers les battements irréguliers de son cœur. A droite de son fils se tenait son vieil ami, Yuan. Sa condition d’éternel n’avait pas été révélée. Une société secrète qui regroupait différents dirigeants et conseillés l’avait réclamé pour siéger à sa table. Bien qu’il y avait un roi, c’étaient eux qui prenaient les décisions. Malheureusement, un pion ne pouvait pas en reverser dix autres, c’est ainsi qu’il avait été décidé de rendre publique la véritable identité du mercenaire, sacrifié pour sauver les deux Anges restants. Il ne leur en voulait pas, c’était lui qui avait décidé de revenir. Et dire que c’était dans cet endroit qu’il revoyait son enfant après une si longue séparation.
L’humain leva la tête vers le juge.
- Avez-vous quelque chose à ajouter ?
L’assemblée retenait son souffle, après tout, un claquement de doigt aurait pu le libérer et tous les envoyer en Enfer.
- Non.
Sa voix profonde résonna dans l’esprit de Lloyd. Lentement, Ses doigts se crispèrent de plus en plus sur le bras de Zélos qui resserra son étreinte et, au prix d’un grand effort, il refoula ses larmes.
- Bien, la séance est levée jusqu’au verdict des jurés.
Tout le monde se leva mais le jeune immortel ne voulait pas bouger. Des gardes vinrent détacher son père pour l’emmener ailleurs. Avant de disparaître derrière une porte du fond, il se retourna vers son fils, ses yeux se firent plus doux, un sourire se dessina sur ses lèvres. « Ne t’inquiète pas… » Pensa-t-il. Le temps d’un dernier regard, il avait été emmené. Zélos et Sheena poussèrent en douceur le garçon pour quitter la pièce.
- Papa…

 Seul dans une pièce annexe au tribunal, mais toujours lourdement attaché et surveillé, Kratos se prit à méditer sur son propre sort. Des chaînes, des barreaux, des années,… Finalement, ce serait l’usure qui aurait raison de lui. Au moins, Lloyd serait en sécurité, entouré de ses amis. Et il savait que Yuan garderait constamment un œil sur lui. Fermant les paupières, il renversa la tête en arrière pour détendre sa nuque douloureuse. Le seul regret qui lui restait était de n’avoir pu passer plus de temps avec son fils…br>

 Lloyd était assis en tailleur dans un canapé, les yeux vides de toute émotion. Néanmoins, ses amis savaient qu’un rien le ferait craquer. Ils avaient trouvé une pièce à l’écart des autres personnes qui assistaient au procès, enfin en paix. Plusieurs mètres plus loin, Yuan méditait devant une âtre, le garçon ne savait pas que c’était lui qui avait envoyé son père à l’échafaud. L’Ange inspira profondément et se dirigea vers Lloyd. Il s’agenouilla devant le fils de son vieil ami.
- Lloyd, je te promets qu’ils ne le garderont pas enfermé pour l’éternité.
Le garçon leva les yeux vers lui.
- Ils vont le garder longtemps mais il finira par sortir.
-Longtemps ? Demanda le jeune immortel.
- Oui, il faudra que tu sois très patient.
- Dix ans ? Vingt ans ?
Yuan ne répondit pas et posa sa main sur la tête de Lloyd qui baissa les yeux.
- Je crains que nous ne devions attendre qu’un certain nombre de générations se soient écoulées…
Le garçon respira profondément pour chasser le futur qui l’attendait. Le Demi Elfe lui pressa alors l’épaule.
- Je sais que tu es courageux, tu ne feras pas de bêtise. Ne t’inquiète pas pour lui, il ne peuvent rien lui faire de mal.
- Ah ! Tu connais ton père ! Lança Zélos en ébouriffant joyeusement les cheveux de Lloyd. Ce type a de l’acier dans les veines !
L’élu lui fit un clin d’œil encourageant et le jeune immortel acquiesça.
- D’accord, articula-t-il, la gorge un peu nouée. J’attendrai.
- Le service nous est offert, on va bientôt nous apporter quelque chose à manger, annonça Sheena.
- Ne vaut-il pas mieux rentrer ? Les délibérations risquent de durer des jours, enchaîna son époux.
- On dirait pourtant qu’ils ont plutôt l’intention d’expédier ça en quelques heures, soupira la jeune femme.
Yuan fronça les sourcils, il avait un mauvais pressentiment.
- Je dois m’absenter, je serai de retour pour le jugement, dit-il en quittant précipitamment la pièce.
Lloyd amena ses genoux sous son menton et entoura ses jambes de ses bras.
- Je… je ne saurais rien avaler, bafouilla-t-il.
L’invocatrice s’assit à côté du garçon, dégageant des mèches couleur chocolat qui glissaient sur son visage.
- Lloyd…
- Je ne saurais pas, insista-t-il, sa voix montant dans les aigus.
Sheena se mordit la lèvre avant de reprendre d’un ton doux et compatissant.
- D’accord, mais essaye au moins de te reposer, capitula-t-elle.
Elle se leva et l’aida à s’allonger sur le fauteuil. Zélos lui lança une couverture qu’elle étendit délicatement sur lui.
- Ne t’inquiète pas, tout ira bien…

 Pour la dernière fois, Kratos se retrouvait enchaîné et tête baissée devant le juge. Les doigts de Lloyd serrèrent si fort la barrière de bois qui le séparait de son père que ses jointures blanchirent. Sa mâchoire se crispait alors que le silence se faisait, tous patientant pour le jugement final. Seul le mercenaire semblait détendu alors qu’il savait pourtant qu’il allait être privé de sa liberté pour des siècles, voire des millénaires.
Soudain, Lloyd sursauta alors qu’une porte du fond s’ouvrait pour laisser entrer d’autres personnes.
- Mais… ?
- Qu’est-ce que ceux de l’Institut de recherche fichent ici ? Le doubla Yuan, la voix empreinte de colère.
Le cœur du jeune immortel s’arrêta dans sa poitrine alors qu’il appréhendait ce qu’il allait arriver. Il se tourna vers le Demi Elfe en quête d’aide mais celui-ci fixait toujours les nouveaux venus. Même Kratos leva la tête vers eux pour les regarder avec méfiance.
- Bien… Fit le juge en tassant ses feuilles.
Lloyd lançait des regards affolés en tous sens, le pouls irrégulier et brutal. Quand il en revint au vieil homme en face de son père, ce dernier réajustait ses lunettes avant de prononcer le jugement.
- Kratos Aurion sera condamné à servir les expériences de l’Institut de recherche de Tesséha’lla. Selon son état, il sera ensuite emprisonné à perpétuité dans une prison créée par les chercheurs qui garantira sa passivité.
- Non ! Hurla Lloyd.
Le garçon voulu se jeter sur le vieillard mais ses amis le retinrent fermement.
- Lâchez-moi !
- Ce procès… n’est pas terminé, annonça le juge.
Les compagnons se figèrent.
- Vous ne pensez pas en avoir déjà fait assez comme ça ? Cracha Sheena avec une ironie féroce.
Le vieil homme ne se laissa pas impressionner.
- En ce qui concerne le fils unique de monsieur Aurion, il sera placé dans une famille désignée par ce tribunal et devra être coupé de ses relations actuelles pour que tous puissent être rassurés quant à son éducation éloignée de tout rapprochement avec le Cruxis.
Le juge frappa son bureau d’un marteau de bois et les personnes qui avaient assisté au procès se levèrent pour se diriger vers la sortie. Lloyd était blême. Ses yeux croisèrent un instant ceux de son père dans un mélange de peur et de détresse.
- Vous… vous n’avez pas le droit ! Cria l’élu, interloqué.
Le vieillard frappa plusieurs fois sur son bureau.
- Veuillez les faire sortir, dit-il à l’attention de plusieurs gardes postés dans un coin.
Yuan prit le jeune immortel par les épaules et le força à suivre le flux de la foule.

 Dans les couloirs, les gens se bousculaient pour laisser passer les gardes qui escortaient le condamné. Yuan guidait tant bien que mal les autres pour quitter le bâtiment, tenant fermement Lloyd par le poignet. L’Ange jura. Comment allait-il faire pour sortir son vieil ami de là ? Un homme corpulent le renversa presque et, pris par une vague de colère, le Demi Elfe riposta violemment. Profitant du relâchement de l’éternel, Lloyd se tordit le bras pour échapper à son emprise. Yuan se rendit compte trop tard de sa tentative d’évasion et le garçon lui glissa entre les doigts.
- Lloyd ! Cria-t-il dans la cohue générale.
Le jeune immortel, tenant son poignet douloureux contre lui, se faufila dans la foule jusqu’à une partie libre où passait Kratos. Malheureusement, c’était là qu’était massé la plupart des gens qui avaient assisté au procès. Il joua des coudes pour se rapprocher mais la dernière ligne ne voulait pas céder. Son père passa.
- Papa ! Hurla-t-il.
Plusieurs personnes le regardèrent avec des yeux ronds.
- Papa ! S’époumona-t-il.
Brusquement, une ouverture se fit et Lloyd se retrouva dans le sillon des gardes. Devant lui, le groupe qui encadrait son père s’était arrêté. Kratos jeta un regard au plus décoré d’entre eux puis s’avança vers son fils. Mais Lloyd n’attendit pas et il se précipita droit vers lui. Arrivé en face du garçon, le mercenaire, toujours menotté, s’agenouilla et lui prit la main. La foule eut un mouvement de recul quand la lumière du sort soigna le poignet tordu mais aucun des deux n’en tint compte.
- Papa… Dit Lloyd, la gorge nouée.
- Chut…
Kratos leva ses poignets entravés et les descendit autour de son fils. Lentement, le jeune immortel enroula ses bras autour de son cou et y enfouit son visage. Le mercenaire le serra plus fort contre lui quand des sanglots vinrent l’agiter.
- Je suis désolé, articula le garçon.
- Ne t’inquiète pas, ce n’est qu’une vieille étoile qui s’éteint pour laisser place à une autre.
- Je m’en fous, je veux rester avec toi. Je veux que tu restes avec moi…
- Lloyd, je dois payer pour ces millénaires de souffrance. Ne sois pas triste, murmura l’Ange à son oreille.
Le jeune immortel se taisant, il poursuivit.
- Et puis, je pars en sachant que j’ai laissé quelque chose de bien derrière moi...

Il écarta un peu le garçon pour le regarder droit dans le yeux.
- Quelqu’un de bien, sourit-il.
D’un mouvement de bras, il se rapprocha et déposa un baiser sur son front avant de le serrer encore plus fort contre lui. Il avait besoin de son courage pour ce qui allait suivre.
- T’as qu’à lancer un Jugement et puis on pourra partir, bouda Lloyd entre ses larmes.
Un cri d’effroi se propagea parmi les badaux et Kratos ne put retenir un sourire.
- Je suis certain qu’ils te trouveront une famille qui t’offrira enfin tout ce dont tu as besoin.
- C’est de toi que j’ai besoin !
Pour la deuxième fois, ils avaient légèrement relâché leur étreinte pour se parler en face.
- J’aimerais te demander une dernière chose, dit le mercenaire d’une voix posée.
- Hein ?
- Souris.
- Je… je ne saurais pas !
Son père eut une mimique amusée et, à la plus grande surpris de son fils, son visage s’approcha du sien pour venir embrasser sa joue, juste à la limite de son cou. Quand son père se retira, Lloyd resta interloqué. L’endroit où l’Ange avait posé ses lèvres était encore brûlant de tendresse. Kratos mis son front contre le sien et ferma les yeux.
- Je t’aime, papa, murmura le jeune immortel.
- Je t’aime, mon fils, répondit son aîné dans un souffle, ouvrant à demi les paupières. Tu es ce que j’ai de plus précieux au monde.
- Séparez-les, qu’on en finisse ! Beugla un homme.
Malheureusement pour l’importun, l’invocatrice que se tenait près de lui n’était pas vraiment du même avis.
- Efreet !
L’explosion qui suivit l’accès de colère de Sheena, quoique petite, fit fuir une grande partie de la foule. L’homme, quant à lui, noir de suie, était étendu sur le sol, trop effrayé par l’esprit originel planant au-dessus de lui pour se lever.
Lloyd avait vu toute la scène et quand il se tourna vers son père, un grand sourire fendait son visage. Mais sa joie s’effaça bien vite lorsque le mercenaire se redressa, brisant en même temps leur étreinte. Des gardes se postèrent de part et d’autre de lui et l’invitèrent à quitter la bâtisse. Le jeune garçon s’accrocha à son pourpoint.
- Papa, promets-moi que tu résisteras ! Promets-moi que ce n’est pas un adieu ! Supplia-t-il avec détermination.

- Lloyd…
- Promets-le moi !
L’Ange ne lui répondit que par un regard lourd de sens et se laissa entraîner. Yuan, Zélos et Sheena rejoignirent rapidement Lloyd, il allait avoir besoin de leur soutient.

                                                               suivant>>

Posté par _martel_ à 18:46 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Sheena - par Salami

Sheena

Posté par _martel_ à 19:42 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

Préséa - par Salami

_Pr_s_a

Posté par _martel_ à 19:43 - - Commentaires [23] - Permalien [#]

Un peu plus sur... Salami

Avatar_Salami

Bijour tout le monde!^^

Bon, puisque vous insistez tellement à mieux me connaître...(Z'êtes sûr que ça va pour faire un truc pareille? XD)

J'ai 14 ans, mais quand des gens m'interpellent dans la rue (pour me demander un truc innocent hein!), ils ont tendance à m'appeler ''madame'' XD. Bon, peut-être que physiquement je suis grande (et encore OO), mais dans la tête, j'ai encore le mental d'un gamin XD! (Vive les Power Rangers!! XD lol)

Ensuite, l'explication de mon pseudo... Ben en fait c'est ma meilleur amie (pseudo: reine12) qui a voulu me taquiner en m'appelant ainsi parce qu'étant donnée que le salami c'est du porc, j'y ai pas droit parce que je suis musulmane ! Ce pseudo, j'y est très vite pris goût (au sens figurée bien entendu! Sinon j'me fais tuer par mon père là...)!^^ Alors voilà...

 

J'aime: lire (je ne lis pas souvent, mais une fois que je suis plongée dans un livre intéressant, j'peux pas en ressortir tant que je l'ai pô finis^^), dessiner (ça, j'adore! Y a des fois où ça passe même avant les devoirs ! Je sais, c'est pas bien mais j'peux vraiment pas m'en empêcher ;p), les belles voitures, la nature, les animaux, regarder le ciel (perdue dans mes pensées...), la solitude, les dictées, mes meilleurs amies sur qui je peux vraiment compter (je préfère en avoir 2 ou 3 et qu'on ait les mêmes goûts, plutôt qu'une dizaine avec qui vous n'avez pas les mêmes goûts u_u), ne pas parler/bavarder (ne pas être une vraie piplette quoi... et vous verrez qu'ça fait du bien à notre pauvre petit cerveau u_u), écouter de la musique, les langues étrangères, l'art plastique (évidemment !^^), jouer aux jeux vidéos, la poterie, regarder la pleine lune, ma famille (à quelques exceptions...-_-.... XD), la cuisine de maman (miam mioum! *ç*), mes 3 petits amours qui sont: Couette (ma lapine bélière), Tigrou (mon chat européen) et Coco (ma perruche), l'originalité, les dinosaures (fossiles, etc...), inventer des histoires, aller sur l'ordinateur, les dragons, les serpents, ....(j'suis sûre qu'il y a d'autres choses que j'aimes mais j'ai dû les oublier pour l'instant... ^^'')

J'aime pas: regarder la télé (perte de temps et pas intéressant), faire la sieste (perte de temps également), voir les animaux en cage (y a pas que les zoo), la polution, les personnes trop économique, les vantards, les racistes (j'm'en fiche que l'on m'insulte, mais c'est pour les autres...), les gens qui s'en prennent à ma famille (j'ai envie d'les tuer ceux-là! ><), les conflits, les disputes, qu'on me dise que je dessine ''manga'' sauf si je dessine de cette façon (j'vous expliquerai pourquoi après), être fénéante (parce que je le suis malheureusement...*snif*), être irresponsable (je le suis je trouve...), avoir la maladie d'Alzheimer (ben quoi? C'est vrai que j'l'ai non? XD), l'école (c'est le cas pour beaucoup de monde je pense XD!), les gens constamment stressés (malheur! C'est mon cas! XD), mon premier grand frère (XD, j'plaisante hein! XD), les matières scientifiques (ça dépend à quel sujet aussi. Par contre, les maths, c'est TOUT les sujets!), les rapports TRES intimes entre filles et garçons (vous voyez c'que j'veux dire?), les couples, les petits copains ou trucs dans le genre, les personnes à peine rentrés/sorties de l'adolescence et qui se prennent déjà pour des grands (tels que les bisous sur la bouche déjà, leur langages, leur façons de s'habiller, etc...), la vulgarité (gros-mots, habits négligés, etc...), les personnes qui connaissent pas la politesse (qui dis pas merci/s'il-te-plait/pardon, etc...)

Hmm...y a sûrement d'autres trucs que j'aime pas, mais je ne m'en souviens pas pour l'instant...

 

Pourquoi j'aime pas, dans certains cas, que l'on me dise que je dessine ''manga'': en fait, j'ai mon propre style à moi qui devrait ressembler au réalisme. Alors quand je fais du réalisme et qu'on me dise que ça ressemble à du manga, je boude parce que j'aime pas qu'on me dise ça. De plus, je n'aime pas tellement le manga parce que c'est pas original puisque la plupart des personnes dessinent ainsi. Mais y a quelquefois où je dessine manga hein ! Mais seulement pour des persos que je connais. Comme par exemple Tales of Symphonia, ou Dragon ball z.

Mais je dois avouer que le manga est un art plutôt attirant, et j'aime beaucoup les détails ainsi que le format de leur '' BD '' (Il y a aussi la façon dont les japonais manient l'encre de chine qui me fascine).

 

Mes blogs: Bah, mes blogs sont pas vraiment finis mais je vous passe leur sites quand même:

- Sur le dessin: www.lemondedudessin.canalblog.com

- Sur ToS: www.thechosenofmana.canalblog.com

- Sur Dragon ball Z: www.boulesdecrystal.canalblog.com

Dans quels sites pouvez-vous voir mes dessins:

- Dans les 3 que j'viens de citer

- Bah...ici il me semble...XD

- et sur: www.geneworld.net

-  

Mes phrases fétiches: "mais/enfin bon", "mais qu'est-ce qu'on s'en fout (d'ma life)", "big bisous baveux!", "...*silence*..." (quoi c'est pas une phrase ? XD), "en fait", "(avance) comme un escargot asthmatique", " Vive les pixels ! ", '' J'aime pas les couples ! '', ''Allons bon...''

Mes dessins animées/films préférés: Même si je ne les regarde pas souvent, il y a quelques films/dessins animées que j'aime bien. Tels que ''Changaï Kid'', ''Eragon'', ''Rush Hour'', ''Deux frères'', tous ceux avec Louis de Funès, ceux avec ''Les Mupets'' (ce sont divers marionnettes), ''George de la jungle'', ''Princesse Mononokée'', quelques uns de Walt Dysney, Jurassic Park, The Grinch...

Mes jeux vidéos préférés: Y avait un jeu de Sonic sur Game Cube que j'adorait mais j'me souviens plus comment il s'appelle^^', Needforspeed Underground (sur GC) , tous ceux avec DBZ, Tales of Symphonia (sur GC), Mystic Heroes (sur GC), les Worms, L'odyssée d'Abe (sur PS1), Médievil (sur PS1), Zelda: phantom Hourglass (sur DS) et "The wind waker" (sur GC), Tekken 3 (sur PS1), Earthworm Jim (sur MégaDrive), Super Smash Bros Melee (GC)...

Mes musiques préférés:(J'vous mets pas tout parce que y en a vraiment beaucoup! ^^')

Nightwish Once, quelques unes de P!nk, Jupiter, Monkey Buisness (allias "The Black Eyedpeas"), Takken 3, Dragonball Z, Tales of Symphonia (quelques unes), Pirates of Caribbean, Impéria- Queen of light...

Mes livres préférés: Ceux de Roald Dhal, Harry Potter, Les enfants de la lampe magique, Sinbad le marin, Vipère au poing, ceux de Jules Vernes (un peu compliqué mais bon...^^'), le début de la série ''Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire'' (la fin part trop en cacahuète u_u)

Mes mangas préférés: Tales Of Symphonia, Dragonball Z (Bah en même temps, j'connais que ceux-là alors... -_-'...mais y en a d'autres que je vais peut-être essayer: "Gunmm" et "Maliki".)

 

Dans ToS,mes persos préférés sont: Préséa Combatir (of course!^^ ... ooooh ma Pré-Pré, t'es ultra puissante! je t'adooooore!*ç*), Kratos Aurion (l'est trop mignoooonnnn! *ç*), Sélès Wilder (même si c'est pas un perso jouable, j'l'adore quand-même!),et Zélos Wilder (l'est marrant c'bouffon!^^ en plus, je trouve qu'il a un peu de style quand il se bat u_u.)

 

Mes rêves: encourager les autres à poursuivre les leurs; devenir archéologue (mais je sens que ce rêve me quitte de plus en plus car j'ai pas un bon niveau pour pouvoir devenir archéologue...*snif* ça me donne la rage et la tristesse en même temps! ><); pouvoir enfin finir ma BD que je viens à peine commencer XD! Ouaip, j'suis en train de faire une BD fantastique, mais il va me falloir beaucoup de courage et de patience pour la faire parce que je sens qu'elle va être lonnnnngue u_u...

Et pis là elle avance comme un escargot asthmatique (comme dirait Ange de Cristal) ! XD

Posté par _martel_ à 23:43 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :


04 novembre 2008

Chapitre 05: Pour ne rien arranger - par Alienor

Zélos se trouvait à sa fenêtre, ses yeux fixant le lointain. Il n’avait que cela à faire car maintenant plus rien ne l’intéressait vraiment. Le soir tombait et l’obscurité le suivait. Il détourna finalement son regard lorsque son majordome entra.
« Le dîner est servi maître. »fit celui-ci, sur un ton humble.
Le jeune homme sourit.
« Merci, Sébastien, mais je n’ai pas très faim… »
Au froncement de sourcils que fit le majordome, il préféra accepter.
De son côté, Sébastien s’inquiétait pour son maître. Cela faisait plusieurs jours qu’il ne faisait, ne mangeait et ne buvait presque rien, lui qui était d’habitude si souriant et railleur. Et de fait, lui qui était son serviteur et confident, il avait été surpris que son maître ne lui dise rien à propos de ce qui le minait tant.
Mais Zélos devait avoir de bonnes raisons de ne rien dire. Les yeux dans le vague, il descendit, suivi de son majordome, dans la salle à manger et se mit à table. Lorsque qu’il se prépara à manger la cuisse de poulet rôti qui se trouvait dans son assiette, Sébastien l’arrêta :
« Heu… maître ?
-Quoi ? grogna le jeune homme.
-Vous… allez manger avec une passette ? »
Zélos regarda l’ustensile de cuisine qu’il avait pris pour une fourchette avec un air vague.
« Ah… oui, une passette… »
Gêné, il remit l’objet dans un placard et prit cette fois le couvert qui semblait le mieux approprié pour manger. Il essayait tant bien que mal de dissimuler sa gêne derrière un visage souriant, mais Sébastien voyait bien que quelque chose n’allait pas. Mais en bon serviteur qu’il était, il préféra ne rien dire.
Zélos réussit à avaler une bouchée de son repas lorsque soudain, il entendit quelqu’un frapper à la porte.
« Qui diable peut bien venir me voir à une heure aussi tardive ? » pensa t-il, mécontent. Déjà qu’il n’était pas d’humeur, alors si on venait l’importuner !
« Va voir Sébastien. » ordonna t-il.
Le majordome se dirigea vers le hall d’entrée. Au bout d’un moment, il revint, un petit sourire au coin des lèvres.
« Vous avez de la visite maître.
-Ca, je le savais merci ! Mais qui sont donc nos invités ? »
Le serviteur n’eut pas le temps de répondre. Une jeune femme surgit de derrière lui, accompagné d’un adolescent d’une douzaine d’années.
« Bonjour Zélos, ça faisait longtemps dis-moi.
-Raine ? fit l’ex-élu de Tésséh’alla, en écarquillant les yeux.
-Exact, et il y a moi aussi ! fit le garçon qui se trouvait à côté d’elle.
-Génis ? »
Zélos sentit un poids disparaître de ses épaules et se détendit. Les visages familiers qu’il voyait suffisaient à le rasséréner.
Sébastien, heureux de voir le visage de son maître s’éclairer, s’éclipsa, laissant les trois amis se retrouver.
Zélos regarda tour à tour ses anciens compagnons. Raine était toujours la jeune femme élancée qu’il avait connu et Génis faisait toujours plus jeune que son âge.
« Je suis content de vous revoir, dit-il, finalement, Raine, tu es toujours aussi voluptueuse dis-moi… et Génis… »
Il fut interrompu par le ton railleur que lui lança Raine.
« On voit bien que tu es toujours pareil Zélos ! fit-elle, en le giflant légèrement.
-Aïe ! Et toujours aussi susceptible la beauté glaciale… dit-il, en se frottant la joue.
-Et moi quoi ? l’interrogea Génis.
-Tu es toujours aussi petit… tellement petit que je ne t’ai même pas aperçu lorsque je suis allé à votre rencontre, tu devrais manger plus de soupe !
-Mais je ne te permets pas… fit celui-ci, rouge.
-Bon, c’est fini les disputes à peine arrivé ici ? Je voudrais passer à la raison pour laquelle nous sommes venus! »
Zélos, occupé à taquiner le jeune demi-elfe, reprit un peu de contenance, ce qui le rendait un peu ridicule car ça ne lui allait pas beaucoup.
« C’est vrai ça, pourquoi venez-vous donc à une heure aussi tardive ? Il s’est passé quelque chose de grave ? Le petit devrait être couché… demanda t-il en fixant le jeune demi-elfe.
Raine posa une main sur l’épaule de son frère dont le visage venait de virer au cramoisi.
« C’est un peu ça, nous venons te faire part de quelque chose de grave.
-Je vois…
-Et toi aussi on dirait… »
Zélos releva soudainement la tête. A Raine, on ne pouvait vraiment rien lui cacher ! Derrière son masque moqueur, elle avait deviné un soupçon de tristesse.
« Euh… Oui, oui, c’est vrai. Installez-vous, nous étions en train de manger. »
Les deux demi-elfes ne se le firent pas dire deux fois. Harassés par leur voyage d’Isélia à Meltokio, ils étaient très fatigués.

 

« Mais on va jamais s’y retrouver dans tout ce foutoir ou quoi ?!? »
Lloyd et Colette, après s’être enfuis du bureau de Yuan, tentaient maintenant de se diriger désespérément dans le dédale de couloirs. Rien à faire, partout où ils allaient, ils trouvaient toujours un amoncellement de machines technologiques sorti tout droit d’un futur proche.
« Lloyd… »
Le garçon énervé se retourna vers Colette. Il était frustré.
« Quoi ?!? »
Le ton de sa voix était sec. Il regretta aussitôt d’avoir parlé comme ça. Même s’il était énervé, ce n’était pas son genre de défouler ses nerfs sur quelqu’un.
« Quoi ? fit-il, d’un ton radouci.
-Crois-tu que l’on pourra un jour rentrer chez nous ?
-Bien sûr, que crois-tu ? Tu ne vas quand même pas croire tout ce qu’ils nous ont fait avaler quand même ? Changer de monde… Non mais, c’est un asile de fous ici !
-Oui mais tu l’as vu toi-même, cet homme… il ressemblait bien à ton chef ?
-C’est un clown ! Rien à voir ! Des cheveux bleus… Non mais pince-moi je rêve ! »
Puis il regarda dans tous les sens.
« Et si on veut se sortir de là, il faut d’abord qu’on retrouve la sortie ! Pour la première fois de ma vie, je hais la technologie ! grommela t-il.
-Lloyd ! fit Colette, d’un ton plus ferme.
-Chuuut ! » fit soudain Lloyd.
Il plaqua Colette derrière l’une des machines.
A ce moment là, deux gardes passèrent en discutant. Ils ne les virent pas.
Lorsqu’ils furent partis, les deux amis qui avaient retenu leurs respirations durant quelques secondes poussèrent un soupir de soulagement.
« On a eu chaud ! fit Lloyd.
-Ca m’étonnerais petit, »tonna une voix derrière lui.
Le jeune homme rougit, se retourna lentement pour tomber nez à nez avec un gros homme, habillé comme tous les autres, et écarquilla tellement les yeux qu’on aurait cru qu’ils allaient sortir de leurs orbites.
« Alors, on fait moins le malin maintenant ! ironisa le garde, Allez vous allez me suivre tranquillement et… »
Un coup de pied de Lloyd balancé brutalement dans une partie sensible de son anatomie lui coupa le souffle. Les deux amis, profitant de cette occasion, prirent la fuite.
« Es… Espèce de sale gosse ! hurla le gros homme.
Ils n’eurent cure de toutes les injures qu’il leur jeta.
Colette ne pouvait s’empêcher de pouffer. Quand il s’y mettait, on pouvait dire que Lloyd y allait fort !
Ils déambulèrent longtemps parmi les ordinateurs et autres machines, évitant désespérément les soldats lancés à leur recherche. Ce n’était pas simple, il pouvait en arriver de tous côtés. Finalement, ils arrivèrent à la conclusion qu’ils ne pouvaient arriver à rien sans aide. De plus, leurs chances de s’échapper étaient minimes. Ils allaient finir par tomber dans la gueule du loup si cela continuait.
Un sifflement les fit s’arrêter et, de peur, ils se cachèrent.
« Inutile de vous cacher, je vous ai vu ! ironisa une voix d’adolescent.
-Qui êtes vous ? demanda Lloyd.
-On verra ça plus tard, vous voulez sortir de ce trou perdu ? Je suis à votre service ! fit la voix, qui prit la forme d’un jeune garçon qui les prit par surprise dans leur cachette. Que la demoiselle me suive en premier !», fit le garçon en offrant un bras courtois.
Un peu blasés, les deux jeunes gens se demandèrent franchement ce qu’ils faisaient dans cet asile de fous. La situation commençait vraiment à virer au n’importe quoi. Colette était sur le point de hurler « je veux sortir !!! », mais l’adolescent la força à le suivre, avec Lloyd. Après avoir longuement bataillé, ce qui n’était pas vraiment le mot car le garçon inconnu arrivait à se retrouver aisément dans le dédale de couloirs et à ne pas rencontrer de soldats, ils empruntèrent une petite sortie qui menait à l’extérieur. Une fois à l’air libre, ils ne perdirent pas de temps et s’enfuirent.

 

« QUOI !?!? Comment ça Sheena a disparu ?!? »
Zélos, Raine et Génis étaient confortablement assis dans de luxueux fauteuils. Raine avait relaté toute l’histoire avec Triet et le mana anormal réuni là-bas, ainsi que la maladie de Lloyd et Colette. Génis, lui, n’avait pas omis l’épisode avec Mithos. L’ex-élu de Tésséh’alla avait écouté sans interrompre ses deux anciens compagnons et essayait de réfléchir calmement à la situation. Enfin, lorsque Raine lui avait demandé ce qui n’allait pas pour lui, il leur avait finalement révélé ce qui le tracassait.
« J’appréhendais cette réaction… soupira t-il.
-Comment est-ce arrivé ? questionna Génis.
-Elle devait partir en mission avec des ninjas de Mizuho. Depuis, plus de nouvelles !
-Je me demande vraiment si on n’est pas victimes d’une malédiction… siffla Raine, les sourcils froncés.
-Tu parles d’une malédiction, c’est carrément une poisse terrible ! se lamenta Génis.
-Arrêtez vous deux ! Déjà que moi non plus j’ai du mal à digérer cette nouvelle alors avec vos révélations j’ai envie de vomir ! »
Le frère et la sœur, surpris, se tournèrent vers Zélos. Le ton de sa voix était sec, mais il y avait autre chose, un mélange de colère et de désespoir.
« Zélos, fit Raine, calme-toi !
-Il faut se reposer, fit remarquer Génis, débarquer à dix heures du soir ce n’est pas courant mais ce genre de trucs suffit à nous couper l’envie de dormir !
-Tu as raison Génis. Zélos…
-Non ça va arrête… je suis juste fatigué. S’excusa celui-ci.
-Raison de plus pour aller se coucher ! Viens Raine on va trouver un endroit ou dormir !
-Non, restez, je vous accompagne pour en avoir le cœur net.
-Zélos… »
Mais il était bien impossible de raisonner le jeune homme, quand il prenait une décision, il se reposait dessus.
« Bon d’accord… soupira le professeur, mais ne vas pas te plaindre du voyage, demain sera une dure journée !
-Je tiendrais bon… promit l’ex-élu, merci. »
Ils en restèrent là et Zélos força les deux demis-elfes à se reposer chez lui. Il était trop tard pour réserver des chambres dans une auberge maintenant.
La nuit fut dure, mais c’était avec excitation que Zélos pensait que les choses prenaient vraiment une tournure intéressante. Lorsqu’il se prépara à se coucher, il eut une pensée pour Sheena. Où était-elle en ce moment ? Allait-elle bien ? Il s’endormit sans connaître la réponse.
_______________________________

 

Conversation entre les personnages :

 

Colette bis : Dis, Lloyd, c’est une manie chez toi de donner des coups de pieds à tout le monde ?

 

Lloyd bis: Beuh, je peux pas m’en empêcher dès qu’y a quelqu’un qui me fait ch***  c’est un réflexe qui me vient subitement !

 

Colette bis : Moui…

 

Lloyd bis: Eh, Yuan ! Où vas-tu ?

 

Yuan : Je vais porter plainte contre l’auteur pour insulte à ma personne ! Il me semble qu’on m’a traité de clown !

 

Lloyd bis : En même temps elle a un peu raison…

 

*ZBAF*

 

Yuan : Tu démarres bien cette histoire sale gosse ! Un jour je me suis dit qu’un seul Lloyd suffisait à provoquer la zizanie mais alors deux c’était la fin du monde ! J’aurais jamais imaginé que ça puisse être vrai !

 

Lloyd bis : Beuh… (donne un coup de pied à Yuan là où je pense)

 

Yuan : Aïouh !!!

 

Colette bis : Bah tiens qu’est-ce que je disais !

<< précédent                                                               suivant>>

Posté par _martel_ à 14:23 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

11 novembre 2008

Colette vole! - par Salami

Colette_vole___salami

Posté par _martel_ à 12:48 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

29 novembre 2008

Colette faite à ma façon - par Salami

Colette_Salami

Posté par _martel_ à 18:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Préséa et sa petite hache - par Salami

Pr_s_a2_s

Posté par _martel_ à 18:41 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

Préséa faite à ma façon - par Salami

Pr_s_a3_s

Posté par _martel_ à 18:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]